Blocus de Gaza: lettre ouverte et action urgente

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Aujourd'hui, le peuple de Gaza ne compte pratiquement plus que sur la bonne volonté de la communauté internationale pour sa survie, dont ils ne pensent plus d'ailleurs qu'elle soit garantie, étant donné le silence indifférent et l'insensibilité brutale de la communauté internationale envers son calvaire interminable.
Lettre ouverte à John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence aux Nations Unies

Par Khaled Amayreh

Cher Monsieur,
Vous devez être au courant du cauchemar qui se déroule en ce moment dans la Bande de Gaza.
Gaza est tout simplement en train de mourir d'une mort lente et douloureuse, des mains des enfants et des petits-enfants de l'holocauste.

"Innocent" - Photo Fady Adwan, pour Palestine Free Voice*

Ceci n'est pas une description outrancière ou exagérée d'un peuple supplicié depuis longtemps par une puissance occupante sinistre qui veut à tout prix nous décimer, en utilisant les moyens les plus ignobles et les plus inhumains, comme empêcher que nous parviennent la nourriture et autres produits de base.

Je pourrais encore et encore et encore décrire et expliquer la situation catastrophique de Gaza, où, tous les jours, des enfants et autres civils succombent à leurs maladies parce qu'Israël et d'autres pays voisins ne les autorisent pas à quitter le territoire sous blocus pour être soignés correctement.

Je ne sais pas si votre bureau reçoit les rapports quotidiens et précis de la Bande de Gaza. Mais au cas où il ne les recevrait pas, un coup d'œil rapide aux nouveaux communiqués venus de cette terre torturée devrait suffire à vous donner une idée juste de ce qui est en train de se passer là-bas.

Il est vrai qu'un peu de nourriture et quelques autres produits sont autorisés à entrer à Gaza. Ils sont cependant complètement insuffisants pour répondre aux besoins de plus d'un million quatre cent mille êtres humains assiégés, dont la grande majorité est sans travail, consciencieusement appauvrie et désespérément sans espoir.

En outre, les Gazans, comme le reste de l'humanité, ont besoin de plus que de pain et de thé. Ils ont besoin de vivre une vie digne. C'est leur droit, donné par Dieu, en tant qu'humains. Ce droit ne doit pas être compromis par le cannibalisme politique qui est pratiqué impudemment par un monde qui clame qu'il est civilisé et éclairé, alors qu'en réalité ses actes et sa conduite sont à des millions d'année-lumière de la civilisation et des Lumières.

Je ne vais pas accuser Israël, les Etats-Unis et leurs alliés et amis pour cette tragédie en cours. Le Coran dit : "wala Yas’alu ‘an thunoobihemol Mujrimun”, ce qui signifie que "les criminels ne se soucient guère de leurs péchés".

Il est clair que ce verset du Coran, qui a, je suis sûr, son équivalent dans la Bible, s'applique parfaitement aux états et aux armées tueurs et affameurs d'enfants, qui tuent des enfants et des gens innocents en toute connaissance de cause, délibérément, pour des raisons politiques.

Cependant, en qualité de fonctionnaire des Nations Unies, dont la responsabilité inclut de surveiller la situation à Gaza et d'empêcher qu'une catastrophe semblable à celles causées par les nazis ne survienne n'importe où de par le monde, nous vous enjoignons de prendre immédiatement des mesures tangibles pour sauver les habitants impuissants de Gaza de ce qui ressemble à un désastre imminent, en particulier si le blocus actuel draconien continue.

Il ne fait pas de doutes que les tirs, par la guérilla palestinienne, de projectiles Qassam artisanaux sur les colonies israéliennes du secteur sont un problème. Mais c'est un problème créé par Israël parce que l'Etat juif refuse obstinément de cesser de tuer d'innocents Palestiniens, de détruire leurs maisons et de passer leurs fermes au bulldozer. Israël veut continuer à tuer les enfants palestiniens, que la guérilla palestinienne observe un cessez-le-feu ou non.

Ce qui explique suffisamment le rejet intransigeant par Israël des propositions de cessez-le-feu palestiniennes faites en de nombreuses occasions par le Premier Ministre Haniya et autres responsables à Gaza.

La raison de ceci n'est peut-être pas assez claire pour tout le monde, en particulier en Occident où les médias pro-israéliens transforment souvent le blanc en noir, et les gros mensonges en "réalités virtuelles" glorifiées par des millions.

