Nantes : retour sur la manifestation pour la réunification de la Bretagne.

Mot-clefs: Libérations nationales
Lieux: Nantes

Récit partiel et partial de la manifestation bretonne du 18 juin 2011.

Samedi 18 juin à Nantes, plusieurs milliers de personnes (un cortège fluctuant, de 3 a 6000 personnes) sont parties des nefs de l'ile de Nantes pour exiger le rattachement de Nantes à la Bretagne.

Gros_faf_1-medium
Pas de titre pour 10778

16_1-medium
16

15_1-medium
15

14_1-medium
14

13_1-medium
13

12_1-medium
12

11_1-medium
11

10_1-medium
10

9-medium
9

8-medium
8

7-medium
7

6-medium
6

5-medium
5

4-medium
4

3-medium
3

2-medium
2

1-medium
1

Au delà du caractère régionaliste et potentiellement identitaire discutable de cet événement, la manifestation a été intéressante à plusieurs égards :

-Une manifestation bruyante et animée : l'odeur de bombe de peinture se mêlait à celle des fumigènes et autres engins pyrotechniques, présents en abondance tout au long du défilé. De très nombreux taggs ont été apposés, par exemple sur le palais de justice (photo 4) sous les yeux des RG, ou sur les tramways (photo 14). Malgré la pauvreté et la répétition des mêmes slogans, ces dégradations en série contribuaient à une ambiance offensive et festive. Quelques fusées tirées sur les locaux de Ouest France et un feu de banderole des Pays de la Loire au même moment ont rapidement donné le ton au début de la manif'. Certains slogans appelaient au sabotage et à la résistance : le cortège de tête était motivé, l'ambiance plutôt animée.

-Un cortège anticapitaliste et antifasciste (photo 3) avait été organisé pour contrer une éventuelle infiltration d'extrême droite, et pour réaffirmer que la Bretagne est une terre de luttes sociales, et une région antiraciste. Les fachos, à Nantes comme ailleurs, n'ont pas leur place dans nos rues. De nombreux taggs bretonnants et antifascistes (photos 5 et 6) ont été apposé tout au long du parcours. Le ton était donné, tant dans les slogans que les visuels et banderoles . C'étaitune réussite numérique, avec la présence notable de libertaires et d'antifascistes bretons (photo 1).
Un petit groupe de consanguins (photo 7) a fanfaronné quelques temps autour du cortège anticapitaliste. Profitant de la confusion au moment de l'arrivée devant l'Hôtel de Région, un roquet facho se serait risqué à la provocation, il en fut quitte pour quelques baffes.
L'extrême droite n'a pas réussi cette année a avoir faire une réelle apparition dans cette manifestation (à l'instar du rassemblement/fresque humaine de l'an dernier, ou déjà, il avait fallu barrer la route à une poignée de fachos), mais ils multiplient leurs tentatives et maintiennent une présence résiduelle incontestable. Restons vigilants.

-L'attaque des flics devant l'Hotel de Région : le temps fort de la manifestation était le passage devant ce bâtiment symbolisant pour les manifestants la négation de la Bretagne historique. Les environs du lieu étaient quadrillés de gendarmes mobiles et de CRS. Ce qui n'a pas empêché les pandores et l'édifice d'être copieusement mitraillé de projectiles en tout genre : oeufs, peinture, pétards...
Un gendarme gradé, peu prudent, a même eu le privilège d'avoir le visage et l'uniforme repeint (photo 8), puis de recevoir une omelette sur le crane. Suite à une arrestation, la tension est montée d'un cran, un feu a été allumé en face des camions (photos 9, 10, 11), les jets de projectiles ont redoublé d'intensité. Puis le cortège est reparti. Ce moment d'expression picturale sur les forces de l'ordre était réjouissant, dans une ambiance plutôt combattive.
Mais les flics sont restés beaucoup plus calmes que lors d'une manifestation étudiante, par exemple. La présence d'élus, de groupes de droites dans le cortège, et l'aspect consensuel de cet événement y sont sans doute pour quelque chose.

