J'NOUS ACCUSE

Mot-clefs: Resistances
Lieux: Rennes

Lettre d’une autonome à ceux qui se déguisent du concept autonome à Rennes II…
J’nous accuse,
de notre esprit réducteur qui juge aussi promptement que celui de nos détracteurs,
J’nous accuse,
de montrer du doigt des gens qui essaient de créer leur univers differement dans ce monde pourri pour s’accorder encore des rêves;
J’nous accuse,
de dénoncer ceux qui se lèvent d’une manière différente de la notre,
J’nous accuse,
par ce que comme nos ennemis nous crachons sur ceux qui entravent notre dogme ,
J’nous accuse,
par ce que nous nous croyons au-dessus de tous et n’acceptons pas l’éclectisme,
J’nous accuse,
par ce que la tolérance zéro est notre commune alliée avec nos gouvernants,
J’nous accuse,
par ce que nos actes sont construits sur les mêmes bases que ce monde,
J’nous accuse,
par ce que comme eux nous n’acceptons pas qu’on soit différent de nous,
J'nous accuse,
par ce que nous montrons la haine envers ceux qui n’ont pas les mêmes évidences que nous,
J'nous accuse,
par ce que nous éblouissons les plus faibles pour en faire notre bras armé,

En fait, J’nous accuse de notre fascisme qui est le même que celui que nous combattons…

La différence nous compose et malgré tout nous fuyons à la place de voir l’opportunité d’une richesse essentielle. Nous préfèrons imposer aux gens pour qu’ils pensent comme nous, à la place de faire en sorte qu’ils se remettent en question et pensent par eux même. Nous restons cloîtrés dans notre petit nid douillet avec nos semblables afin qu’aucun parasite moins radical ne vienne perturber notre quotidien.
N’Est-ce pas là preuve de sectarisme, de fermeture d’esprit, de sélectisme et de corporatisme pseudo avant-gardiste? Ne pouvons nous pas comprendre que chacun ne peut penser instantanement comme nous et qu'il faut tenter de les faire raisonner? RADICALITE ET TOLERANCE NE SONT PAS ANTITHETIQUES.

Et nous parlons de camaraderie,
Et nous parlons de vivre ensembles,
Et nous parlons de construire ensembles,
Et nous parlons d’autogestion,
Et nous parlons d’anarchie,
Et nous parlons de solidarité…?
Beau discours mais triste masque…

Au final quel est le plus fasciste de nos détracteurs ou de nous?

Et pourtant, ces mots sont douloureux, car je revendique le courant autonome comme le meilleur des procédés, mais je crois qu’ aujourd’hui une certaine tendance dite autonome a rennes 2 s’est égarée sur le véritable sens de cette pensée. Entérinée dans un dogmatisme effrayant qui, prônant l’ouverture se renferme dans une codification, où le reniement de chacun pour le collectif de quelques têtes pensantes influentes prend le pas sur nos véritables raisons d’être…
Etre le fruit d’une manipulation éblouissante pour devenir le bétail servant à quelques desseins de quelques uns, pour exprimer notre radicalité, n’amènera jamais a une remise en question et à une conscience collective, ni même à une quelconque radicalité collective…
Marche ou creve, telle est la doctrine que je refuse, si aujourd’hui nous avons des évidences c’est d’abord par notre parcours, et ce parcours il faut le permettre aux autres en arrêtant de rejetter toute différence en bloc.
Les pseudos totos de rennes 2 sont les seuls autonomes que je connaisse incapables de se remettre en question et de débattre de façon constructive, afin de donner un sens réellement fort aux actes posés…

Avez-vous oubliez:
« qu’il existe une mince crète, suffisante pour que nous puissions y marcher, suffisante pour que tous ceux qui entendent puissent y marcher et y vivre. »
( l’Appel)

Pour que « quelque chose de nouveau commence et que ceux qui attendent que se lève une force » puissent la rejoindre, il faudrait encore qu’on laisse les gens l’entendre pour qu‘ils fassent partis du «nous« qui « avons commencé«… Pour que les amitiés politiques soient, il ne faut encore pas confondre ses ennemis, se disperser, mais bien voir l'ennemi réel commun.
Pour le moment ce simulacre ne nous donne que bonne conscience et ne nous complait qu'à nous même…

JE PRONE L ANARCHIE, LE COMMUNISME et L'AUTOGESTION, MON ATTACHEMENT A LA MOUVANCE AUTONOME DES ANNEES 70', NON LA DICTATURE D'UNE PSEUDO AVANT GARDE QUI SE DEGUISE DU CONCEPT AUTONOME NE TENANT COMPTE QUE D'ELLE-MEME...

Commentaire(s)

> bravo,merci...

ça fait du bien de lire cela en ces temps troublés...je me sens un peu plus a l'aise.

> YAPLUS

C'est pas qu'a Rennes II, c'est partout : la mouvance autonomes n'existe plus,... tout juste un herzatz.

Sinon, Eric HAZAN aurait vu le saccage de la fabrique, Sebastien SCHIFRES ne se serait pas auto-bombardé spécialiste de l'autonomie aux yeux de TF1 et du Figaro sans se faire casser les dents, et la liste antisioniste se serait pris une grosse raclée rue des Pyrenées.

