AGREMENT DU GASProm : la préfecture joue la montre

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux:

Une délégation d’une dizaine de personnes a été reçue en préfecture la semaine dernière pour demander la réouverture de la plateforme AIDA et (enfin) une décision sur la demande d’agrément du GASProm en ce qui concerne les domiciliations des personnes en demande d’asile. Or, à notre grande surprise, lors de cette entrevue, il y a eu un refus catégorique de parler de la domiciliation du GASProm. L’argument étant que la seule personne à pouvoir nous répondre était Monsieur le Sous-Préfet. Nous avons, de ce fait demandé une entrevue à Monsieur le Sous-Préfet ce mercredi 25 février à 17h00.
Lundi 23 février, nous apprenons par téléphone que la préfecture ne nous recevra pas Mercredi 25 comme nous l’avions demandé mais nous renvoie à une hypothétique date de rencontre dans les quinze jours qui viennent.

Ceci est intolérable. Pendant ce temps là, les personnes primo-arrivantes vivent les pires difficultés à pouvoir enclencher les démarches de demande d’asile : refus en préfecture de la domiciliation GASProm pour retirer son dossier de demande d’asile, refus de prise en charge des familles par le Samu-Social….

Pour les organisations, cette nouvelle manœuvre préfectorale n’a d’autre but que de précariser encore plus les personnes étrangères déjà fortement mises à mal dans la politique actuelle et de les limiter dans l’exercice de leurs droits. Dans le même temps, attaque également le GASProm dans ses activités, joue la « guerre des nerfs » en refusant d’apporter des précisions officielles à l’association, tente de déstabiliser le mouvement de solidarité avec les personnes immigrées.

Les organisations rappellent que l’entrevue demandée à la préfecture permettrait de clarifier les flous existants (du moins c’est les souhait des organisations signataires) et souhaitent être reçues dans les plus brefs délais par une personne réellement habilitée à décider de l’avenir de l’agrément du GASProm et de sa rapide acceptation.

AC !, ASAMLA, Attac 44, Cimade, CGT, CNT, Créagir, CSF, Collectif Enfants Etrangers-Citoyens Solidaires, Collectif nantais de soutien aux Tunisiens de Redeyef, Collectif nantais Romeurope, Comité de soutien à une famille kosovare, DAL 44, Emmaus 44, Espace Simone de Beauvoir, Femmes Solidaires, Fraction Etincelle de LO, GASProm-ASTI, LDH, Logis Saint-Jean, Les Alternatifs, Les Verts, Médecins du Monde, MRAP, NPA, No Pasaran, Parti Communiste Français, Pastorale des Migrants, Repaire/Là-bas si j’y suis, SAF, SMG, Sud animation 44, Sud Etudiant-e, Solidaires, Survie 44, UCIJ Nantes, UNEF, Washma-ATMF