SOPA: l’empire contre-attaque, Megaupload ferme

Mot-clefs: Informatique
Lieux:

Il fallait s’y attendre! Après la plus grande mobilisation sur internet de l’histoire (1), l’industrie de la « culture » contre-attaque. Jeudi, Megaupload a été frappé de la censure, à grands renforts de FBI et de lois anti-mafia.

Dark_vador_slide-medium
Pas de titre pour 11300

La guerre est ouverte!

75 000 sites qui se mettent en grève (selon SOPA Strike), 162 millions de personnes touchées par l'initiative de Wikipédia, 4,5 millions qui ont signé la pétition de Google, un million de messages envoyés par le biais de l'EFF (chiffres de numerama (2)), les partisans de SOPA (3) et de PIPA (4) qui commencent à retourner leur veste, une mobilisation qui pousse la maison blanche à menacer de poser son véto sur les lois... Ça commence à faire un peu beaucoup! Quel meilleur signal pour calmer toutes ces ardeurs insurrectionnelles que de faire tomber le plus grand site de partage connu? (qui devait morfler quoi qu'il arrive on est bien d'accord).

Jeudi, les dirigeants de l'entreprise ont été arrêtés en Nouvelle Zélande et des serveurs saisis par le FBI. C'est la loi sur le copyright qui a pour cette opération été invoquée, mais également des textes invoquant le cadre de la lutte anti-mafia! Autant dire que les petits plats ont été mis dans les grands! Notons que la procédure par était par ailleurs engagée depuis le 5 janvier.

Dans le quart d'heure qui suit, 5000 hackers de anonymous se sont immédiatement attaqués aux sites de soutiens de SOPA et FBI. Dans certaines de leurs communications, les cyber-militants annoncent que la guerre est déclarée et que les opérations menées ce jeudi ne sont qu'un début.

Période d'essai?

Étant données les affaires qui nous préoccupent outre atlantique avec l'examen des lois SOPA et PIPA, on est en droit de se demander si on serait pas en train de goûter en prévente, à l'internet de demain... Les grands moyens ont ici été employés, et notamment quelques propositions figurant dans les deux textes. Les deux projets sont pour l'instant reportés, mais la bataille est loin d'être terminée.

La fermeture tombe également à point nommé pour la maison blanche qui peut ainsi de reprendre la main sur les événements et envoyer un signal fort aux industries du divertissement qui ont promis qu'ils ne verseraient plus un sou pour la campagne de Obama suite aux oppositions de la maison blanche à SOPA et PIPA.

Sarkattaque

Notre bon président s'est suite à cette annonce, empressé de partager sa satisfaction par communiqué et de déclarer: « le moment est donc venu d'une collaboration judiciaire et policière active entre États pour porter un coup d'arrêt à leur développement ». On pourrait penser qu'il s'agit une fois encore d'une déclaration à portée morale comme il en a le savoir faire. Mais cette phrase prend une tout autre signification lorsque l'on se remémore le traité ACTA (5), qui lui aussi prévoit une coopération internationale, et entraînera surveillance et censure d'Internet, et qui est sur le point d'être ratifié par l'Union Européenne.

Les réactions de la presse ne sont pas moins désolantes et hypocrites: "pirates", "gourou", prétendus chiffrements des pertes des majors: on a eu le droit à toute la propagande que nous servent habituellement les industries du divertissement.

Faut-il pleurer Megaupload?

On va pas se raconter de cracks, Megaupload, c'est 4% du trafic mondial sur le net, et pas que pour stocker les photos du p'tit dernier! On y trouve beaucoup de films, également en streaming, et qui sont protégés par les sacro-saints droits d'auteurs. Mais ça, ça ne m'empêche pas vraiment de dormir!
Par contre, Megaupload c'est aussi une gestion d'entreprise qui n'est pas forcément très très claire sur tous les points, qui se fait du blé sur le dos des internautes avec ses comptes "premium" et son système de rétribution des utilisateurs actifs, sur la publicité (et donc le fichage comportemental), et qui pour couronner le tout (avec un tel système économique faut pas s'étonner), favorise une fois de plus les grosses productions au détriment des plus modestes. Owni avait écrit un article sur le sujet que vous pouvez consulter si ça vous intéresse (6). Donc quand Emmanuel Gadaix (un responsable français de l'entreprise) vient au Sénat (7) pour critiquer Hadopi et mettre l'idée de partage en avant, je dis halte!

Pourquoi est-ce Megauload n'est pas du vrai partage? Parce que contrairement à ce qui se faisait avec le peer to peer (emule, Napster ou BitTorrent aujourd'hui), avant qu'Hadopi ne fasse fuir tout le monde de ces réseaux, il y a concentration du trafic sur quelques serveurs. Ce que ça veut dire quand il y a un problème comme aujourd'hui, c'est que tout le monde perd toutes ses données. Si celles-ci sont stockées au même endroit, il est également bien plus aisé de les saisir, de les analyser etc. Emmanuel Gadaix expliquait à ce sujet au Sénat, et sans aucune gêne, que Megaupload avait des informations très détaillées sur les habitudes des français.

À l'inverse, le peer to peer (8) propose un modèle dans lequel tous les utilisateurs sont égaux, ils ont la même importance dans le réseau: ils sont pairs. De par son système "fédéraliste" et non centralisé, il permet aussi une plus grande autonomie des internautes, et limite la possibilité pour des intermédiaires de type Megaupload de se faire plein de fric pour la distribution, alors que cette tâche est tout à fait inutile dans un éco-système de type peer to peer.

Entre DDL, streaming et peer to peer, on peut donc dire qu'il s'agit aussi d'un choix politique, que par nos pratiques, nous contribuons à la définition de ce qu'est l'espace publique virtuel. Bien sûr, le but n'est pas de nous culpabiliser, mais de faire en sorte de pouvoir se donner les moyens collectifs de pouvoir reconstruire autre chose que ce centralisme qui enrichit quelques uns, et nuit à nos libertés d'internautes.

En ce qui concerne cette affaire, ne perdons pas de vue que c'est la guerre contre le partage et la circulation des biens culturels qui est bel et bien engagée par les industriels, et non pas la seule fermeture d'une entreprise douteuse qui menacerait la sécurité publique.

(1) https://www.revoltenumerique.herbesfolles.org/2012/01/1...tion/
(2) http://www.numerama.com/magazine/21331-le-blackout-amer....html
(3) https://www.revoltenumerique.herbesfolles.org/category/...sopa/
(4) https://www.revoltenumerique.herbesfolles.org/category/...pipa/
(5) https://www.revoltenumerique.herbesfolles.org/category/...acta/
(6) http://owni.fr/2011/12/14/secret-megaupload-streaming-k...robb/
(7) http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video11054.html
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pair_%C3%A0_pair

Link_go Lien relatif