Retour sur la journée du 12 octobre à Nantes

Mot-clefs: Retraites2010
Lieux: Nantes

Petit résumé partiel et partial de la journée du 12 octobre à Nantes.

9_1-medium
La fnac : "certifié non conforme", les flics font sortir les clients sous le regard des caméras de surveillance

8_1-medium
Pas de titre pour 9987

7_1-medium
Les camarades du Service d'ordre en chaine avant la charge

6_1-medium
Pas de titre pour 9985

5_1-medium
Pas de titre pour 9984

4_1-medium
Pas de titre pour 9983

3_1-medium
La censive décorée a des allure de fac en lutte

2_1-medium
Pas de titre pour 9981

1_1-medium
Piquet de grève au Tertre

Le piquet de grève :

La journée commence a 7h30 à la fac, ou un barrage filtrant est mis en place. Le campus commence a prendre des air d'université en lutte. De toute façon, assez peu d'élèves se sont déplacés pour venir, et peu de cours sont assurés (certaines salles de cour sont fermée pour « raison de sécurité »). La journée fac morte commence bien.
11h, Assemblée Générale : du monde, autour de 350 étudiants. Au terme d'un débat laborieux, on vote la grève et un appel au blocage économique. Malheureusement, personne (pour l'instant) ne semble vouloir généraliser les revendications au delà de la réforme des retraites (racisme d'État, précarité...). Une nouvelle AG est prévue dans la foulée, à suivre.
13h, débrayage des amphis et inertie complète des étudiants. La fac de droite mérite bien son nom. Malgré tout, un cortège étudiant assez conséquent part de la fac pour se rendre à la manif.

A la manifestation

Un rassemblement monstre, autour de 95 000 manifestants, (du jamais vu à Nantes ?) En tête : le cortège lycéen/étudiant qui rassemble plus de 2000 personne : bruyants et déterminés, les lycéens sont en force.
Une partie du « cortège jeune », composé de libertaires, de lycéens, d'étudiants et du membre du « collectif chômeur et précaire » décide d'arrêter de défiler derrière le carré de têtes des dirigeants syndicaux locaux et leur service d'ordre musclé. Ce qui a pour effet de diviser le cortège jeune qui était bien dynamique. Quelques affrontements (insultes et coups) ont lieu entre des jeunes et le Service d'ordre syndical (majoritairement UNSA police), qui chargent le cortège passé devant eux rue du Calvaire, et cherchent à ce débarrasser de ce groupe « incontrôlable ».

D'un point de vue stratégique, le choix d'être tout à l'avant pose question : Baceux sur les côtés, voitures de flics devant, Service d'Ordre syndical policier derrière. Assez inconfortable ! Du coup, pas d'actions possibles.

Une nouvelle embrouille, a lieu Place Graslin, quand le SO détourne (assez logiquement) la manif du parcours prévu pour larguer le groupe qui les devançait. Fidèles à eux même, l'UNEF qui encadrait le reste du cortège jeune décide d'emboiter le pas au carré syndical au lieu de rejoindre les reste des lycéens/étudiants qui les attendaient. Dommage, il y avait le potentiel pour partir en manif sauvage.

Malgré ces querelles sans grande surprise, les jeunes ont montré qu'ils étaient nombreux et déterminés à Nantes. Affaire à suivre dans les prochains jours à la fac et dans les lycées.
En ce qui concerne le reste du cortège, les manifestants semblaient de plus en plus déterminés et en colère (toute proportion gardée), ça commence à chauffer tranquillement.

Blocage économique

Pour finir, on impose la fermeture de la Fnac dès 18h, histoire de faire perdre quelques heures de recettes au patron, une action qui réussi a réunir pas mal de monde sur la place du Commerce. La Fnac ferme ses grilles immédiatement. Objectif atteint.
Précisons que dans le même temps, des salariés continuaient de bloquer la ligne de tram un peu plus loin.

Ps : n'hésitez pas à compléter les photos ou rectifier/améliorer le récit.

