Gay Pride: A tout-e-s celles et ceux qui veulent s'en laver les mains ...

Mot-clefs: Genre/sexualités
Lieux:

Une campagne homophobe lancée contre la Gay-Pride à Tours, par quelques morveux des jeunesses identitaires...
Depuis quelques temps à Tours, la réapparition et la résurgence de groupuscules fascistes, ou identitaires comme ils aiment à s'appeler, ne peut plus être ignorer. Que ce soit par l'affichage de leur idéaux racistes, par leurs défilés quasi-militaire, ou les « ratonnades » qu'ils effectuent à visage découvert, leurs interventions dans l'espace public est sans cesse croissante et décomplexée.

Ce problème découle plus globalement de la relative bienveillance avec laquelle les médias nationaux et le monde de la politique classique accueillent et tirent profits de la présence et de la diffusion des idéaux d'extrême-droite.

Il n'y a pas lieu de s'étonner que le Maire et le conseil municipal ( PS, PC, Vert, Modem, PRG... ) de cette ville offrent leurs infrastructures pour accueillir le congrès du F-N. Encore moins quand le préfet autorise une opération d'occupation militaire démesurée et de nombreuses bavures pour contenir l'indignation qu'avait provoquée un tel congrès.

Chacune des interventions publiques de ces groupuscules fascistes est faite en accord et avec l'autorisation de ces mêmes autorités en charge de l'ordre public (autorisation préfectorale, protection et déploiement de dispositifs policiers, etc...).

Toutefois à la veille d'une manifestation clairement homophobe et encore une fois autorisée contre la Gay-Pride, maintenant que ces autorités publiques craignent de réels débordements et violences, elles souhaitent se dédouaner et se laver les mains de ce qu'il risque d'arriver. Pire soutenant indirectement cette action homophobe, le préfet à même fait pression et menacé d'interdire la Gay-Pride, si les organisateurs de celle-ci ne se constituaient pas rapidement en milice d'auto-protection suffisamment conséquente. ( voir l'article de la N.R. du 19 Mai )

Ce refus d'accorder sa protection, n'étonnera que ceux qui s'illusionnent encore de l'hypocrisie de cette État de Droit. La police en tant qu'outil de contrôle et de répression des populations n'est absolument pas là pour protéger et garantir les « droits » de ces populations.

Alors que de nombreuses plaintes concernant des agressions à caractères raciales ou homophobes sont classées sans suite, ou pire qu'il est parfois extrêmement difficile de les faire simplement enregistrer … et que des membres de « vox populi », groupuscule à l'origine de cette campagne homophobe, se vantent publiquement d'être soutenue et d'être en relation directe avec des membres de la police. Il devient difficile de faire la part des choses et de s'illusionner des artifices républicains dont se parent le pouvoir.

Cas unique en France, cette remise en cause de la Gay-Pride est une profonde attaque lancée contre la liberté sexuelle. Malgré une rhétorique de façade plutôt mesurée, ces mêmes individus avaient défilé l'année précédente aux cris de « un trou du cul, c'est fait pour chier! » et « les pd aux fours ».

La lutte contre ses groupuscules fascistes ne peut en aucun cas être séparée de celles contre le pouvoir dominant. À des degrés certes différents, ils partagent les mêmes intérêts réactionnaires et ont en communs les mêmes volontés de politiques discriminatoires. Dés lors en cas de violences suite ces manifestations, nous tiendrons pour personnellement responsables et prendrons pour cible les autorités officielles qui auront autorisées et favorisées ces violences.

Quelques étrangers d'ici et d'ailleurs...