Toubibs,scouts,grenouilles de bénitiers contre le libre choix des femmes et les libertés

Mot-clefs: Santé
Lieux: Brest Lorient Rennes

un mouvement provie qui s'installe "sans faire de bruits" en France,en Europe,au Canada,...
Toubibs, scouts, grenouilles de bénitiers
contre le libre choix des femmes et les libertés individuelles

Concernant le droit à l’avortement en France, après plusieurs projets de lois relégués, c’est celui de la ministre de la santé, Simone Veil, qui fut discuté le 26 novembre 1974 à l’assemblée nationale. Aux abords du palais bourbon, des militantEs de laissez-les vivre distribuèrent des tracts censés représenter un fœtus déchiqueté. Des individus proférèrent des menaces, des mises en garde : parmi eux/elles des futurEs assaillantEs de cliniques comme le docteur Michel Villette alors président de « l’alliance chrétienne » créa la coordination des rosaires pour le respect de la vie. Son objectif est, entre autre, de constituer un rendez-vous mensuel ouvert où les militantEs et sympathisantEs de la cause pro-vie pourront se retrouver dans des églises, contre la culture de la mort. Ce rendez-vous permet de fidéliser, recruter, réinvestir l’Eglise et de dynamiser et varier les activités « pro-vie » (lutte anti PACS par exemple). En 1982, le mouvement passe de 422 mobilisations à 505 en 1984, 883 en 1987, 1402 en 1997, 1110 en 1999.
Historique :
Les méditations pro-vie des mystères joyeux furent inventés par les groupes pro-vie du frère Thérond (frère des Ecoles chrétiennes) à Montpellier en 1990. EnthousiasméEs, les scouts et guides équestres (branche jeune des croiséEs du sacré cœur) souhaitaient avoir un rosaire complet afin de méditer sur le thème pro-vie pour pèlerinage « réparateur des crimes de et contre l’humanité depuis sa conception »qu’ils/elles devaient faire l’été en Pologne. Ils/elles récitèrent le rosaire pour la première fois auprès de Notre Dame de Czestochowa, lors de leurs veillées préparatoires à l’inauguration d’un chemin de croix d’Auschwitz à Czestochowa.
Parallèlement le docteur Villette étudiait les différentes expériences pro-vie en milieu hospitalier et participait même à certaines opérations « rescue » aux USA, opération « Trève de Dieu » de Claire Fontana occupant les centre « d’IVG », opération « SOS tout petits » du docteur Dor, enfin les opérations « avocats pélerins », le groupe de pèlerins priait officiellement publiquement au cœur de chaque diocèse à la cathédrale au moment précis où deux ou trois avocats des « enfants à naître » allaient plaider leurs causes sur rendez-vous auprès du chef du centre d’IVG (à Clermont-Ferrand, Limoges, Périgueux, Angoulème, Aurillac et le Puy…). D’après la propagande pro-vie, les opérations avocats pélerins eurent tellement de succès auprès des « médecins avorteurEs » qu’il fallut trouver des lieux de rassemblement provie pour prier afin que la grâce de Dieu suscite « les vocations de générosité compétentes permettant de rencontrer utilement les médecins avorteurEs ». Il fut décidé des réunions, rassemblements de méditation, et de prières provie : « Les rosaires pour la vie » au cœur des diocèses dans des cathédrales ou églises les premiers samedis du mois, généralement à 17 heure. En Bretagne, elles se déroulent à Perros Guirec à Notre Dame de la Clarté, à Quimper, à Brest (église Saint Louis), à Rennes (à Saint Sauveur), à Nantes, à Vannes, à Lorient (chapelle de l’hôpital).
Dans les années 90, des militantEs prochoix de Toulouse perturbèrent ces rassemblements jusqu’à leurs disparitions. En 2007, le mémorial du milliard français à côté du sanctuaire Saint Joseph du Saint Sauveur de Chantemerle les Blés a été vandalisé. Ce mémorial comme ceux de Pologne (près d’Auschwitz) et d’Egypte comporte une grande croix et cent petites, à raison d’une petite croix pour dix millions « d’enfants tuéEs légalement ».
Petit rappel aux militantEs, activistes, progressistes, libertaires, antifascistes qui se sentiraient peu concernéEs par les luttes « prochoix », rappelons que la mouvance provie est lobby très efficace auprès des nos gouvernantEs et menace directement les femmes et les libertés individuelles et qui s’oppose à toute volonté délibérée de l’individueE de se substituer à Dieu pour gérer sa vie en matière de sexualité (obligatoirement reproductrice, donc hétérosexuelle). Cette mouvance condamne le droit à l'avortement ainsi que celui de se donner la mort (suicide et euthanasie).

Rapide historique à propos de l’IVG

Le 31 juillet 1920 est votée par 621 députés contre 55 la loi interdisant l’avortement et la contraception. L’avortement est puni d’un emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans et d’une amende (jusqu’à 72 000 francs). Divulguer, offrir des procédés contraceptifs est passible de six mois de prison et d’une amende (entre 100 et 5 000 francs). La formation à la contraception durant les études médicales est également prohibée.
En juin 1970, le docteur Peyret dépose un projet de loi qui vise à autoriser l’interruption de grossesse lorsque la vie de la femme est menacée ou que la grossesse est la conséquence d’un acte de violence ou encore quand on sait que l’enfant va être gravement handicapéE.
Le 5 avril 1971, une publication est faite dans le Nouvel Observateur du manifeste des « 343 salopes » dans lequel des femmes déclarent avoir avorté.
En 1973, le planning familial conmmence à pratiquer des avortements clandestins, le mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception est créé la même année.
En 1973, la loi Veil autorise l’avortement sous certaines conditions.
En 1982, la loi Roudi propose le remboursement de l’IVG par la sécurité sociale.
En 1992 , la loi Neiertz stipule que l’entrave à l’IVG est un délit passible de deux à trois ans de prison et de 2 000 à 30 000 francs d’amende.
En 2004, un décret permet l’avortement médicamenteux à domicile inscrit dans la loi de 2001.

Beaucoup de groupes provie chiffrent systématiquement le nombre de victimes de l’avortement par un multiple de 6 millions dans le but parfois avoué de le mettre en relation avec le nombre de juif/ve/s tuéEs par les nazis. Ici le militantisme anti avortement débouche sur une forme de négationnisme et d’antisémitisme. « L’avortement holocauste » est une expression courante dans la propagande provie.
On peut faire référence au livre de William Brennan « The abortions holocaust. Todays final Solution » dans lesquel les partisanEs du droit à l’avortement traitent les fœtus exactement comme les nazis traitaient les juif/ve/s. La pillule abortive est comparée au zyklon B.

Extrait des Rosaires pour la vie
« Il voulait montrer la Voie à ceux qui, plongés dans le péché haïssent l’image de Dieu dans l’homme… par l’assassinat des enfants qui sont encore dans le ventre de leurs mères. »
Groupe anarchiste Jes future (Lannion, France) été 2009.
Sources : - « extrème France » de Fiametta Venner ;
le site « Rosaires pour la vie ».
http://groupeanarchistejesfuturo.over-blog.com/article-....html