Iran nouvelles persécutions anti ouvriéres contre Mansour Osanloo

Mot-clefs: Répression
Lieux:

Mansour Osanloo condamné à un an de prison supplémentaire

Nouvelles persécutions contre le militant syndicaliste iranien


-rappelons que le régime s'en est aussi pris sauvagement a sa famille et
surtout a sa belle fille qui a subit de la part de la Vevak (les Rg et
la police politique iranienne ndr) un enlèvement et une séquestration
suivie de tortures qui ont provoqué chez elle une fausse couche et la
perte de son bébé

Nouvelles reçues ce Mercredi 11 août 2010

Alors qu'il devait être libéré sous conditionnelle sous peu selon un
rapport collectif de défense des droits de l'homme iranien Rahana,
Mansour Osanloo a été reconnu coupable d’un nouveau délit la semaine
dernière et a été, en l’absence de ses avocats, condamné à un an de prison
supplémentaire. Cette nouvelle peine de prison s’appliquera à la fin de la
peine de prison qu’il effectue actuellement.

Selon les rapports du site internet Jaras, Mansour Osanloo, responsable du
Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus de Téhéran et Banlieue, a
été jugé la semaine dernière par la branche N°1 du Tribunal
Révolutionnaire de la ville de Karaj.

Lors du jugement, Osanloo était privé de la présence d’un avocat et ses
avocats n’ont même pas été informés qu’il était convoqué au tribunal.
Osanloo souffre de plusieurs maladies en prison, dont une attaque
cardiaque, de graves douleurs au dos et un problème à l’œil. Dans le
cadre des lois existantes, des médecins désignés par le tribunal ont à
trois reprises voté sa libération de prison.

En plus, un rapport rédigé par une commission médicale composée de cinq
médecins a, après un examen médical de Mansour Osanloo qui a duré
plusieurs heures avait conclut qu’il devait être libéré à cause de la
détérioration de son état santé dus a ses conditions de détentions

Mansour Osanloo est un militant ouvrier qui a été incarcéré plusieurs fois
ces dix dernières années. Récemment, sa femme avait fait la déclaration
suivante à propos de son dossier porté au tribunal de Karaj : « Ils
cherchent à construire une nouvelle affaire basée sur de faux témoignages
d’autres prisonniers, comme par exemple le témoignage d’un témoin oculaire
qui prétend que Mansour Osanloo créait des problèmes en prison, alors que
Mansour Osanloo est un citoyen respectueux des lois. Je connais bien mon
mari et je suis certaine qu’il n’a aucun intérêt à créer des problèmes. Je
suis sûre que son comportement en prison n’est pas différent.

Malheureusement, ils sont déterminés à constituer un nouveau dossier
contre lui pour le maintenir plus longtemps en prison.

Campagne pour la libération des travailleurs emprisonnés en Iran :

Voir l’appel de la campagne

Campagne pour la libération des travailleurs emprisonnés en Iran

En Iran, des travailleurs sont régulièrement arrêtés pour s’être mis en
grève, pour avoir construit un syndicat ou pour avoir célébré le Premier
Mai. C’est ce qui est arrivé aux travailleurs des bus de Téhéran : plus de
700 d’entre eux ont été arrêtés lorsqu’ils se sont mis en grève en 2006.
Certains de leurs dirigeants, comme Mansour Osanloo, sont toujours en
prison, et d’autres ont été licenciés. C’est arrivé aux travailleurs de la
canne à sucre lorsqu’ils ont organisé des protestations pour le paiement
de leurs salaires impayés et qu’ils ont constitué un syndicat. Leurs
dirigeants ont passé des mois en prison et sont harcelés quotidiennement
avec des convocations au tribunal et de fortes cautions. Certains ont
aussi perdu leurs emplois. Des enseignants qui se sont mis en grève et ont
tenu des rassemblements pour leurs salaires et leurs conditions de travail
ont aussi été jetés en prison. Année après année, des centaines de
travailleurs ont connu la même chose pour avoir exercé leur droit
fondamental à s’organiser librement, à faire grève et à se rassembler.