En fait, Israël ne se considère pas comme humainement égal aux Palestiniens et aux non Juifs en général. C'est ça le nœud de la question et la mère de tous les crimes au Moyen Orient.

Aujourd'hui, le peuple de Gaza ne compte pratiquement plus que sur la bonne volonté de la communauté internationale pour sa survie, dont ils ne pensent plus d'ailleurs qu'elle soit garantie, étant donné le silence indifférent et l'insensibilité brutale de la communauté internationale envers son calvaire interminable.

Il est malheureux et regrettable de constater que les Nations Unies aussi observent la tragédie de Gaza avec passivité et une grande indifférence. Cette passivité, contraire à l'éthique et incompatible avec la Charte et les idéaux des Nations Unies, ne sert qu'à enhardir Israël à resserrer davantage son emprise barbare sur cette région torturée et à exacerber les souffrances de son peuple.

Je dis cela parce que je suis convaincu qu'Israël, sous l'épouvantable occupation duquel nous nous languissons depuis plus de 40 ans, hésiterait à entreprendre tant d'actions dévoyées de génocide contre notre peuple si seulement la communauté internationale lui signifiait clairement qu'une telle conduite est inacceptable. Si cela n'arrive pas, Israël continuera à tester la volonté du monde et, si la conscience du monde s'endort ou regarde ailleurs, Israël commettra l'impensable.

Et on n'en est plus très loin. Un Etat qui seulement l'an dernier a lancé 2 à 3 millions de bombes sur le Liban peut commettre un crime tout aussi monstrueux contre les Palestiniens plus vulnérables et absolument sans protection.

Cette semaine, de nombreux membres du parlement israélien, la Knesset, ont protesté vigoureusement contre l'échec de leur armée à "paralyser complètement Gaza", avec quelques députés demandant à leur gouvernement : "Pourquoi y a-t-il encore de la vie à Gaza ? Pourquoi y a-t-il encore de l'électricité à Gaza ? Nous devons leur montrer qui sont les maîtres !"

Ceci indique que si ce n'était la peur de l'opinion publique internationale, Israël imiterait le Troisième Reich. Après tout, ne parlons-nous pas d'un Etat sans conscience, sans morale ?

Israël ne reculera pas tant que la communauté internationale restera aveugle, sourde et muette et regardera ailleurs, pendant que les Gazans et les autres Palestiniens se font tuer, affamer, brutaliser.

Monsieur, ne comptez surtout pas sur les états de la région. Leurs régimes en faillite préfèrent la légitimité qu'ils tirent à plaire et apaiser les Etats-Unis plus qu'agir de manière honorable.

Maintenant, qu'allez-vous faire pour mettre fin à ce cauchemar ? En tant que compagnon humain, je vous demande instamment, au nom des Gazans sans voix et impuissants, des gens ordinaires, non politisés et presque totalement préoccupés par le moyen de joindre les deux bouts, d'agir maintenant de façon significative pour mettre fin à cette obscénité, ce blocus criminel de la Bande de Gaza.

J'espère et je prie pour que vous vous occupiez de cette question avec toute l'urgence qu'elle mérite. Gaza est réellement en grand danger d'effondrement et de mort, et nous ne devons pas permettre que cela arrive.

Gaza est déjà une réplique du Ghetto de Varsovie. Pour l'amour de Dieu, nous ne devons pas permettre que la criminalité israélienne, l'assentiment américain et l'impuissance internationale la transforment en un nouvel Auschwitz.

*Avec cette photo, intitulée "Innocent" et prise dans la Bande de Gaza, Fady Adwan, reporter photo et membre de Palestine Free Voice, a remporté, début novembre, le 3ème prix au Concours de l'Association des Photographes Amateurs de Catania (Sicile) – section "Droits de l'Homme".

NOTE :

Vous trouverez ci-dessous la version anglaise de cette lettre à adresser aux différentes représentations aux Nations-Unies dont vous trouverez les adresses emails à suivre.
Faites-le, c'est important

Dear Sir,

Have you heard about this Open Letter to Sir John Holmes requesting him to take action against the humanitarian crisis in Gaza? Well I am hereby begging you to give him a ring and request him to not ignore it and ask him to act upon it as a matter of URGENCY.

