Italie : mort d'un des 14 inculpés de la via Corelli

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux:

Cet été suite à l'allongement de la durée de rétention qui en Italie est passée de 2 à 6 mois, les prisonniers des centres d'identification et d'expulsion (centres de rétention italiens) se sont révoltés : de gradisca, à Milan en passant par Rome ou Turin, les grèves de la faim, les tentatives d'évasions collectives et les émeutes se sont multipliées... ainsi que la répression contre les retenus en lutte.
Ainsi suite, à une émeute qui a eu lieu au centre de rétention de la via Corelli à Milan le 13 aout dernier, 14 personnes sans-papiers, 5 femmes et 9 hommes, ont été emprisonnés et condamnés à des peines de prison.
Mohammed El Abbouby, un de ces 14 sans-papiers condamnés pour la révolte est mort dans la nuite du vendredi 15 au samedi 16 octobre dans sa cellule de la prison de San Vittore à Milan.
Il avait beaucoup témoigné contre l'inspecteur chef Vittorio Adesso, celui qui a commis des agressions sexuelles contre Joy, une autre retenue de la via Corelli emprisonnée suite à l'émeute. Il avait aussi avec ses camarades dénoncé l'existence des centres de rétention lors de son procès. L'administration pénitentiaire parle d'un suicide au gaz (en italie les prisonniers ont droit à des petites bonbonnes de gaz pour la bouffe) ou d'un incident avec la bouteille de gaz.
Mohammed avait 25 ans. Il devait sortir le mois prochain.
Voilà la lettre que fin décembre il venait d'envoyer à ses camarades du comité de solidarité de milan :

«Très chers,
Aujourd'hui même j'ai reçu la lettre et la feuille du journal, ça m'a fait très plaisir, comme ça au moins je réussis à être au courant de ce qu'il se passe. Je vous remercie d'avoir rendu public mon cas.
Même si je me sens physiquement déprimé je vais bien. Comme vous je lutterai pour la juste cause jusqu'à mon dernier souffle contre les exploiteurs de nous les prolétaires. Un jour ou l'autre la vérité éclatera. Nous ne pouvons que vaincre sachant que le prix à payer sera salé. Mais cela en vaut le sacrifice.
Que dire de tout ce gouvernement raciste sans idée pour la jeunesse qui en toute logique est le futur de chaque nation. Sans jeunes travailleurs on ne peut pas encaisser des impôts et sans impôts adieu les retraites.
De toute façon dans ma prochaine lettre je serai beaucoup plus explicite et détaillé à propos de mon passé et de ma personne.
Bonne fêtes à tous les amis et meilleurs voeux. »

Hier soir un rassemblement spontané d'une centaine de personnes s'est tenu sous les murs de San Vittore et le mardi 19 janvier les camarades qui luttent contre les centres de rétention iront nombreux au procès de 4 autres sans-papiers incarcérés suite à une révolte qui a eu lieu toujours au Centre d'identification et d'Expulsion de la via Corelli le 7 novembre dernier (voir http://www.autistici.org/macerie/?p=22043 )