Manifestation du 24 Mars à Nantes : guerre au pouvoir !

Mot-clefs: Aéroport Notre-Dame-des-Landes
Lieux: Nantes Notre-Dame-des-Landes Rennes

Un bref récit partiel et partial de la manifestation contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, à Nantes, le samedi 24 mars.

Carton_rouge-medium
Pas de titre pour 11575

22_1-medium
Pas de titre pour 11559

21_1-medium
Pas de titre pour 11558

20_1-medium
Pas de titre pour 11557

19_1-medium
Pas de titre pour 11556

18_1-medium
Pas de titre pour 11555

17_1-medium
Pas de titre pour 11554

16_2-medium
Pas de titre pour 11553

15_2-medium
Pas de titre pour 11552

14_2-medium
Pas de titre pour 11551

13_2-medium
Pas de titre pour 11550

12_2-medium
Pas de titre pour 11549

11_2-medium
Pas de titre pour 11548

10_3-medium
Pas de titre pour 11547

9_3-medium
Pas de titre pour 11546

8_3-medium
Pas de titre pour 11545

7_3-medium
Pas de titre pour 11544

6_3-medium
Pas de titre pour 11543

5_3-medium
Pas de titre pour 11542

4_3-medium
Pas de titre pour 11541

3_3-medium
Pas de titre pour 11540

2_3-medium
Pas de titre pour 11539

1_4-medium
Pas de titre pour 11538

P1060821-medium
Pas de titre pour 11532

P1060761-medium
Pas de titre pour 11531

16_1-medium
Pas de titre pour 11530

15_1-medium
Pas de titre pour 11529

14_1-medium
Pas de titre pour 11528

13_1-medium
Pas de titre pour 11527

12_1-medium
Pas de titre pour 11526

11_1-medium
Pas de titre pour 11525

10_1-medium
Pas de titre pour 11524

9_1-medium
Pas de titre pour 11523

8_1-medium
Pas de titre pour 11522

7_1-medium
Pas de titre pour 11521

6_1-medium
Pas de titre pour 11520

5_1-medium
Pas de titre pour 11519

4_1-medium
Pas de titre pour 11518

3_1-medium
Pas de titre pour 11517

2_1-medium
Pas de titre pour 11516

1_1-medium
Pas de titre pour 11515

38-medium
Pas de titre pour 11514

37-medium
Pas de titre pour 11513

36-medium
Pas de titre pour 11512

35-medium
Pas de titre pour 11511

34-medium
Pas de titre pour 11510

33-medium
Pas de titre pour 11509

32-medium
Pas de titre pour 11508

31-medium
Pas de titre pour 11507

30-medium
Pas de titre pour 11506

29-medium
Pas de titre pour 11505

28-medium
Pas de titre pour 11504

27-medium
Pas de titre pour 11503

26-medium
Pas de titre pour 11502

25-medium
Pas de titre pour 11501

24-medium
Pas de titre pour 11500

23-medium
Pas de titre pour 11499

22-medium
Pas de titre pour 11498

21-medium
Pas de titre pour 11497

20-medium
Pas de titre pour 11496

19-medium
Pas de titre pour 11495

18-medium
Pas de titre pour 11494

17-medium
Pas de titre pour 11493

16-medium
Pas de titre pour 11492

15-medium
Pas de titre pour 11491

14-medium
Pas de titre pour 11490

13-medium
Pas de titre pour 11489

12-medium
Pas de titre pour 11488

11-medium
Pas de titre pour 11487

10-medium
Pas de titre pour 11486

9-medium
Pas de titre pour 11485

8-medium
Pas de titre pour 11484

7-medium
Pas de titre pour 11483

6-medium
Pas de titre pour 11482

5-medium
Pas de titre pour 11481

4-medium
Pas de titre pour 11480

3-medium
Pas de titre pour 11479

2-medium
Pas de titre pour 11478

1-medium
Pas de titre pour 11477

3 cortèges devaient converger vers le centre de la Métropole, en provenance du nord, de l'est et du sud.

12h30, Rond Point de Rennes, côté nord : un rendez vous avait été lancé pour un cortège anticapitaliste (voir l'appel : http://nantes.indymedia.org/article/25315). Des dizaines de personnes commencent à se rassembler sous un grand soleil en attendant la colonne de tracteurs. Des militants d'Europe Écologie et des membres de l'ACIPA sont aussi présents.

Un impressionnant cortège de tracteurs est accueilli par des applaudissements, des slogans, un fumigène. Plus d'une centaine de tracteurs défilent sous nos yeux. Aussitôt, le cortège anticapitaliste se structure pour démarrer.