Non y'a plus de mouvance autonome

> bien vu

le malaise que tu décris ne touche pas que rennes II, c'est diffus, c'est partout. il faut etre du clan, et du bon, et montrer patte blanche toujours. j'aimerai bien qu'il y ait des amitiés autre que politiques, j'aimerai assez qu'on ne cherche pas toujours a figer les positions, j'en ai marre des purs et encore plus des durs. le collectif c'est plus sympa a plusieurs.

> ouais

en somme, tu sais pas ce que tu veux.

Bon, tes poemes vont pas faire avancer le truc(qui a deja peut de chances de reussir)

bon, sinon, t as rien de mieux a foutre de tes journees? il t as fallu 1 heure? 2? une journee pour pondre ça?

sinon, tu peux faire plein de trucs, profiter de la vie, je sais pas.....

Bon, ben, bonne chance, en tous cas. T en as bien besoin.

> en somme

il y a bien, chez les totos aussi, un ordre a faire tomber.

> https://nantes.indymedia.org/article/17461

Enfin! la lucidité fait toujours plaisir et pour en rajouter une louche, cet article ne s'applique pas seulement aux autonomes mais à tous ceux qui ont prétention de changer de société et n'arrivent, au final, qu'à mettre en scène leur propre misère sociale!

Tous égaux ou tous EGO?

Pour mettre les points sur les "I":

Quand les "limitants" deviendront-ils des MILITANTS du mouvement social? -pj49-

> CAsse DOgme

J'aime beaucoup cette prise de conscience, cela renvoie à la question de quel monde l'on souhaite, un monde où tout le monde peut trouver sa place. Pour le créer il faut aussi ce soucier qu'il puisse convenir à tous les animaux de la ferme... Le jour où les autonomes sauront cohabiter avec les cochons... Et quel place donner aux anciens fermiers, si on ne veut pas les guillotiner ?

Je n'ai pas la réponse.

En attendant une solution c'est peut être d'être hors norme, hors mouvance et autres communautés, être des cellules libres.

Considérer les différents camps de l'échiquier mondial sans a priori.

Qu'on joue ou pas le jeu se joue de nous.

Alors pour être vraiment hors jeu est il me semble nécessaire de developper une éthique.

> Amitié

Merci à toi camaraderine toto de Rennes ! Même constat, même combat pour moi ! Je me sens moins seul en te lisant.

> merci

merci pour ce courage, et ce joli début d'autonomie personnelle,

l'autonomie politique commence comme cela, quant à le secte des invisibles oubliez les, ce ne sont que les éléments les plus pointus de la réaction bourgeoise,

ils nous arrivent dans les pattes tous les dix ans environ, souvent ils sortent des facultés et des plus hautes études, ils sont nés au milieu d'un carnet d'adresse à rallonge, et leurs frasques rebelles n'aura jamais les mêmes répercutions sur leurs vies que pour le moindre d'entre nous.

voir à

http://www.mouvementautonome.com/article-33404691.html

> De plus

Nos apprentis Blanquistes vont se mettre en avant des luttes, non par les actes, mais par la tchatche, plus que plus, proposeront sans cesse hors réalité, critiqueront vertement les plus sincères et soutiendront les plus mégalos, diviseront, toujours de mauvaise foi, libéreront leurs fantasmes les plus fous, prendront les uns pour les autres et mélangeront tout, la dislocation de tout collectif Autonome ne sera pas loin.

Il n’est pas superflu, à ce niveau d’intervention là, de se doter d’une sur-conscience auto-proclamée et d’une autorité morale obtenue par toutes sortes de pressions, chantages affectifs, violences verbales, prises omniprésentes de paroles, contestation systématique de toute proposition Autonome, la somme de platitudes et d’affirmations sommaires du petit livre vert pâle y aidera.

Ils prendront sournoisement la tête de collectifs constitués, voir en constitueront eux-mêmes, souleveront toutes les contradictions existantes, en inventeront s’il le faut, monteront les uns contre les autres tous ceux qui pourraient s’apercevoir un jour de leurs intérêts communs, rendront inconciliable ce qui pourrait l’être, feront de divergences des oppositions, d’oppositions des guerres sans fondement et sans fin, refuseront toute discussion réelle sur le fond et aviveront au maximum les rancoeurs personnelles accumulées.

Serait-ce leur faire injure que de leur citer les propos de véritables intellectuels, dont le style et les mots utilisés avaient un sens sans ambiguïté ?

…"Mais au-delà de tous les cas particuliers, la simulation générale est leur élément commun. La particularité principale du pro-situ, c’est qu’il remplace par de pures idées la camelote que le cadre accompli consomme effectivement.

C’est le simple son de la monnaie spectaculaire, que le pro-situ croit pouvoir imiter plus aisément que cette monnaie elle-même ; mais il est encouragé dans cette illusion par le fait réel que ces marchandises que la consommation actuelle feint d’admirer font, elles aussi, beaucoup plus de bruit que de jouissance.

Le pro-situ voudra posséder toutes les qualités de l’horoscope : intelligence et courage, séduction et expérience, etc., et s’étonne, lui qui n’a songé ni à les atteindre ni à en faire usage, que la moindre pratique vienne encore renverser son conte de fées par ce triste hasard qu’il n’a même pas su les simuler.

De même, le cadre n’a jamais pu faire croire à aucun bourgeois, ni à aucun cadre, qu’il était au-dessus du cadre."