L’Agence vénézuélienne d’information (AVN) et Castro soutiennent Kadhafi

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

que vont faire leurs partisans « anticapitalistes » et altermondialistes en France ?

Les media officiels chavistes et castristes soutiennent leur vieil allié khadafi
L’Agence vénézuélienne d’information (AVN) et Castro soutiennent Kadhafi : que vont faire leurs partisans « anticapitalistes » et altermondialistes en France ?
publié par Yves, le vendredi 25 février 2011

Chavez et Castro font partie depuis tou­jours des cou­rants qui déf­endent un "anti-impér­ial­isme réacti­onn­aire". Cette notion, peu com­prise et peu rép­andue à gauche et à l’extrême gauche (1) trouve une for­mi­da­ble et sinis­tre véri­fi­cation avec les posi­tions adoptées par l’Agencia vene­zo­lana de noti­cias (2) et Fidel Castro face à la situa­tion lybienne.

De même que la rhé­to­rique des gou­ver­ne­ments israéliens dits "sio­nis­tes" prét­endant être depuis des déc­ennies "la seule démoc­ratie de la région" s’est effon­drée comme un château de cartes devant les for­mi­da­bles mou­ve­ments sociaux qui ont ren­versé les régimes égyptien et tuni­sien, de même les médias cas­tris­tes et cha­vis­tes vien­nent de se dém­asquer de façon éclat­ante en appor­tant leur sou­tien à Kadhafi et à ses forces de répr­ession.

La crise en Lybie et les mas­sa­cres perpétrés perpétués par le régime ont entraîné ces médias à pren­dre le parti du régime lybien, tant ils sont aveu­glés par leur "anti-impér­ial­isme réacti­onn­aire".

C’est ainsi que selon l’Agencia Venezolana de noti­cias, agence offi­cielle du gou­ver­ne­ment Chavez, et les envoyés spéciaux de Telesur (chaîne cha­viste présentée comme un modèle par la gauche inter­na­tio­nale) le "peuple de Tripoli est sorti dans les rues pour sou­te­nir le pré­sident Kadhafi après plu­sieurs jours de vio­lence orga­nisés par l’oppo­si­tion" ... (http://www.avn.info.ve/node/44925)

Face à une telle veu­le­rie, une telle cra­pu­le­rie, tout com­men­taire est super­flu. Même si on ne peut que sou­rire en appre­nant que les jour­na­lis­tes de Telesur ont passé 5 heures en garde à vue à leur arrivée : les pau­vres lèche-cul, non seu­le­ment ils vien­nent sou­te­nir la répr­ession du régime mais en plus celui-ci ne com­prend pas leurs bonnes inten­tions "révo­luti­onn­aires" et "socia­lis­tes"....

Quant à "Granma" le jour­nal offi­ciel du Parti "com­mu­niste" cubain et du régime (http://www.granma.cu/espa­nol/reflex...) il est convaincu que "le plan de l’OTAN est d’occu­per la Lybie".

Fidel Castro considère Kadhafi comme un "révo­luti­onn­aire" qui s’est ins­piré des idées de Nasser. Donc, selon lui, il ne faut sur­tout pas dén­oncer la répr­ession du régime contre son peuple, nous expli­que Fidel, mais en revan­che dén­oncer "le crime que l’OTAN se pré­pare à com­met­tre contre le peuple lybien". Si effec­ti­ve­ment une nou­velle inva­sion de l’OTAN se pré­parait on devrait la condam­ner, mais est-ce la prio­rité actuelle ? Et devrait-on pour autant d’ailleurs sou­te­nir Kadhafi ?

Voilà un beau sujet de réflexion pour des médias "cri­ti­ques" comme "Le Monde diplo­ma­ti­que" et "Acrimed" qui se font tou­jours un hon­neur de dén­oncer la dés­inf­or­mation bien réelle mise par en place par "l’impér­ial­isme amé­ricain" mais sont net­te­ment plus silen­cieux face à d’autres formes de dés­inf­or­mation sta­li­nienne, néo-sta­li­nienne ou natio­na­liste.

Trouveront-ils le cou­rage de dén­oncer la dés­inf­or­mation qu’orga­ni­sent Castro et Chavez en sou­te­nant Kadhafi ? Seront-ils sur­tout capa­bles d’en com­pren­dre les rai­sons ? Ou feront-ils comme les maois­tes occi­den­taux qui jus­ti­fièrent tous les tour­nants de la poli­ti­que étrangère du Parti com­mu­niste chi­nois avant de dis­pa­raître ?

On peut en douter...

Y.C.

25/02/2011

1. Cet anti-impér­ial­isme de paco­tille, à sens unique, épingle tou­jours plus fréqu­emment les inter­ven­tions amé­ric­aines ou "amé­ri­cano-sio­nis­tes" que les inter­ven­tions de l’armée franç­aise en dehors de l’Hexagone (mais cela s’appli­que aussi à quan­tité d’autres pays où les gau­chis­tes sont beau­coup plus prompts à dén­oncer les clas­ses domi­nan­tes "étrangères" que leur propre classe domi­nante). Cette idéo­logie est très rép­andue dans les rangs alter­mon­dia­lis­tes et dans ceux de l’extrême gauche. Elle se dév­oile donc rare­ment, tant son pou­voir d’intoxi­ca­tion est puis­sant et ses dis­cours pseudo "socia­lis­tes" et "révo­luti­onn­aires" sont mys­ti­fi­ca­teurs. A ce sujet on lira les deux arti­cles tra­duits sur ce site : http://www.mon­dia­lisme.org/spip.php... et les nom­breux textes présentés sur le site http://bataille­so­cia­liste.word­press....

2. L’AVN a pris la suc­ces­sion de l’Agencia boli­va­riana de noti­cias considérée comme une source fiable par toute l’extrême gauche et la gauche cas­tris­tes et cha­vis­tes.

******

On lira avec profit l’arti­cle sui­vant que nous repro­dui­sons en entier mal­heu­reu­se­ment sans les photos et le matériel audio

http://www.pole­mi­ca­cu­bana.fr/?p=162...

