APPEL A UN FRONT REPUBLICAIN CONTRE SARKOZY

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Le jeudi 29 janvier, malgré le froid, plusieurs millions de Français sont descendus dans la rue. Enfin! Cette journée ne doit être que le prélude à un mouvement de grande ampleur pour aboutir à l’éviction du dictateur Sarkozy et de l’extrême-droite ump. C’est possible avant l’échéance de 2012, si tous les républicains démocrates français font front contre la dictature Sarkozy.
Désormais, ce sont les opposants politiques qui doivent emboîter le pas d’un mouvement syndical (enfin) unitaire!
La mise hors d’état de nuire de Sarkozy passe par la constitution d’un front républicain, allant de la gauche à la gauche socialiste jusqu‘aux gaullistes sociaux et au Modem. Lequel Modem a montré, le 27 janvier, avec le vote par Bayrou de la motion de censure des députés socialistes contre le gouvernement, que trop c’était trop, y compris pour la droite traditionnelle.

Les conditions sont réunies. C’est le cas au Parti socialiste, avec l‘éviction (il était temps) de Royal. C’est aussi le cas avec Mélenchon, et son Parti de Gauche, de même qu’avec Besancenot et son Nouveau Parti Anticapitaliste. Les deux incarnent d’ores et déjà l’espoir d’une vraie gauche décomplexée, avec laquelle il faudra compter!

Quant au Parti communiste, après quelques gesticulations entre leaders, au moment de son congrès, il reste fidèle à ses valeurs de parti proche du peuple! Il s’inscrit naturellement dans une démarche d’union frontale contre les fascistes aux pouvoirs.

Les socialistes se ressaisissent avec Martine Aubry

Depuis 2002, avec une très forte aggravation à partir de 2007, année de l’élection de Sarkozy, des millions de Français éprouvaient un sentiment d’abandon. En décembre, au cours d’un congrès de Reims salutaire, le Parti Socialiste s‘est ressaisi, en élisant Martine Aubry pour une politique ancrée à gauche. Sa présence, le 29 janvier, aux côtés des manifestants a été appréciée.

Le PS a enfin fait le ménage en remettant à sa juste place une Ségolène Royal qui n’incarne, comme Sarkozy, que sa propre soif de pouvoir et de reconnaissance. Elle a fait perdre trois précieuses années à la gauche.

L‘overdose Sarkozy

Une grande partie des Français en a plus que ras le bol de devoir se « taper » du Sarkozy chaque jour, chaque heure… à la télé, dans les journaux, dans les médias. Comme si leur quotidien devait être rythmé par ce « prétendant empereur ».

D’autres Français (enfin!), jusque-là plus modérés, prennent conscience de la menace que représente un personnage irascible, incapable de se contrôler, qui « limoge » ses propres hauts fonctionnaires, à la moindre petite contrariété.

Dernière victime récente, le préfet de la Manche, parce que son Président de patron n’a pas supporté d’être hué, sifflé, comme il l‘a été à Saint Lô, par 3000 manifestants en colère. Sans admettre à aucun moment qu’il est lui-même à l’origine du rejet, voire du dégoût, qu’il inspire, lors de ses sorties.

Sarkozy a perdu toute crédibilité dans son propre camp

Nombre de Français, pas seulement de gauche, en ont désormais plus que marre de cet homme sans vergogne, fort en gueule, brasseur de vent, cyclothymique, capricieux, assoiffé de pouvoir et de reconnaissance.

Il n’a eu la chance de parvenir à s’emparer du pouvoir, que grâce à une UMP très divisée en 2004, qui s’est laissée phagocyter par son courant d’extrême-droite, au détriment des gaullistes traditionnels.

Aujourd’hui, Sarkozy suscite le rejet dans son propre camp. « Par son attitude, il n’inspire pas le respect… », et çà inquiète! Beaucoup d’élus ump prennent en effet conscience que leur dirigeant a perdu toute crédibilité (le « Casse-toi pove con » a fait des dégâts) et fait courir un grand danger à tous…

Ne plus laisser les coudées franches à Sarkozy

Ne plus laisser les coudées franches à l’extrême-droite au pouvoir dans son entreprise systématique de destruction, en particulier des plus faibles passe par la mobilisation permanente des forces républicaines et démocrates de ce pays. De la gauche à la droite sociale. Le rapport de force n’est pas en faveur de Sarkozy et de ses troupes fascistes.

Après la journée de grève du 29 janvier, des millions de gens esquintés par les fous sarkoziens, tétanisés, vivant reclus, écœurés par l’absence jusqu’alors de réaction à la hauteur de l’ignominie, reprennent espoir!
La France est grande et généreuse quand elle sait abattre les tyrans!

L’heure a sonné! Le déclin ne doit plus être pour les Français, mais pour Sarkozy et les fascistes qui le servent!

Verdi

{{[Vive La Liberté->http://vive.laliberte.chez-alice.fr]}}

Email Email de contact: vivelaliberte_AT_aliceadsl.fr

Commentaire(s)

> pourquoi

pourquoi pas un front citoyen !

> Qu'est-ce tu veux que ça nous......

Et un front d'insurrection ?