Ouverture de l'EPM d'Orvault (44)

Mot-clefs: Prisons / Centres de rétention
Lieux: Nantes Orvault

Nous ne travaillerons pas en EPM

Les premiers jeunes arriveront du grand Ouest à Orvault (44) le 5 février.
Nous ne travaillerons pas dans les prisons pour enfants, ni à Orvault, ni ailleurs
SIgnez le manifeste.
Ouverture de l’EPM d’Orvault (44)

Pour réagir à l’ouverture des établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) nous avons pris l’initiative d’un manifeste « Nous ne travaillerons pas en EPM ».
Nous le diffusons aujourd’hui accompagné des « 100 premières signatures » (112 précisément) au 1er février 2008, alors que l’EPM d’Orvault en Loire-Atlantique, le 5ème du genre sur les 7 prévus, s’apprête à recevoir le 5 février ses premiers détenus en provenance du « Grand Ouest ».
Pour exemple, le bilan des 6 premiers mois de fonctionnement de l’EPM de Meyzieu (Lyon) est calamiteux et confirme le bien fondé de notre refus de contribuer à cette politique d’enfermement de la jeunesse, même parée d’oripeaux « éducatifs ».
Les EPM peinent à constituer leurs équipes de personnels éducatifs, sociaux, soignants, enseignants… qui ne sont pas dupes de cette négation de l’enfance.
Pour notre part nous sommes contre ce retour aux « Maisons de corrections » et nous l’affirmons haut et fort :
« La place des enfants n’est pas en prison nous ne travaillerons pas en EPM ! »
La collecte des signatures se poursuit, en attendant d’autres actions.

Contacts et signatures : emancipationgd44(a)no-log.org
Groupe départemental de l’Emancipation c/o FSU
8 place de la Gare de l’Etat
44276 Nantes cedex 2
Signature en ligne http://pays-de-la-loire.emancipation.fr

Le Groupe départemental 44
de l’Emancipation syndicale et pédagogique.

Link_go Lien relatif

Email Email de contact:

Commentaire(s)

> Les prisons pour mineurs tuent !

Les prisons pour mineurs tuent !

Samedi 2 février 2008, un enfant de 16 ans a trouvé la mort à l'établissement pénitentiaire pour mineurs de Meyzieu près de Lyon. Avant que n'ouvrent les deux premiers EPM à Meyzieu et Lavaur en juin 2007, nous dénoncions la construction de ces nouvelles prisons annoncés par l'Etat comme de nouveaux lieux d'éducation. Une prison, quelque soit son nom ou sa configuration n'est rien d'autre qu'un lieu où l'on détruit les individus pour les conduire vers la mort. Ce qui est annoncé comme un suicide par l'administration n'est rien d'autre que la conséquence d'un choix politique et éducatif : l'Etat impose aux plus pauvres et à celles et ceux qu'il considère comme déviants, la répression et l 'enfermement comme seules perspectives de vie. Dès son ouverture, l'EPM de Meyzieu n'avait pas tardé à montrer que la réalité de cette prison pour enfants n'était pas celle décrite par le ministère de la justice. Suite au refus de plusieurs jeunes de regagner leur cellule par exemple, ce sont les équipes d'intervention régionales de sécurité qui ont été appelées pour régler le problème. Ces forces de l'ordre pénitentier qui interviennent cagoulées ont fait rentrer les jeunes dans leur cellule de manière très musclée. Après avoir été ainsi traités, les jeunes s'en sont pris aux murs de leurs cellules. Ils ont ensuite été présentés au tribunal en présentation immédiate et ont été à nouveau condamnés à de la prison ferme. Après une telle « action éducative », qui peut penser qu'un enfant détenu peut se reconstruire en prison et faire à nouveau confiance aux adultes ? Cet événement tragique va-t-il influer sur la politique menée en direction des mineurs ? Il semblerait que ce ne soit pas le cas pour l'instant puisque le ministère de la justice n'a pas renoncé à l'ouverture du nouvel EPM d'Orvault près de Nantes en fin de semaine dernière ni aux prochaines ouvertures des deux EPM en Ile de France de Porcheville et de Chauconin. Cette machine infernale de l'enfermement vient nous rappeler que la peine de mort abolie en 1981 ne l'a été que dans les textes.

Nous continuerons à nous battre pour une éducation émancipatrice incompatible avec l ' enfermement. Nous tenons aussi à témoigner tout notre solidarité à la famille de Julien et à ses proches.

Paris le 7 février 2008

Fédération des travailleurs de la santé , du social et des collectivités territoriales 33 rue des Vignoles 75020 Paris mail : fede.sante-social@cnt-f.org

> dossier

dossier d'information contre les prisons pour mineurs consultable et téléchargeable sur https://infokiosques.net/spip.php?article515