plainte contre plainte hortefeux sos sans papiers

Mot-clefs: Répression
Lieux:

nouvelles attaques du ministre hortefeux contre les soutiens aux sans papiers
plainte contre plainte/Hortefeux-Sos Soutien au sans papiers

Ce gouvernement criminalise systématiquement tout mouvement de soutien, et mouvement social, la plainte déposée à l’encontre des membres de notre association, manœuvre politicienne suivra son cours ; mais ce sera plainte contre plainte.

Notre association : SOS Soutien aux Sans Papiers était présente devant les CRA : simple soutien et relais avec les retenus et l’extérieur, et non l’inverse M.Hortefeux. Relais sur le silence assourdissant, des nouvelles dispositions de la directive du retour 18 mois de d’emprisonnement enfants compris, et du danger des politiques droitistes de l’U.E. Sur l’immigration.

Ce gouvernement par son simple dépôt de plainte démontre son impuissance.

Constat de l’échec de sa politique utilitariste du chiffre, et des violation des droits élémentaires. Epinglée régulièrement par l’ONU , et par la Cour Européenne des Droits de l’Homme sur les CRA et ses prisons, la France serait elle au dessus des lois et Conventions Internationales ?

Hortefeux-Sarkozy mettent le feux aux poudre, par leur politique de provocation, de la rafle et du chiffre : Ces incendiaires, tout comme en 2005, ont déposé l’allumette.

SOS Soutien aux sans papiers , est et sera toujours là , pour dénoncer et lutter pour la fermeture des CRA : ces "hontes de la République" et la politique européenne globale en matière d’immigration. Les incendiaires sont bien M.Sarkozy-Hortefeux.

Nous avions fait état dans un communiqué , le soir même de l’incendie du CRA de Vincennes, de la dangerosité et de la mise en danger de la vie d’autrui . Ces batiments, véritables préfabriqués se sont embrassés en moins d’une demi heure, tels une boite d’allumette.

Comment en quelques minutes, le toit a-t-il pu litterallement exploser et les matériaux du toit, fondrent dégageant des fumées toxiques. La struture , construction et matériaux de bâtiments d’emprisonnement surtout avec une surpopulation toujours dénoncée ,ne devaient pas offrir aussi peu de granties elementaires de sécurité.

Nous avions dénoncé le danger de ces CRA : dernier maillon de la chaine de la machine à broyer les vies. Parfois certains résistent à cette machine et se révoltent.

Oui M.Hortefeux , nous soutenons et continuerons à soutenir les justes révoltes.

"Nous assumons", comme le dit R.Dati notre soutien auprès des personnes privées de leurs droits, réduites au silence, aux humiliations, à la répression, au refus de soins médicaux appropriés et refus visites de médecins , à la séparations violentes d’avec les leurs , et remises dans l’avion indignes et violentes.

M.Hortefeux, l’incendiaire, allume des contre feux avec une plainte à l’encontre de notre association : "Plainte conte plainte" ?

Le parquet a t il répondu aux plaintes déposées par les retenus du CRA de Vincennes hospitalisés à la suite des violences inouies par sa police et des CRS cette année ?

Le parquet a-t-il répondu à la plainte de M. Y. pour la destruction de son Coran par les CRS ?

Le parquet a-t-il répondu à la plainte déposée pour "disparition" et soustraction de documents confidentiels destinés à l’OFPRA ? La police du CRA de Vincennes a "soustrait" , faits d’une exceptionnelle gravité ces preuves de l’enveloppe qui devait etre remise à l’OFPRA pour la demande d’asile : les juges font obstacle à cette plainte.

Ces violences quotidiennes privations des droits et violations des droits elementaires des prisonniers et droits à la défense ne peuvent que déboucher sur des révoltes. La Cimade avait pourtant mit en garde le gouvernement ,simple association d’assistance juridique qui à son tour devrait etre moins visible ?

Ces plaintes ,déposées, elles aussi, n’aboutissent pas mais celle de Hortefeux aboutirait ?

M.Hortefeux ; votre police dans les CRA ont des tasers : là encore qu’elle en est la légalité ? M.H.après avoir reçu ce coup de taser, s’est vu trainé par 4 CRS dans une chambre car là il n’y a pas de caméra ! , puis tabassé, il a été hospitalisé.

Un autre menotté a subit les mêmes traitements, toujours loin des vidéos , que sont devenues ces plaintes déposées pour violences, coups et blessure et mise en danger de la vie d’autrui ?

SOS Soutien aux Sans Papiers, a dénoncé le soir même de l’incendie de Vincennes la mise en danger de la vie d’autrui.

A la question de fond sur l’existence des CRA , notre ministre de l’Identité, , répond que la seule " alternative " serait la prison ! Faut lui rappeler que les sans papiers en prison, pour simple défaut de titre de séjour , représente 35% de la population carcérale.

Leur place n’est pas en prison , M.Hortefeux , les sénateurs (pourtant fort majoritairement à droite) avaient demandé déjà en 2001 , la dépénalisation pour défaut de titre de séjour, et la libération de tous ces prisonniers qui n’ont commis aucun délit, si ce n’est de n’avoir pu obtenir de titre de séjour, avec vos lois qu’elles soient de droite ou de gauche.

