Action de soutien aux interpellés de Tarnaс à Moscou

Mot-clefs: Répression
Lieux:

Aujourd'hui, le 27 novembre 2008, un groupe d'anarchistes de Moscou a protesté contre la répression qui sévit actuellement en France.
Un groupe d'anarchistes ont diffusé des tracts et ont crié en russe et en français les slogans qui suivent : «Solidarité avec les interpellés de Tarnac!», «A bas la terreur d'État!». Sur le bâtiment près de l'ambassade de France ils ont accroché des banderoles sur lesquelles était écrit «Solidarité avec les interpellés de Tarnac!». Ils ont également réalisé une performance : un train symbolique de carton avec l'inscription «la mouvance anarcho-autonome revient!» a percuté les portes de l'ambassade, un assaut sarcastique à l'égard des pouvoirs français, qui voient des «anarcho-autonomes» et des «mouvements radicaux utilisant la violence» partout . Des policiers se sont alors précipités pour disperser le groupe, un des participants a été saisi à la gorge et arrêté. Il a été relaché quelques heures plus tard.

Img_0482-medium
Pas de titre pour 8335

Le texte du tract : «Solidarité avec les camarades interpellés en France!»

Nous, groupe d'anarchistes de Moscou, réalisons aujourd'hui cette action pour manifester notre totale solidarité avec les camarades français accusés de « terrorisme », et protester contre la répression en France des individus participant à des mouvements sociaux!
Le 11 novembre 2008, à Tarnac, un petit village du centre de la France, ont débarqué 150 policiers encagoulés, un hélicoptère et des chiens renifleurs d'explosif. Tout cela afin d'arrêter vingt habitants d'une commune, dans laquelle de jeunes gens s'occupaient d'agriculture. Dix d'entre eux ont été libérés après un interrogatoire. Quatre autres l'ont été plus tard, mais avec l'obligation de ne pas sortir du territoire. A ce jour, il reste encore cinq personnes toujours écrouées car soupçonnées d'avoir organisé le sabotage d'une ligne de chemin de fer de la SNCF.
Ce spectacle, orchestré pour les journalistes préalablement invités, était retransmis à la télévision. Aux images ont relayées les paroles du ministre des affaires intérieures, Michèle Alliot-Marie. Sans discernement, les Médias de toute sorte ont porté dans chaque foyer français le message du pouvoir, jusqu'à employer ses propres termes : terroristes d'extrême gauches, anarcho-autonomes, commandos d'extrême gauche, violence, nihilisme, vandalisme, etc.
Les services du ministère des affaires intérieures n'ont présenté aucune preuve tangible de la participation des habitants de la commune à la dégradation des caténaires de la SNCF . Malgré cela, les pouvoirs et les médias ont présenté les détenus comme coupables. Malgré le fait que le directeur de la SNCF a lui-même déclaré que les dégradations occasionnées ne pouvaient en aucune manière menacer la vie humaine, la police a opéré dans le cadre d'une juridiction d'exception, celle de la législation anti-terroriste, et les interpellés ont été accusés d' « associations de malfaiteurs à visée terroriste ».
Depuis le 11 septembre 2001, à la suite du président américain Bush, les États de l'Union européenne et la Russie ne sont lancés dans une « guerre contre le terrorisme ». Depuis lors, les services secrets de ces pays voient des terroristes partout. En France, ce sont eux qui ces derniers temps ont crié à la résurgence de la mythique « mouvance anarcho-autonome ». Cela dans le but d'intimider ceux qui critiquent l'État par leurs mots ou par leur forme de vie. En France le temps est venu où l'État poursuit quotidiennement les gens pour leurs idées et leur convictions.
Nous, anarchistes de Moscou, déclarons notre solidarité absolue avec les interpellés de Tarnac. Aujourd'hui, devant l'ambassade de la France en Russie nous accusons que, sous le prétexte «de la lutte contre le terrorisme» (et en Russie dans le cadre de la « Loi concernant la lutte contre l'extrémisme»), les États établissent des normes permettant d'incriminer facilement de terrorisme des individus et des mouvements de libération dans le monde entier. Les États ne luttent pas contre le «terrorisme », mais terrorisent les militants.
Nous demandons la libération immédiate des interpellés et le retrait de toutes les accusations! Nous protestons contre les inculpations de terrorisme concernant les militants des mouvements sociaux en France et ailleurs! Nous demandons la cessation de ces poursuites !

Link_go Lien relatif