répression à Caen

Mot-clefs: Luttes étudiantes/lycéennes
Lieux: Nantes

Comme à Nantes, les flics cognent à Caen les manifestantes anti LRU. Sarko veut balayer le mouvement par le fric ou la force
Subject: Répression sur les luttes autour des facs et des lycées sur caen.

Bonjour,

Je fais suivre cette information sur la situation de la répression sur
Caen. parce que le nucléaire est un Monde, un Monde fliqué notamment.
Depuis cette semaine la situation s'est durcie sur Caen comme sur d'autres
villes. Je vous joint donc un texte qui traite de la question et des
liens vers des sites/ Forum de contre information. Sur ses sites des
photos, des forum sur la situation sur caen et ailleurs.

Salutations radicalement antinucléaires.
Miguel.

Jeudi 29 novembre, lycéen-ne-s, étudiant-e-s, chômeurs et travailleurs ont
occupé le rectorat de Caen qui avait depuis quelques jours ordonné
l'expulsion de nombreux lycées (Rostand, Malerhbe, Dumond d'Urville,
Fresnel..). Les premier-e-s occupant-e-s sont rapidement repousé-e-s par
des gaz lacrymogènes, des coups de matraque et des tors de flash-ball. La
foule est ensuite chassée de la cour par des grenades lacrymogènes, puis
se scinde en dexu cortèges. les manifestants se dirigent ensuite vers la
mairie puis la préfecture.. Là, au préxtexte d'un feu de poubelle les
forces de l'ordre interviennent: des membres de la BAC (brigade
anti-criminalité) fendent la foule à coup de matraques et de tris de
flash-ball pour arrêter quelques manifestant-e-s. Bilan de la journée: une
demi-douzaine d'interpellations, au moins une demi-douzaine de personnes
blessé-e-s (dont deux par tir de flash-ball, une par tir tendu de grenade
lacrymogène...).

Vendredi 30 novembre nous nous sommes rassemblé-e-s à une cinquantaine
devant le commissariat pour exiger pacifiquement la libération des
manifestant-e-s arrêté-e-s la veille. Seuls quelques slogans sont lancés.
En à peine quinze minutes, des membres de la police munis de leur attirail
au complet, nous chargent (sans sommation) et nous pourchassent jusque
devant le marché des Fossés saint julien. Deux arrestations sont à
déplorer.

Partout la situation se durcit entre police et manifestant-e-s; lycées et
facs sont virés à coup de matraque; proviseurs et présidents d'université
menacent étudiants et lycéens de sanctions (quand ils n'en viennent pas au
poing comme M. gontard à Rennes); à Nantes un lycéens a pris un tir de
flash-ball dans l'oeil durant la manifestation du mardi 27 novembre etc.

Les médias se contentent de relayer les communiqués officiels des
Autorités, les informations ne sont que partiellement et partialement
retranscrites (ainsi il paraitrait qu'il n'y aurait pas eu de tir de
flash-ball jeudi dernier). C'est pour cela que nous passons un appel à
témoignages à Caen. Vous pouvez les déposer au sous-sol du bâtiment lettre
du Campus I occupé, où lors de nos assemblées générales.

La stratégie du pouvoir est de criminaliser celles et ceux qui luttent,
sans doute pour nier tout caractère social à la contestation. Or il ne
peut y avoir de paix sociale tant que l'ordre social restera injuste, que
ce soit à Villiers le Bel ou au sein du secteur de l'éducation !

Aussi, nous réaffirmons nos revendications:
- Retrait inconditionnel de la loi LRU
- Accès libre et gratuit aux services publics assurant la satisfaction des
besoins sociaux fondamentaux (nous en excluons la répression!)
- La défense des statuts de la fonction publique (idem)

Nous exigeons la libération et l'arrêt des poursuites à l'encontre de nos
camarades interpellé-e-s partout en France.

MARDI 4 DECEMBRE:
10 H: AG DU CAMPUS I (HALLE DES SPORTS)
14 H: MANIF'-ACTION (DEPART PHENIX)

JEUDI 6 DECEMBRE
10 H: AG DE LUTTE (AMPHI 2000,CAMPUS I)
14 H: MANIF'-ACTION (DEPART PHENIX)

Pour le comité de lutte, la commission texte du 01/12/2007