Thank You

Open Letter to Sir John Holmes, UN Undersecretary-General for Humanitarian Affairs and Emergency Relief Coordinator

Khalid Amayreh
November 19, 2007

Dear Sir: Greeting

You must be aware of the nightmare now unfolding in the Gaza Strip. Gaza is simply dying a slow and painful death at the hands of the children and grandchildren of the Holocaust. This is not an overstatement or exaggerated description of a people long tormented by a sinister occupying power that is hell- bent on decimating them, using the basest and most inhumane of means, such as preventing food and other basic needs from reaching them.
I could go on and one and on describing and explaining the catastrophic situation in Gaza where on any given day, children and other civilians succumb to their illnesses because Israel and other neighbouring countries wouldn’t allow them to leave the blockaded territory for adequate medical care.

I don’t know if your office is receiving daily and accurate reports from the Gaza Strip. But in case it doesn’t, a quick glance at news reports from that tormented land would suffice to give you a fair idea of what is happening there.

True, some foodstuff and a few other commodities are being allowed to reach Gaza. However, these are utterly inadequate to meet the minimal needs of more than 1.4 million beleaguered human beings, the vast bulk of whom are unemployed, thoroughly impoverished and desperately hopeless.

Besides, Gazans, like the rest of humanity, need more than bread and tea. They need to live a dignified life. This is their God-given right as humans. This right must not be compromised by political cannibalism that is brazenly practiced by a world claming to be civilized and enlightened when in reality its actions and behaviour are millions of light years apart from civility and enlightenment.

I am not going to blame Israel and the United States and their allies and friends for this unfolding tragedy. The Quran states "wala Yas’alu 'an thunoobihemol Mujrimun" meaning that "criminals are not much concerned about their sins."

This Quranic verse, which I am sure has Biblical equivalents, obviously applies fairly and squarely to child-killing and child-starving states and armies that kill children and innocent people knowingly and deliberately for political reasons.

However, as a UN official whose responsibility includes overseeing the situation in Gaza and preventing a Nazi-like catastrophe from taking place in any part of the world, you are called upon in the strongest terms to immediately take pro-active and tangible measures to save Gaza’s helpless inhabitants from what looks a certain looming disaster, especially if the current draconian blockade continues.

There is no doubt that the firing by Palestinian guerrillas of homemade Qassam projectiles onto Israeli settlements in the area is a problem. But it is a problem made in Israel since the Jewish state stubbornly refuses to stop killing innocent Palestinians and destroying their homes and bulldozing their farms. Israel wants to keep up the killing of Palestinian children regardless of whether the Palestinian guerrillas observe a ceasefire or not.

This sufficiently explains Israel’s adamant rejection of Palestinian ceasefire proposals made on several occasions by Prime Minister Haniya and other Gaza officials.
The reason for this may not be sufficiently clear for all, especially in the West where pro-Israeli media often turn the black into white and the big lie into a "virtually reality" glorified by millions.

Well, Israel simply doesn’t view herself as humanly equal to Palestinians and non-Jews in general. That is really the crux of the matter and the mother of all sins in the Middle East.
Today, the people of Gaza nearly completely rely on the good will of the international community for their physical survival, which they have come to no longer take for granted, given the indifferent silence and brutal callousness of the international community towards their enduring plight.

Unfortunately and regrettably, the UN, too, is watching the tragedy in Gaza with passivity and a great modicum of indifference. This passivity, unethical and incompatible with UN Charter and ideals, serves only to embolden Israel to tighten its barbaric grip on that tormented region further and exacerbate the suffering of its people.

I am saying that because I am convinced that Israel, under whose harsh occupation we have been languishing for over 40 years, would refrain from taking more pornographic acts of genocide against our people only if the international community made it clear that such behaviour would be unacceptable. Otherwise, Israel would continue to test the will of the world so that if the world’s conscience slumbered or looked the other way, Israel would commit the unthinkable.

This is not far-fetched at all. A state that only last year dropped 2-3 million bomblets on Lebanon, could commit a similarly monstrous crime against the more vulnerable and utterly unprotected Palestinians.

This week, many members of the Israeli parliament, the Knesset, vociferously protested their army’s failure to "completely paralyse Gaza," with some lawmakers asking their government "why there is still life in Gaza, why there is still electricity in Gaza. We must make sure to them who are the masters!"

This shows that were it not for the international public opinion, Israel would emulate the Third Reich. We are talking after all about a state without conscience, without morality.
So, Israel won’t relent as long as the international community plays blind, deaf and dumb and looks the other way, while Gazans and other Palestinians are being killed, starved and brutalized.

Sir: Don’t you ever count on regional states. These failed regimes prefer the legitimacy that comes from pleasing and appeasing the United States more than that which comes from doing the right thing.