[Libye] Pour Chávez, Kadhafi est « un leader des peu­ples d’Afrique et de l’Amérique latine »

Chavez décorant Kadhafi et lui offrant la rép­lique de l’épée de Simón Bolivar (28 sept 2009)

Images et son de la céré­monie.

http://www.you­tube.com/watch?v=3f__...

« Camarade pré­sident, Mouammar Kadhafi, ceci est la rép­lique de l’épée qui a réveillé l’Amérique latine il y a 200 ans. Les peu­ples l’ont offert à Bolivar (…) Je te la donne à toi, soldat révo­luti­onn­aire, leader du peuple libyen (…), des peu­ples d’Afrique et éga­lement des peu­ples d’Amérique latine et de la Caraïbe. » Hugo Chávez, le 28/09/2009.

Article paru dans un site Internet de sou­tien au régime de Chávez (Aporrea.org)

28 sep­tem­bre 2009.- « Cette épée est vivante et avance à tra­vers l’Amérique latine d’aujourd’hui », a déclaré le pré­sident de la République boli­va­rienne du Venezuela, Hugo Chávez Frías, en don­nant à son homo­lo­gue libyen, Mouammar Kadhafi, une rép­lique de l’épée de Simón Bolivar et l’Ordre du Libérateur pour sa pre­mière visite dans le pays.

« Au nom de notre peuple et de la Révolution boli­va­rienne, je te la donne à toi, soldat révo­luti­onn­aire, leader du peuple libyen, de la Révolution Libyenne, leader des peu­ples d’Afrique et éga­lement pour les peu­ples d’Amérique latine et de la Caraïbe » a déclaré M. Chávez dans une retrans­mis­sion natio­nale radio-télévisée. Le colo­nel Kadhafi se trouve dans l’île de Margarita, État de Nueva Esparta, après le IIe Sommet Afrique-Amérique du Sud, dans le cadre de sa pre­mière visite offi­cielle au Venezuela. Pour sa part, le leader libyen a remis au Président vénézuélien un jeu de déco­rations pro­tec­tri­ces, faites à la main, qui ont été uti­lisés par les cava­liers arabes de la Jamahiriya, ou la lutte arabe. « En votre hon­neur… », a déclaré le diri­geant libyen, en expli­quant que ces acces­soi­res sont très sym­bo­li­ques car ils représ­entent les cos­tu­mes que por­taient les cava­liers et leurs che­vaux lors de la lutte de la guér­illa libyenne contre l’inva­sion ita­lienne. Après la céré­monie de remise de la plus haute déco­ration du Venezuela, les deux diri­geants ont signé la Déclaration com­mune entre la Libye et le Venezuela, dans leur lutte com­mune pour cons­truire un monde mul­ti­po­laire, dans la voie socia­liste.

Source : http://www.apor­rea.org/actua­li­dad/n...

Voir aussi

http://www.tsr.ch/info/monde/106028...

[Libye] Les der­niers sou­tiens de Kadhafi…

Pour la chaîne « boli­va­rienne » Telesur, le peuple libyen sou­tient Kadhafi et tout le reste n’est que dés­inf­or­mation… A preuve cette infor­ma­tion sur le repor­tage de l’envoyé spécial de la chaîne à Tripoli.

Telesur dév­oile une cam­pa­gne de dés­inf­or­mation sur la situa­tion poli­ti­que en Libye

Caracas, 23 février ABN. – L’équipe de jour­na­lis­tes de Telesur est entrée en Libye ce mer­credi pour rendre compte de la situa­tion poli­ti­que que vit le pays afri­cain, sur lequel des médias inter­na­tio­naux ont dif­fusé des infor­ma­tions qui prés­entent des scènes de « guerre civile ». Le jour­na­liste de Telesur, Jordán Rodríguez, a informé ce mer­credi depuis Tripoli que le peuple de cette capi­tale est sorti dans les rues pour sou­te­nir le gou­ver­ne­ment du pré­sident Mouammar Kadhafi, après plu­sieurs jours de vio­len­tes mani­fes­ta­tions menées par l’oppo­si­tion qui ont laissé un bilan offi­cieux entre 300 et 400 morts. « Il y a seu­le­ment deux minu­tes je me trou­vais sur la Place Verte, dans le centre de la capi­tale, où il y a une grande mani­fes­ta­tion de sou­tien au pré­sident Mouammar Kadhafi. Les gens arri­vent avec des dra­peaux et des pan­car­tes », a rap­porté Rodríguez, qui a cons­taté une situa­tion de calme dans ce pays tout en indi­quant qu’« il y a énormément de ten­sion et de dés­inf­or­mation ». Quant aux foyers de vio­lence, le jour­na­liste a indi­qué que, selon des sour­ces offi­ciel­les, ils ont été générés parce que des mili­tants de l’oppo­si­tion ont essayé de pren­dre des bases mili­tai­res et des bâtiments du gou­ver­ne­ment, ce qui a pro­vo­qué une rép­onse des Forces Armées de ce pays. « Le chif­fre (de décédés) n’a été confirmé par aucune source offi­cielle », a-t-il signalé. Il a sou­li­gné qu’à son arrivée à Tripoli il a pu obser­ver que « beau­coup de com­mer­ces étaient fermés à cause de la situa­tion des six der­niers jours » mais qui « main­te­nant c’est calme ». Il a indi­qué qu’il n’a pas vu prés­ence mili­taire exces­sive dans les rues de cette capi­tale afri­caine mais un ren­for­ce­ment de la pro­tec­tion des bâtiments gou­ver­ne­men­taux. Après avoir recueilli les tém­oig­nages de plu­sieurs per­son­nes, Rodríguez a pu confir­mer la faus­seté des infor­ma­tions « données par des agen­ces inter­na­tio­na­les sur le bom­bar­de­ment de la ville de Tripoli par de grands avions mili­tai­res et le mas­sa­cre qu’on a voulu faire voir au niveau inter­na­tio­nal ». Cependant, le jour­na­liste a indi­qué que la com­mu­ni­ca­tion a été rendue dif­fi­cile et que quel­ques médias ont main­tenu le silence sur ce qu’il se pro­duit dans ce pays. D’autre part, il a déclaré que quel­ques chefs tri­baux de la Libye « pour­raient être en train dis­cu­ter avec des représ­entants du Gouvernement, pour qu’il puisse être permis de rétablir la nor­ma­lité ». Rodríguez a sou­li­gné que cer­tains citoyens se deman­dent pour­quoi les Nations Unies et la Ligue Arabe, en plus d’autres orga­ni­sa­tions inter­na­tio­na­les, ne se sont pas pro­noncées contre les pro­tes­ta­tions en Tunisie et en Egypte, comme actuel­le­ment elles le font contre la Libye. L’équipe de Telesur a été arrêtée pen­dant cinq heures en Libye par les auto­rités de ce pays, qui pour des rai­sons de sécurité ont vérifié les motifs de la visite des jour­na­lis­tes de la télé­vision. Le tra­vail de Rodríguez a été mani­pulé par des médias au Venezuela comme le por­tail Noticias24, pour mon­trer que l’infor­ma­tion four­nie par le jour­na­liste depuis Tripoli prétend nier le conflit poli­ti­que que vit le pays arabe.