Pièces jointes

Report Vidéo Blocage FNAC Nantes

Commentaire(s)

> Video du blocage de la FNAC à Nantes

Voici un aperçu (bref) du blocage de la FNAC mardi 12 octobre 2010 à Nantes

> A qui profiterait la division ?

Les incidents et embrouilles entre manifestants et services d’ordre à Nantes me laissent perplexes. Ce sont là choses courantes et non surprenantes mais, à mon humble avis, déplacées dans le contexte actuel.

Nous vivons un moment spécial qui mérite une attention spéciale, un peu plus qu’une vision de l’instant. Pour réussir, ce mouvement a d’abord besoin de durer et celles et ceux qui le font durer, ce sont les militantEs de base syndicalistes engagés dans des grèves reconductibles. Nous savons que les seules manifestations ne suffiront pas.

Les états-majors syndicaux suivent plutôt qu’ils ne décident. Aujourd’hui, le mot d’ordre reste le retrait de la réforme. Là est le point commun à sauvegarder et à afficher, face au gouvernement, aux directions syndicales et à la gauche parlementaire.

Des querelles entre les bases accélèreraient l’ouverture que nos "représentants" attendent pour s’assoir autour d’une table et trouver un accord sur notre dos.

Les manifestations de masse sont faite pour démontrer une volonté de masse. Il y a un temps pour chaque chose.

Faute d’avoir une stratégie, on fait partie de la stratégie de quelqu’un d’autre. Et si on est pas d’accord avec cette stratégie, on en propose une autre, en expliquant pourquoi elle serait plus constructive en renforçant le mouvement et obtiendrait de meilleurs résultats.

> r

la fierté d'avoir tenu tête à des gros bras syndicalistes ( comme cela c'est passé en remontant la rue du calvaire par exemple ) est bien peu de choses

et en tenant la tête du cortège, vous avez été incapable d'entaîner les milliers de jeunes qui étaient un peu en arrière ..... ( pour répondre à : les jeunes ont montré qu'ils étaient nombreux et déterminés à Nantes. )

on a les petites victoires que l'on peut.

> c'est les syndicats qui font la division

Petit rappel des faits : il est décidé que ce seront les jeunes qui seront en tête de cortège, et si fait les jeunes sont devant. Mais à un moment, nos chers chefaillons syndicaux se sentent eclipsé par tous ces drapeaux noirs qui flottent au millieu des dits jeunes. Aussitôt ils ordonnent à leur SO de flics en civil (UNSA police et autre) de détourner la manifestation afin de reprendre la tête, brisant ainsi l'accord qui avait été passé. Alors qui fait la division?

Les syndicalistes ne pourront pas porter le mouvement tout seul comme tu dis. Pour que ce mouvement gagne, il doit s'élargir, et exister dans les espaces publics. Forcément, ca peut pas se faire sans un minimum d'ouverture et sans laisser un minimum les personnes qui se joignent au mouvement prendre des initiatives. Cela veut dire aussi, arrêter de se croire le chef de tout ca et de vouloir décider de tout, sinon vous avez qu'à décider tout seul (de votre echec). A vous de voire...

> Re

Précisions : Je ne suis pas syndiqué et je ne fais pas porter la responsabilité sur les jeunes.

A Ancenis, je crois qu’il a été décidé que ce seront les jeunes qui ouvriront la manifestation samedi.

Et enfin, je n’ai écris nulle part que les syndicats pourront porter le mouvement tous seuls ; mais contraire, qui si il n’était pas mené par la base (et par tout autre forme d’actions qui viendraient s’ajouter au manifs) les syndicats finiront par négocier sur notre dos.

Le boulot des provocateurs, comme tu le dis, est de diviser et de provoquer des heurts .

Apprenons à jouer selon nos règles du jeu, pas les leurs.

> rr

Mais à un moment, nos chers chefaillons syndicaux se sentent eclipsé par tous ces drapeaux noirs

VRAI : les syndicalistes n'ont pas apprécié tous ces drapeaux noirs ( et sans doute surtout la CNT ) ; mais il n'y a rien à en attendre de ces mecs ......................