Now what are you going to do to put an end to this nightmare? As a fellow human being, I urge you again in the name of the voiceless and the helpless in Gaza, ordinary people, un-politicised and nearly totally preoccupied with making ends meet, to take a meaningful action now to end this obscenity, the criminal blockade of the Gaza Strip.

I hope and pray you will deal with this matter with the urgency it deserves. Gaza is really facing a grave danger of collapse and demise, and we must never allow this to happen.
Gaza is already a replica of Ghetto Warsaw. For God’s sake, we must not allow Israeli criminality, American acquiescence and international impotence to turn it into another Auschwitz.

adresses mail des contacts aux Nations-Unies à qui vous devez adresser cette lettre : (ATTENTION, certaines risquent de ne pas fonctionner si elles sont encombrées mais insistez) :

belgium@un.int, ghana@un.int, france@un.int, gabon@un.int, italy@un.int, panama@un.int, peru@un.int, qatar@un.int, slovakia@un.int, southafrica@un.int, uk@un.int, tzny@tanzania-un.org, argentina@un.int, china@un.int, newzealand@un.int, australia@un.int, chinamission_un@fmprc.gov.cn, germany@un.int, congo@un.int, nycmis@um.dk, brazil@un.int, india@un.int, registration@hagueacademy.nl, otp.informationdesk@icc-cpi.int,visits@icc-cpi.int, inquiries@un.org, doalos@un.org, icaohq@icao.int, iran@un.int, syria@un.int, ghana@un.int, greece@un.int, peru@un.int, qatar-e@qatarmission.org, qatar@un.int, mission@newyork.mfa.sk, brazil@un.int, slovakia@un.int, sudan@un.int, korea@un.int, mission@newyork.mfa.sk, slovakia@un.int, ukraine@un.int, spain@un.int, jordan@un.int, venezuela@un.int, norway@un.int, italy@un.int, egypt@un.int, malaysia@un.int, iraq@un.int, cuba@un.int, spain@un.int, kazakhstan@un.int, kyrgyzstan@un.int, uzbekistan@un.int, turkmenistan@un.int, uae@un.int, kenya@un.int, kuwait@un.int, kyrgyzstan@un.int, nigeria@un.int, philippines@un.int, pakistan@un.int, mexico@un.int, poland@un.int, romania@un.int, niger@un.int,somalia@un.int, tajikistan@un.int, thailand@un.int, hredatabase@ohchr.org, cbb@ohchr.org, au@ohchr.org, VBye@ohchr.org, tb-petitions@ohchr.org, 1503@ohchr.org, ngochr@ohchr.org, udhr@ohchr.org, personnel@ohchr.org, InfoDesk@ohchr.org, onowosad@ohchr.org, jbroussin@ohchr.org, vbirga@ohchr.org, mhaugaard@ohchr.org, info@ofid.org, recruit@ofid.org, iaee@iaee.org, geoffrey.pearce@utoronto.ca, elbuy@qp.com.qa, j_kelly@qp.com.qa, ifad@ifad.org, jodinfo@iefs.org.sa, oapec@qualitynet.net, sgo@unctad.org, info@unctad.org, gdsinfo@unctad.org, diteinfo@unctad.org, ldc@unctad.org, dman@unctad.org, tc@unctad.org, unctadpress@unctad.org, actualidad@gmail.com, argentina@un.int, algeria@un.int, australia@un.int, belarus@un.int, belgium@un.int, benin@un.int, chile@un.int, colombia@un.int, cuba@un.int, ecuador@un.int,egypt@un.int, ghana@un.int, greece@un.int, libya@un.int, portugal@un.int, singapore@un.int, slovenia@un.int, slovakia@un.int, southafrica@un.int, srilanka@un.int, sweden@un.int, syria@un.int, ireland@un.int, venezuela@un.int, yemen@un.int, pubboard@un.org, inquiries@un.org, newscentre@un.org, buchanane@un.org, info@unmovic.org, unmovic-admin@un.org, Webmaster@iaea.org, info@icrt.org, info@ctbto.org, liaison@ctbto.org, info@iaea.org, INIS@iaea.org, INIS.CBL@iaea.org, official.mail@iaea.org, dirinfo@cen-prd.org.mx, afghanistan@un.int, albania@un.int, andorra@un.int, angola@un.int, antigua@un.int, armenia@un.int, austria@un.int, azerbaijan@un.int, bahamas@un.int, bahrain@un.int, bangladesh@un.int, barbados@un.int, benin@un.int, bhutan@un.int, bosnia@un.int, botswana@un.int, brazil@un.int, brunei@un.int, bulgaria@un.int, burundi@un.int, caf@un.int, cambodia@un.int, cameroon@un.int, canada@un.int, capeverde@un.int, chile@un.int, comoros@un.int, croatia@un.int, cyprus@un.int, czechrepublic@un.int, denmark@un.int, djibouti@nyct.net, dominica@un.int, drcongo@un.int, eqguinea@un.int, eritrea@un.int, estonia@un.int, ethiopia@un.int, fiji@un.int, finland@un.int, georgia@un.int, guinea@un.int, guyana@un.int, hungary@un.int, ireland@un.int, jamaica@un.int, jordan@un.int, latvia@un.int, lebanon@un.int, lesotho@un.int, liberia@un.int, Lithuania@un.int, liechtenstein@un.int, luxembourg@un.int, macedonia@un.int, madagascar@un.int, maldives@un.int, mali@un.int, malta@un.int, mauritania@un.int, mauritius@un.int, micronesia@un.int, moldova@un.int, monaco@un.int, mongolia@un.int, morocco@un.int, mozambique@un.int, myanmar@un.int, namibia@un.int, nepal@un.int, netherlands@un.int, norway@un.int, oman@un.int, Portugal@un.int, png@un.int, rwanda@un.int, samoa@un.int, sanmarino@un.int, seychelles@un.int, sierraleone@un.int, spain@un.int, stlucia@un.int, stp@un.int, suriname@un.int, togo@un.int, tto@un.int, tunisia@un.int, turkey@un.int, ukraine@un.int, uruguay@un.int, vanuatu@un.int, yugoslavia@un.int, zambia@un.int, zimbabwe@un.int, nauru@un.int, Official.Mail@iaea.org, burkinafaso@un.int, belize@un.int, costarica@un.int, dominica@un.int,elsalvador@un.int, gambia@un.int, grenada@un.int, guatemala@un.int, haiti@un.int, honduras@un.int, malawi@un.int, marshallislands@un.int, nicaragua@un.int, panama@un.int, paraguay@un.int, solomonislands@un.int, senegal@un.int, stvg@un.int, swaziland@un.int, stkn@un.int, stvg@un.int

