Prison (encore !) pour un étranger récalcitrant

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux:

Un retenu au camp pour étranger de Saint-Jacques-de-la-Lande (à proximité de Rennes) a été condamné à un mois de prison ferme pour "dégradations" ce mercredi.
C'est l'histoire d'un gars qui ne faisait pas d'histoires. L'histoire d'un papa qui a une petite fille (6 ans) dont il s'occupe un peu (il verse une pension alimentaire pour le reste) et qui va bientôt être à nouveau papa. L'histoire d'un exploité qui travaille comme déménageur.

Mais voilà, le monsieur est étranger. Et ça, en France en 2011, ça ne pardonne pas. Oh, bien sûr, le droit est de son côté : en tant que parent d'enfant français, il a parfaitement le droit à un titre de séjour. Seulement, la préfecture le lui refuse et lui délivre une obligation à quitter le territoire français (OQTF). Lui, il sait bien qu'il a le droit de rester là. Alors, quand il reçoit une convocation au commissariat, il y va confiant avec tous ses papiers.
Et là, badaboum : il est enfermé au CRA. On lui apprend qu'il n'a plus le droit de rester ici, parce qu'il a fait trop de prison.
Seulement voilà, le gars qui ne faisait pas d'histoires n'est jamais allé en prison. "Des menteurs, ce sont des menteurs ! Je n'ai jamais fait de prison". Au CRA, il s'énerve, d'autant qu'il est trop tard pour contester l'OQTF : celle-ci reste valable, quand bien même elle serait infondée. Il passe devant le juge des libertés, qui confirme la rétention. Alors ça l'énerve encore plus : il donne un coup de tête dans la vitre du camion qui le ramène au centre. Une fois arrivé, il arrache les détecteurs incendie, ainsi que quelques cables qui trainaient par terre.
Le gars qui ne faisait pas d'histoire finit par se dire que ça n'est pas bien malin de faire ça : il l'explique aux policiers en leur précisant où sont les pièces qui ont été endommagées et en remettant les cables à leur place. Monsieur est aussi un peu fragile psychologiquement, alors il avale une vis, qu'il recrache une fois arrivé à l'infirmerie. Il met en scène un suicide, aussi. Manifestement, la rétention ne réussit pas vraiment à monsieur.
Alors les policiers se disent qu'il serait sans doute mieux en cellule disciplinaire. Encore une fois, le gars qui ne faisait pas d'histoires ne comprend pas. Rebelote, des détecteurs de fumée cassés.

Là, les policiers se disent que trop c'est trop et décident de le placer en garde à vue. Il est passé aujourd'hui en comparution immédiate. Il a écopé d'un mois de prison ferme, avec mandat de dépôt. Ce soir, monsieur dormira en prison.

Comme ça, la préfecture a finalement raison : le gars qui ne faisait pas d'histoires, il est vraiment allé en prison.

Liberté pour toutes et tous ! Abolition des papiers !

PS : l'affaire a été évoquée par ouest-france : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Des-degrada...u.Htm