Source : http://www.avn.info.ve/node/44925 La morgue de l’hôpital de Benghazi

Pour l’ins­tant Chávez n’a rien dit offi­ciel­le­ment sur la situa­tion en Libye.

Ce n’est pas le cas de Castro (Fidel), qui, dans le quo­ti­dien Granma, conti­nue de délivrer ses ana­ly­ses sur la situa­tion inter­na­tio­nale et voit dans ce qui se passe en ce moment un « plan de l’OTAN pour occu­per la Libye », tandis qu’Ortega du Nicaragua exprime ouver­te­ment son sou­tien au tyran de Tripoli et affirme même lui avoir téléphoné pour le lui dire. Mais beau­coup de médias et de sites Internet en langue espa­gnole s’ali­gnent sur la thèse de la cons­pi­ra­tion et relaient les « infor­ma­tions » de Telesur favo­ra­bles au régime de Kadhafi.

La sénilité poli­ti­que assai­sonnée des efflu­ves d’un sta­li­nisme ranci et de quel­ques ves­ti­ges rhé­to­riques d’un « anti-impér­ial­isme » à la vue par­ti­cu­liè­rement basse ne peut que pro­duire des aber­ra­tions et des mons­truo­sités qui voient des com­plots par­tout et cher­chent à jus­ti­fier l’injus­ti­fia­ble.

Plus que jamais, recons­truire un projet d’éman­ci­pation sup­pose de tour­ner défi­ni­ti­vement le dos à ces dan­ge­reux crétins et à leurs éternels épi­gones, leurs dévots, ici et par­tout, et d’emprun­ter, aussi réso­lument que radi­ca­le­ment, d’autres voies, avec d’autres conte­nus, en com­mençant à ne pas se donner de “guides” ou de lea­ders : ni de césars ni de tri­buns.

Les peu­ples qui se soulèvent aujourd’hui contre les tyran­nies n’ont qu’une chose à faire : définir eux-mêmes en les cons­ti­tuant les formes pro­pres par les­quel­les ils sou­hai­tent s’auto­gou­ver­ner.

http://www.mondialisme.org/spip.php?article1617

Commentaire(s)

> YC n'aime pas Chavez, ni Castro

c'est parfaitement son droit

Critique aussi avec virulence tout écrit contre l'impérialisme des USA ou d'Israël

Encore une fois, c'est l'opinion de Coleman, et nul ne lui niera le droit de l'exprimer

Mais.... peut-on avoir une autre lecture ?

Que l'on ne vienne pas dire qu'en postant cette analyse, je soutiendrais l'une ou l'autre des dictatures arabes

Ce serait du plus haut comique, puisque je manifeste régulièrement avec mes camarades en soutien aux "révolutions" en cours (demain dimanche pour la prochaine) , tout en m'interrogeant sur ce qu'il en sortira

Il n'empêche qu'il y a bien des interrogations sur ce "soutien" cynique des impérialistes, eux qui n'hésitaient pas à "commercer" au plus haut niveau

On lira avec profit dans l'Humanité du 24/2/2011

"Quand le président Sarkozy commerçait avec le colonel libyen "

http://www.humanite.fr/23_02_2011-quand-le-pr%C3%A9side...65762

et un autre cynisme qui n'étonnera personne, dans un article de patrick le hyaric daté du 25/2

"LE MAUVAIS COUP D’OBAMA"

http://patricklehyaric.net/2011/02/25/le-mauvais-coup-d...bama/

__________

Allez, pour une analyse critique sérieuse, on lira aussi avec "profit" Alain Gresh, toujours dans l'Huma, le 23/2

http://www.humanite.fr/23_02_2011-alain-gresh-%C2%AB-ri...65756

(...)

Quelles peuvent être les répercussions des révolutions arabes sur la question palestinienne ?

Alain Gresh. Je pense que les pays arabes vont être amenés à prendre des positions plus fermes. L’Égypte, en particulier, qui était devenue le faux nez d’Israël et des États-Unis. Son avenir n’est pas écrit, là comme ailleurs, la lutte du peuple continue et beaucoup de choses ne sont pas jouées. Mais quel que soit le futur gouvernement, il devra prendre en compte l’opinion publique, cette opinion publique dont on pensait qu’elle n’existait pas parce qu’elle n’avait aucun moyen de s’exprimer. Tout le monde sait de quel côté elle penche, et c’est pourquoi Israël aimait tant les dictatures arabes.
Je pense aussi que l’éviction de Moubarak est une bonne chose pour l’unité palestinienne. L’Égypte, qui officiellement jouait les médiateurs entre le Hamas et le Fatah, a en réalité tout fait pour empêcher la réunification. Au plan intérieur palestinien, l’exemple de la Tunisie et de l’Égypte peut être aussi porteur d’espoir pour une jeunesse palestinienne qui cherche de nouvelles formes de lutte, alors que, de toute évidence, la génération qui dirige l’Autorité est arrivée en bout de course. Le gouvernement israélien en est parfaitement conscient, on le voit à ses réactions. Après avoir supplié Obama de ne pas laisser tomber Moubarak, il est en train de mettre en place des forces d’intervention rapide pour parer à tout risque de soulèvement dans les territoires occupés.