Signez également la pétition : "Appel international pour mettre fin au siège de Gaza MAINTENANT"
Source : The Peoples Voice
Traduction : MR pour ISM

http://www.ism-suisse.org/news/article.php?id=7852&type...nisme

Commentaire(s)

> un peu grossier

texte parfaitement antisémite :

"Gaza est déjà une réplique du Ghetto de Varsovie. Pour l'amour de Dieu, nous ne devons pas permettre que la criminalité israélienne, l'assentiment américain et l'impuissance internationale la transforment en un nouvel Auschwitz."

Les comparaisons avec les nazis n'ont cours que pour Israël. Bizarre, non ? Jamais on ne fait cette comparaison avec Grozny, capitale de la Tchétchénie qui n'est qu'un champ de ruines, ni avec d'autres villes (comme les villes irakiennes) qui subissent destructions et massacres.

Critiquer le gouvernement israélien et le blocus, oui, avec raison. Continuer à comparer les israéliens aux nazis s'appelle de l'antisémitisme. La situation de Gaza, toute épouvantable qu'elle soit, n'a rien à voir avec le ghetto de Varsovie et encore moins avec Auschwitz

> France décolonise-toi

C'est ton commentaire qui est antisémite,

D'abord parce que les palestiniens comme les juifs arabes sont des sémites.

Deuxièmement si tu dénis le droit aux palestiniens assiégés le droit de nommer la barbarie militaire et coloniale qui s'abat sur eux depuis 60 ans, va dans le camp de gaza et donne leur des leçons de vocabulaire politiquement correct selon les normes de la suprémacie occidentale.

Troisièmement va à Grozni et si tu te rends compte que des tchechenes comparent leur situation à celle des juifs sous la botte nazie, donne leur des leçons de vocabulaire politiquement correct selon les normes de la suprémacie occidentale.

Quatrièmement les comparaisons sont faites avec d'autres politiques génocidaires, entre autre par les militants et universitaires indiens-américains qui comparent avec raison l'holocauste de 30 à 70 millions d'autochtones américains entre 1492 et 2007, avec les politiques nazies. Ceux-ci ne manquaient pas d'ailleurs d'admirer les politiques d'exterminations des autochtones américains, entre autre Hitler dans "Mein Kampf". Idem pour le génocide arménien.