Ce cortège de plusieurs centaines de manifestants est créatif, actif, révolté. Les slogans sont offensifs. Beaucoup de taggs, de pochoirs, de jets de peinture fleurissent tout au long de la rue Paul Bellamy. La permanence d'Europe Écologie (du député De Rugy) est redécorée, quelques militants verts viennent s'interposer, le ton monte un peu. Il faut rappeler à ce sujet les déclarations policières matraquées par ce parti plusieurs jours avant la manif dans les médias locaux : par exemple, dans un communiqué, Europe Écologie-les Verts « condamne par avance toutes les dégradations et violences qui pourraient avoir lieu avant, pendant ou après la manifestation ». (source : http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-A-Nantes-le...u.Htm)

L'hélicoptère survole ce cortège nord et en particulier les "anticapitalistes". Des BACeux sont présents à chaque coins de rues, des flics prennent des photos depuis certains bâtiments... Mais cette surveillance est encore relativement "légère" comparée à l'hyperprésence policière qui va suivre.

Le déploiement répressif annoncé par les médias a bien eu lieu. 1500 policiers, des véhicules anti-émeutes (lanceurs d'eau), des dizaines de cars de CRS, de gendarmes mobiles, des gros groupes de dizaines de BACeux, et surtout l'hélicoptère qui survolait la manifestation avec vacarme.

Nantes n'avait jamais connu un tel dispositif policier. La terreur d'État avait été importée depuis Notre Dame des Landes au cœur même de Nantes. (article de la presse bourgeoise : Nantes sur le pied de guerre avant la manif : http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Nantes-sur-...u.Htm)

Sur le cours des 50 Otages, face à la préfecture, les trois cortèges se rassemblent. Plusieurs milliers de personnes convergent. La foule est très hétérogène. Au milieu des manifestants : des vaches, des chèvres, chevaux...

Les véhicules anti-émeute sont exhibés au niveau de la préfecture, le dispositif est impressionnant. Malgré cette intimidation, la grille anti-émeute et la préfecture sont barbouillées de terre et de purin. Une brigade de clowns fait un sketch. Après un moment de flottement, la manifestation démarre par la rue de Strasbourg. 10 000 manifestants (?) peut-être plus défilent. Le chiffre importe peu : l'offensivité créative et la participation effective et joyeuse des manifestants sont frappantes. Beaucoup de banderoles diverses et faites mains également.

Un dragon coloré crache une fumée blanche sur les flics, sur les bâtiments officiels, sur les banques. Une Batucada joue et donne du rythme. La manifestation passe devant la mairie : des dizaines de CRS la protègent, le bâtiment est rempli de policiers. La mairie, comme le reste des bâtiments, est tout de même taggée.

La manif est toujours très créative, de nombreuses affiches sont apposées, des pubs détournées, les locaux de banque, d'agence immobilières et autres nuisibles sont "redécorés". Les graffitis sont polyglottes : espagnols, italiens, français. L'ambiance est festive et enragée. Après une déambulation dans le centre ville, retour sur le cours des 50 Otages pour y rester. On se fixe au niveau de la place du Cirque. Le bocage s'installe en pleine métropole.

Les flics sont déjà en position pour nous prendre en étau : ils sont positionnés partout, bloquant toutes les rues environnantes. L'hélicoptère continue sa surveillance bruyante.

Mais la réappropriation de la ville est effective : des arbres sont plantés, les murs remplis de slogans, les banques complètement repeintes par le dragon qui crache à présent des litres de peinture.

Les flics avaient installé pour l'occasion une caméra "360°" sur le toit de l'Hôtel la Pérouse, pour fliquer -encore plus- tout le rassemblement. Un manifestant parvient à monter sur le toit, et sectionne le câble de la caméra sous les applaudissements de la foule. Dans la foulée, cet Hôtel de luxe est maculé de peinture rouge. Pendant ce temps, une partie de la rue commence à être dépavée. Une rangée de policiers trônent en haut d'un escalier surplombant le cours : une barricade de grilles et de bacs de végétaux est installée face à eux en bas de l'escalier, les empêchant de charger. Une grande banderole est attachée pour leur masquer la vue du rassemblement.
Des BACeux descendent pour essayer de harceler des manifestants isolés, plusieurs dizaines de personnes répliquent aussitôt et font reculer les flics.

Vers 17h, un feu est allumé dans un brasero. Très rapidement, le feu s'étend, il se transforme en immense brasier qui crépite et qui explose. D'autres foyers partent, des fumigènes sont allumés. Un épais panache de fumée noire vient perturber l'hélicoptère pendant que des feux d'artifices sont tirés. Mais la peur n'est pas de notre côté : la batucada continue à donner le rythme, il y a aussi un accordéon, des gens dansent, jouent. La scène est étonnante. La fête et la révolte sont réunis. La foule est toujours hétérogène. Des flics postés en haut de l'escalier essuient rageusement des jets divers.