(...)

Israël n’est pas le seul à avoir soutenu les dictatures arabes…

Alain Gresh. En effet. Pour les chancelleries occidentales, le soutien à ces dictatures était considéré comme la condition de la sécurité de l’Occident et d’Israël. C’était les régimes au pouvoir ou les islamistes. Alors certes, on ne peut pas avoir une politique étrangère uniquement fondée sur les droits de la personne, mais on n’est pas obligé non plus de cautionner les dictatures comme on l’a fait avec la Tunisie de Ben Ali et l’Égypte de Moubarak sans parler de la Libye de Kadhafi. Il me semble que la France et l’Italie se sont particulièrement distinguées dans les courbettes, au sens propre, puisque Berlusconi est allé jusqu’à s’incliner devant Kadhafi et lui baiser la main, comme le montre une photo dans la salle consacrée à cet événement historique au Musée de Tripoli.

Mais toute l’Union européenne s’est mouillée en passant un accord avec lui pour qu’il contienne les candidats à l’émigration africaine en les jetant dans des camps.

Alain Gresh. Pas seulement. En Libye comme dans d’autres pays arabes, l’Union européenne a été l’instigatrice de la libéralisation des entreprises publiques, en faisant semblant de ne pas voir que cela entraînait la mise en place d’une économie prédatrice débouchant sur un pillage des ressources et leur accaparement par les groupes dirigeants à un niveau incroyable.

(...)

_________________

LA DANSE MACABRE DU CYNISME

La politique de pillage imposée par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN au Moyen-Orient est entrée en crise. Et cette crise est due, forcément, à la hausse des cours des céréales dont les retombées ont été plus fortes dans les pays arabes où la rareté de l’eau, les zones désertiques et la pauvreté du peuple généralisée contrastent avec les revenus très élevés des secteurs privilégiés liés aux énormes ressources pétrolières.

Alors que les prix des aliments ont triplé, les fortunes immobilières et les trésors de la minorité aristocratique se chiffrent à des billions de dollars.

Le monde arabe, de culture et de religion majoritairment musulmane, s’est en plus senti humilié par la mise en place, à feu et à sang, d’un État qui n’a respecté aucune des obligations élémentaires ayant présidé à sa création dans le cadre de l’ordre colonial qui existait à la fin de la Deuxième Guerre mondiale et qui permit aux puissances victorieuses de fonder l’ONU et d’imposer les règles du jeu régissant le commerce et l’économie mondiaux.

La trahison de Anwar El-Sadat à Camp David a empêché l’existence de l’État arabe palestinien visé dans les accords de l’ONU de novembre 1947, si bien qu’Israël est devenu une forte puissance nucléaire alliée des États-Unis et de l’OTAN.

Le complexe militaro-industriel étasunien a livré des dizaines de milliards de dollars tous les ans à Israël et même aux États arabes que celui-ci soumettait et humiliait.

Le génie s’est échappé de la bouteille, et l’OTAN ne sait pas comment le contrôler.

Il va s’efforcer de tirer le plus gros profit des regrettables événements libyens. Nul n’est capable de savoir actuellement ce qu’il se passe dans ce pays. L’Empire a fait publier par ses médias toutes sortes de chiffres et de versions, jusqu’aux plus saugrenus, afin de semer le chaos et la désinformation.

De toute évidence, une guerre civile se déroule en Libye. Pourquoi et comment a-t-elle éclaté ? Qui en paiera les conséquences ? L’agence Reuters, se faisant l’écho d’une banque japonaise bien connue, la Nomura, a signalé que les cours du pétrole pourraient battre tous les records :

« "Si la Libye et l’Algérie arrêtaient leur production pétrolière, les cours pourraient dépasser 220 dollars le baril, et l’OPEP verrait réduite sa capacité inutilisée à 2,1 millions de barils par jour, similaire aux niveaux de la guerre du Golfe, et au record de 147 dollars le baril établi en 2008", a affirmé la banque dans une note. »

Qui pourrait payer des prix pareils? Quelles en seraient les conséquences en pleine crise alimentaire ?

Les principaux leaders de l’OTAN jubilent. Le Premier ministre britannique, David Cameron – selon ANSA – « …a admis dans un discours au Koweït que les pays occidentaux avaient fait erreur d’avoir soutenu des gouvernements non démocratiques dans le monde arabe. » Félicitons-le du moins pour sa franchise.

Son collègue français Nicolas Sarkozy a déclaré : « La poursuite de la répression brutale et sanglante contre la population civile libyenne est répugnante. »

Le ministre italien des affaires étrangères, Franco Frattini, a jugé « crédible » la quantité de mille morts à Tripoli, et a parlé de "chiffres tragiques" et de "bain de sang".

Selon Hillary Clinton, le « bain de sang » est « absolument inacceptable » et « doit cesser ».

Pour Ban Ki-moon, « le recours à la violence dans ce pays est absolument inacceptable… le Conseil de sécurité agira en accord avec les décisions de la communauté internationale… nous envisageons une série de variantes. »

En fait, ce qu’attend Ban Ki-moon, c’est qu’Obama dise le dernier mot.

Le président étasunien a parlé ce mercredi après-midi. Il a fait savoir que sa secrétaire d’Etat partirait en Europe afin de décider avec les alliés de l’OTAN des mesures à prendre. À le voir, on constatait qu’il ne voulait pas laisser filer l’occasion de se colleter avec le sénateur républicain d’extrême droite, John McCain, avec le sénateur pro-israélien du Connecticut, Joseph Lieberman, et avec les dirigeants du Tea Party, et de garantir son investiture par le Parti démocrate.

