INDYMEDIA TOULOUSE LA FIN ?

Mot-clefs: Médias
Lieux:

Indymedia Toulouse, c’est une longue aventure !

Indymedia Toulouse a beaucoup d’ami(e)s et aussi quelques détracteurs fidèles, ceux qui nous traitent de sionistes à longueur de messages et qui se considèrent plus palestinien que les palestiniens..., ceux qui roulent pour eux même et qui poste des messages proche de la délation...

Lire le communiqué en ligne : http://toulouse.indymedia.org/
Indymedia Toulouse c’est avant tout un média libre qui relaie les luttes locales, nationales et internationales.

Indymedia Toulouse est géré par des modérateurs bénévoles et militants, qui veillent au grain pour ne pas laisser passer de la prose raciste, sexiste ou autres théories nauséabondes. Ils veillent aussi aux provocations diverses pour faire fermer le site ou nous envoyer devant les tribunaux..., à milles lieux des préoccupations des simples utilisateurs...

Indymedia Toulouse s’arrête ! momentanément ?, pour rebondir ? Besoin de souffler alors que les luttes ne s’arrêtent pas, elles !

Indymedia Toulouse a besoin de faire une pause pour repenser sa démarche, ses liens vis à vis de ses lecteurs, ses posteurs...

Indymedia Toulouse à besoin de vous !

Indymedia Toulouse lance un appel à tout ceux et à toutes celles qui pense que ce site a sa raison d’être et qui veulent s’y impliquer.

Indymedia Toulouse ne peut exister que si il est soutenu par un collectif "militant" qui sait tirer des bilans et envisager un média libre, pour les luttes futures dans ce monde "en crise".

Indymedia Toulouse se tait en attendant "la relève" ! Plus la peine de poster, nous désactivons les fonctions de "l’OpenPublishing". Cependant si vous souhaitez apporter des commentaires, votre soutien, votre participation future, laissez nous un message et vos coordonnées dans le dernier poste de la colonne intitulée "Infos locales" sous le titre : SOUTIEN A INDYMEDIA TOULOUSE ! Ces messages de ce forum ne seront vus que par "l’équipe actuelle", et nous estimerons l’opportunité d’organiser une réunion avec les "nouvelles bonnes volontés " pour relancer un véritable projet militant...

Indymedia Toulouse veut vivre !

Commentaire(s)

> J'ai décidé de quitter le "collectif" d'indymedia Toulouse

La première, la raison principale, est le fait que nous avons

réellement perdu notre rôle de média critique et autonome, notre fonction

première de faire converger les luttes, de ne plus donner la parole aux

sans voix et de ne plus être un contre pouvoir. D'ailleurs c'est peut être

une réflexion générale, mais ce qui est certain sur Toulouse c'est

qu'Indymedia est devenu un site de dépêches AFP et qui tant bien que mal se

force à être militant.

Mais pour quels motifs en suis je arrivé là ?

Indymedia Toulouse reste nombriliste, de part les animateurs-trices du

site, et d'autre part d'acteurs qui n'arrivent pas à comprendre, à faire

co exister la lutte virtuelle et celle de la rue, bien sur je pense à

notre spammeur fou Toulousain Hyma, ça serait trop dommage de ne pas le

citer.

Indymedia Toulouse reste nombriliste à cause de sa non réactivité

collective à diffuser un message de luttes. Je me suis épuisé seul pendant

un certain temps à continuer de modérer le site sans soutien interne, et

ce n'est pas faute d'avoir entrepris des amorces sur l'envie de se

regrouper, de faire des réunions. Maintenant le collectif reprend peut

être un peu de sa vigueur (soirée de soutien à la fin du mois de

Novembre), il n'est jamais

trop tard, mais ce qui est navrant c'est que je suis épuisé par ce manque

d'égard militant et ce manque de passion générale envers ce contre

pouvoir.

Je laisse la place. A trop regarder par terre on oublie que le ciel est

magnifique !

Mon départ s'installe dans une négligence relationnelle, dans une non

communication mais aussi et surtout une opacité du collectif.

