Partout en Bretagne, actions de soutien aux habitants en lutte de Notre-Dame-des-Landes

Mis a jour : le dimanche 7 juillet 2013 à 01:42

Mot-clefs: aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Brest Carquefou Nantes Notre-Dame-des-Landes Saint-Herblain

Des militants du mouvement BREIZHISTANCE de toute la Bretagne, dans la nuit de dimanche à lundi ont symboliquement et en signe de solidarité cadenassé et placé une banderole aux entrées d’une dizaine entreprises appartenant au groupe Vinci. A Carquefou (44) Eurovia Atlantique 3 rue de la Métalurgie et Eurovia Management 20 rue de Bel Air, Saint-Herblain (44) SOGEA 11 rue Palach et Vinci Energie rue Berthelot, Questembert (56) EGC Ouest ZI de Lenruit, Graces (22) Eurovia Bretagne rue Locmenar, Brest (29) Eurovia Bretagne 7 rue Kastler, Saint-Grégoire (35) Vinci Construction et SOGEA BTB Parc de Brocéliande, et Rennes, Eurovia 45 rue du Manoir de Sévigné.

Img_3279300x225-medium

Dsc_0779200x300-medium

Cimg0246225x300-medium

Cimg0244300x225-medium

Cimg0239300x225-medium

Par cette action ils marquent leur opposition au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et adressent leurs soutiens à la population qui subit depuis près d’un mois une véritable occupation militaire.

Plus de 115 millions d’euros d’argent public vont être versés au groupe Vinci pour construire un aéroport 100% privé, dont la nécessité est plus qu’artificielle. Construit pour soit disant palier à la saturation de l’aéroport nantais existant, le projet ne prend pas en compte les décisions du Grenelle de l’environnement, la fin des ressources pétrolières annoncée par l’Agence Internationale pour l’Energie, les dépenses publiques déjà réalisées à coups de subventions aux compagnies low cost pour faire gonfler le nombre de voyages sur Nantes Atlantique. 47 % du trafic à l’heure actuelle pour des compagnies qui bafouent les droits sociaux de leurs employés et s’en vont une fois les crédits de taxations épuisés.

Ce projet financé par Nantes Métropole, la communauté de commune de Saint-Nazaire, le Conseil Général de Loire-Atlantique, et les régions Bretagne et PdL, est un accélérateur supplémentaire de déséquilibre territorial. Près d’un millier d’emplois agricole directs et indirects supprimés en zone périurbaine, l’aéroport est à 15 km de Nantes, et non à 30km comme souvent annoncé, mais aussi un aspirateur économique et démographique de plus vers la mégalopole nantaise. Ceci au détriment des autres aéroports de Bretagne et de territoires déjà en difficulté économique comme le Centre Bretagne, et dont les habitants paieront la facture par le biais du Conseil régional de Bretagne à 4 départements.

Les manières d’imposer le projet à la population, à coups de centaines de gardes mobiles stationnant dans bourgs et campagnes, en maintenant un climat de tension inacceptable à coups de fouilles «antiterroristes pour recherche d’armes et explosifs» des véhicules mandatés par la préfecture, sont inadmissibles.

Nous adressons tout notre soutien et notre solidarité à la population des environs de Notre-Dame et dénonçons la politique autoritaire et clairement dévouée aux intérêts des capitalistes pratiquée dans les collectivités par le Parti Socialiste Français et de ses alliés en Bretagne. Soutenons les habitants de Notre-Dame-des-Landes ! Tous le vendredi 10 décembre 9h à Notre-Dame pour s’opposer à l’enquête d’utilité publique !