Les médias de l’Empire ont préparé le terrain en vue d’une action. Une intervention militaire en Libye n’aurait rien de surprenant, ce qui garantirait par ailleurs à l’Europe les presque deux millions de barils par jour de pétrole léger qu’elle importe, si des événements qui mettraient fin au leadership ou à la vie de Kadhafi n’intervenaient pas avant.

De toute façon, le rôle d’Obama est plutôt compliqué. Comment réagira le monde arabe et musulman si une telle équipée faisait couler à flot le sang libyen ? La vague révolutionnaire déclenchée en Égypte freinera-t-elle une intervention de l’OTAN en Libye ?

L’invasion de l’Iraq déclenchée par Bush sous de faux prétexte – mission remplie ! s’était-il exclamé – a coûté la vie à plus d’un million d’Arabes innocents.

Nul dans le monde n’acceptera jamais la mort de civils innocents, en Libye ou ailleurs. Je me demande : les États-Unis et l’OTAN appliqueront-ils un jour ce même principe aux civils désarmés que leurs drones et leurs soldats tuent tous les jours en Afghanistan et au Pakistan ?

C’est vraiment la danse macabre du cynisme !

Fidel Castro Ruz

Le 23 février 2011, 19 h 42

> Quelques leçons des révoltes au Maghreb

Effectivement, pour aller dans le sens de Coleman, il faut se souvenir que les dictatures qui se sont effondrées ou sont en voie de le faire au Maghreb sont des dictatures DE GAUCHE ! Tous ces messieurs les dictateurs étaient, comme Saddam Hussein par exemple ou Laurent Gbagbo qui l'est toujours, affiliés à « l'Internationale socialiste » comme notre bon PS en France ! On comprend mieux ainsi certaines attitudes comme celles de Castro et Chavez par exemple… ou celles de certains politiques français !

On comprend aussi que personne à Gauche ou à l'extrême-Gauche n'ait hurlé au « fascisme » face à ces dictatures : elles étaient « progressistes », on vous dit !

Quant à Castro et Chavez et aux gangs bourgeois qui les soutiennent comme le PCF ou le NPA - et toute la Gauche parlementaire française, est-il nécessaire de le rappeler ? - leur seul principe politique est d'être anti-américains. Ces messieurs ne sont pas du tout « anti-impérialistes », ils sont anti-yankees, ce qui n'est pas la même chose : ils soutiennent parfaitement un camp impérialiste, mais c'est le leur !

C'est pourquoi l'article de Coleman tape à côté de la plaque, même s'il soulève une réelle question : le problème n'est pas du tout que certains dirigeants, groupes politiques ou pays seraient « anti-impérialiste de pacotille », il est qu'ils ne sont pas anti-impérialistes du tout car ils soutiennent un camp impérialiste contre l'autre. TOUS LES PAYS SONT IMPÉRIALISTES, parce qu'ils y sont contraints par l'évolution du capitalisme, et depuis longtemps : la Troisième Internationale avait déjà fait ce constat en 1919 !

Tous les pays sont impérialistes à la mesure de leurs forces, et tous s'allient ou s'opposent entre eux pour défendre leurs intérêts impérialistes, autrement dit leur place sur le marché mondial. Le Venezuela comme la Libye ou Cuba, Israël comme la Palestine, les États-Unis comme la France comme n'importe quel autre pays doivent défendre leur place et leur rang sur le marché mondial et pour ce faire avoir une politique et une économie capables de défendre leurs intérêts face à leurs concurrents : c'est cela l'impérialisme. Cela passe évidemment, comme Rosa Luxemburg le constatait déjà il y a… un siècle, par une militarisation de plus en plus poussée de tous les rapports sociaux, dans la politique intérieure comme étrangère.

La « lecture » de M. Bardet nous est parfaitement connue : elle est celle que tous les staliniens ont toujours faite lorsqu'ils exonéraient l'URSS de tout impérialisme alors même qu'elle envahissait tous ses voisins et pompait littéralement leur économie à travers des organismes comme le COMECON. Aujourd'hui, il ne reste plus à Monsieur Bardet que Cuba et le Venezuela à défendre ! Sic transit gloria mundi…

J'ajouterais juste que le fait de mettre Israël dans ce débat est hautement significatif, mais pas dans le sens voulu par M. Bardet : Israël n'est certes pas rassuré par ce qui se passe au Maghreb, mais il ne l'est pas plus que l'Autorité palestinienne ou le Hamas, qui sont carrément intervenus pour empêcher toute manifestation de solidarité avec les révoltes d'Egypte, aussi bien en Cisjordanie qu'à Gaza !

Les exploiteurs se dévoilent partout pour ce qu'ils sont : c'est cela le grand apport des révoltes au Maghreb.

> allez. ...

pour une fois, je suis parfaitement d'accord avec des phrases du VSGCI

"TOUS LES PAYS SONT IMPÉRIALISTES, parce qu'ils y sont contraints par l'évolution du capitalisme"

"Israël n'est certes pas rassuré par ce qui se passe au Maghreb, mais il ne l'est pas plus que l'Autorité palestinienne ou le Hamas, qui sont carrément intervenus pour empêcher toute manifestation de solidarité avec les révoltes d'Egypte, aussi bien en Cisjordanie qu'à Gaza !"

> Incroyable Bardet change d'avis

Incroyable Bardet change d'avis sur le Hamas et admet que même lui a interdit des manifs en soutien a la Tunisie et a l'Egypte, tu en a mis du temps Patrice

un article de Ocl Libertaire que Bardet ne pourra pas taxer dont ne sait quel épithete ou d'anti communiste

Pour chávez, kadhafi est un leader des peuples d’afrique et de l’amérique latine

Article Paru sur Ocl Libertaire Pour Chávez, Kadhafi est « un leader des peuples d’Afrique et de l’Amérique latine »

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article940

« Camarade président, Mouammar Kadhafi, ceci est la réplique de l’épée qui a réveillé l’Amérique latine il y a 200 ans. Les peuples l’ont offert à Bolivar (…) Je te la donne à toi, soldat révolutionnaire, leader du peuple libyen (…), des peuples d’Afrique et également des peuples d’Amérique latine et de la Caraïbe. » Hugo Chávez, le 28/09/2009.

