Produit en Bretagne, l’escroquerie continue à se dévoiler

Mot-clefs: Economie
Lieux: Quimper

Alors que Produit en Bretagne lance une campagne "je relocalise", soit-disant en soutien à l'emploi local et à l'environnement, l'exemple d'Armor Lux (membre actif de Produit en Bretagne) qui fait fabriquer une bonne partie de sa production en Tunisie pose question sur la véracité de cette publicité...
En décembre 2009, nous présentions ici http://anars56.over-blog.org/article-produit-en-bretagn....html le label "Produit en Bretagne" sous un regard différent des médias classiques qui en sont les chantres (idéologie commune et recettes publicitaires obligent !). Pour mieux appâter le consommateur et la consommatrice, Produit en Bretagne mène sa communication sur la défense de l’emploi en Bretagne et le développement durable, dans une tentative de blanchiment du capitalisme local. Qu’en est-il ? L’exemple d’Armor Lux, membre actif de Produit en Bretagne, est éloquent. On vous laisse juges...

Extrait d’un article de Ouest France du 21 janvier 2011

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Tunisie-la-...u.Htm

Ouest-France / Bretagne / Quimper

"Tunisie : la production Armor-lux perturbée (...)

L’entreprise quimpéroise fait fabriquer là-bas une bonne partie de la production sous-traitée à l’étranger. (...)

La Tunisie occupe une place importante dans l’organisation Armor-lux. Un tiers des vêtements vendus par la marque est fabriqué en France. La Tunisie représente environ 35 % de la production délocalisée. « Nous travaillons avec une dizaine d’usines situées dans la région à l’ouest de Monastir. Ces usines sont la propriété de Français qui ont souvent quitté notre pays dans les années 90, au plus fort de la crise du textile. »

Localement, le salaire minimum est de 250-300 € pour une semaine de travail de 48 heures. Propriétaires français, encadrement partiellement français aussi. « Chacune de ces usines est spécialisée dans un produit : jeans pour l’une, chemises pour l’autre... » (...)

Second problème, le transport. « Deux fois par semaine, des camionneurs français viennent chercher la production. Les camions convergent ensuite vers le port de Tunis. Après un passage aux douanes, les remorques partent pour Marseille. »

Avant de remonter vers le centre de logistique de Quimper. Le système s’est ralenti. Surtout aux douanes car les sociétés d’import-export sont suspectées d’être sous la coupe du clan Ben Ali. (...)

Désormais, la préoccupation des donneurs d’ordres est de respecter le calendrier. « Pour les produits que nous vendons aux différentes administrations, nous disposons d’un petit stock. » Mais les mois de novembre, décembre et janvier constituent la période de pointe pour la fabrication des collections d’été qui seront placées sur les cintres à la fin des soldes d’hiver, en février. (...)"

(Note de Anars 56 : Il semble que l'article de Ouest France soit erroné pour les salaires : 250-300 € seraient la rémunération mensuelle (!) et non hebdomadaire. Ainsi, dans un article qui date du 05/10/2005, le Journal du Net cite le PDG d'Armor-Lux, Jean-Guy Le Floc'h : "Sachant qu'en France, le revenu minimum est de 1.500 euros brut, 300 au Maghreb, 200 dans les pays de l'Est et 50 en Chine. Nous privilégions les relations avec le Maroc, la Tunisie et la Bulgarie pour leur fiabilité." Dans ce même article, il est dit que "60 % de la fabrication reste en France" (2 usines à Quimper, 1 à Troyes). Qui croire ? OF qui déclare que seulement "Un tiers des vêtements vendus par la marque est fabriqué en France" ?)

De son côté, le Télégramme du 24 janvier 2011 http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimper...7.php nous apprend que "L'entreprise quimpéroise Armor-Lux travaille avec une dizaine d'entreprises de textile françaises installées dans la région de Monastir (Tunisie). Elles emploient 2.500 salariés.
(...)
Ces entreprises fournissent Armor-Lux en jeans, sahariennes, blouses et parkas. Alimentées en matières premières par l'Italie, la France et l'Allemagne, elles assurent la transformation. La moitié de la production est ensuite expédiée en France à Armor-Lux. «Ce sont des produits destinés à des marchés d'habillement administratif, comme les uniformes de la police nationale, ou La Poste, mais aussi pour des entreprises privées».

A mettre en rapport avec la nouvelle campagne " je relocalise " de Produit en Bretagne. ChacunE peut ainsi évaluer la véracité (!) de cette publicité ;-)))

Selon Ouest France du 9 février 2011 : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Acheter-breton-c’est-aussi-du-plaisir_40771-1687129-pere-pdl_filDMA.Htm

"Le réseau Produit en Bretagne, qui rassemble 250 entreprises (100 000 emplois) des cinq départements de la Bretagne historique, va lancer une nouvelle campagne. Le slogan ? « Je relocalise ». Dit autrement : « En consommant Produit en Bretagne, je soutiens l’emploi et l’environnement. » Mettant en avant la dimension plaisir, la campagne va passer par internet et les réseaux sociaux. (...)"