Les flics, malgré leur déploiement considérable semblent hésiter face à cette ambiance. Des passants se greffent aux manifestants, d'autres vont et viennent. Il n'y a plus vraiment de clivage entre manifestants et non-manifestants en cette fin de samedi après midi ensoleillée.

Avant le crépuscule, les flics décident de faire le ménage. Après des sommations inaudibles, des centaines de forces de l'ordre commencent à charger. Toutes les rues vomissent des rangées de CRS. Une charge de BAC est accueillie par une nuée de projectiles. Le risque que le cortège soit découpé par les policiers est alors grand. Le recul est rapide. Le rapport de force est trop défavorable. Malgré tout, quelques personnes allument des barricades de fortune le long du cours des 50 otages : pneus, poubelles, cartons, palettes. Cela n'empêche pas la progression inexorable des flics. Ce qui reste du cortège s'éparpille : le long de l'Erdre, rue Paul Bellamy, place Viarme ou les BACeux chargent et interpellent.

Vers 21h, les flics contrôlent totalement la ville. Des rangées de CRS quadrillent toutes les grandes artères. En même temps, les équipes de nettoyages entrent déjà en scène : il faut aseptiser la Métropole socialiste, effacer les stigmates de cette après-midi de résistance le plus vite possible.

Les journaflics annoncent dans la soirée 7 interpellations et 5 Garde à Vues. D'autres manifestants auraient été repoussé jusqu'au Rond Point de Rennes le long de la rue Paul Bellamy. Qu'en est-il ?

N'hésitez pas à corriger, compléter ce compte rendu.

Commentaire(s)

> Photos

Photos complémentaires

> Photos

Photos suite et fin.

> Baveux

Sur le dispositif policier

> photos

dot'fotos

> Lu sur jura libertaire

Hier, ce sont passé des choses très fortes. Les gens étaient dans l’échange et le partage.

Personne ne dit que des pavés ont été enlevé de la route pour y planter des arbres. Geste très symbolique, qui nous interpelle sur ce béton qui coule partout, que nous n’avons pas choisi et qui pourtant s’impose à nous de façon inéluctable.

Personne ne dit qu’il y avait une camera installé par la « république » pour l’occasion,et que des militant ont eut le courage de la neutraliser. Une façon de dire que nous n’avons pas à être surveillé, nous sommes nait libre et nous ne devons pas subir l’oppression de dirigeant qui ont oubliés les valeurs humaines que sont l’amour inconditionnel, le partage, le contact avec son environnement… Des « chefs » qui ne nous ressemblent plus et qui véhiculent des idéaux qui mèneront aux naufrages d’une civilisation en perdition.

Tant mieux, que cette société superficielle et consumériste disparaisse.

Qu’elle cesse de produire du malheureux. Des gens vident, des gens morts qui ont l’impression de vivre quand il vont faire des achats, boire, et se droguer.

Qu’elle laisse la place à un nouvelle France, celle qui donne du sens à l’existence. Un endroit ou la paix s’installe dans nos coeur pour ne plus nous quitter. Je ne dis pas que ca sera parfait, loin de moi l’envie d’être utopiste, mais quand on est dans le « vrai », dans l’authentique, les choses et les rapports sont plus simples et même s’il y a des difficultés elles se surmontent dans la sérénité du coeur.

Ré-éveillons Nous!

Je dis Bravo à tous ces gens qui ont pu être eux même hier, Je dis Merci à tous ceux dont le coeur est beaux et qui se battent jours après jours pour une vie plus digne et plus réelle.

> D'autres clichés

Photos glanées à droite, à gauche sur le web

> Prise de parole de locataires en colère

Amis d’ici, amis d’ailleurs

ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes n’est pas une simple affaire politique. Elle est humaine, elle parle de notre avenir commun sur cette terre, elle est le choix entre une vie digne d’être vécue, et la mort. On peut très facilement être mort, et se lever pourtant le matin pour aller au travail. Des millions de gens malheureux en font l’expérience...

La destruction ici projetée vise un petit morceau de la France, planté à un jet de pierre de Nantes, fief d’un grand féodal socialiste, Jean-Marc Ayrault. Comment est-il possible d’être si lâche ? Comment peut-on s’asseoir sur tant de proclamations ? Sur tant de phrases creuses prononcées depuis vingt ans par cette gauche bien élevée, au nom du soi-disant « développement durable » ? Jean marc Ayrault ne pense pas, il règne. Incurable défenseur des intérêts industriels, comme son maître-candidat,Francois Hollande. Et ce grand seigneur d’opérette sait reconnaître la puissance quand il la croise. Certes, c’est l’État qui a donné le chantier de Notre-Dame-des-Landes à l’entreprise Vinci, mais il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigarette entre le maire de Nantes et celui qui au nom de tous pousse à la construction, c’est-à-dire François Fillon, Premier ministre en titre.

