Retour et analyse sur une agression fasciste a Lyon le 22 janvier

Mot-clefs: Racisme
Lieux:

Retour et analyse sur une agression fasciste a Lyon le 22 janvier
Retour et analyse sur une agression fasciste a Lyon le 22 janvier

A l’heure ou nous pouvons que constater des attaques régulières contre des camarades antifascistes sur divers medias « Alter » et « libres » , a l’heure ou l’on peut constater de graves dérives chez certains sites de « gauche » osant encore se prétendre de la mouvance altermondialiste, qui n’hésitent pas a relayer et publier régulièrement des textes particulièrement ambigus comme celui d’une certain figure de l’intelligentsia « altermondialiste » comme Jean Bricmont, des sites comme bellacio.org , mondialisation.ca ou « le grand soir » (pour ne citer que ceux parmi les plus connus et qui ne sont hélas que la partie visible de l’iceberg) , assimilant régulièrement dans leurs publications nos camarades et militants antifascistes a une « police de la pensée » il nous a paru nécessaire de revenir sur ce qui c’est passé a Lyon en publiant ici ce communiqué de camarades Antifascistes lyonnais dont deux ont étés grièvement blessés (une fracture de la jambe et une arcade sourcilière déchirée avec un coup de chaine de vélo) suite a une descentes musclée de gros bras de l’extrême droite lyonnaise qui venaient ouvertement soutenir le ministre de la Honte nationale Besson

Nous ne voyons personnellement aucune différences entre ces sites prétendument « Alters » et prétendument de « gauche » qui se trouvent des « convergences de cause » sur certains sujets comme le proche orient avec certains cogneurs et « théoriciens » de l’extrême droite, pour nous ce sont les mêmes qui ont lâchement agressés a Lyon des manifestants pacifistes qui venaient manifester contre la politique d’expulsion Raciste de Besson, il est largement temps de dire que ce confusionnisme malsain a assez duré jusqu’ ‘a preuve du contraire il n’y a toujours eu que deux cotés de la barricade celle la notre et celle de l’extrême droite et son poison raciste
Des Militants Antifascistes parisiens

Communiqué Action Antifasciste Lyon

LES FASCISTES ATTAQUENT LE RASSEMBLEMENT CONTRE LE DÉBAT SUR L’IDENTITÉ NATIONALE

18 heures devant la préfecture de Lyon, entre 300 et 400 personnes manifestent contre la tenue du débat sur l’identité nationale.

Le quartier est entièrement bouclé par la police. Quelques petits groupes de fafs sont repérés aux alentours quand un groupe plus important (environ 30 personnes) déboule sur l’avenue Gambetta et charge l’arrière de la manifestation. Une première confrontation oppose alors la première ligne fasciste à une dizaine d’antifas qui réussissent tant bien que mal à contenir leur avancée. Un policier tente d’intervenir gazant copieusement au passage la ligne antifa. Le nuage de gaz lacrymogène stoppe pour un temps l’échauffourée, les deux groupes se réunissant des deux cotés de l’avenue. Après un court face-à-face une nouvelle confrontation éclate. Les fascistes se retrouvent cette fois-ci face à une ligne bien plus compacte, et seront après une intense bagarre mis en déroute et pourchassés jusque dans les rues adjacentes.

Il ne s’agit pas pour nous de participer aux polémiques habituelles qui suivent ce genre de confrontation. Comme toujours dans ce cas-là, seuls ceux qui étaient présents savent ce qui s’est réellement passé, et ce n’est pas les fascistes prenant leurs jambes à leur cou, abandonnant au passage leurs drapeaux français brandis avec fierté quelques instants plus tôt, qui diront le contraire.

Il nous paraît en revanche important de rappeler au passage que ni la Ligue des droits de l’homme, ni le parti écologique, ni RESF, ni la FSU, ni SOS Racisme, ni l’UNEF ne sont connus pour être des organisations composées de dangereux guerriers. Au contraire, le rassemblement réunissait essentiellement des militants associatifs, des professeurs, des enfants ou encore des étudiants. L’extrême-droite nous montre encore une fois le courage exemplaire de ses militants qui, comme ils nous l’ont déjà montré par le passé choisissent bien leur cible avant d’attaquer.