Le cortège, après avoir bien perturbé les transports en ville (feu sur la ligne de tram à commerce : photo 15) est retourné sur l'esplanade des chantiers navals ou se tenaient des concerts.
Bilan : une manifestation réussie, active et colorée pour les partisans de la réunification.

N'hésitez pas à corriger/compléter.

Commentaire(s)

> Mmmmm...

Fin de l'article : "Bilan : une manifestation réussie, active et colorée pour les partisans de la réunification"

Je n'étais pas à cette manifestation, mais j'aurais préféré qu'elle soit plus calme et pacifique dans sa forme.

Les manifestants étaient sans doute dans l'ambiance, mais vu de l'extérieur, ça ne me donne pas envie. Je suis pourtant favorable aux manifestations pour la réunification.

> grand classique d'Indymedia!

"je ne fais rien , mais si je faisais quelque chose, je ne le ferais pas comme ça!"

> ah

Au-délà du caractère identitaire détestable et non critiqué dans ce compte-rendu, il est encore une fois intéressant de voir que les fafs ont exprimé verbalement et matériellement leur intention d'être présent (certains étaient d'ailleurs présent physiquement et se sont sentis très à l'aise sans qu'ils soient inquiétés), ce qui pose des question sur l'essence même des mots d'ordre exprimés dans ces collectifs soit disants antifascistes.

Ce qu'il serait intéressant de remarquer, c'est de connaitre la proportion de manifestant-es non résident-es en 44 dans cette manif identitaire. Probablement loin de la "volonté populaire et démocratique" gravitant autour de la question de la réunification.

> cr

Salut!

Présent à cette manif',content du nombre (on était bien plus que les motards d en face!).

Bien animé,ça fait plaisir,loin des cortèges chiant-un petit tour et puis s en va,là y a eu du bruit,du visuel (une floppée impressionnante de drapeaux!),slogans bombés,autocollants partout!Bien!

Un bon groupe près à faire déguerpir les fachos.

Présence de supporters nantais dans le défilé,certains sont connus pour avoir des idées de merde,d autres n on pas ces mêmes idées, il faut le savoir.Et il y a eu quelques regards tendus entre eux et des supporters rennais, eux aussi présents,on connait la grande amitié footbalistique entre eux!Il n y avait pas que des histoires politique.

J ai aussi entendu pas mal de personnes parlé de Notre dame des landes,cette lutte était peut-être pas dans tout les esprits samedi,dommage.

> Et le Sud-Loire on en fait quoi?

Et le Sud-Loire on en fait quoi? OK Nantes est bretonne, mais le sud-loire ne l'est pas... il a fait partie administrativement de la bretagne pendant quelques siècles, mais les traditions de la population et la langue sont restées poitevines. Faudrait pas que l'impérialisme breton remplace l'impérialisme français...

> manif

Pour ma part, mitigé sur le nombre, moins que la dernière manif, mais on pouvait s'attendre à pire.

Pour les "supporters" nantais présents, si 1 ou 2 d'entre eux n'avaient vraiment rien à faire là, il ne faut pas tous les mettre dans le même sac. Pour en connaître certains, ils ne sont pas du tout, du moins à ma connaissance, être les fachos dont on en parle tant!

> gros fachos de renouveau français

regardez la photo prise par renouveau français lors del gay pride et comparez là avec du mec qui n'avait rien à faire là....brigade loire= préservatif poreux

> rep

J'ai entendu que deux membres Brigade Loire étaient présent sur la liste à gauche toute à saint herblain donc ça m'étonnerait qu'ils soutiennent les débiles du renouveau français.

Cela dit pour la photo c'est troublant en effet, ces supporters devraient faire le ménage chez eux...

> Précision.

"regardez la photo prise par renouveau français " C'est moi qui l'ai prise pendant la gay pride cette photo, jamais les fafs ne s'affichent en photo à visage découvert sur internet (voir à ce sujet le récit de la gay pride nantaise sur ce site).

Sinon, étant présent le 18 juin, il est évident que le groupuscule de "supporter" qui gravitait autour du cortège antifasciste à la manif bretonne étaient des fafs. Plusieurs trognes bien identifiées sont récurrentes. On en a la preuve par l'image, mais leur tentative d'attaque le démontrait déjà sans ambiguité.