Lyon ce jeudi 21 octobre

Mot-clefs: Luttes salariales
Lieux:

retraite a lyon
A Lyon depuis presque une semaine du soir au matin (8h 20h) la lutte se radicalise. Pendant que la jeunesse soutenue par de nombreuxses militant-e-s marche sur le centre-ville en manifestation sauvage. En detruisant abri-bus pub vitrine voiture etc...

Les salariees eux bloquent ou ralentissent les fluxs de 6h a 20h.

La violence a laquelle sont confrontées les lyceenes et etudiant e s est relativement proche a celle d’un contre-sommet

Et demain comme si on n’avait pas assez des G.I.P.N. les J.I.veulent faire des rattonades dans les corteges lycéenes.Ben comme ca avant de se castagner avec les bleus illes se feront du fachos pour s’echauffer.

petite anecdocte : une trentaine de jeunes lasser par une ag sont partient en mode manif dans la ville et ont caillassé une voiture de schmitt

- 20h, des petits grou­pes se sont ras­sem­blés également devant l’hôtel de ville, avant de se quit­ter en se don­nant rendez-vous demain dans la rue !

- 20h : suite aux contrô­les à la sortie de la place bel­le­cour c’est une cen­taine de per­son­nes qui ont été embar­quées par la police et emmené au poste. La police annonce que « la plu­part seront libres dans la soirée ». La place Bellecour n’est plus fermée.

- 19h10 : le préfet du Rhône semble aimer le sang, et il le fait savoir en dres­sant son tableau de chasse : 265 inter­pel­la­tions en une semaine, dont 35 aujourd’hui. Pas un mot sur les très nom­breux mani­fes­tants bles­sés !

- 19h : Après fouille les per­son­nes n’ayant pas de papiers d’iden­tité, et bien d’autres sur des cri­tè­res poli­ciers inconnus, sont arrê­tées et emme­nées dans des bus arri­vés sur place pour l’occa­sion. Notons que les per­son­nes sor­tant de la place sont vrai­ment trau­ma­ti­sées : plu­sieurs heures de gaz, de fla­sh­ball, de lance à eau, de men­son­ges des CRS (« vous pouvez sortir de l’autre coté »... où les lycéens se font à nou­veau gazés). Plusieurs per­son­nes ont fait des malai­ses. C’est une véri­ta­ble tor­ture qu’on subi les per­son­nes coin­cés sur la place.
- 18h15 : La place Bellecour est plutôt calme actuel­le­ment (après le déchaî­ne­ment des flics avec eau, gaz, matra­ques...). Les flics ont ins­tallé des points de contrôle/fouille à chaque sortie. Il y aurait des arres­ta­tions. Des per­son­nes sor­tent en file et d’autres atten­dent sur la place.

- 17h30 : Canons à eau en action place Bellecour. Le déploie­ment poli­cier est déme­suré ! Les per­son­nes qui étaient place Guichard sont arri­vées près de Bellecour. Environ 500 per­son­nes se sont regrou­pées rue de la Barre pour venir libé­rer leurs cama­ra­des ! D’autres per­son­nes affluent pour sou­te­nir.

Sur la place, beau­coup de per­son­nes ont peur et subis­sent les gaz. Plusieurs évanouissements et crises d’angois­ses. Personne ne passe.

- 17h15 : Urgence à place Bellecour !! Les 300 per­son­nes coin­cées là-bas se font gazer et matra­quer ! Besoin de monde !

- 16h55 : Les flics com­men­cent à encer­cler la place Guichard . Dans le même temps des prises de paro­les ont lieu, très diver­si­fiées, pas for­cé­ment des syn­di­ca­lis­tes habi­tuéEs de la tri­bune.

Toujours 300 per­son­nes dans la nou­velle prison qu’est deve­nue Bellecour. Besoin de sou­tien pour les libé­rer !! Cela fait déjà plu­sieurs heures qu’elles sont rete­nues là-bas.

- 16h40 : Les 1500 per­son­nes sont arri­vées place Guichard.