D'un point de vue personnel, je n'ai plus d'affinité avec les personnes

composant le collectif. C'est se voiler la face de dire que nous aimons

travailler ensemble. En continuité de ça, depuis deux ans le collectif ne

répond plus au fondement principal de sa charte, à savoir une transparence

totale au niveau de la communication entre les modérateurs et sa

modération, une efficacité, une réactivité et un dynamisme concernant la

modération et les réunions du collectif (absence de réunions publiques).

Sans oublier une absence partielle de modération de la quasi totalité des

modérateurs pendant les périodes creuses comme les vacances scolaires et

ce depuis deux ans !

Concernant le fond, nous avons eu de gros soucis avec des personnes comme

phil, ou encore Hyma (toujours d'actualité) mais nous devons vivre avec

pour le moment, jouer au chat et à la souris, qui va poster ou refuser en

premier. C'est puérile mais nous avons essayer d'établir un dialogue. Sans

résultat comme on peut le constater. Concernant le fond des articles, et

le contenu du site, nous avons été souvent en désaccord. Je parlais de

notre éloignement des luttes locales sur Toulouse. Pour citer un exemple,

je pense directement au témoignage d'Olivier de la Vélorution. A aucun

moment nous ne l'avons soutenu ce que je trouve cela bien regrettable, à

aucun moment nous n'avons soutenu sa cause, sa lutte, nous nous sommes

uniquement focalisées sur le personnage et sur l'individu. Et pour ma part

j'étais souvent en désaccord quant au refus d'accepter ses articles.

Pour revenir sur le relationnel du collectif, nous n'avons pas su

communiquer.

Certes il faut faire des efforts chacun de son côté, sans non plus plier,

être tolérant et savoir s'effacer pour prendre en compte la voix des sans

voix, celle qui m'importe le plus, c'est pour cela que j'ai continué à

modérer, ayant conscience que pendant un long moment il y avait un

effacement du collectif. Peut être que je vis trop les choses, mais encore

une fois c'est comme ça que je perçois ce média, appelant les personnes

qui ne peuvent s'exprimer à le faire.

Il faut rappeler que cette plateforme n'appartient à personne, elle est le

fruit, la composante des individus qui luttent au quotidien contre les

souffrances capitalistes, contre les différentes formes de dominations, de

sexismes, de racisme... Certaines personnes se sont mal approprié ce

média en ne percevant à aucun moment la dimension politique et sociale d'une

convergence collective.

Ça fait depuis quelques temps que je pense à partir du collectif,

d'ailleurs je ne quitte pas pour autant le Média Libre et indépendant,

juste Indymedia Toulouse. Mon cœur appartient toujours à Indymedia, à

construire un support pour permettre aux gens d'être acteur, mais sous

d'autres formes, sous d'autres aspects, sous d'autres visions critiques...

prendre du recul et laisser parfois faire le temps ...

J'aime l'idée de pouvoir créer, mais il s'avère que ce n'est plus le cas

maintenant. Indymedia Toulouse se meurt et nous sombrons avec lui. Je ne

lui souhaite pas une fin tragique, j'espère que le média va

continuer sa petite route, tranquille, faire peau neuve.

Je ne voulais pas laisser le plaisir aux membres du "collectif" de me

virer, je le fait moi même, percevant une pointe de liberté et laissant

Indymdia aux nouvelles générations.

Quand on ne peut pas changer le monde, il faut changer de décor.

Lutin.

> Lutin, reviens, ils ont encore besoin de toi !

"si vous souhaitez apporter des commentaires, votre soutien, votre participation future, laissez nous un message et vos coordonnées dans le dernier poste de la colonne intitulée "Infos locales" sous le titre : SOUTIEN A INDYMEDIA TOULOUSE ! "

Toutes les bonnes volontés qui ont voulu répondre à cet appel se sont retrouvées sur un forum… INACTIVÉ !

SOUTIEN A INDYMEDIA TOULOUSE !

http://toulouse.indymedia.org/spip.php?article48100

Il n’y a que Lutin qui sait comment ça marche !