génocide tutsi : politiques et militaires français accusés

Mot-clefs: Racisme
Lieux:

Le Rwanda a accusé mardi la France d’avoir "participé à la mise en exécution" du génocide de 1994, réclamant que 13 hauts responsables politiques et 20 militaires français soient poursuivis, dans un communiqué du ministère de la Justice rwandais résumant les conclusions d’une commission d’enquête.
Le ministre de la Justice rwandais, Tharcisse Karugarama, a présenté ce mardi, après 18 mois de recherches intensives, les conclusions du rapport de 500 pages de la Commission d’enquête rwandaise sur le rôle de la France dans le génocide, la Commission Mucyo, dont vous vous pouvez lire le sommaire sur notre site depuis hier soir.

Selon ce rapport rédigé en français, la France était "au courant des préparatifs" du génocide, a "participé aux principales initiatives" de sa mise en place et "à sa mise en exécution".

"Le soutien français était de nature politique, militaire, diplomatique et logistique", peut-on lire dans le rapport.

"Compte tenu de la gravité des faits avancés, le gouvernement rwandais demande aux autorités compétentes d’entreprendre toutes les actions nécessaires afin que les dirigeants politiques et militaires français mis en cause répondent de leurs actes devant la justice".

"Des militaires français ont commis eux-mêmes directement des assassinats de Tutsis et de Hutus accusés de cacher des Tutsis (...) Des militaires français ont commis de nombreux viols sur des rescapées tutsies", accuse le communiqué du ministère de la Justice diffusé à la presse.

En annexe du rapport figure ainsi une liste de 33 responsables militaires et politiques français, parmi lesquels Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères, Édouard Balladur, Premier ministre de l’époque, ou encore Hubert Védrine, qui occupait la fonction de conseiller à la présidence de la République.

Les militaires français de l’opération militaro-humanitaire Turquoise (fin juin-fin août 1994) "ont laissé en place les infrastructures du génocide, à savoir les barrières tenues par les Interahamwe (extrémistes hutus). Ils ont demandé de façon expresse que les Interahamwe continuent à contrôler ces barrières et à tuer les Tutsis qui tenteraient de circuler", poursuit le communiqué.

En octobre et en décembre 2006, la commission d’enquête rwandaise, composée d’historiens et de juristes, avait organisé à Kigali des auditions publiques de témoins, dont des militaires de l’ancienne armée rwandaise, mettant en cause la France.

Les autorités françaises avaient bien évidemment fait savoir en février 2007 qu’elles ne reconnaissaient "ni légitimité ni compétence" à cette commission.

Dans son rapport, la commission d’enquête rwandaise cite notamment l’ancien président François Mitterrand et l’ex-Premier ministre Dominique de Villepin.

A Paris, le ministère des Affaires étrangères n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat. "Nous n’avons pas reçu le document donc nous ne pouvons pas réagir", a-t-on déclaré au Quai d’Orsay.

La France s’évertue cependant à démentir toute implication dans le génocide et souligne, malgré les nombreux témoignages accablants recueillis depuis plusieurs années, que les forces françaises ont assuré à l’époque la protection de la population dans le cadre d’une opération soutenue par les Nations unies.

__

Liste des personnalités françaises contre lesquelles le Rwanda demande qu des poursuites soient engagées :
a) Les responsabilités politiques

1. François Mitterrand : Président de la République Française (1981-1995)

2. Alain Juppé : Ministre des affaires étrangères (1993-1995)

3. François Léotard : Ministre de la défense (1993-1995)

4. Marcel Debarge : Ministre de la coopération (1992-1995)

5. Hubert Védrine : secrétaire général à la présidence de la République (1991-1995)

6. Édouard Balladur : Premier ministre (1993-1995)

7. Bruno Delaye : conseiller à la présidence de la République (1992-1995)

8. Jean Christophe Mitterrand : Conseiller à la présidence de la République (1986-1992)

9. Paul Dijoud : Directeur des affaires africaines et malgaches au ministère des affaires étrangères (1991-1992)

10. Dominique De Villepin : Directeur adjoint aux affaires africaines et malgaches (1991-1992), directeur de cabinet du ministre des affaires étrangères (1993-1994)

