L'armée la plus lâche du monde a encore tué

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Basem Abu Rahme assassine a Bil'in.

Lors de la manifestation non violente hebdomadaire de Bil'in d'aujourd'hui (17 avril 2009) Bassam Abu Rahme 29 ans a ete assassine par l'armee israelienne lorsqu'il a essaye de rejoindre ses terres qui se trouvent derriere le Mur de l'Apartheid .

Basem Abu Rahme a ete touche a l'estomac par un tir de de bombe lacrymogène a haute velocité, une nouvelle sorte de munition utilise par l'armee israelienne.

La 150 eme mission est actuellement sur place et nous enverra un rapport plus detaille rapidement.

Basem Abu Rahme est la 18 eme victime lors d'une manifestation contre le Mur.

La CCIPPP

RECIT DE TOUFIC

Jeudi 16 avril

Une nuit de plus a Cheikh Jarrah a Jérusalem, avec les familles Palestiniennes, qui sont à ce jour aussi proche que nos véritables familles. Hier soir nous avons fait à manger avec ma camarade de la 149eme mission et avons invité toutes les familles. C’est pour des moments comme cela que l’on voudrait arrêter le temps. Ensuite c’est l’heure de se reposer, a tour de rôle on fait la garde pour surveiller la maison en cas d’arrivée de l’armee israéliennes pour expulser notre famille de chez eux, et j’ai bien dit "notre" famille. Cette nuit, le calme plat, rien a signaler à Sheikh Jarrah.

Vendredi 17 avril

Donc avec mes camarades de mission on se dirige vers Ramallah, et puis Bil’in pour y manifester. Jusque là tout va bien. Une fois la prière terminée, avec les gens du village et les internationaux ont se dirige vers le mur, le mur de la honte où nous attendent une trentaine de soldats israéliens armés jusqu’aux dents. Une fois presque arrivés au mur, des jeunes ouvrent le portail, pour que nous puissions passer, car le but de la manifestation est que nous passions de l’autre côte pour être au plus près des soldats et leur manifester la situation dans laquelle vivent les palestiniens.

Suite à cela, les soldats sionistes ont recu l’ordre d’ouvrir les hostillités, gaz lacrymogènes, bombes assourdissantes, balles …. Je suis très près des soldats, mais tirs obligent, je recule, tout en avalant les gaz lacrymogène et me réfugie derrière un rocher. Les soldats sionistes sont sans pitié que se soit avec les internationaux ou bien les journalistes ou les palestiniens, c’est pareil.

10 minutes plus tard, un soldats touche un palestinien au torse, le jeune palestinien est à 3 mètres de moi. Je le vois s’effondrer sur le sol, mais je n’arrive plus a respirer pour aller lui porter secours. Quelques secondes plus tard je me précipite vers lui, bien que l’armée continue a tirer. Le jeune palestinien agé de 29ans perd son sang, on appelle les secours pour l’évacuer au plus vite. En ce moment même ou j’ecris, j’ai cette image du jeune en train d’agoniser devant moi et je suis impuissant devant ça.

Une voiture d’une personne du village arrive et l’emmène a l’hôpital, lui et une amie française qui a été touchée a la tête juste au dessus de l’oreille par un débris de bombe lacrymogène, mais elle n’a rien de grave ( plus de peur que de mal ).

Mais ce n’est toujours pas fini entre l’armée israélienne et les manifestants, on essaye toujoursde se rapprocher au maximum. On n’arrivent plus a respirer, on n’y voit plus rien, la plupart des manifestant et journalistes sont accroupis par terre derrière un rocher, pour essayer de trouver de l’air frais, pendant que l’armée sioniste n’hésite pas a tirer. C’est impressionnant on croirait qui y a 2 armées qui se battent, alors que nous n’avons rien fait, nous nous sommes juste présentés en temps que manifestants comme tous les vendredis. Une demi-heure plus tard nous rentrons vers le village sous l’ordre de l’organisateur de la manifestation.

Trés fatigué, très choqué, très triste, je m’avance vers le village et j’entends par le haut parleur de la mosquée que le jeune palstinien qui s’appelait Bassam est mort en route pour aller a l’hôpital.

La tristesse m’envahit, je ne sait plus ou aller, je ne sait plus quoi faire, donc je m’assoie contre un mur et je pleure. La scène du jeune Bassam en train de mourir devant moi ne cesse de repasser dans mon esprit.

Pour mon dernier jour de mission, sa se termine très mal. Malgré la fin de la mission on décide avec mes camarades de rester a Bil’in, pour l’enterrement du jeune martyr Bassam qui aura lieu demain samedi après la prière du midi.

Toufic.

CCIPPP - 150è mission, récit de Toufic vendredi 17/04/09

Commentaire(s)

> encore ?

encore un titre à la con à hyma !!!!!

Toutes les armées sont lâches, elles s'attaquent toutes à des civils, l'armée israélienne comme les autres et pas plus que les autres.

> encore un spam a la con

encore un spam a la con de hyma déja refusé deux fois sur IMT

> Post et spam

Post et sam au titre falsifié

> Les néocons s’énervent

Chaque fois qu’on dénonce un crime contre l’humanité, ils sont là comme des morpions à défendre les bourreaux.

De tout temps, il y a eu des partisans de l’occupation et des partisans de la résistance, ceux qui étaient du côté des bourreaux et ceux qui étaient du côté des victimes. Il ne fallait pas s’attendre à autre chose ici.

Entre ceux qui relativisent les crimes contre l’humanité et ceux qui sont du côté des criminels, il n’y a pas une grande différence. Il y a 60 ans, des abrutis du même genre expliquaient déjà que toutes les armées se valent, et qu’à Auschwitz comme à Varsovie il ne convenait pas de faire une distinction entre les méthodes des SS et celles de n’importe quelle armée ou groupe de résistance.