M.Hortefeux , vous avez osé avancer votre "alternative" ; effectivement elle apporte la preuve de l’incohérence et de l’échec de votre politique, de celle de l’Europe et de ses directives en matière d’immigration.

Ce n’est pas par les manœuvres de diversion, de répression, que vous répondrez au vrai débat qui vous est posé à vous et votre gouvernement.

Alors oui M.Hortefeux ce sera PLAINTE CONTRE PLAINTE, pour vous et votre presse aux ordres comme Parisien.

SOLANGE membre de SOS Soutien aux Sans-Papiers

Date : Mercredi 6 Août 2008, 20h56

Colère des défenseurs des sans-papiers contre Brice Hortefeux

Reuters - il y a 2 heures 37 minutes PARIS (Reuters) - Le gouvernement durcit le ton face aux soutiens des sans-papiers mais des militants et des organisations l’accusent de chercher à détourner l’attention de la situation dans les centres de rétention.

" Dans un communiqué, une demi-douzaine d’associations, dont la Cimade, la Ligue des droits de l’homme et le Réseau éducation sans frontières (RESF), reprochent aux autorités de "chercher un bouc émissaire".

Le ministre de l’Immigration, Brice Hortefeux, a interdit une manifestation pour la défense des sans-papiers prévue samedi prochain devant le centre du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne), théâtre d’incidents le week-end dernier.

Mais Rodolphe Nettier, le président de "SOS soutien aux sans-papiers", association particulièrement visée par le gouvernement, dément avoir appelé à un nouveau rassemblement samedi prochain.

"Nous avions annoncé que nous ne voulions pas attiser la situation et nous n’avons pas déposé de formulaire en préfecture", a-t-il dit à Reuters.

"Tout ça, c’est une manipulation. On tente de criminaliser les associations pour qu’on se désintéresse de ce qui se passe dans les centres de rétention", a ajouté Rodolphe Nettier.

Dans leur communiqué, les associations estiment qu’en désignant tel ou tel militant associatif et en faisant interdire une manifestation, "les pouvoirs publics s’exonèrent de leur responsabilité."

"Avec de telles manoeuvres d’intimidation, le ministre de l’Immigration s’en prend au travail de toutes les associations de soutien aux sans-papiers. Il tente, devant l’opinion publique, de trouver un bouc émissaire et porte ainsi atteinte à la liberté d’expression et de manifestation", déclarent-elles.

Samedi dernier, des sans-papiers menacés d’expulsion ont tenté de mettre le feu à des éléments de literie dans le centre du Mesnil-Amelot, proche de l’aéroport de Roissy. Selon les autorités, "le mouvement a été incité de l’extérieur par une vingtaine de manifestants d’un collectif de soutien aux sans-papiers".

Deux personnes jugées lundi en comparution immédiate après les incendies de samedi ont été partiellement relaxées par le tribunal correctionnel de Meaux. La ministre de la Justice, Rachida Dati, a cependant fait appel de cette décision.

Brice Hortefeux a estimé pour sa part qu’une nouvelle manifestation était susceptible de dégénérer.

FIN D’UN MONOPOLE ?

La préfecture de Seine-et-Marne a fait savoir que la manifestation "sera interdite si l’association dépose une déclaration officielle" et que "tout attroupement aux abords du CRA sera illégal si l’association ne dépose pas de déclaration".

Brice Hortefeux et la ministre de la Justice, Rachida Dati, ont également annoncé le dépôt d’une plainte contre le collectif, qualifié de "groupuscule d’extrême gauche."

Brice Hortefeux s’est appuyé sur des propos prêtés par un quotidien à Rodolphe Nettier, qui aurait déclaré : "Notre mot d’ordre, c’est de brûler les centres."

Or, le président de l’association assure n’avoir jamais tenu de tels propos.

"J’ai déclaré qu’on soutenait les sans-papiers au niveau juridique et quand on m’a demandé ma position sur les incendies, j’ai dit que c’était de la légitime défense. Je n’ai pas dit que notre mot d’ordre était de brûler les centres. Nous demandons leur fermeture immédiate et définitive", a-t-il dit.

Rodolphe Nettier a publié un droit de réponse mais le quotidien a maintenu sa version.

Ces tensions avec "SOS Sans-papiers" interviennent au moment où le ministère de l’Immigration déplore la "situation de monopole" d’un collectif historique, la Cimade, qui apporte une aide juridique aux étrangers placés en rétention.

Le président de la Cimade, Patrick Peugeot, a eu la confirmation fin juillet qu’un nouveau décret autorisant l’Etat à passer une convention avec "une ou plusieurs associations" serait publié d’ici la fin août.

Pour le collectif, "émietter le soutien des personnes en rétention par une mise en concurrence des associations interdirait toute vision d’ensemble du processus d’éloignement des étrangers. Et ce faisant, affaiblirait, voire rendrait à terme impossible, la fonction d’expertise et de témoignage." Gérard Bon, édité par Pascal Liétout YAHOO CE SOIR

sos soutien aux sans papiers