A Angers, la lutte sur la demande d'asile continue

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux:

Depuis maintenant plusieurs années sur Angers, des demandeurs d'asile, et des rroms luttent avec le CSSP49 autour des questions de papiers, de logement, et du droit d'asile.Tout à commencer avec la tentative de réquisition d'une gendarmerie en périphérie de la ville fin 2008. Pour rappel : annonce de l'ouverture | expulsion en moins de 48 heures | réaction suite à l'expulsion Il y a eut ensuite l'ouverture du 48 (voir ici : http://nantes.indymedia.org/article/17088). Puis s'en suivit une suite de nombreuses ouvertures de maisons (6 en 2 ans), ainsi que d'un campement de plus d'un mois devant la mairie.
Une nouvelle étape dans cette lutte a commencé début juin. Le mardi 7 juin au matin, deux squats de demandeurs d'asile et de rroms furent expulsés simultanément. Depuis pour protester contre cette expulsion sans relogement, pour demander le respect de leur droit à demander l'asile un campement s'est installé devant la mairie. Voir ici les communiqués : 1 , 2. Tous les matins la police les expulse manu militari, et tous les soirs le campement se réinstalle. La préfecture et la mairie bloquent ou sabotent les éventuelles discussions comme l'explique le communiqué après 15 jours de campements. La semaine dernière, au lendemain d'une petite action symbolique lors de l'inauguration du tram, la police intervint plus violemment lors de l'expulsion. Un demandeur d'asile et un militant furent interpellé. Suite à des pressions ils sortirent après une petite garde à vue. Le second avec une fracture et un rendez vous devant le juge. Cela n'a pas cassé le mouvement, quotidiennement le camp se redresse... et se fait expulser au petit matin. Récit et photos.

Commentaire(s)

> campement actuel

Salut,

pour info le campement est toujorus d'actualité. Tous les soirs installation devant la mairie, et tout les matins les flics virent les demandeurs d'asile et rroms.

L'autre jours le réveil fut accompagné d'un contrôleur d'identité. Deux demandeurs d'asile ont été emmené au comico... puis libéré dans la matinée.