CR d'actions de solidarité avec les squatteur-euse-s néerlandais-es

Mot-clefs: Logement/squat
Lieux:

Lors du week-end d'actions en solidarité avec les squatteur-euse-s néerlandais-es(du 30 octobre au 1er novembre 2009), plus de cinquante actions ont eu lieu aux Pays-Bas, notamment une vingtaine d'ouvertures de nouveaux squats:
http://indymedia.nl/nl/kraak/kraak.shtml
http://squat.net/fr/news/pays-bas211009.html
Des actions de solidarité ont également eu lieu dans d'autres pays:
https://squat.net/en/news/dutch311009.html

- Berlin:
Dans la nuit du 30 au 31 octobre, l'ambassade des Pays-Bas a été attaquée à coups de pierres et d'ampoules de peinture, en solidarité avec tou-te-s les squatteur-euse-s et activistes qui luttent contre les nouvelles lois anti-squat aux Pays-Bas.
"L'attaque de l'Etat néerlandais contre les espaces autonomes et auto-organisés est une attaque contre nous tou-te-s et ne peut pas être tolérée. Luttons pour des espaces autonomes et auo-organisés, squattons le monde ! Abattons le capitalisme !"
http://indymedia.nl/nl/2009/10/62914.shtml

- Barcelone:
Lundi 26 octobre, une soixantaine de squatteur-euse-s ont manifesté devant le consulat des Pays-Bas contre les nouvelles lois anti-squat.
Avec des slogans et des banderoles en espagnol, anglais et néerlandais, quelques prises de parole et pas mal de bruit, les squatteur-euse-s barcelonais-es ont exprimé leur solidarité avec la lutte de celles et ceux des Pays-Bas.
La manif s'est terminée sur une promesse: "Nous reviendrons ! Kraken gaat door ! (continuons de squatter !)"

- Prague:
Environ trente personnes se sont rassemblées devant l'ambassade des Pays-Bas le 30 octobre, avec une banderole "One step back ?! (Un pas en arrière ?!)".
http://csaf.cz/index.php?clanok=962

- Žilina (Slovaquie):
Vendredi 30 octobre, les squatteur-euse-s du Palác Sofia ont organisé un rassemblement, des tracts ont été distribués et une banderole "Solidaritu s holandskými squattermi !" a été posée ("Solidarité avec les squatteur-euse-s néerlandais-es !"). Puis la banderole a été accrochée sur la façade du squat Palác Sofia.
https://squat.net/praha/?p=966

- Vienne (Autriche):
Environ trente personnes se sont rassemblées devant l'ambassade des Pays-Bas. Une pétition et un texte ont été donnés aux autorités néerlandaises et faxés aux "minister voor wonen" et "ministerie van algemene zaken".
"Après avoir distribué de nombreux tracts dans la rue et parlé dans le mégaphone face à l'ambassade, nous sommes partis.
Kraken gaat door, partout".

- Tallin (Estonie):
Le 29 octobre, environ quinze personnes se sont rassemblées devant l'ambassade des Pays-Bas, en solidarité aevc les squatteur-euse-s néerlandais-es.
Sur une banderole était écrit "Stop het kraakverbod" et des tracts ont été distribués. Une lettre ouverte, adressée à l'ambassade ainsi qu'au Parlement des Pays-Bas, a été donnée aux employé-e-s de l'ambassade.

- Grenoble (Fr):
Le lundi 2 novembre, un communiqué revendiquant une action a été envoyé sur Indymedia-Grenoble.
"Banderole et feu de joie, en solidarité avec les squats.
Le soir du 1er novembre, fête des morts, nous nous sommes réveillés !
Nous avons déployé une banderole verticale sur la façade d’un immeuble situé rue du Phalanstère, en plein centre de Grenoble. Cet immeuble, vide depuis des années, appartient à Actis, bailleur de logements sociaux et propriétaire d’un grand parc immobilier de maisons abandonnées. L’immeuble en question avait été occupé et habité à plusieurs reprises. Notamment en 2005-2006 (nommé « le Parad is Yack ») et en 2007 (renommé « la Poulie / Parad is Back »). Chaque fois il a été expulsé par la justice et les forces de l’ordre. Pire, le premier étage a même été brûlé pour que personne ne revienne y habiter. L’immeuble est toujours vide, sans projets.
La banderole dit « Occupons les maisons vides » et pour bien l’éclairer nous avons allumé un grand feu de joie dans la cour (avec des trucs laissés sur place, canapés, planches,...).
A Grenoble comme ailleurs les logements vides sont une insulte à ceux et celles qui n’ont pas de toit. Nous saluons ceux et celles qui arrachent leur droit à se loger. Nous saluons aussi le courage des habitant-e-s de la cité Viscose à Echirolles, qui luttent depuis des semaines pour un coût de logement accessible.
Notre solidarité n’a pas de frontières.
Cette modeste action s’inscrit également dans la semaine de solidarité avec les squats des Pays-Bas, menacés par une loi qui interdirait leur existence.(Si quelqu’un à le gout de traduire et d’envoyer ce récit à qui de droit...).
Les démons de minuit"

Link_go Lien relatif