Tsiganie à Rezé

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux: Nantes Rezé

Alors que l'Europe se pose une fois de plus le problème de la place des Roms en ses frontières, Gilles Retière, maire de Rezé « tape du poing sur la table »(*) : trop c'est trop, les Roms doivent disparaître de sa commune !
Ben oui, forcément, en se permettant se « squatter » sur des terrains municipaux ou de particuliers, ils génèrent un tels stress, les Roms, une telle angoisse, que l'électorat pourrait oublier les droits de l'humain, et surtout, beaucoup plus grave, oublier de voter pour Gilou aux prochaines élections. Du coup, c'est comme s'ils avaient un carnet de rationnement de quelques semaines de présence et qu'ensuite, paf, circulez, la limite est atteinte. Et surtout, n'y revenez plus !

Et donc, Gilou, en bon seigneur protégeant ses serf, « veut mettre un terme « aux invasions successives » de Roms. »(*) Rha les barbares s'incrustent, ils volent, ils pillent, ils sont mal polis, ils font peur... Bon, d'accord, Gilou ne dit pas ça, ça ne serait pas politiquement correct et il n'y a quasiment plus de poules à voler ni chaises à rempailler à Rezé, ville moderne qui se développe aussi bien que sa grande sœur siamoise et qui se doit donc d'être « propre ».

En fait, une trentaine de familles (cent personnes environ), ont décidé de s'installer à Rezé depuis quelques années. Arrivés là après moult difficultés, pour trouver un peu de confort et de repos dans ce pays que l'on présente comme l'eldorado, celui des droits de l'Homme (déjà, les femmes auraient du se méfier, mais bon !) et de la santé pour tou-te-s.
Sauf que partout où elles sont passées, ces familles, elles ont fini par se faire expulser. Et il faut savoir qu'une expulsion veut souvent dire confiscation et destruction des caravanes quand on a la chance d'en avoir. En tout, selon les personnes qui osent s'approcher voire les aider, près de 400 voire 500 personnes qui vivent en camps illégaux sur la région nantaise.

Là où c'est flippant, c'est que Gilou, il est non seulement maire, mais aussi vice-président de la Communauté urbaine et il ne croit pas plus aux « terrains d'accueil temporaires aménagé par Nantes Métropole à Nantes, aux Sorinières et à Sainte-Luce : « C'est très coûteux et les relogements définitifs tardent. Sans oublier le phénomène de concentration. Je veux bien aider à l'intégration de Roms mais pas dans ces conditions ». »(*) Il en profite au passage pour un peu de parano stigmatisante : « Je m'étonne que Rezé, Les Sorinières et Nantes soient toujours concernées par ces occupations de Roms. C'est comme si on les aiguillait vers nos communes... »(*)

Suite à la dernière expulsion en date, la décision du tribunal tombera le 2 octobre. Et après... ?

Il ne faut pas se leurrer, cela ne va pas s'arranger vu comment se présentent les choses. Gilou dit tout haut ce que beaucoup pensent. Il veut une « sédentarisation dans des logements en dur » (*) Car il est vrai que désormais, celles et ceux que l'on appelait « les gens du voyage » sont en majorité sédentaires. Le nomadisme, tradition séculaire, est en voie de disparition sous le joug du conformisme à la société côtoyée.
Il veut surtout tracer, sécuriser, conformer, formater...

Les Roms, bien qu'Européens, ont un statut particulier qui limite leurs possibilités de travailler et de s'installer sur le territoire français. Le 16 septembre, la Commission européenne a organisé un sommet extraordinaire consacré à la communauté rom en Europe. Jacques Barrot, commissaire européen chargé de la Justice et des Affaires intérieures « a approuvé la « tolérance zéro » instaurée part le gouvernement Berlusconi contre l’immigration clandestine.»(**) tandis que d'autres avaient la décence de siffler ces lois fascisantes. Vladimír Špidla, commissaire européen chargé de l'emploi, des affaires sociales et de l'égalité des chances dans la Commission Barroso, estime, comme beaucoup : « Les problèmes des Roms ne peuvent pas être résolus d’une manière centralisée, depuis Bruxelles. C’est une question locale qui concerne les différents Etats. Il est clair, pourtant, que la Commission est concernée par certaines tâches et qu’il existe des possibilités d’amélioration dans ce domaine. » (***) Cela n'augure donc rien de bon pour la situation en fRance. Bref, tout le monde se renvoie la balle, par dessus les camps de Roms...

(*) Presse-Océan, 19/09/2008 de Etienne Mvé
(**) Le Canard enchaîné, 10/09/2008
(***) Radio Praha, 17/09/2008 par Alain Slivinský : http://www.radio.cz/fr/edition/108368

Voir aussi un article assez complet sur RFI : http://www.rfi.fr/actufr/articles/105/article_72429.asp
Et une source régulière d'informations, le site romeurope : http://www.romeurope.org/?cat=5

Commentaire(s)

> Mais quel démagogie pourrave!

En même temps Rezé est sans doutes la commune de l'agglo où le plus de nomades se sont installés, pas toujours dans la paix mais globalement ça se passe. Si "Gillou" était si méchant et vil avec eux ce ne serait pas le cas et il ne serait pas accueilli par les Roms dans les camps. Juste à un moment les capacité d'accueil explosent et à un moment il doit bien y avoir effectivement une limite au nb de personnes que tu accueilles. De la misère dans le monde il y en a plus que de la prospérité, ça ne donne pas pour autant plus de pertinence au fait de s'entasser toujours plus nombreux sur des bases communeautaristes dans les endroits qui t'accueillent le moins mal. Les gens qui quittent leur région par désespoir c'est rarement bon pour eux ni pour leur pays d'accueil ni pour ceux qu'ils laissent derrière eux...

Si ce pb pouvait se résoudre à grand coup d'incantations pleines de bonne volonté ça fait longtemps qu'on connaitrait le meilleur des mondes tellement le nombre de prêtres du bien et de la vérité est important dans ce monde de donneurs de leçons de merde.

Qu'il y ait une critique de l'action publique sur l'accueil des roms et les perspectives qui leur sont offertes ok, notamment le peu de logements qui ont été attribués (genre tu compte sur les doigts de la main). Sur la sédentarisation il faudrait voir ce qu'en disent les intéresséEs, merci de parler à leur place. Quant à la défense des traditions j'attend avec impatience des posts de chasse pêche nature sur ce site histoire de pleurer définitivement sur la connerie ambiante ou qu'on ait un super débat sur les bonnes et mauvaises traditions... les débats ridicules c'est aussi une vraie tradition anarchiste! (sic)

Sinon ce ton politicien et donneur de leçons d'un quidam probablement aussi investit que le directeur du Novotel dans l'accueil des Roms dans la région est juste ridicule... il y a bien des points sur lesquels on peut attaquer la gauche PS et satellites dans le coin pour leur gestion de l'espace public, la démolition des quartiers ouvriers, la traque aux pauvres, le laisser faire sur les regroupements communeautaires etc. mais pitié pas cette démagogie gauchiste misérable et moisie sans aucune perspective concrète.

C'est ce genre d'incantations en l'air qui décrédibilise totalement les autogestionnaires ceci et auprès des gens "normaux" et sans trop d'a priori et auprès des populations squattées, et auprès des roms qui demandent avant tout des moyens concrets je pense...

L'objectif concret c'est de faire quoi? Gueuler ça défoule? Ca donne bonne conscience quand on dort pas en caravane et qu'on a internet?

Merde alors!