Je prendrai le deuil pour la Nakba, par Nurit Peled Elhanan

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Nurit Peled Elhanan, Prix Sakharov pour les Droits de l'Homme, membre du Cercle des Familles Endeuillées pour la Paix, et co-initiateur du Tribunal Russell sur la Palestine. Mère de Gaï Elhanan qui était venu en 2006 témoigner à Montbrison

Traduction en Français de Roseline Derrien Site New profile

Je porterai le deuil pour la Nakba. Je porterai le deuil pour la Palestine disparue que, dans sa plus grande partie je ne connaîtrai jamais. Je porterai le deuil pour la terre sainte qui perd son humanité, son paysage, sa beauté et ses enfants sur l'autel du racisme et du mal. Je prendrai le deuil pour les jeunes Juifs qui envahissent et profanent les maisons de familles à Sheikh Jarrah , jettent les habitants dans la rue et dansent et chantent en mémoire de Baruch Goldstein , le meurtrier infâme d'enfants Palestiniens , pendant que les propriétaires expulsés des maisons avec leurs enfants et leurs vieillards dorment sous la pluie, dans la rue, en face de leurs propres habitations. Je porterai le deuil pour les soldats et les policiers qui protègent ces méchants envahisseurs Juifs Orthodoxes sans aucun remord.

Je porterai le deuil pour les terres de Bil'in et de Nil'in et pour les héros de Bil'in et de Nil'in , beaucoup d'entre eux sont des enfants de 10-12 ans , qui sans peur se dressent pour leur droit de vivre dans la dignité sur la terre de leurs pères. Je porterai le deuil pour les Droits Humains qui ont été enterrés depuis longtemps dans ce pays , pour le sang impunément répandu, pour les meurtres commis avec la bénédiction des rabbins, pour le mythe Sioniste fallacieux dans lequel j'ai été éduquée et pour l'histoire Palestinienne dont le récit est interdit mais dont la vérité est de retour et dont les rameaux verts pointent parmi les graines des lois racistes.

Je porterai le deuil pour l'ancien ministre de l'Education, Livnat qui a défendu la loi contre la commémoration du jour de la Nakba en déclarant que « S'il n'y a rien pour lequel ils puissent porter le deuil, ils n'auront pas de raisons de se révolter. » paroles pires que les pires paroles de nos adversaires et que celles des plus méchants colonialistes.

Je porterai le deuil pour nous tous qui ne savons pas quoi faire face à une loi qui est pure cruauté, une parmi les douzaines d'autres qui sont destinées à nous assurer les places d'honneur – sinon toutes les places – dans les Actes du Parlement de la Démocratie de l'Etat Juif. Je porterai le deuil pour la démocratie de ce pays dans lequel la moitié des habitants doivent vivre dans des conditions qui seraient interdites, même pour des animaux, dans d'autres démocraties.

Je porterai le deuil pour les enfants. Ceux qui sont morts. Ceux qui mourront demain. Ceux qui ne supportent plus de vivre ici et ceux qui y vivent , semblables à de monstrueux golems qui se sont retournés contre leurs créateurs , êtres formés de peur, de mal, de racisme, d'amour tordu pour une terre qui n'est pas la leur, de haine pour tout ce qui n'est pas à leur propre image, et d'appétit insatiable pour le meurtre.

Je porterai le deuil le jour de la Nakba. Et aussi le jour qui le précède que nous appelons le Jour de Commémoration et qui n'est rien d'autre qu'un jour dédié à l’idolâtrie de la chair morte , et à la fin duquel chacun sort et grille d'autres chairs mortes à même les flammes, chante, danse , se goinfre et finit saoul. Je porterai le deuil pour le jour de notre indépendance qui n'est rien d'autre que la célébration du triomphe de l'enfermement et de l'assujettissement.

Pour toutes ces raisons, je porterai le deuil le jour de la Nakba. Je rejoindrai les millions de dépossédés, d'opprimés et d'humiliés qui n'ont pas désespéré du futur et qui pensent qu'il reste une chance et qui se dressent comme les témoins et comme les braises encore vives du véritable esprit de l’Homme.

Je porterai le deuil le jour de la Nakba afin d'être digne d'eux, afin que mes enfants sachent de quel côté je suis et afin qu'eux aussi puissent croire qu'il y a une chance pour l'espoir et pour un futur où la justice l'emportera.