Chavez décorant Kadhafi et lui offrant la réplique de l’épée de Simón Bolivar (28 sept 2009)

Images et son de la cérémonie.

http://www.youtube.com/watch?v=3f__NO9MY6Q&feature=play...dded/

Article paru dans un site Internet de soutien au régime de Chávez (Aporrea.org) 28 septembre 2009.

« Cette épée est vivante et avance à travers l’Amérique latine d’aujourd’hui » a déclaré le président de la République bolivarienne du Venezuela, Hugo Chávez Frías, en donnant à son homologue libyen, Mouammar Kadhafi, une réplique de l’épée de Simón Bolivar et l’Ordre du Libérateur pour sa première visite dans le pays. au nom de notre peuple et de la Révolution bolivarienne, je te la donne à toi, soldat révolutionnaire, leader du peuple libyen, de la Révolution Libyenne, leader des peuples d’Afrique et également pour les peuples d’Amérique latine et de la Caraïbe

a déclaré M. Chávez dans une retransmission nationale radio-télévisée. Le colonel Kadhafi se trouve dans l’île de Margarita, État de Nueva Esparta, après le IIème Sommet Afrique- Amérique du Sud, dans le cadre de sa première visite officielle au Venezuela.

Pour sa part, le leader libyen a remis au Président vénézuélien un jeu de décorations protectrices, faites à la main, qui ont été utilisés par les cavaliers arabes de la Jamahiriya, ou la lutte arabe. « En votre honneur… »

a déclaré le dirigeant libyen, en expliquant que ces accessoires sont très symboliques car ils représentent les costumes que portaient les cavaliers et leurs chevaux lors de la lutte de la guérilla libyenne contre l’invasion italienne. Après la cérémonie de remise de la plus haute décoration du Venezuela, les deux dirigeants ont signé la Déclaration commune entre la Libye et le Venezuela, dans leur lutte commune pour construire un monde multipolaire, dans la voie socialiste. Source :

http://www.aporrea.org/actualidad/n143052.html

Voir aussi

http://www.tsr.ch/info/monde/1060280-anti-imperialisme-....html

Les derniers soutiens de Kadhafi

Pour la chaîne « bolivarienne » Telesur, le peuple libyen soutient Kadhafi et tout le reste n’est que désinformation… A preuve cette information sur le reportage de l’envoyé spécial de la chaîne à Tripoli.

Telesur dévoile campagne de désinformation sur la situation politique en Libye Caracas, 23 février ABN. - L’équipe de journalistes de Telesur est entrée en Libye ce mercredi pour rendre compte de la situation politique que vit le pays africain, sur lequel des médias internationaux ont diffusé des informations qui présentent des scènes de « guerre civile ».

Le journaliste de Telesur, Jordán Rodríguez, a informé ce mercredi depuis Tripoli que le peuple de cette capitale est sorti dans les rues pour soutenir le gouvernement du président Mouammar Kadhafi, après plusieurs jours de violentes manifestations menées par l’opposition qui ont laissé un bilan officieux entre 300 et 400 morts.

« Il y a seulement deux minutes je me trouvais sur la Place Verte, dans le centre de la capitale, où il y a une grande manifestation de soutien au président Mouammar Kadhafi. Les gens arrivent avec des drapeaux et des pancartes », a rapporté Rodríguez, qui a constaté une situation de calme dans ce pays tout en indiquant qu’il y a énormément de tension et de désinformation ». Quant aux foyers de violence, le journaliste a indiqué que, selon des sources officielles, ils ont été générés parce que des militants de l’opposition ont essayé de prendre des bases militaires et des bâtiments du gouvernement, ce qui a provoqué une réponse des Forces Armées de ce pays.

« Le chiffre (de décédés) n’a été confirmé par aucune source officielle » , a-t-il signalé.

Il a souligné qu’à son arrivée à Tripoli il a pu observer que « beaucoup de commerces étaient fermés à cause de la situation des six derniers jours » mais qui « maintenant c’est calme ».

Il a indiqué qu’il n’a pas vu présence militaire excessive dans les rues de cette capitale africaine mais un renforcement de la protection des bâtiments gouvernementaux.

Après avoir recueilli les témoignages de plusieurs personnes, Rodríguez a pu confirmer la fausseté des informations « données par des agences internationales sur le bombardement de la ville de Tripoli par de grands avions militaires et le massacre qu’on a voulu faire voir au niveau international ».

Cependant, le journaliste a indiqué que la communication a été rendue difficile et que quelques médias ont maintenu le silence sur ce qu’il se produit dans ce pays. D’autre part, il a déclaré que quelques chefs tribaux de la Libye « pourraient être en train discuter avec des représentants du Gouvernement, pour qu’il puisse être permis de rétablir la normalité ». Rodríguez a souligné que certains citoyens se demandent pourquoi les Nations Unies et la Ligue Arabe, en plus d’autres organisations internationales, ne se sont pas prononcées contre les protestations en Tunisie et en Egypte, comme actuellement elles le font contre la Libye. L’équipe de Telesur a été arrêtée pendant cinq heures en Libye par les autorités de ce pays, qui pour des raisons de sécurité ont vérifié les motifs de la visite des journalistes de la télévision.

Le travail de Rodríguez a été manipulé par des médias au Venezuela comme le portail Noticias24, pour montrer que l’information fournie par le journaliste depuis Tripoli prétend nier le conflit politique que vit le pays arabe. Source :

http://www.avn.info.ve/node/44925

Pour l’instant Chávez n’a rien dit officiellement sur la situation en Libye. Ce n’est pas le cas de Castro (Fidel), qui, dans le quotidien Granma, continue de délivrer ses analyses sur la situation internationale et voit dans ce qui se passe en ce moment un plan de l’OTAN pour occuper la Libye », tandis qu’Ortega du Nicaragua exprime ouvertement son soutien au tyran de Tripoli et affirme même lui avoir téléphoné pour le lui dire. Mais beaucoup de médias et de sites Internet en langue espagnole s’alignent sur la thèse de la conspiration et relaient les « informations » de Telesur favorables au régime de Kadhafi.