Nous nous amusons également de voir ces soit-disant rebelles faire le jeu du gouvernement et d’Eric Besson en protégeant la bonne tenue du débat sur l’identité nationale. Nous notons encore une fois les contradictions de ce genre de groupuscule.

Il n’est également pas question pour nous de nous offusquer de l’attitude de la police, nous ne la connaissons que trop bien. Nous nous étonnons simplement de voir que, dans un quartier entièrement bouclé par des dizaines de camions de CRS et de gardes mobiles ainsi que par de nombreuses patrouilles de la BAC, une confrontation directe ait pu avoir lieu pendant de longues minutes sans intervention.

Nous rappelons que nous ne comptons que sur nous-mêmes pour assurer notre protection et que les forces de l’ordre constituent pour nous une menace bien plus réelle que quelques dizaines de jeunes extrémistes de droites.

Enfin, cette irruption aura eu le mérite de ressouder encore un peu plus les liens qui unissent les militants antifascistes. Malgré l’effet de surprise et le fait que peu d’antifascistes radicaux aient fait le déplacement, et bien que nous n’ayons été qu’un nombre restreint à nous opposer physiquement à cette attaque, nous avons démontré que la détermination et la solidarité pouvaient faire la différence.

De nombreux militants antifascistes avaient choisi ces derniers mois de se concentrer sur la construction de projets politiques plus vastes et plus "constructifs" que la simple opposition aux fascistes. Les événements de vendredi soir nous rappellent que nous ne pouvons baisser la garde et que nous devons être vigilants en permanence, la lutte antifasciste étant un maillon non négligeable dans le combat que nous menons contre le capitalisme.

En tout cas le futur s’annonce plein d’espoir pour notre camp. Fierté et détermination se lisaient vendredi sur les visages quand un cortège spontané s’est mis en branle en direction de la place Gabriel Péri. Au cri de « français, immigrés, même patron même combat » s’ajoutait désormais le nouveau slogan de la soirée : « JI au lit la leçon est finie ! ».

Antifa Action Lyon
source rebellyon.info

http://rebellyon.info/Communique-Antifa-Action-Lyon.html

Commentaire(s)

> Tout est à nous rien est à eux !

Article refusé par le collectif Indymedia Lille au motif qu'ils se sentent visés.

Voilà où ils en sont, voilà où on en est.

http://lists.indymedia.org/pipermail/imc-france-lille/2....html

> Pathétiques...

... ces gens qui voient des fascistes partout : ça permet de passer à moindres frais pour des résistants.

S'il vous assimile à une « police de la pensée », Bricmont est encore trop bon. C'est plutôt à une pensée de la bêtise qu'il devrait vous assimiler.

Vous qui êtes si prompts à dézinguer tel ou tel qui trouve que le chantage à l'antisémitisme paralyse toute action digne de ce nom en faveur des Palestiniens, réjouissez-vous. Vous vous êtes faits de nouveaux amis :

http://belgiqueisrael.blogspot.com/2010/01/danielle-ble....html

A votre place, j'aurais honte.

> Chacun voit midi à sa porte

On peut le voir comme toi 20:36. On peut aussi se dire qu'en laissant planer l'ambiguïté sur les médias-alter, on avait l'idée de voir qui mordrait à l'hameçon. Et ça c'est peut être malin mais c'est pas vraiment cool. Tu me diras on est pas obligé d'être cool. Et je te répondrais que non on est pas obligé. N'empêche que parfois ça peut valoir le coup. Enfin ça dépend de ce qu'on veut et avec qui on veut le faire.

> Une fois n'est pas coutume

il faut vous dire Merci pour votre lien J.Golo. surtout qu'en cascade il y a ça : http://www.liberation.fr/tribune/0101102730-la-vraie-hi...rkozy

et ça vaut le détour !