11. Georges Martres : Ambassadeur de France au Rwanda (1989-1993)

12. Jean-Michel Marlaud : Ambassadeur de France (1993-1994)

13. Jean-Bernard Mérimée : Représentant permanent de la France aux Nations Unies des mars 1991 à août 1995.

b) Les militaires

1. Amiral Jacques Lanxade : Chef d’état-major particulier du président de la République (1989-1991), puis chef d’état-major des armées (1991-1995)

2. Gén. Christian Quesnot : Chef d’état-major particulier du président de la République (1991-1995)

3. Gén Jean-Pierre Huchon : Chef de la mission militaire de coopération (1993-1995)

4. Gén Raymond Germanos : Sous-chef des opérations à l’état-major des armées (mai 1994-septembre 1995)

5. Col Didier Tauzin alias Thibault : Conseiller militaire de président de la République rwandaise de 1990 à fin 1993, chef du DAMI Panda et de l’opération chimère (22 février - 28 mars 1993) puis Commandant de Turquoise Gikongoro.

6. Col Gilles Chollet : chef du DAMI de mars 1991 à février 1992. Dès février 1992, il cumulait cette fonction avec celle de conseiller militaire du président de la République, chef suprême des FAR, et de conseiller du chef d’état-major des FAR.

7. Col Bernard Cussac : Attaché de défense près l’ambassade de France au Rwanda et chef de la mission militaire de coopération (juillet 1991-avril 1994), commandant de Noroît de juillet 1991-décembre 1993, hormis février et mars 1993.

8. Lt. col Jean-Jacques Maurin : chef adjoint des opérations auprès de l’attaché de défense (1992-1994).

9. Col Gilbert Canovas : octobre à novembre 1990, adjoint opérationnel auprès de l’attaché de défense et conseiller de chef d’état-major de la gendarmerie.

10. Col René Galinié, attaché de défense et chef de la mission d’assistance militaire au Rwanda (août 1988-juillet 1991), commandant de Noroît (octobre 1990-juilet 1991).

11. Col Jacques Rosser : Commandant de Noroît comprenant DAMI de juin à novembre 1992, chef du groupement COS Turquoise (Commandant des opérations spéciales du 22 juin au 30 juillet 1994.

12. Cpt Grégoire De Saint Quentin, Conseiller technique du commandant du bataillon Paracommando et officier instructeur des troupes aéroportées (août 1992-avril 1994).

13. Maj. Michel Robardey, Conseiller technique pour la gendarmerie nationale (criminologie) de 1990 à 1993.

14. Maj. Denis Roux, Conseiller technique du Commandant de la Garde présidentielle de juin 1991-avril 1994.

15. Cpt. Étienne Joubert, Chef du DAMI Panda du 23 décembre 1992 au 18 mai 1993, puis officier de renseignements, puis chef des opérations Turquoise Gikongoro.

16. Col. Patrice Sartre, Chef du groupement Nord Turquoise (Kibuye) du 22 juin au 21 août 1994.

17. Cpt. de frégate Marin Gillier, responsable du détachement Turquoise Gishyita (Kibuye).

18. Lt. Col. Eric De Stabenrath, commandant de Turquoise Gikongoro du 16 juillet au 22 août 1994.

19. Col. Jacques Hogard, Chef du groupement sud Turquoise (Cyangugu) fin juin-22 août 1994.

20. Gén. Jean-Claude Lafourcade, Commandant en chef de Turquoise.

New Times rappelle dans un article paru aujourd’hui que la MINUAR avait intercepté le 5 avril 1994 un avion français chargé d’armes et de munitions à Kanombe - l’aéroport international de Kigali - à destination des forces de l’armée Rwandaise.

Le quotidien rwandais rappelle que les Rwandais n’ont pas oublié les horreurs relatées dès mars 1995 dan un film produit par la BBC The Bloody Tricolor de BRADSHAW Stephen et JONES Elisabeth.

"Devant tant de preuves flagrantes, les Rwandais sont pleinement préparé à défendre leurs droits et à dénoncer les criminels. Il ne pourra pas y avoir de compromis" annonce le quotidien.

http://www.lanuitrwandaise.net/

Link_go Lien relatif