La sénilité politique assaisonnée des effluves d’un stalinisme ranci et de quelques vestiges rhétoriques d’un « anti-impérialisme » à la vue particulièrement basse ne peut que produire des aberrations et des monstruosités qui voient des complots partout et cherchent à justifier l’injustifiable.

Plus que jamais, reconstruire un projet d’émancipation suppose de tourner définitivement le dos à ces dangereux crétins et à leurs éternels épigones, leurs dévots, ici et partout, et d’emprunter, aussi résolument que radicalement, d’autres voies, avec d’autres contenus, en commençant à ne pas se donner de “guides” ou de leaders : ni de césars ni de tribuns. Les peuples qui se soulèvent aujourd’hui contre les tyrannies n’ont qu’une chose à faire : définir eux-mêmes en les constituant les formes propres par lesquelles ils souhaitent s’autogouverner.

Le 23 février 2011

> je peux rire ?

J'ai assez posté d'articles ou de commentaires critiquant l'AP ou le Hamas pour n'avoir aucune illusion sur leur caractère

Sur leurs répression des manifestations , je l'ai déjà signalé

Mais que l'on ne compte pas sur moi pour me désolidariser des palestiniens, malgré ces dérives qui ne sont pas une découverte

Mais non, je n'ai pas changé d'avis

__________________

Quand à l'article de l'OCL, et celui de Coleman, qui a "pompé sur l'autre ?

Comme ils sont autant critiquables et approximatifs l'un et l'autre, avec de larges copié/collé, je concède que cela n'a pas grande importance

Pour autant, je ne diabolise ni Coleman , ni l'OCL, à ma connaissance

> quand à parler de Castro, laissons le parler

Réflexions du compañero Fidel

LE PLAN DE L’OTAN EST D’OCCUPER LA LIBYE

Le pétrole est devenu la principale richesse aux mains des grandes transnationales yankees ; cette source de richesse leur a permis de disposer d’un instrument qui a accru considérablement leur pouvoir politique dans le monde. Quand elles avaient décidé de liquider la Révolution cubaine qui venait de promulguer les premières lois justes et souveraines dans notre patrie, elles avaient recouru à une arme qu’elles jugeaient imparable : nous priver de pétrole.

C’est sur cette source d’énergie que s’est développée la civilisation actuelle. Sur notre continent, le Venezuela a été le pays qui l’a payé le plus cher dans la mesure où les USA s’étaient emparés des gisements énormes dont la Nature a doté ce pays frère.

À la fin de la dernière guerre mondiale, des quantités toujours plus élevées de pétrole ont été extraites des gisements d’Iran, ainsi que ceux d’Arabie saoudite, d’Iraq et des pays arabes situés autour qui en devinrent les principaux fournisseurs. La consommation mondiale n’a cessé de s’élever pour atteindre le chiffre fabuleux d’environ quatre-vingts millions de barils par jour, y compris ceux qui sont extraits des États-Unis, à quoi sont venus s’ajouter le gaz, l’énergie hydraulique et l’énergie nucléaire. Le charbon avait été jusqu’au début du XXe siècle la source d’énergie fondamentale qui permit le développement industriel, avant la production de milliards de véhicule automobiles et de moteurs consommant le carburant liquide.

Le gaspillage du pétrole et du gaz est associé à l’une des plus grandes tragédies, absolument pas solutionnées, que souffre l’humanité : les changements climatiques.

Quand notre Révolution a vu le jour, l’Algérie, la Libye et l’Égypte n’étaient pas encore productrices de pétrole, et une bonne partie des grosses réserves de l’Arabie saoudite, de l’Iraq, de l’Iran et des Émirats arabes unis restaient encore à découvrir.

La Libye est devenue en décembre 1951 le premier pays africain à atteindre son indépendance après la Deuxième Guerre mondiale au cours de laquelle son territoire fut le théâtre de combats importants entre les troupes allemandes et celles du Royaume-Uni qui rendirent célèbres les généraux Erwin Rommel y Bernard L. Montgomery.

Le territoire de la Libye est désertique à 95 p. 100. La technologie a permis de découvrir d’importants gisements d’excellent pétrole léger – qui produisent aujourd’hui 1,8 million de barils par jour – et des gisements abondants de gaz naturel. Cette richesse a permis au pays d’avoir une espérance de vie de presque soixante-quinze ans et le revenu par habitant le plus élevé d’Afrique. Son rude désert est situé sur un énorme lac d’eau fossile, qui fait le triple de la surface de Cuba, ce qui lui a permis de construire un vaste réseau de conduits d’eau potable à travers tout le pays.

La Libye, qui comptait un million d’habitants à son indépendance, en a aujourd’hui un peu plus de six.

La Révolution libyenne a eu lieu en septembre 1969. Son principal dirigeant était Mouammar Kadhafi, un militaire d’origine bédouine, qui s’inspira dès sa première jeunesse des idées du leader égyptien Gamal Abdel Nasser. Nombre de ses décisions furent sans doute associées aux changements qui se produisirent quand, tout comme en Égypte, une monarchie faible et corrompue y fut renversée.

Les habitants de ce pays ont des traditions guerrières millénaires. On dit que les anciens Libyens firent partie de l’armée d’Annibal quand celui-ci faillit liquider l’ancienne Rome en traversant les Alpes.

On peut d’accord ou non avec Mouammar Kadhafi. Le monde est actuellement bombardé de nouvelles de toutes sortes, surtout produites par les médias. Il faudra attendre le temps nécessaire pour connaître vraiment ce qu’il a de vrai et de mensonges ou de semi-vérités dans ce qu’on nous dit de la situation chaotique en Libye. Ce qui est absolument évident à mes yeux, c’est que l’administration étasunienne se fiche bien de la paix en Libye et qu’elle n’hésitera pas à donner l’ordre à l’OTAN d’envahir ce riche pays, peut-être même dans quelques heures ou quelques jours.

