19 MARS 1962 CESSEZ LE FEU EN ALGERIE

Mot-clefs: Guerre
Lieux:

un écrit très personnel de mon ami Jacques
C'est à midi que le 19 mars 1962, le colonel commandant la BAO 211 de Telergma, dans le Constantinois a réuni, en présence des officiers et des sous-officiers tous les hommes de troupes disponibles pour nous annoncer que le CESSEZ LE FEU venait d'être proclamé en Algérie, mettant fin à la guerre.

Cette bonne nouvelle fut accueillie par les gus du contingent par des cris de joie. Des "La quille bordel" ont fusé. " L'Internationale" fut entonnée par des soldats sous les regards médusés et courroucés des gradés, certains essayant en vain de nous faire taire.

En ce 49ème anniversaire du CESSEZ LE FEU en Algérie et alors que les témoins de cette guerre coloniale disparaissent, il faut rappeler et expliquer à notre jeunesse la tragédie que fut la Guerre d'Algérie.

Par classes entières, près de 3 millions de jeunes gens du contingent furent mobilisés en Afrique du Nord de 1952 à 1962. Trente mille d'entre nous n'eurent pas la chance de revenir. Près de 300.000 furent blessés ou malades auxquels se sont ajoutés plus de 800.000 cas sociaux et pensionnés. La population civile fut également très éprouvée. Plusieurs centaines de milliers d'Algériens furent tués. Cette Guerre a laissé bien des cicatrices. Elle a profondément marqué toute une génération.

Avoir eu 20 et 21 ans en Guerre d'Algérie, avoir gâché les deux plus belles années de ma jeunesse ont fait de l'anticolonialiste que j'étais avant mon envoi forcé en Algérie, un antimilitariste.

Je dénonce le vote de la honte que sans vergogne les députés ont voté le 23 février 2005. Cette loi scélérate dont l'article 4 exige que " les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord (...)".

Plusieurs dizaines d'années après la fin de l'empire colonial, des députés ont osé voter une loi glorifiant le colonialisme et les infamies commises au nom et dans l'intérêt de la bourgeoisie française.

Lorsque les soulèvements des peuples colonisés firent sonner le glas de l'empire colonial, l'impérialisme français se cramponna à sa domination jusqu'aux limites du possible, faisant payer un lourd tribut de sang aux peuples opprimés mais, aussi, aux jeunes soldats, appelés du contingent envoyés en Algérie ou ailleurs pour mener de sales guerres coloniales.

C'est au prix d'atrocités, de massacres, de multiples destructions, que le colonialisme a pu établir sa loi en Algérie.

Cette loi inique a soulevé à juste titre l'opposition d'historiens, d'enseignants, mais aussi de tous ceux que révolte le silence fait sur les massacres qui ont jalonné l'histoire de la conquête et de la domination coloniales.

Par ce vote scandaleux, les députés, élus du peuple ont réhabilité les assassins de l'OAS et encouragé tous les nostalgiques des guerres coloniales. L'élection de Sarkozy n'a pas été une bonne affaire pour l'anticolonialisme et le maintien de la Paix dans le monde.

Voilà que ce sinistre individu se prépare à agresser militairement la Libye, sous couvert de l'ONU, en prétextant vouloir apporter une aide humanitaire au peuple libyen, ce qui est faux et mensonger.

Ce qui pousse Sarkozy, qui piaffe d'impatience, à guerroyer en Libye, c'est l'or noir dont le capitalisme veut s'accaparer pour son plus grand profit. Peut importe au capital et à ses laquais dont Sarkozy est un des "fleurons". Il faut se débarrasser à tous prix de toute velléité populaire.

Actuellement, les peuples arabes secouent le joug capitaliste et veulent se libérer de leurs chaînes en s'insurgeant contre les despotes qui sont aux affaires de leur pays respectif.

Les peuples de Tunisie et d'Egypte ont mis en fuite leurs tyrans. Chaque jour, de nouvelles victimes de la répression ordonnée par les dictateurs en place.

Ce soir, au Yemen, nous apprenons que l'armée a tiré à balles réelles sur la foule et qu'il y aurait au moins 46 morts et des centaines de blessés.

Sarkozy qui est à l'initiative de l'imminente attaque aérienne soit-disant ciblée, a d'autres buts qu'une action humanitaire dont il se moque totalement. En réalité, l'objectif de cette agression armée dont on sait où elle va commencer mais jamais quand elle va s'arrêter et encore bien moins jusqu'où elle peut conduire dans l'extension de la violence vers d'autres pays,

Cette attaque est décidée par l'ONU, dont les visées impérialistes sont de recoloniser toute l'Afrique et le Moyen-Orient afin de faire main basse sur les ressources de ces pays mais aussi d'occuper une place idéale sur le plan stratégique de la géopolitique mondiale.

Demain 19 mars, date anniversaire du CESSEZ-LE-FEU en Algérie, sera une journée du recueillement pour les victimes de ce conflit colonial meurtrier, qu'elles soient françaises ou algériennes.
J'insiste pour rappeler que les traumatisés de cette guerre sont des milliers à se débattre en plein dénuement avec leurs souffrances morales et psychiques auxquelles il n'est pas possible de trouver remède tant la souffrance morale et physique est terrible quand elle décide de frapper.

Des historiens s'essayent à relater ces souffrances mais rien ni personne ne peut remédier à ce mal.

Je n'en parle quasiment jamais tant c'est difficile, douloureux de d'évoquer les terribles traumatismes de guerre.

