la bataille des Ardillères

Mot-clefs: Aéroport Notre-Dame-des-Landes
Lieux:

Pour la 2 eme fois en deux jours, une maison aux Ardillières est réouverte.

Ontheroof-medium
Pas de titre pour 11436

IlS FERMENT, NOUS OUVRONS!

Lundi 5 mars à 14 h, au carrefour des Ardillères, à peine les locataires d'une des
maisons partis, une entreprise en condamne les ouvertures. Cette maison
appartient au conseil général, dans le cadre du projet d’aéroport. Averti.e.s, nous
les empêchons de placer leurs plaques de métal en entrant dans la maison. La
gendarmerie intervient et nous évacue violemment : 3 personnes arrèté.e.s dont 2
placées en garde à vue et quelques blessé.e.s, mais un groupe de 7 reste hors
d'atteinte sur le toit. On se retrouve une centaine à la nuit tombée face
à une multitude de flics et à leur « périmètre de sécurité ». Des feux s'allument,
de la musique et une cantine s'improvisent, on s'installe pour plusieurs heures.
Vers 11 h, la flicaille plie bagage, armes, gyrophares et cameras, sans avoir
réussi à déloger les personnes sur le toit, et non sans prendre quelques cailloux...
On reprend la maison. L’activité continue sur le carrefour : discussions,
installation de la maison pour y dormir et la défendre contre une deuxième
tentative d'expulsion.
Le lendemain mardi, vers midi, une bouffe réunit vers midi plusieurs dizaines de
personnes. Dans l'après-midi, c'est 14 bus de gardes mobiles qui déboulent, et
rebelotte ! 6 personnes sur le toit, rassemblement, le carrefour est bloqué par les
flics, quelques barricades s'improvisent sur les routes pour gêner leurs
mouvements, courses poursuites dans les champs, quelques arrestations.
Pendant tout ce temps, les flics protègent des salariés du conseil général qui
ferment tant bien que mal les ouvertures avec des plaques de bois. Quand c'est
fini, ils s'en vont, toujours accompagnés par quelques pierres. En quelques
minutes, leur blindage est joyeusement démonté et la porte ouverte : à
l’intérieur, matelas et affaires abimées, gaz lacrymo dans toutes les pièces.
Bon bah vla quoi, c'est pour ça que c'est un peu le bordel sur le carrefour ces
derniers jours.
Pour notre part, il est insupportable que des maisons soient murées, qu'on
expulse et déplace des gens comme on le ferait avec des meubles, pour un
aéroport ou n'importe lequel de leurs projets de riches. On se laisse pas faire et
c'est pour ça que ça pourrait bien être encore le bordel dans cette zone dans les
temps à venir. Dans cette lutte, y a aussi d'autres moments, des concerts, manifs,
balades, bonnes bouffes, discussions. N'hésite pas à te tenir informé.e et à venir nous rejoindre.....

Link_go Lien relatif

Email Email de contact: zad_AT_riseup.net