Les socialistes ne sont pas seuls en cause, et nous n’oublierons pas de sitôt leurs complices. Nous voulons parler de ces écologistes de salon, toujours prêts à vendre leur pauvre âme tremblotante en échange de quelques places. Comment osent-ils, les Duflot, Magnen,De Rugis , qui sont pourtant venus chez nous clamer leur opposition au nouvel aéroport ? Comment osent-ils - après nous avoir tant promis -, capituler en rase campagne autour d’une table de Monopoly ? Imaginez comment une telle trahison aurait été accueillie à l’époque du Larzac, en 1972, voici quarante ans. Imaginez comment auraient été reçus des écologistes d’alors, pactisant avec l’armée dans le dos des paysans.

En réalité Ces gens de droite et de gauche ne connaissent que la puissance, et la puissance de l'argent. Pour l’eau, voyez Veolia ou Suez. Pour l’énergie, EDF ou Aréva. Et pour le BTP, Bouygues, Eiffage, Vinci. Ces trois derniers connaissent toutes les chansons du répertoire. Tout le monde ici, , comprend ce que cela veut dire…,Parlons de Vinci qui a vertueusement triomphé dans l’appel d’offre pour Notre-Dame-des-Landes,.:

Vinci est concessionnaire du projet d’autoroute Moscou Saint-Petersbourg, qui menace la forêt moscovite de Khimki. Savez-vous que l’opposant au projet Mikhaïl Beketov a été si gravement tabassé qu’il demeure, quatre ans après les faits, lourdement handicapé ? Que Konstantin Fetissov, un autre militant, a été attaqué à coups de batte de base-ball ? Que tant d’autres sont menacés chaque jour ? Ô bien entendu, les beaux messieurs de Vinci ne sont pour rien dans de telles horreurs. Pensez donc. Mais il est bon de garder certains faits dans un coin de la tête.

Comme l’exemple du désastre général des aéroports de province espagnols. Une nouvelle fois, qui veut savoir, sait. Il existe là-bas, en partie grâce aux amis locaux d’Ayrault, socialistes comme lui, une cinquantaine d’aéroports, le plus souvent gérés par des structures publiques. Le bilan en est infernal.. Huesca, dans les Pyrénées ? Vide. Lérida, Cordoue ? Vides. Ciudad Real, qui devait concurrencer Madrid-Barajas ? Un désert qui aura coûté pour commencer 500 millions d’euros.. Castellon, à 50 kilomètres de Valence ? Pas un chat, mais un coût de 150 millions d’euroS. Voilà ce qui se prépare à Notre-Dame-des-Landes.

Un politicien du passé, Ayrault, , veut nous lancer dans une aventure stupide, morbide. Pour faire décoller des avions qui ne décolleront pas, il entend faire disparaître 2 000 hectares d’une terre miraculeusement préservée, où les animaux et les hommes qui la peuplent ne demandent rien à personne. En défendant un mode de vie criminel, qui permet à une infime minorité d’utiliser un engin destructeur du climat. Nous ne pouvons lui pardonner. Nous ne pardonnerons pas, ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais à tous ceux qui osent soutenir, de près ou de loin, cette terrible agression contre la beauté de la vie.

En attendant la victoire, que nous espérons de toutes nos forces, nous pleurons un endroit qui pourrait disparaître. Si les machines finissent par gagner la partie, les larmes de crocodile couleront à flots. Il est si bon de pleurer sur le sort des Indiens de l’Amazonie ou des Bushmen du Kalahari. Les bonnes consciences n’hésitent jamais à donner de la voix pour faire croire qu’elles pensent aux autres. Mais nous, nous refusons leur sainte pitié. Nous réclamons la solidarité. Nous appelons au combat. Nous voulons vivre ici. Le soutien de nos compagnons de lutte venus de tout horizon nous donne la force de nous battre. Qu’ils en soient ici remercier. La bataille continue, et nous nous ne pouvons pas la perdre. Seulement, il faut se lever. Et pas à moitié. Il faut s’unir, et sortir nos étendards . Il faut empêcher la construction de cet aéroport de la mort.

> D'autres photos

D'autres photos sur

> Carton rouge pour les chiens de garde

Vu en page 4 du Presse Océan du samedi 31 mars 2012, à côté de l'édito.

Après avoir essayé (sans y parvenir) sans relâche les jours précédent la manifestation du 24 mars de terroriser l'opinion nantaise pour faire échouer la mobilisation anti-aéroport , Presse-Océan publie un petit billet rageur : "carton rouge aux inconscients", s'insurgeant de la solidarité collective et de l'hétérogénéité des manifestant-e-s resté-e-s jusqu'au bout, malgré les intimidations policières et le déploiement sécuritaire.

Quant est-ce qu'on met pour de bon un carton rouge au torchon mensonger et mortifère qu'est Presse-Océan, et aux autres chiens de garde ?