Les arrestations et détentions arbitraires, les longues peines de prison,
les interrogatoires violents, les coups et même l’utilisation du fouet
pour dégrader et briser, le refus de soin médicaux aux prisonniers
malades, le harcèlement permanent par des convocations au tribunal, les
fortes cautions et les menaces quotidiennes à l’encontre d’ouvriers et de
leurs familles, et l’arme ultime de couper aux travailleurs leur moyen de
subvenir à leurs besoin en les licenciant, constituent un régime brutal de
persécution systématique des militants ouvriers en Iran.

En mai cette année, le régime a ajouté à sa liste de 31 ans de violations
horribles des droits humains l’exécution du célèbre enseignant et militant
ouvrier Farzad Kamangar avec quatre autres prisonniers politiques. Les
syndicats du monde et les organisations pour les droits humains avaient
mené depuis des années des campagnes pour la libération de Farzad et ont
avec véhémence condamné ces meurtres ignobles.

Nous, groupe de militants ouvriers et organisateurs de campagnes d’Iran et
du monde entier, avons mis en place cette campagne pour mettre en lumière
la situation des travailleurs actuellement emprisonnés ou sous la menace
d’une arrestation ou d’emprisonnement. Le but de la campagne est la
libération immédiate et inconditionnelle de tous les militants ouvriers
actuellement en prison. Certains d’entre nous sont d’anciens militants de
syndicats particulièrement réprimés par le régime en Iran qui continuons
la lutte en exil par cette campagne et d’autres campagnes.

Notre revendication est claire : il faut mettre fin à la terreur et à la
violence contre les travailleurs en Iran ! Les travailleurs d’Iran doivent
pouvoir exercer librement leur droit fondamental à constituer leurs
propres organisations, à se rencontrer, à se rassembler et à protester
comme ils le souhaitent, à faire grève, à organiser et à participer à des
manifestations, etc. sans avoir peur d’être arrêtés et jetés en prison.
Tous les travailleurs emprisonnés doivent immédiatement et
inconditionnellement être libérés !

Les noms suivants sont ceux de travailleurs dont on sait actuellement
qu’ils sont emprisonnés dans différentes prisons et centres de détention
en Iran. La véritable liste est bien plus longue. Le lieu de détention de
certains reste inconnu (cette liste sera régulièrement mis à jour sur nos
blogs).

Du Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus Unité (Vahed) de
Téhéran et Banlieue :

-Mansoor Ossanlou (Président)
-Ebrahim Madadi (Vice-Président)
-Saeed Torabian (Porte-parole)
-Reza Shahabi (Trésorier)

De l’Association des Enseignants Iraniens :

-Ghorban Ahmadi
-Ali Akbar Baghani
-Hossein Bastani Nejad
-Mahmoud Beheshti Langroodi
-Rasoul Bodaghi
-Mohammad Davari
-Alireza Hashemi (Secrétaire Général)
-Seyyed Hashem Khastar
-Abdollah Momeni

-Abdolreza Ghanbari, lui aussi enseignant, a été arrêté lors des
manifestations anti-gouvernementale de masse du 27 décembre 2009. Il a été
condamné à mort.

-Autres militants ouvriers emprisonnés :

Behnam Ebrahim-zadeh
Mehdi Farrahi Shandiz

Nous appelons tous les syndicats et associations des droits humains de
part le monde et tous les individus et organisations concernées par les
horribles violations des droits humains en Iran à soutenir et à signer
pour rejoindre cette campagne.

Coordinateurs de la campagne :
Shahla Daneshfar

Shahla_Daneshfar@yahoo.com

Bahram Soroush
Bahram.Soroush@gmail.com

Signer la pétition

http://workersiniran.org/jworkers/jwork482.php?nr=15426...ng=fr

Notes :voir aussi les site du collectif de defense des droits humain
iranien Rahana pour tout les cas des prisonniers politiques iraniens et le
site Iran labor report qui recense les luttes ouvrieres en Iran

http://www.rhairan.us/en/

http://iranlaborreport.com/