L'assistanat c'est fini : les pauvres au boulot

Mot-clefs: Exclusion/précarité/chômage
Lieux: Rezé

Pas de pitié pour les pauvres !

T'es rmiste et handicapé, tu demandes de l'aide, trop tard, l'assistanat c'est fini : les pauvres au boulot !

Oui mais c'est une mairie de gauche ? Silence ! on gère ...

LETTRE REÇU CE JOUR PAR LE CCAS DE REZE (*)

affaire suivie par madame X
responsable CCAS

tel 02 40 84 xx xx

MONSIEUR,

Votre demande d'aide a été examiné par la commission permanente du CCAS lors de
sa séance du 23 décembre 2008.

Je suis au regret de vous informer que nous ne pouvons y répondre favorablement.

Aidé par le CCAS depuis 1993,vous avez bénéficié de panier de légumes
biologiques chaque mois sans interruption de juillet 2004 a décembre 2008,
soit une durée de 54 mois. (**)

S'adressant a l'ensemble des habitants de la commune,le CCAS ne peut toutefois
pas s'engager a toujours venir en aide aux mêmes personnes.

En lien avec votre chargé d'insertion qui vous accompagne dans le dispositif RMI
,je vous engage a mettre en place des objectifs d'insertion professionnelle.
(***)

Veuillez agréer,monsieur l'expression de ma considération distinguée.

pour le maire

monsieur landier Samuel

adjoint a la solidarité

Zzzzz

(*) Cette lettre fait suite à une demande d’aide adressée au CCAS de Rezé

(**) Les paniers sont fournis par une entreprise d’insertion « Oser ». Ces
légumes ne coûtent rien à la Mairie de Rezé.

(***) Le destinataire de ce courrier est handicapé, il ne peut pas travailler.
Le travail forcé est à donc à l’ordre du jour. Cette personne parle de « gauche poubelle »
puisque la mairie de gauche est bien en phase avec l’esprit sarkoziste.

Commentaire(s)

> freinage à l'entrée accélération à la sortie

On le voit aussi avec le RMI : à l'entrée on invente des freins qui marchent, jusqu'au refus d'enregistrer des demandes sous prétexte qu'elles seraient suivies de refus d'attribution, parfois sur le mode du "bon conseil" (de ceux que l'on donne pour payer moins), ou bien les caf et les conseils généraux interprète très librement les textes pour faire obstruction, et ne lâchent, éventuellement, que lorsque les allocataires potentiels foutent la pression (ce qui permet de décourager pas mal de monde), voir par exemple

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4121

et puis une fois le droit ouvert, on essaie d'accélérer les sorties avec des contrôles, des prélèvements d'indus fantaisistes mais bien réels, quitte là aussi à revenir en arrière en cas de mobilisation, procédure, action collective

> Pauvres, le béton est armé....

Peut-être conviendra-t-il un jour aux pauvres démunis de faire provision non d'autant de légumes que de munitions afin de soutenir la critique de tout ce qui existe;enfin...

Aux démunis de piller les arsenaux, bio ou pas:CCAS C'EST ASSEZ!

Les pauvres servent de caution malléable au "caritativisme spectaculaire" de l'Etat qui appauvrit toujours beaucoup plus qu'il n'assiste ou soutien...

Les structures d'assistanat, comme en témoigne cet éloquent billet, ne sauraient plus laisser de doute...Nous n'allons pas nous battre pour le seul droit de pouvoir mendier ad vitae aeternam et tenir la chandelle à la Boutin ou encore aux cabotins du genre A. Legland et ses reins de camping brisables en pâte décathlon, d'un canal anal à l'autre!

Brisons-là. tovaritch, faut s'organiser dans les joies de tous les désordres possibles à commencer par ceux que génère l'insoumission à "l'ordre immuable de ces choses qui ne seront jamais les nôtres!"...

Basta Ja!

http://les-batisseurs-d-abimes.over-blog.com