- 16h30 : 1500 per­son­nes se diri­gent main­te­nant vers la place Guichard. Beaucoup monde encore sur les quais du Rhône. Énormément de flics sur les quais, ils blo­quent le pont de la Guillotière, le pont Wilson et le pont Lafayette.

Encore 300 per­son­nes blo­quées à Bellecour.

- 16h10 : les flics pré­ten­dent atten­dre que le cor­tège d’Antonin Poncet se soit éloigné pour lais­ser sortir tout le monde de Bellecour.... en les fouillant/contrô­lant... Environ 2000 per­son­nes remon­tent les quais du Rhône direc­tion Cordelier.

- 15h52 : La place Antonin Poncet est gazée et évacuée par les flics. Coté Bellecour, un groupe est tou­jours coincé entre deux contrô­les. D’autres per­son­nes com­men­cent à se ras­seoir devant les flics.

- 15h33 : le sit­ting qui se dérou­lait place Bellecour aura au moins réussi à quel­que chose, à sépa­rer les pré­ten­dus « paci­fis­tes » des autres : ils peu­vent accé­der au compte-goutte à la place Antonin Poncet. Les autres res­tent blo­qués sur la place Bellecour, trans­for­mée en garde-à-vue en plein air.

- 15h15 : 21 inter­pel­la­tions à 12h30 à Lyon d’après la pref. 1 voi­ture retour­née à Vénissieux.

- 15h12 :repassages sur les voies pour laisser les trains bloquées et tailler les non grevistes

- 15h04 : charge à nou­veau place Bellecour. Plus d’un mil­lier de per­son­nes sont sur la place Antonin Poncet, fina­le­ment pas par­ties en mani­fes­ta­tion. L’hélico tourne au-dessus.

- 14h58 : place Antonin Poncet gazée à son tour.

- 14h48 : les flics char­gent et gazent place Bellecour. Les mani­fes­tant-e-s sont repous­sés sur le centre de la place.

- 14h38 : Sarkozy est inter­venu sur ce qu’il se passe à Lyon : « Les cas­seurs n’auront pas le der­nier mot ». « Ce n’est pas accep­ta­ble, ils seront arrê­tés, retrou­vés et punis, à Lyon comme ailleurs, sans aucune fai­blesse. Parce que dans notre démo­cra­tie, il y a des tas de moyens de s’expri­mer, mais la vio­lence la plus lâche, la plus gra­tuite, ça, ça n’est pas accep­ta­ble », a-t-il estimé. Si la vio­lence était vrai­ment gra­tuite et lâche, le centre-ville aurait été com­plè­te­ment cramé depuis plu­sieurs jours. Mais il faut bien jus­ti­fier l’état d’excep­tion et l’envoi du GIPN contre des lycéens et des syn­di­ca­lis­tes qui mani­fes­tent.

- 14h30 : les per­son­nes situées place Bellecour sont blo­quées alors que les syn­di­ca­lis­tes pré­sents place Antonin Poncet sou­hai­tent partir en mani­fes­ta­tion (les deux places sont à côté l’une de l’autre).

- 14h20 : 500 per­son­nes place Bellecour sont sépa­rées du ras­sem­ble­ment place Antonin Poncet par un énorme dis­po­si­tif poli­cier. Présence du GIPN sur place à nou­veau, vont-ils sortir les fusils à pompe comme hier ?

- 14h15 : dans l’Ain, le blo­cage du site du stock de gaz d’Etrez menace l’acti­vité de tout le cou­loir de la Chimie.

- 14h08 : place Bellecour tou­jours blo­quée, les flics lais­sent ren­trer les gens mais ils ne peu­vent pas res­sor­tir. Contrôles au faciès.