Link_go Lien relatif

Commentaire(s)

> La pollution pourrait être labellisée

On pourrait labélliser" produit en Bretagne" toutes les saloperies issues de l'agriculture chimique bretonne.

France nature environnement aurait dû rajouter le logo sur les affiches dénonçant les algues vertes , les ogm qui même s'ils ne sont pas produits en bretagne ,y sont massivement utilisés,ainsi que sur celles dénonçant la surmortalité des abeilles car en Bretagne particulierement ces insectes sont frappés de surmortalité dûe aux poisons utilisés

> Produit en Bretagne, affiches France nature environnement, UMPS

Tiens, je n'y avais pas pensé ! Effectivement, la très bonne campagne de FNE (France nature environnement) http://www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/Agriculture/camp...2011/, avec le logo Produit en Bretagne, aurait eu un impact particulièrement intéressant à observer.

Constatons d'abord que cette campagne de FNE ne mentionne nullement la Bretagne sur les affiches... Et pourtant les défenseurs du modèle agricole breton, de droite et de gauche, se sont sentis visés, assimilant même cette campagne à une attaque anti bretonne (Propos du député UMP des Côtes d'Armor, Marc LE Fur), prenant leur point de vue pour celui de tous et toutes les habitantEs de Bretagne... Un classique des gens de pouvoir !

Au nom de la région Bretagne, le président du Conseil Régional de Bretagne, le PS J-Y Le Drian porte même plainte contre FNE !!!

Surprenant ?

Dans un entretien à Ouest-France, le 1er septembre 2010 http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Rouillard-L...u.Htm, Gwendal Rouillard, premier secrétaire fédéral PS du Morbihan, a confirmé la communion... (!) d’idées entre le PS de Bretagne avec le "think tank" patronal Institut de Locarn et Produit en Bretagne.

"Cette régionalisation sera l’une des grandes lignes du projet socialiste en 2012 ?

C’est indispensable, car c’est du lien sur les territoires, tout en « boostant » l’économie. Regardez Produit en Bretagne ou l’Institut Locarn : quand on fédère, on est toujours plus efficace. Les régions doivent exercer des compétences plus fortes. Un exemple ? Les entreprises et les particuliers devraient pouvoir investir dans des fonds bretons, avec des avantages fiscaux à la clé."

"Efficace" pour qui ?

- Le nombre moyen de salariéEs victimes d’accidents du travail en Bretagne est de 20 % supérieur à la moyenne française... http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Accidents-du-trav...A.Htm

- Les maladies professionnelles en Bretagne représentent 10 % du total français alors même que la région ne compte que 5 % de l’effectif salarié...

- Pensons également aux conséquences écologiques et sanitaires du modèle agricole breton...

On peut aussi s’interroger sur le type de particuliers qui seront à même de bénéficier des avantages fiscaux liés aux placements dans des fonds bretons : l’ouvrierE de l’usine agro d’à côté peut-ëtre ? ou l’hôteSSE de caisse à temps partiel de l’hypermarché du coin alors ?

Les proloTTEs de Bretagne attendent sûrement déjà avec impatience cette mesure proposée par les "camaradEs" du PS.

Rien de nouveau ceci dit, le président du Conseil régional de Bretagne, le PS J-Y Le Drian, est un habitué des rencontres à l’Institut de Locarn, comme l’étaient Josselin de Rohan et Yvon Bourges... On ne peut même pas parler de lobbying à leur encontre car ils adhèrent à ce type de thèses.

Par ailleurs, rappelons que Patrick Mareschal (PS), président du conseil général de Loire-Atlantique est aussi président du syndicat mixte d’études de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et... membre de l’institut de Locarn !

> La vraie actu de Produit en Bretagne

Ayant parmi mes connaissance une personne qui a participé à la dernière AG de Produit en Bretagne à l'espace Glenn Mor (le pauvre doit se retourner dans sa tombe) à Carhaix, je peux vous affirmer que la réalité est bien plus inquiétante encore...

Cette assemblée générale a en effet invité un économiste (impossible de retrouver son nom sur le net !) à donner une conférence, dont le propos résumé était: le modèle économique européen ne peut survivre, face aux pays du sud émergents et revanchards, qu'en pratiquant de l'ethnicisme, du protectionnisme économique et culturel, en fermant ses frontières aux migrants et aux biens, sous peine de devenir les prochains pays colonisés (!) .

Juste après cette conférence, le président du conseil régional Jean-Yves Le Drian (PS!) a pris la parole, affirmant qu'il soutenait à 100% ces propos, et qu'il fallait les mettre en place en Bretagne, qu'il fallait notamment fermer nos fac aux "non-bretons", pousser les entreprises de PEB à engager prioritairement des bretons, investir dans la culture et la langue bretonne comme dans un produit marketing.

La presse n'a été autorisée à entrer dans la pièce qu'après ces discours et s'est contenté de piocher dans les compte-rendus qui lui ont été fourni... et qui avaient été écris avant l'AG...

Relisez les slogans "je relocalise", regardez les affiches choisies pour ce slogan (je pense à la petite fille en sépia)... perso ça me fait plus penser à du Adsav qu'à du PS...