Nurit Peled Elhanan 27/03/2010

http://femmesennoirmontbrison.over-blog.com/article-je-....html

Commentaire(s)

> quand on lit ce genre de prose ...

quand on lit ce genre de prose :

"Je porterai le deuil pour la terre sainte...Je prendrai le deuil pour les jeunes Juifs... et les policiers qui protègent ces méchants envahisseurs Juifs Orthodoxe... pour les meurtres commis avec la bénédiction des rabbins,...semblables à de monstrueux golems qui se sont retournés contre leurs créateurs, êtres formés de peur, de mal, de racisme, d’amour tordu pour une terre qui n’est pas la leur, de haine pour tout ce qui n’est pas à leur propre image, et d’appétit insatiable pour le meurtre."

ça vire à l'antisémitisme dans la tête à Nurit Peled ?

> merci pour la réponse

merci pour la réponse, mais, c'est un copié-collé qui date de combien d'années ? le lien ne marche plus.

Relever des incongruités dans un texte, souligner des phrases antisémites qui ne sont pas des phrases antisionistes, ne veut pas dire qu'on soit "sioniste", simplement, on est "antiraciste".

Dans ce 2e texte on peut relever une phrase :

"Les mères juives élèvent leurs enfants avec tout l’amour et l’attention que les mères juives peuvent avoir. Pourtant, elles se réjouissent quand leurs enfants deviennent des meurtriers, et elles sont fières lorsqu’ils ne sont plus que des cadavres en uniforme."

valables non seulement pour les mères juives, mais également les mères musulmanes des enfants qui commettent des attentats-suicides.

Alors, doucement les basses, et sur les mères juives et sur les mères musulmanes. Aucune ne met au monde des enfants dans le désir d'en faire des meurtriers. Les circonstances font qu'ils le deviennent et si on n'agit pas sur ces circonstances, des innocents continuent à mourir...

> article en débat

article compliqué. Autant le fond parait louable, autant la forme, teinté de mysticisme et de messianisme juifs trouble le message!

> Pour une fois, défendre un texte plutôt que l'enfoncer

Peut-être que je suis trop sensible à ce qu'elle a écrit, mais ça me paraît louable, tant sur le fond que sur la forme.

Manifestement, elle se retrouve prise entre deux feux : elle a été élevée dans la religion - voire la culture, mais je reste prudent.e - juive, mais se révolte contre les actions militaires de certain.es juif.ves. Je n'ais pas sentie une quelconque généralisation sur Israel, les juifs, la religion ou quoi que ce soit.

Les allusions tirée de la Kabbale, et qui peuvent paraître du mysticisme me font plutôt penser à de la poésie, et renforcent l'impression globale du texte d'être à cheval entre ses racines et les nouvelles feuilles qu'ont donné ces racines.

Même si certains vont lui trouver un caractère antisémite (de toute qu'est-ce qui ne l'est pas en ce moment sur Indy ?), je trouverai dommage qu'il ne soit pas publié, dans le sens où on manque de textes comme celui là. C'est à la fois un témoignage, une voix que j'aurai envie de porter, et une forme qui changera de celle de la plupart des textes.

> La haine est du côté de l'occupant

En réponse aux messages de haine qui insinuent que Nurit Peled "virerait à l'antisémitisme", un texte de son fils Miko Peled :

Miko Peled : Etant moi même juif et israélien

Le siège de Gaza : "intenable" ? Non, catastrophique !

Etant moi même juif et israélien, ayant un père qui fut général dans l’armée israélienne et y ayant moi même servi, je dis ceci : nier ou justifier les actions israéliennes équivaut à nier ou défendre tous les crimes contre l’humanité

Il subsiste un doute dans l’esprit de gens sérieux quant à l’attaque israélienne contre la flottille de Free Gaza et les événements qui ont entraîné la mort de 9 des militants qui se trouvaient à bord. Ce n’est pas vraiment surprenant puisque le commandant de la marine israélienne, l’Amiral Eliezer Marom, affirme que la mission a pleinement réussi.

Selon lui, grâce à la retenue dont ont fait preuve les soldats israéliens, aucun civil innocent n’a été blessé, les soldats sont rentrés à leur base sains et saufs et "9 terroristes ont été tués." Aussi y a-t-il des gens -vous en connaissez peut-être - qui pensent que l’on devrait « lâcher un peu Israël ». Eh bien, je dis non !