Ceux qui, motivés par de perfides desseins, ont inventé, hier dimanche 20 février dans l’après-midi, le mensonge selon lequel Mouammar Kadhafi se dirigeait au Venezuela, ont eu droit aujourd’hui à la digne réponse du ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Nicolás Maduro, qui a affirmé « souhaiter que le peuple libyen trouve, dans l’exercice de sa souveraineté, un règlement pacifique à ses difficultés, de façon à préserver son intégrité et celle de sa nation, sans ingérence de l’impérialisme… »

Je n’imagine pas, quant à moi, que le dirigeant libyen puisse abandonner le pays et fuir les responsabilités qu’on lui impute, qu’elles soient fausses ou non en tout ou partie.

Toute personne honnête sera toujours opposée à n’importe quelle injustice commise contre n’importe quel peuple du monde. La pire serait maintenant de faire silence sur le crime que l’OTAN s’apprête à commettre contre le peuple libyen.

Pour les chefs de cette organisation belliciste, il y a urgence. Il faut le dénoncer !

Fidel Castro Ruz

Le 21 février 2011

22 h 14

> dégages Fidel !!!!

le dictateur sénile qui sévit encore à la Havane ne trouve pas un seul mot pour les milliers d'insurgés massacrés par les sbires de khadafi.....

il essaye piteusement de faire diversion en évoquant une tres hypothétique " invasion de l'otan"

il ne sait rien sur les massacres, " il attend de voir".....

par contre il "sait " que l'otan s'apprete a envahir la lybie.....

dégages Fidel !!!

> allons, allons....

On peut détester Castro, comme tous les impérialistes : les sionistes ne font pas exception

Encore faut- il se renseigner un peu, avant de raconter des salades (le 25)

"La France "ne voit pas la nécessité d'une réunion du Conseil de l'Otan" sur la Libye, souhaitée par le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero."

"Le principal organe de décision de l'OTAN se réunissait d'urgence vendredi pour étudier la situation en Libye et éventuellement envisager de déployer des bateaux et avions de surveillance en Méditerranée, selon des responsables."

citons un site sioniste

http://www.juif.org/defense-israel/146260,l-otan-pourra...t.php

et un autre

http://www.drzz.fr/l%E2%80%99otan-va-t-elle-attaquer-la...rote/

_______________

Allons, depuis la baie des cochons, certains ne décolèrent pas : rien de neuf

> compléments

Dans un édito du 23 février, The Wall Street Journal écrivait ceci : « Les États-Unis et l’Europe devraient aider les Libyens à renverser le régime de Kadhafi. » On n’y dit mot des chambres de commission ou des corridors de Washington sur une intervention destinée à aider le peuple du Koweït, de l’Arabie saoudite ou du Bahreïn à renverser leurs dirigeants dictatoriaux. Même avec tout le semblant d’intérêt accordé aux luttes de masse secouant la région actuellement, la chose serait impensable. Quant à l’Égypte et à la Tunisie, les impérialistes tirent sur toutes les ficelles possibles pour retirer les masses des rues.

Il n’a pas été question d’intervention américaine pour aider le peuple palestinien de Gaza quand des milliers de personnes ont perdu la vie suite au blocus, aux bombardements et à l’invasion par Israël. Ce fut exactement le contraire : les États-Unis sont intervenus afin d’empêcher la condamnation de l’État sioniste occupant.

Il n’est pas difficile de voir où résident les intérêts de l’impérialisme, en Libye. Le 22 février, Bloomberg.com disait, à ce propos, que, tout en étant le troisième pays producteur de pétrole de l’Afrique, la Libye est en même temps le pays qui possède les plus importantes réserves – prouvées – du continent, avec 44,3 milliards de barils. C’est un pays à la population relativement peu nombreuse mais qui doté d’un important potentiel de production de bénéfices pour les compagnies pétrolières géantes. Voilà comment les grosses fortunes voient la Libye et c’est ce qui sous-tend les préoccupations qu’elles expriment quand aux droits démocratiques du peuple libyen.

Obtenir des concessions de Kadhafi ne suffit pas, pour les barons impérialistes du pétrole. Ils veulent un gouvernement dont ils peuvent disposer directement, le cadenasser, le tenir en dépôt et le mettre en fût. Ils n’ont jamais pardonné à Kadhafi d’avoir renversé la monarchie et nationalisé le pétrole. Dans sa rubrique « Réflexions », Fidel Castro, de Cuba, met en exergue la soif de pétrole de l’impérialisme et met en garde contre le fait que les États-Unis posent actuellement les bases d’une intervention militaire en Libye.

Aux États-Unis, certaines forces tentent de lancer au niveau de la rue une campagne de promotion en faveur d’une telle intervention américaine. Nous devrions nous y opposer carrément et rappeler à toutes les personnes bien intentionnées les millions de morts et de personnes déplacées provoquées par l’intervention américaine en Irak et en Afghanistan.

Les progressistes éprouvent de la sympathie pour ce qu’ils considèrent comme un mouvement populaire en Libye. Nous pouvons aider un tel mouvement en soutenant ses revendications légitimes tout en rejetant toute intervention impérialiste, quelle que soit la forme qu’elle puisse revêtir. C’est au peuple libyen qu’il revient de décider de son avenir.

________________

et cet article d'Alain Gresh

Faut-il intervenir militairement en Libye ?

http://blog.mondediplo.net/2011-02-24-Faut-il-interveni...Libye

> Pffff ...

On est où là ? "roquet", "bouffon", "crétin", "vieux radoteur", ... Vous ne pouvez pas faire autre chose que vous jetez des blocs de textes agrémentés d'insultes à la tête ?

Comme d'hab' alors, c'est triste, mais je locke l'article parce qu'à un moment ça suffit. Misère des combats de chiffonniers sur Indy Nantes.

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.