Les demandeurs d'asile quittent, ensemble, le « 49-3 » ...

Mot-clefs: Logement/squat
Lieux:

...et réquisitionnent, ensemble, le « 49-5 »!!!

Comme nous l'avions annoncé, nous avons quitté, ensemble, ce samedi à partir de 12h30; Ce n'est nullement la peur qui nous a fait quitter ce lieu mais le refus de pénaliser nos trois amis SDF français qui ont été déclarés légalement responsables par le Tribunal d'Instance d'Angers et risquaient de se voir appliquer une astreinte de 70€ par personne et par jour de retard; nous nous y étions engagés vis à vis d'eux et avons tenu parole;dès 9h ce matin les demandeurs d'asile et réfugiés, africains de l'Est, Érythréens, Soudanais, Somaliens ou Rroms de Roumanie et du Kosovo ainsi que les personnes solidaires étaient sur le pont pour préparer l'exode du « 49-3 »...
Un exode sans mer, ni désert à traverser mais un simple pont enjambant la Maine du côté du lycée « Jean Moulin »!
De même, nous avons tenu parole en nous engageant dès juillet 2008 à agir pour que, au moins sur Angers, plus personne ne soit à la rue!
Certains de nos camarades étrangers ont rejoint au « 49-5 » ceux qui y étaient déjà pendant que d'autres avec quelques soutiens se rassemblaient sur le « tarmac » de la préfecture avant l'ultime « décollage »... étape qui ne fut pas inutile d'ailleurs puisque le commissaire, responsable «par intérim » du commissariat, en ce 15 août, nous y a rejoint pour nous délivrer un message de Mr Lefranc, secrétaire général de la Préfecture et responsable « par interim »; en substance, et si j'ai tout bien compris, ce message disait (que ceux qui sont encore debout s'assoient...):
Vous pouvez continuer à occuper le « 49-3 » Roseraie pendant que la préfecture cherche des solutions de relogement
Vous le pouvez au moins jusqu'au rendu du référé du TI prévu le 20 août à propos du « 49-4 » La Roë sans qu'il y ait intervention des forces de police! Pour la préfecture les deux affaires sont étroitement liées (nous n'avons jamais dit autre chose sauf que ce n'est pas à la Préfecture d'en juger mais à l'huissier du plaignant, la SOCLOVA, appliquant une ordonnance de référé en toute légalité!).

Le comique de la situation ne nous a évidemment pas échappé; un responsable préfectoral en charge de l'exécution des lois républicaines nous encourageant à enfreindre une injonction du Tribunal et mieux s'engageant à ne pas s'y soumettre jusqu'au 20! Ça frise la haute trahison!
C'est, au mieux, du grand « n'importe quoi »!
Nous avons fait remarquer au messager l'incohérence du message, la préfecture n'étant qu'un exécutant des décisions judiciaires...
Moins comique:
Même si; cela n'aurait aucunement empêché l'huissier de geler les comptes bancaires de nos trois amis pour payer l'astreinte de 70€ par jour... hors de question de courir ce risque!
Même si; la confusion des pouvoirs et leur confiscation par le seul exécutif aurait eu de quoi inquiéter pour l'avenir...
Mais la question ne se posait même pas puisque nous avions quitté le « 49-3 » pour le « 49-5 »!
Pour épilogue de cette journée, les demandeurs d'asile et les personnes solidaires ont, après cette escale d'enrichissement juridique, pu gagner leur nouveau lieu de vie.
Nous donnons rendez-vous aux medias et aux gens qui veulent le découvrir, devant le lycée « Jean Moulin », demain, dimanche à 15h; nous leur montrerons par la même occasion une illustration concrète des solutions durables qu'il est possible de mettre en œuvre seulement contrariée par la mauvaise volonté des pouvoirs publics (...en étant gentil). -pj49-

PS: Vous l'aurez sans doute deviné
« 49-5 » ou notre cinquième réquisition de suite dans le Maine et Loire

   "Soyons des électrons libres et de notre union naîtra la bombe atomique sociale"

Email Email de contact: pj49100_AT_yahoo.fr