[Affiche réactualisée] Pour des cendres de retention...

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux:

Affiche réactualisée suite aux péripéties judiciaires et à la validation du contrat de la Cimade, France Terre d’Asile, l’Assfam, Forum Réfugiés et l’Ordre de Malte. Exit l'anecdotique Collectif Respect.

Cendres2010redu-medium
JPG

La machine à expulser est une des saloperies, si banale, de la normalité de ce système basé sur l’exploitation et le contrôle. D’un système qui voudrait tous nous voir soumis ou résignés. Les centres de rétention sont donc aussi le miroir de la réalité carcérale dans laquelle nous vivons : arrêter et enfermer en masse des sans-papiers, les expulser par milliers, c’est faire pression sur chacun de nous.

Avec leurs barbelés, leurs barreaux, leurs caméras et leurs matons, ces prisons pour étrangers sont de véritables camps démocratiques.

Sous prétexte d’aider les sans-papiers enfermés, la Cimade, France Terre d’Asile, l’Assfam, Forum Réfugiés et l’Ordre de Malte viennent de se repartir le marché de l’information juridique contre cinq millions d’euros. Entreprises prestataires de service, elles s’engraissent et participent à la machine à expulser, s’ajoutant à la longue liste de ceux qui tirent déjà profit de l’enfermement (construction, logistique, transport…) .

Au bal masqué de la bonne conscience, le sourire humanitaire de la domination n’est alors que l’autre face de sa matraque.

Ainsi, ces vautours caritatifs n’ont en fait d’autre fonction que d’offrir une gueule plus respectable à l’arbitraire des déportations, et de faire le tri pour le compte de l’Etat en réduisant la vie à de « bons » et de « mauvais » dossiers.
Sur un principe de délégation, ces illusionnistes de l’évasion juridique garantissent qu’on ne peut sortir des centres qu’en se pliant aux règles du jeu. Ils isolent, séparent et divisent là où il pourrait y avoir de la solidarité et des luttes. En somme, ils vont à l’encontre de toute révolte, et se retrouveront inévitablement en travers du chemin de tout amant de la liberté.

Dans cette guerre sociale sans trêve, pour subvertir l’ordre de ce monde, brisons le consensus et attaquons tout ce qui fait de nous des indésirables.
...Feu à toutes les prisons

Pièces jointes

Report PDF

Commentaire(s)

> Fait chier

Bref c'est sans appel possible ! C'est hyper-construit, court et percutant, mais ça tourne en boucle. Ca sonne comme une paire de claque, sans discution possible, à prendre ou à laisser...

Les gens de la Cimade par exemple sont présentés comme des collabos, des flics soft. Or ceux qui les fréquentent, dedans et dehors, au jour le jour, ne les perçoivent pour l'essentiel absolument pas comme ça. Avec une telle affiche vous vous aliénez donc tous ceux qui savent que si vous n'avez pas complètement tort, ils (la Cimade et tous les visiteurs de prison en général) sont loin d'avoir tout faux.