Les gens qui étaient à bord de la Flottille de Free Gaza étaient des militants pacifistes courageux et si je n’en avais pas été empêché par mon travail, j’aurais été parmi eux sur cette flottille. Les affirmations selon lesquelles ils sont liés à des organisations terroristes ne valent pas un clou.

Ils avaient trois objectifs : amener à Gaza l’aide humanitaire dont elle a grandement besoin, provoquer et embarrasser Israël, et attirer l’attention du monde sur la crise humanitaire à Gaza. Neuf de ces militants ont donné leur vie pour parvenir à ce but.

Que des commandos israéliens armés aient attaqué la flottille dans des eaux internationales est un acte de piraterie. Les gens qui étaient à bord du vaisseau ont fait ce que tout officier de marine vous dirait avoir été leur devoir : ils ont défendu héroïquement leur navire et sa cargaison et, comme nous le savons, neuf d’entre eux ont laissé la vie dans cet action héroïque. Les commandos israéliens, paniqués, ont par lâcheté tiré sur une foule sans armes, tuant neuf personnes et transformant ainsi une opération ratée en une tragédie innommable.

Si j’avais pu me joindre à la Flottille de Free Gaza cela aurait été ma troisième tentative pour pénétrer dans la bande de Gaza assiégée où Israël emprisonne et affame lentement 1.4 million de civils dont 800 000 enfants.

Les Palestiniens n’ont jamais eu d’armée, de chars, d’avions, et pourtant ils sont soumis à un blocus et à des attaques constantes qui entraînent des victimes civiles innombrables, des maladies horribles et un malheur inexcusable.

Certains disent que les militants de la Flottille de Free Gaza voulaient provoquer Israël et qu’ils n’étaient pas de simples militants pacifiques innocents. Mais, le militantisme c’est fait pour provoquer. Un militant ne reste pas tranquillement assis à regarder le monde avancer autour de lui. Contrairement au mythe auquel beaucoup d’Américains blancs voudraient croire, quand Rosa Parks est montée dans un bus et s’est assise à une place réservée à des blancs, elle n’était pas qu’une Afro-américaine fatiguée. Elle était une militante en mission : elle était là pour provoquer un système qui avait ses racines dans le crime de ségrégation raciste systémique dont des parties de ce pays étaient coupables.

Quand quatre étudiants afro-américains organisèrent l’action de Greensboro en février1960, ils ne se sont pas assis pour déjeuner au comptoir réservé aux Blancs simplement parce qu’ils avaient faim. Si on se rappelle MLK Jr., Mahatma Gandhi ou Nelson Mandela, on voit clairement que le militantisme a pour but de provoquer, de révéler le mal, d’y attirer l’attention et puis de s’en débarrasser. Le blocus de Gaza est l’un de ces maux. Les gens qui étaient à bord de la flottille faisaient ce qui est juste.

On doit se demander ce qui est pire, commettre un crime ou le justifier ? Qui sont les plus mauvais ? Ceux qui ont commis l’holocauste juif, le génocide arménien ou l’asservissement et les massacres des Africains ? Ou ceux qui profitent, qui justifient ces horreurs ou nient qu’elles aient eu lieu ? Etant moi même juif et israélien, ayant un père qui fut général dans l’armée israélienne et y ayant moi même servi, je dis ceci : nier ou justifier les actions israéliennes équivaut à nier ou défendre tous les crimes contre l’humanité.

Malheureusement, tout ce qu’on entend dire en provenance des Etats-Unis, c’est que la situation à Gaza est « intenable ». On ne peut que se demander combien de sondages d’opinion ont été faits, combien de brillants experts en communication il a fallu pour produire cette expression vide de sens et réchauffée.

Je suis sûr qu’ils ont eu besoin de l’aval du Département d’Etat, de l’ambassade d’Israël et de l’ AIPAC avant que le Président prononce cet insupportable mot sans vie. La situation à Gaza n’est pas intenable, la situation à Gaza et dans toute la Palestine est catastrophique.

Miko Peled, écrivain et militant pacifiste israélien, vit à San Diego. Son père était le général Matti Peled.

publié par Palestine chronicle

http://palestinechronicle.com/view_...

traduction et choix de photo de focus (le 1 juin 2010 des enfants de Gaza jettent des fleurs à la mer en mémoire aux victimes du Mavi Marmara, assassinés par les commandos israéliens) : C. Léostic, Afps

http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=784