En 2000, j'ai été un des 10 cas exemplaires "choisis" dans le pays, m'a-t-on dit. J'étais donc un de ces dix hommes anéantis par la guerre, laissés sans aide depuis des décennies, a accepter de dire à quoi nous a réduits l'injustice de la nation qui nous avait appelés.

J'ai donc rencontré en aparté une dame, docteur en psychologie qui enseigne aux étudiants et dont la qualité des travaux est reconnue en France et au-delà de la Méditerranée.
Cette personne m'a reçue pendant plus de deux heures. Pour mon expérience personnelle, ce fut très dur d'aborder ce sujet délicat et encore tabou des décennies après. De ces dix interviews est sortie une brochure de cinquante pages appelée " Dossier pourpre des psychotraumatismes de guerre. Les entretiens que nous avons eu dont certains de mes propos que j'ai reconnu, sont évoqués dans certains journaux sans que ceux-ci ne semblent penser que nous puissions en avoir connaissance.
Il y a quelques mois, j'ai tombé sur un de ces articles très véridiques et j'ai reconnu des extraits de mes propos.
Ce fut un choc terrible de voir qu'ainsi des entretiens qui eurent lieu dans un cadre privé tant le sujet est pénible à évoquer.
J'ai donc décidé d'écrire à l'auteur de l'article en spécifiant que j'étais l'un de ces dix cas "exemplaires". Je n'ai jamais eu de réponse et pourtant, il s'agit d'un journal réputé progressiste que nous, internautes engagés, nous citons régulièrement.

Parmi les commentaires évoqués par la personne citée ci-dessus, je lis notamment:
"Frappante est la constance de la peur chez tous les interviewés. Cette peur, qui persiste aujourd'hui, a ceci de remarquable qu'elle est plus rapportée aux menaces de la hiérarchie qu'à la crainte d'attentats ou d'attaques.
Chaque sujet exprime le besoin de parler. Le soulagement lié au fait qu'on l'écoute est d'autant plus grand que la détresse consécutive au traumatisme n'a jamais été vraiment reconnue.
Les troubles ressentis touchent tous au rapport avec la mort : angoisse d'être tué, tortures, cauchemars, ramassage de cadavres, etc."
Il faut avoir vécu de tragiques et sanglants événements pour savoir ce dont il s'agit.

Les historiens ne peuvent pas s'exprimer à la place des intéressés, c'est une des raisons qui font que les associations d'ACVG sont très méfiantes à l'égard des historiens qui relatent des faits rapportés sans les avoir eux-mêmes vécus.

Il n'est pas concevable que cette douloureuse page de l'histoire puisse être tournée. Notre présence aux monuments aux morts lors de cette journée du recueillement et du souvenir servira la cause de la Paix.

Jacques Tourtaux

Appelé Anticolonialiste

________________________________________

49ème ANNIVERSAIRE DU CESSEZ-LE-FEU PROCLAME EN ALGERIE LE 19 MARS 1962

Extraits du Message de l'ARAC pour ce 19 mars 2011

49ème Anniversaire du cessez-le-feu proclamé en Algérie,

le 19 mars 1962

Il y a 49 ans, le 19 mars 1962, la guerre d’Algérie qui coûta la vie à près de 30 000 militaires et civils Français et plus de 800 000 Algériens, prenait fin, suite aux accords d’Evian signé le 18 mars 1962 entre le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la république algérienne.

Moment historique, victoire de la paix dont nous demandons avec persévérance la commémoration officielle.

Rendons hommage à toutes ces victimes françaises et algériennes, ces français déracinés, à ces harkis abandonnés, victimes d’une guerre qui aurait pu être évitée si le gouvernement français ne s’était pas obstiné, malgré la leçon de la guerre d’Indochine, à refuser de prendre conscience du grand vent de libération nationale soufflant sur les pays des ex-colonies françaises et avait compris, à temps, que l’ère du colonialisme était terminée.

Tous, citoyens français et algériens, nous gardons en notre mémoire l’empreinte de cette guerre. Elle nourrit notre volonté de paix et de solidarité avec tous les peuples du monde, nos luttes pour la défense et l’extension des droits des Anciens Combattants et Victimes de guerre, notre engagement pour les valeurs Républicaines et pour la Démocratie.

C’est avec cette même volonté qu’il faut rappeler l’échec du putsch des généraux factieux en Algérie du 21 avril 1961, tentative fascisante de renverser la République pour s’opposer à tout processus de cette paix que souhaitait la majorité des Français.

C’est à la suite de cet échec que les généraux félons en fuite - réfugiés en Espagne auprès du dictateur fasciste Franco - créaient l’O.A.S, organisation armée secrète, en réalité une organisation terroriste et criminelle.

Aussi, rendons hommage aux appelés du contingent, aux officiers et sous-officiers républicains qui ont refusé de suivre les généraux putschistes, et au peuple de France mobilisé dans une grève générale. Ensemble, ils ont sauvés la République.

Fidèles à leur mémoire, nous nous opposons de manière résolue à la réhabilitation de tous ceux qui, par la violence et le crime, ont tenté d’empêcher le retour à la paix et la fin du colonialisme, et tentent encore de renaître aujourd’hui. Nous condamnons l’existence des stèles et des monuments rappelant les criminels de l’OAS, y compris la plaque au mémorial du Quai Branly et l‘inscription sur la colonne centrale de ce mémorial de noms la détournant de sa mission symbolique d‘hommage aux Morts pour la France.

Enfin, nous appelons les Elus de la Nation et la population à exprimer, dans l’union la plus large, leur volonté de paix et de solidarité entre tous les peuples du monde, y compris le peuple algérien

____________________

http://www.arac51.com/350-000-anciens-d-Algerie.html

Link_go Lien relatif