Petit rappel des faits : il est décidé que ce seront les jeunes qui seront en tête de cortège, et si fait les jeunes sont devant

FAUX : la majorité des jeunes étaient derrière et encadrés ; en les laissant seuls avec des militants de gôche vous avez été incapable de mobiliser tous ces jeunes

donc je confirme ; la tactique j'emmerde les orgas en tenant la tête juste pour le fun d'emmerder les orgas n'aura servi à rien !

> De l'utilité

"mais il n'y a rien à en attendre de ces mecs", tu parles des porteurs de drapeaux noirs, ou des chefaillons syndicaux? C'est pas très clair... C'est pas parce qu'il y a des drapeaux dans un cortège que c'est un cortège de ce drapeaux tu sais, et je ne crois pas que cette initiative ne soit seulement le fait de la CNT ou je ne sais quoi, mais plus largement d'étudiant-e-s et autres.

Puis si la majorité des "jeunes" (ce mot me sort par les yeux) était derrière et encadrée, je vois pas ce qui était possible, hormis aller les "désencadrer". Ce qui veut dire se fritter avec le syndicat étudiant professionnel en la matière, l'UNEF. Mais peut-être que c'est à ces personnes de commencer à se désencadrer toutes seules, on peut toujours les aider si besoin. Je suis pas sûr que le fait que TOUS les "jeunes" n'aient pas participé à ça soit un problème en soi. Et puis c'est la majorité qui a élu sarko, alors moi ce que j'en pense de la majorité (oui, je joue sur les mots, mais tu vois bien ce que je veux dire). Alors bon je vois pas ce que tu propose. En tout cas la logique de la bureaucratie syndicale a bien montré ses limites encore une fois...

> rrr

"mais il n'y a rien à en attendre de ces mecs", tu parles des porteurs de drapeaux noirs, ou des chefaillons syndicaux?

- des chefaillons , ça me parait évident.

je ne crois pas que cette initiative ne soit seulement le fait de la CNT

- je n'ai jamais dit que c'était la CNT à l'origine , simplement les chefaillons voient plus rouges quand ils voient des drapeaux CNT

ou je ne sais quoi, mais plus largement d'étudiant-e-s et autres.

- oui bah justement, parlons en des autres : j'ai des yeux qui sont fait pour observer et j'ai vu !

Puis si la majorité des "jeunes" (ce mot me sort par les yeux) était derrière et encadrée, je vois pas ce qui était possible, hormis aller les "désencadrer". Ce qui veut dire se fritter avec le syndicat étudiant professionnel en la matière, l'UNEF.

- c'est vrai que les mecs de l'unef sont des térreurs !

Mais peut-être que c'est à ces personnes de commencer à se désencadrer toutes seules, on peut toujours les aider si besoin.

- ben justement l'objectif c'est bien d'entrainer et tu penses que ça va se faire tout seul ?

je suis pas sûr que le fait que TOUS les "jeunes" n'aient pas participé à ça soit un problème en soi. Et puis c'est la majorité qui a élu sarko, alors moi ce que j'en pense de la majorité (oui, je joue sur les mots, mais tu vois bien ce que je veux dire)

- non justement je ne vois pas ce que tu veux dire : si l'objectif c'est de se retrouver entre gens ayant les mêmes affinités, les capitalistes peuvent dormir tranquilles ....................

. Alors bon je vois pas ce que tu propose.

- bien justement , que les plus politisés ( les lycéens/étudiants/jeunes, comme tu veux ) aillent travailler les moins politisés ( peu politisés mais quand là à la manif ! )

En tout cas la logique de la bureaucratie syndicale a bien montré ses limites encore une fois...

- les actions " jemmerde les orgas " quelques fois y en a qui essaient d'en tirer des enseignements ?

d'ailleur ce soir , en dehors d'avoir fait fermer la FNAC, quels sont les autres faits d'armes ?