"Courrier international épinglé"

Mot-clefs: Répression
Lieux:

Un magazine donne la parole à un flic indien assassin

A Madame la directrice de publication de « Courrier International »

À propos de l’article «« Flambées de violence contre les travailleurs extérieurs », extrait de la revue indienne « Outlook » ; traduit et publié, dans vos pages intérieures.


Madame,

Votre journal offre ses colonnes, cette semaine, à un policier indien, très controversé dans son pays d’origine, Kanwar Pal Singh GILL.

L’auteur est présenté par votre rédaction comme « un préfet de police », ayant débuté sa carrière dans l’Assam et connu pour avoir dirigé la police de l’État du Pendjab (1).

Pour souligner la respectabilité du personnage, vous notez, en bas de page, que le préfet à la retraite est à la tête de The Institute for Conflit Management.

Or, ce policier est connu des paysans de l’Assam, du Pendjab, et, aujourd’hui, du Chhattisgarh, pour autre chose que ces qualités de « consultant »…

VOUS DONNEZ LA PAROLE À UN ASSASSIN !

Les états de service du policier GILL publiés en France feraient passer notre préfet de police, Maurice PAPON, pour un enfant de chœur.

Nommé Director Inspector General, en 1988, lors de l’opération « Black Thunder », KPS GILL introduisit de nouvelles méthodes, dans la lutte anti-terroriste, au Pendjab.

Des groupes de policiers, mélangés à des criminels et des renégats notoires, y semaient la terreur, dans les villages.

Le « supercop », au milieu de ses « Black Cats », mettait souvent la main à la pâte.

Les habitants de Jallandar le surnomment toujours « le boucher du Pendjab ».

Beaucoup de personnes, à Chandigarh, se souviennent de son regard halluciné lorsqu’il soumettait lui-même à la question ou exécutait, par dizaine, les militants qu’on nommait ici les « Kadktoos »(2).

- « Avec ce ‘sheduled cast’, monté en grade, la distinction entre policier et terroriste s’estompait… » se rappelle un militant du Shiromani Alkâlî Dal (3).

La mémoire du Pendjab est hantée par ses innombrables crimes…

Le journal « The Panthic Weekly » du 16 avril 2006 montre la photo du martyr Godev SINGH « DEBU », commandant des Kalistan Forces, « bouilli vivant » par KPS GILL et sa fine équipe.

«L’homme qui ne cligne jamais des yeux » – effet de l’opium dont il est adepte – est responsable d’horribles massacres, de viols* et de disparitions.

*De nombreuses femmes penjâbis l’accusent de viols et d’attouchement sexuel mais n’osent porter plainte contre lui à l’exception de Rupan Deol BAJAJ, IAS officer…

COMMENT AVEZ-VOUS PU LAISSER UN TEL HOMME S’EXPRIMER DANS VOTRE JOURNAL ?

La victime la plus emblématique de KPS GILL fut le sadarji Jaswant Singh KHALRA, un correspondant d’Amnesty International.

Son histoire est édifiante.

Le disciple des droits de l’homme avait en tête d’enquêter sur les montagnes de morts non réclamées, par les familles, que la police, chaque jour, brûlait dans les villages.

Mal lui en prit, il fut arrêté, torturé, liquidé en septembre 1995.

Selon un témoin, l’ex-Special Police Officer, Kuldeep SINGH, « le patron fit lui-même le boulot à la prison de Manawala à Taran Tarn ».(4)

Le « KHALRA Murder Case » est toujours à l’instruction ; KPS GILL n’est jamais inculpé…

Il fallut l’assassinat spectaculaire du chief minister, Beant SINGH, le 31 août 1995, par un policier révoqué, ceinturé d’explosif, pour que le gouvernement décide de mettre à l’écart le flic assassin.

Aujourd’hui, le spécialiste de l’antiterrorisme supervise au Chhattisgarh le massacre des naxalites (5).

Sous prétexte de lutter contre un mouvement aborigène maoïste, le gouvernement indien a donné carte blanche, au printemps 2005, à un renégat, Mahendra KARMA, pour former une armée de supplétive indigène, la Salwa Judum.

Le ministère de l’Intérieur, Shivraj PATIL, a nommé KPS GILL, superviseur de l’expérience.

Cette guerre, parrainée par New Delhi, contre les citoyens originels de l’Union indienne, intéresse beaucoup les experts américains et israéliens dont certains font des stages à l’école indienne de contre-guérilla de Kanker, dirigé par l’inspecteur général de police, BK PONWAR.

LIRE : LA GUERRE CIVILE SPONSARISÉE PAR L’ÉTAT AU CHHATTISGARH

Il ne s’agit pas, ici, de « migration volontaire d’autochtones » mais de « transfert de population » vers des « hameaux stratégiques » et de nouvelles partitions du territoire.

Il est curieux de lire comment KPS GILL appréhende le phénomène « des migrations internes » et leur utilisation par les partis politiques régionalistes qu’ils rebaptisent - avec prudence - « isolationnistes ».

Le courage dans le crime comme dans l’analyse n’est pas la vertu première du flic KPS GILL.

Par exemple, le tortionnaire n’évoque jamais Bal TACKERAY, « le tigre de Mumbay », responsable des pogroms antimusulmans de 1992-1993 et organisateur avec son neveu, Udhav, des récents pogroms contre les Bihâris et les travailleurs du nord.

Le conseiller de la Salva Judum ne cite jamais les multinationales pour lesquelles la police indienne vide les campagnes afin que les entreprises transcontinentales se rendent propriétaires de terres, riches en minerais, or ou diamant.

Publier l’article de ce terroriste n’apporte rien à la compréhension des phénomènes migratoires, mais jette l’opprobre et la honte sur votre magazine.

Ouvrir vos colonnes à KPS GILL, c’est comme donner une tribune au général AUSSARESSE ou au lieutenant LE PEN.

C’est approuvé la torture qui est légale et pratiquée en Inde.

C’est légitimer le vol, le viol et l’expropriation des paysans ; et faire de la Force brute la valeur suprême.

Madame la directrice de publication, vos lecteurs attendent une explication.

HIMALOVE

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

1.L’assaut du temple d’or, à Amristar, le 6 juin 1984 inaugure un cycle de dix ans de guerre civile et de terrorisme au Pendjab ; les opérations Bluestar, Black Thunder, Rakshak, et les pogroms anti-sikhs, à New Delhi, à la suite de l’assassinat d’Indira GANDHI, ont fait 25 000 morts, des milliers de disparus et des centaines de prisonniers qui croupissent encore en prison !

2. Kaktoos signifie en langue penjâbi : « ceux qui frappent à la porte » ; c’est ainsi qu’on appelait les militants séparatistes sikhs de Babar Khalsa pendant l’état d’urgence (1984-1995).

3. Shiromani Akâlî Dal est le parti politique de l’assemblée sikhe penjâbi ; leur chef se nomme Prakash Singh BADAL ; il est actuellement Chief Minister du Pendjab.

4. « Tribune of India », 17 février 2005.

5. On appelle, aujourd’hui, « naxalites » les aborigènes révoltés du cœur de l’Inde qui ont opté pour la lutte armée…