POUR UN FRONT DE GAUCHE PUISSANT CONTRE SARKOZY

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

{{La mise hors d’état de nuire de Sarkozy passe par la constitution d’un front de gauche puissant. Les conditions semblent enfin se mettre en place. C’est le cas au Parti socialiste, avec l‘éviction de Royal. C’est aussi le cas avec Mélenchon, et son Parti de Gauche, de même qu’avec Besancenot et son Nouveau Parti Anticapitaliste. Les deux incarnent d’ores et déjà l’espoir d’une vraie gauche décomplexée, avec laquelle il faudra compter!
Reste le Parti communiste qui doit trouver une identité conforme à ses valeurs. Lequel parti devrait s’inscrire naturellement dans une démarche d’union frontale contre les fascistes aux pouvoirs.}}
La gauche! Quelle gauche? Déboussolés! Désorientés! Désabusés! Découragés! Sentiment d’abandon largement répandu. Voilà où en sont les citoyens de gauche lambda après le spectacle affligeant que nous ont offert, d’abord le Parti Socialiste, (lequel a encore beaucoup de difficultés à remettre à sa juste place une Ségolène Royal qui n’incarne que sa propre ambition et son désir de revanche sur Hollande). Et à présent, le Parti Communiste, qui se prend les pieds dans des gesticulations entre leaders et auxquelles ont ne comprend, à vrai dire, pas grand-chose, si ce n‘est qu‘elles écornent l‘image d‘un parti qui a besoin de tout sauf de s‘étriper!

{{{Chaque jour une nouvelle loi abjecte}}}

Alors que jamais, depuis Vichy et Pétain, un gouvernement n’a été l’auteur d’un tel déferlement de mesures ignominieuses -chaque jour apporte son lot de lois plus abjectes les unes que les autres-, en face, l’opposition se montre incapable de serrer les rangs. Au contraire, dans les rangs des partis ou mouvements qui la composent, c’est à qui surenchérira le plus pour cristalliser la désunion.

N‘ « intellectualisons » pas le combat politique contre Sarkozy. Il n‘attend que cela! Car, ce faisant, nous perdons en compréhension et notre message en efficacité.

{{{Laminés, esquintés, délaissés, ils n’ont qu’un droit : fermer leur gueule!}}}

Pendant ce temps, ceux qui n’ont que le droit de fermer leur gueule sont à des années lumière des bagarres d’apparatchiks, étrangers aux ambitieuses et ambitieux aux dents longues. Ils vivent amèrement de ne plus pouvoir s’identifier à des partis en qui ils ont crus. En qui ils aimeraient à nouveau placer leur confiance et leurs espoirs d‘une vie meilleure.

Ces gens de gauche délaissés (sauf par quelques-uns dont Besancenot, Mélenchon, Buffet, Mamère et quelques-autres) vivent plus douloureusement encore de voir leurs droits laminés (sociaux, fiscaux, etc.). Ils sont des millions esquintés par les fous sarkoziens, tétanisés, vivant reclus, écœurés par l’absence de réaction à la hauteur de l’ignominie, de la part de la gauche, de toute la gauche ! Dans la rue ou ailleurs!

{{{La gauche laisse les coudées franches à Sarkozy}}}

Laquelle gauche, trop empêtrée dans les querelles de chapelle et de pouvoir, faillit largement, depuis 2002, à ce qui est tout de même sa raison d’être, et donne l’impression déplorable de laisser les coudées franches à l’extrême-droite au pouvoir dans son entreprise systématique de destruction, en particulier des plus faibles, avec une aggravation considérable depuis l‘avènement de Sarkozy.

Il y a plus que jamais urgence à contrer, le plus durement, les fascistes sarkozistes. Nous sommes nombreux à avoir rédigé des contributions dans ce sens, depuis des années. Nombreux à n’avoir d’autre ambition que d’éclairer, pour mieux combattre le fasciste Sarkozy et ses sbires et autres traitres anciens de gauche. Nombreux, malheureusement à n’avoir pas été entendus. Mais l’espoir est encore permis… br>

{{{Les conditions sont presque réunies pour un front de gauche}}}

Dans ce concert morose, en effet, la naissance du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, et l’accueil positif de Marie-Georges Buffet, d’une part, la prochaine éclosion du Nouveau Parti Anticapitaliste d’Olivier Besancenot, d’autre part, sont des signes prometteurs.

Dans la continuité de 2005 (campagne unitaire du NON au TCE de la gauche non « socialiste »), un front de gauche fort sera l’allier naturel du Parti Socialiste. Cet espoir est désormais réel grâce à l’éviction de Royal (qui a fait perdre trois ans à la gauche) et l’arrivée de Martine Aubry à la tête du PS. Laquelle ne prendra pas le risque suicidaire d’embarquer électoralement le PS dans une alliance contre nature avec le Modem!
Beaucoup d’éléments concordent pour aboutir à un changement radical du comportement de la gauche. Il est plus que temps!

{{Verdi}}

[Vive La Liberté->http://vive.laliberte.chez-alice.fr]

Email Email de contact: vivelaliberte_AT_aliceadsl.fr

Commentaire(s)

> ého

Etant donné qu'il semble que la gauche repointe le bout de son nez dans les parages pour se redonner du souffle, il est temps (il est toujours temps avec la gauche) de mettre les pendules à l'heure :

NOUS VOULONS DETRUIRE LA GAUCHE

Texte sur la nécessité d’en finir avec la gauche pour en finir, par exemple, avec le capitalisme...et l'Etat

http://infokiosques.net/spip.php?article88

> "la gauche" est un mot du pouvoir

Tout comme le concept de "la droite" et tout le reste. Qui sont ces gens? Quelles valeurs portent-ils? Quelles modes d'action entendent-ils mettre en place?

Il y aura toujours des girouettes pour sentir le vent tourner et tirer leurs marrons du feu. Mais concrètement, quoi de neuf?

Une partie de la gauche dit se réveiller pendant que l'autre s'enfonce dans la compromission et la collaboration. Même avec des têtes nouvelles cotchés par les anciens aparatchiks au passé bien lourd, comment croire que le PS ait quelque chose de nouveau à proposer? Le pouvoir d'achat d'Édouard Leclerc?

Et les autres, quelles leçons tireront-ils de cette gangrène du PS?

> en mai 68

Mitterrand faisait déjà son discours populo pour conquérir la" gauche" , Cohn Bendit et co se montrait devant les caméras , révoltés mais pour combien de temps? .Aujourd'hui les nouveaux Cohn Bendit (le corrompu) et Mitterand (qui ne valait pas mieux que Papon) veuillent revenir en enfonçant les portes et vous ça vous dit d'avoir encore à faire à ces gens?