Tours (37) : Arrestation d'un sans papier à la sortie des classes

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux: Tours

Vendredi 7 janvier, Nasko s'est fait arrêté alors qu'il venait chercher Almir, comme tous les jours...

LIBERATION IMMEDIATE ET REGULARISATION DE NASKO A.
DES PAPIERS POUR TOUS!
TOURS : UN SANS PAPIER ARRETE DEVANT UNE ECOLE
C'EST ASSEZ !

Vendredi 7 janvier 2011 à Tours, les flics ont encore une fois franchi
la frontière de l'ignoble. Tels des prédateurs, ils ont attrapé leur
proie sur un lieu où elle s'y rend à coup sûr. Ils ont arrêté un Rom
(Nasko A.) originaire du Kosovo, venu chercher son neveu à l'école Paul
Bert.
Il est détenu au commissariat de Tours en attendant que que le juge des
libertés et de la détention statut sur son sort. Sera-t-il placé dans un
camp de rétention ou bien libéré ?
Plusieurs questions viennent à l'esprit. Comment l'Etat peut-il tenter
d'expulser des Roms originaires du Kosovo alors que l'ONU, à travers le
HCR, a recommandé de ne pas les expulser en raison des violences
racistes qu'ils subissent dans leur pays d'origine ? Est ce que le
préfet se moque de Sarkozy ? Celui-ci, en 2008, avait déclaré que les
arrestations de sans papiers aux portes des écoles devaient cesser ? Cet
élan de ''générosité'' était survenu à la suite du tollé et des
mobilisation que celles-ci avaient suscitées, principalement en région
parisienne. Ne pas avoir de papier justifie-t-il que la police
traumatise des enfants ? La chasse aux Roms serait-elle de nouveau à
l'ordre du jour, malgré l'émoi engendré à la suite de l'affaire de Saint
Aignan cet été ?
La police a pu agir quasiment en toute impunité. Aucun des enseignants
n'aient intervenu pour s'opposer aux chasseurs de sans papiers. Seules
quelques parentes d'élèves se sont interposées pour tenter de mobiliser
les autres adultes présents et ainsi empêcher l'arrestation. Une d'entre
elle a failli être arrêtée à son tour. L'intervention de certains
parents d'élèves a pu éviter que la police l'embarque. On ne peut que
regretter ce manque de solidarité. On s'émeut lorsque la chasse au Roms
ou l'arrestation de sans papiers aux portes des écoles sont médiatisées.
On reste passif quand ça arrive concrètement près de chez soi !
Encore une fois la politique xénophobe, raciste, de l'Etat conduit
inévitablement a ce qu'il renie ses engagements, détruise des vies. Mais
Hortefeux médiatisera avec satisfaction le bilan chiffré de la chasse
aux sans papiers.
Ce n'est pas tolérable ! Les sans papiers sont des êtres humains. Ils ne
sont pas des chiffres. Ils ne sont pas des proies livrées aux chasseurs
assermentés. Comment peut-on briser des vies sous prétexte que des
personnes ne sont pas nées au bon endroit et qu'il leur manque un
vulgaire papier administratif ? Comment leur faire porter la
responsabilité de la destruction des acquis sociaux ? Est-ce les sans
papiers qui reculent l'âge de la retraite ? Ou est-ce le gouvernement,
pour satisfaire les capitalistes, qui prend ce genre de décision ? Le
XXe siècle a montré jusqu'où peuvent mener les politiques xénophobes et
racistes. Lorsque que l'Etat construit des boucs émissaires, cela risque
de conduire à des catastrophes sociales dont tous les exploités et les
opprimés pâtiront.
Notre solidarité avec les sans papiers sera toujours intacte, vigilante
et active. Car lorsque l'Etat agresse, enferme et expulse des sans
papiers, nos libertés s'étiolent. Qui sont les plus dangereux pour nos
conditions de vie les sans papiers ou les capitalistes voulant engranger
de plus en plus de profits en remettant en cause nos acquis sociaux, en
détruisant de plus en plus la planète ? De nouvelles formes
d'immigration apparaissent : celles dues au réchauffement climatique.
D'un côté l'espace des déserts augmente, de l'autre les eaux montent.
Des régions deviennent invivables pour l'humanité.
Y en marre que se soit toujours les mêmes qui trinquent, que certains
soient transformés en boucs émissaires, pendant que d'autres se dorent
la pilule au Fouquets, à Saint Tropez ou dans des îles dont ils ne
savent même plus si ils en sont encore propriétaires !

LIBERATION IMMEDIATE ET REGULARISATION DE NASKO A.
DES PAPIERS POUR TOUS
FERMETURE ET DISPARITION DES CAMPS DE RETENTION
POUR LA LIBERTE DE CIRCULATION ET D'INSTALLATION
NON A LA XENOPHOBIE ET AU RACISME D'ETAT
NON A LA POLITIQUE DU CHIFFRE

RASSEMBLEMENT DEVANT L'ECOLE PRIMAIRE DE PAUL BERT
LUNDI 10 JANVIER A 16 H 30
Tours, le 8/01/2011
SOIF D'UTOPIES
DAL 37
DES PARENTS D'ELEVES DE L'ECOLE PAUL BERT ET DES INDIVIDUS

Commentaire(s)