Evacuation de la CFDT

Mot-clefs: Logement/squat
Lieux: Rennes

Le collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes occupait la CFDT depuis jeudi avec 19 personnes étrangères sans logement.
Alors que le collectif s'était engagé à lever l'occupation aujourd'hui, la CFDT est venue les déloger à 9h ce matin !
Des dizaines de personnes étrangères en demande de papiers (notamment des personnes demandeuses d'asile) sont à la rue à Rennes tous les soirs.
Depuis le 18 novembre, le collectif de soutien aux personnes sans-papiers a occupé plusieurs lieux avec ces personnes : l'IEP, le Cercle Paul Bert, l'Ecole des Beaux-Arts, l'Union Départementale CFDT.

Vendredi soir, le collectif s'était engagé à quitter l'UD CFDT lundi matin, après 4 jours d'occupation. Le départ était prévu à 11h ce matin. Mais dès 9h, une dizaine de syndicalistes dont le secrétaire général sont arrivés pour mettre tout le monde dehors avec les matelas et les affaires. Prétexte : ils auraient une réunion syndicale... plus importante apparemment que 20 personnes à la rue !

CFDT : des choix, des actes

Link_go Lien relatif

Commentaire(s)

> occupation de la maison de quartier de maurepas

Depuis ce midi le collectif de soutien aux personnes sans papiers occupe la Maison de Quartier de Maurepas. Notre revendication, comme précédemment est d'obtenir *des vrais logements pour tout-e-s*.

L' "accueil" a été nettement plus humain qu'à la CFDT (en même temps pour faire pire, à part l'huile bouillante, je ne vois pas).

Les permanences et nuits sont assurées pour aujourd'hui et demain, sauf créneaux 9h->12h et 14h-16h mardi, n'hésitez pas à vous signaler.

Assemblée Générale sur le lieu d'occupation ce soir à 18h30.

Maison de Quartier Maurepas

32 rue de la Marbaudais

35700 Rennes

Des logements pour tou-te-s

Français-e-s ou étranger-e-s

Avec ou sans papiers

> Les socialos de boudin

La même maison de quartier qui est destinée à la fermeture puisque notre chère mairie ne daigne investir dans sa rénovation tant il est vrai qu'elle n'accueillera jamais de businessmen parisiens, au contraire du futur (et cher) centre d'affaire du couvent des Jacobins (nom qui lui sied à merveille). A signaler que l'excuse invoquée cette fois-ci est la "nécessité" de réorganiser l'"offre de services", dixit le Goebbels rennais, Yves Préault, le même qui, interrogé sur son acceptation d'une antenne relais près d'une école, trouvait qu'il ne faut pas trop écouter le peuple.

Hé le collectif, z'en avez pas marre de vous faire virer lors de vos fameuses occupations amies, comme avec la CGT ? Allez occuper la mairie et qu'on n'en parle p...encore et encore, mais surtout, arrêtez de désigner vos amis et ennemis, vous n'arrêtez pas de tomber de haut (surtout à force de vouloir à tout prix rester en "bon termes" avec votre chère mairie à qui vous contribuez à redonner une virginité de gôche tandis qu'ils envoient les flics pour expulser une occupation du DAL... )