- 14h00 :Les che­mi­notes et autres salariées et chomeurs, en grève au site de la mouche (rue semart, 7eme, jean macé/jean jaurès) sont remon­tées le long des rails pour blo­quer les trains à Perrache.En passant devant le quartier de semi-liberté certains ont fait du parloir sauvage

- 13h40 : la police empê­che les lycéens (place Bellecour) de rejoin­dre les mani­fes­tants (place Antonin Poncet). Tout ce qui est jeune (ou pas « blanc » selon des témoins sur place) ne peut pas rejoin­dre la mani­fes­ta­tion. Un double-bus vient d’être amené sur place, selon plu­sieurs témoins, ça sent la rafle. Venez nom­breux !

- 13h30 : les CRS (envi­ron 600) ont bloqué la place Bellecour et filtre les entrées et sor­ties, empê­chant les lycéens d’accé­der ou de quit­ter la place. La police cher­che-t-elle à empê­cher la mani­fes­ta­tion de cette après-midi, pour­tant appelé par les syn­di­cats de tra­vailleurs et de lycéens ?

- 13h15 : Les CRS ont tirés plu­sieurs salves de gre­na­des lacrymo sur la place bel­le­cour, chas­sant les mani­fes­tants qui s’y trou­vaient. Les CRS pren­nent place au centre de la place. Soyons nom­breux au rdv à 14h places Antonin Poncet & Bellecour.

- 13h : Des gré­vis­tes de SUD mani­fes­tent devant l’Hôtel de ville. Un témoi­gnage de la place bel­le­cour : Comme si la caméra de l’hélico et les camé­ras de la ville ne suf­fi­saient pas, les télés s’y met­tent aussi : BFM TV a posé une caméra pour une dif­fu­sion en continu (direct toutes les 10 min envi­ron) à l’angle de Bellecour (angle sud ouest ?), avec en prime un plan zoom sur ceux et celles qui sont autour de la statue..... A bon enten­deur....

- 12h15 : le piquet de grève au dépôt SNCF de la Mouche, rue Pierre Sémard (Lyon 7e) tient tou­jours et le blo­cage du dépôt de la Banque de France conti­nue.

- 11h20 : Environ 500 per­son­nes sont à nou­veau ras­sem­blées place Bellecour. Deux blin­dés avec lance à eau pro­tè­gent les bou­ti­ques de luxe des rues Édouard Herriot & Émile Zola. Les métros sont encore inter­rom­pus par déci­sion pré­fec­to­rale dans la Presqu’île. Des contrô­les d’iden­tité et des fouilles ont lieu au niveau du pont de la Guillotière.

- 11h05 : Le cor­tège a été chargé par des grou­pes de la BAC aux alen­tours de la place Gabriel Péri (place du Pont) où 2 à 3 arres­ta­tions ont été cons­ta­tées sur place.

- 11h :blocages des trains par le piquet de greve de la mouche

- 11h : un cor­tège de lycéens vient de quit­ter la Presqu’île en pre­nant le pont de l’Université. L’hélico sur­vole le quar­tier des facs.

- 10h45 : Collomb a qua­li­fié le pas­sage d’Hortefeux hier "d’opé­ra­tion poli­ti­cienne”, pour une fois qu’on est d’accord avec lui. Mais peut-être le maire de Lyon est-il juste frus­tré d’avoir été exclu de la réu­nion orga­ni­sée par le sinis­tre de l’inté­rieur à Marius Berliet... Rancunier Collomb ?

- 10h30 : Manifestation lycéenne sur la Presqu’ile aux alen­tours de l’Hôtel de Ville. L’héli­co­ptère est de retour (Pour lui il ne manque pas d’essence...). Par la suite quel­ques voi­tu­res ren­ver­sées rue de la Charité.

- 9h30 : tou­jours un impor­tant dis­po­si­tif poli­cier dans la Presqu’île, et les CRS tour­nent pério­di­que­ment jusqu’à la Guillotière.

- 9h : Présence de 4 camions anti-émeutes (canon a eau) à Bellecour, ainsi que le GIPN.

- 08h30 : une tren­taine de flic-que-s et bac-que-s, équipés de matra­ques et bou­cliers, sont posés devant le lycée Jean Paul Sartre à Bron.

rebellyon.info