POLICE PARTOUT JUSTICE NULLE PART !

Mot-clefs: Répression
Lieux: Tours

Violences policières à Tours le 11/11/08

les commémorations de l'armistice de 1918 à Tours ont connu quelques incidents du fait des violences policières.
POLICE PARTOUT JUSTICE NULLE PART !

Solidaires 37, Alternative Libertaire 37, Les Amis de Demain le Grand Soir appelaient à un rassemblement antimilitariste devant la faculté des Tanneurs, de l'autre côté du lieu officiel de la commémoration du 11 novembre. Le Collectif de Soutien aux Demandeurs d'Asile et aux Sans Papiers appelait également à ce rassemblement pour dénoncer (le même jour que plusieurs collectifs parisiens de soutien aux sans papiers) la réouverture du camp de rétention de Vincennes, fermé depuis l'incendie du 22 juin. Des militants du Collectif La Victoire et de la Fédération Anarchiste étaient également présents, ainsi que la chorale militante : La Lutte en Chantier.
Après un long moment passé sur l'esplanade de l'université, les membres du CSDASP, de la FA du Collectif La Victoire et de la Lutte en Chantier décidèrent de s'éparpiller dans les rues afin de rejoindre sans ennui avec les Bleus la mairie où se déroulait là aussi une commémoration de l'armistice de 1918.
La Chorale entonnait des chants antimilitaristes repris par les militants des différents groupes sur les marches de la mairie. Nos chansons firent réagir vivement les pandores présents. Résultat des courses : une aveugle, militante du CSDASP, a eu sa canne blanche cassée par les flics après l'avoir piétinée, des militants ont reçu des coups de matraques et des coups de poing. Tout le monde fut refoulé manu-miltari vers le monument aux morts, les bleus le gardant, craignant sans doute qu'on se remette à chanter !
Nous avons donc décidé de porter plainte nominativement contre les flics nous ayant agressés physiquement alors que nous chantions. Nous avons essuyé un refus de la part de la police. Le commissaire principal confirmait les propos de son sous fifre : refus de donner le matricule du policier ayant matraqué une personne, refus d'enregistrer les plaintes d'une vingtaine de personnes, sous prétexte qu'il faudrait un certificat médical (comme le déclare un flic de la BIVP, bien connu des militants tourangeaux). Comment la police peut-elle refuser de prendre des plaintes de personnes s'estimant agressées ? Depuis quand la police est en droit de décider ce qui relève du judiciaire ? Est-ce qu'un policier, dans l'exercice de ses fonctions, peut exiger, sur un trottoir, un document (médical) et interdire à des personnes venant porter plainte, l'entrée dans un commissariat ? Ces deux dernières questions montrent que la police de Tours, sous couvert du commissaire principal, fait preuve d'abus de pouvoir. On ne peut tolérer qu'un flic mente délibérément pour empêcher des individus de faire valoir leurs droits.
Bien évidemment, nous n'en resterons pas là. Nous allons informer notre avocat de cette situation et envisager des suites à donner à cette affaire.
Nous regrettons que nos camarades restés sur le lieu du rassemblement n'aient pas jugé utile de faire preuve de solidarité lorsqu'ils furent informés de la situation par une des personnes ayant assisté aux incidents à la mairie.
Nous constatons que l'antimilitarisme, même en chanson, est toujours une bête noire des autorités et leurs valets casqués. Nous protestons contre la violence policière.
Pour nous la lutte continue toujours !
Tours, le 12/11/08

La Lutte en Chantier
lalutteenchantier@no-log.org

Collectif de Soutien aux Demandeurs d'Asile et aux Sans Papiers
06 34 19 64 98
csdasp37@no-log.org

Groupe de la Fédération Anarchiste de Tours
sansvoix.sansvisage@gmail,com

Email Email de contact: jcapache_AT_free.fr