Cinquièmement ta remarque démontre ton attachement à un exclusivisme historique, à un discours eurocentriste propagé dès l'enfance par l'école française, les mass-médias, qui est le miroir (souvent inconscient) du négationnisme judéophobe de type Faurisson et Cie, et qui voudrait interdire toute comparaison, tout parrallèle entre politiques nazies et politiques génocidaires contemporaines, a plus forte raison lorsqu'elles sont le fait d'Israel.

Sixièmement le simple fait que ton commentaire se réduise à une accusation offensive et mensongère, sans un mot pour les populations qui en ce moment subissent une violence inacceptable sous la botte d'un appareil colonialiste survivant du 19e siècle, met à jour ta complicité de fait avec cette politique criminelle.

Honte à toi, à ton indifférence et à ton refus de questionner le racisme et le mépris qui voile ton regard sur le monde et les humains.

Rappel : faites circuler la pétition ET la lettre ouverte à TOUS vos contacts

Merci !

> cynisme sioniste

Une émission radio très intéressante dans ce contexte de complicité de l'Europe dans le blocus criminel contre le peuple du camp de Gaza:

Sur le site de A-Infos Radio Project, projet de portail radio alternatif, de gauche radicale, libertaire, anti-impérialiste anglophone:

http://www.radio4all.net/index.php?op=program-info&prog...nav=&

This week in Palestine: Nous interviewons le survvant d'Auschwitz Dr. Haja Meijir.

"Le sujet de la peur est un sur lequel notre invité à beaucoup écrit.

Dr Hajo Meijir est un survivant d'Auschwitz qui vit aujourd'hui aux Pays-bas, ou il travaille comme essayiste et publiciste.

Il est membre du groupe "Another Jewish Voice" et la "Coalition of Europeans Jews for a Just Peace (EJJP.ORG)

La version anglaise de son livre le plus récent "The End of Judaism?" vient d'etre publié. "

(L'émission s'intéresse à la manipulation de la peur chez les populations juives par l'élite sioniste, sur les procédés de propagande et de manipulation émotionnelle des diasporas afin de servir un projet colonial et impérial criminel, brutal et génocidaire imposé aux palestiniens depuis 60 ans. L'émission s'intéresse aussi aux conséquences de l'expérience coloniale sioniste, sur ces politiques criminelles, sur les identités juives. Meijir souligne qu’Israel n'est pas un état juif, c'est un état sioniste, une entité coloniale, xénophobe et ultra-nationaliste. Il discute du processus de des-humanisation de la violence coloniale israélienne envers les palestiniens et envers les israéliens eux-même, il discute du processus de dés-humanisation et les stress-post-traumatiques chez les soldats qui appliquent des politiques de déshumanisation.

Il insiste sur le danger de cet engrenage de peur entretenu par les élites sionistes, peur qui selon Meijir est devenu incontrolable en Israel et va conduire à une catastrophe s'il n'est pas arrêté. L’émission s’intéresse aussi aux dimensions psychologiques et psysho-sociologiques du génocide palestinien, à savoir la déshumanisation des individus et de leurs relations sociales et le fait d’infliger un tel niveau d’oppression militaire totale et systématisée que les humains sous occupations en viennent à s’entretuer, comme cela à commencé à Gaza.)

Hajo Meijir :

« La culture occidentale va éventuellement payer le prix pour cela, pour ces crimes.

Je connais tout concernant le fait de vous faire dérober votre dignité, ou le fait que l’autre cherche à vous soumettre au point de dérober toute votre dignité. C’est une première chose. Mais aussi il y a une chose terrible c’est, par exemple, l’utilisation de palestiniens qui ont besoin de traitements médicaux, les utiliser comme traitres, leur dire ok tu vas pouvoir te faire soigner si tu espionnes pour nous, ce qui est extrèmement mauvais. C’est une des pires que vous puissiez faire. Moi on me demande comment j’ai résisté, comment je suis le vieil homme puissant que je suis, c’est parce que je peux me regarder dans le miroir sans honte. Si vous avez été transformé en traitre, meme pour une bonne raison (des soins urgents) vous ne pouvez plus vous regarder en face, c’est un meurtre terrible.

Cela n’a rien à voir avec le judaisme et il n’y a aucune justification pour tout cela, la sécurité est un prétexte scandaleux.»

http://www.ejjp.org/

Lire la déclaration de ejjp sur le blocus de gaza:

http://www.ejjp.org/main.asp?pagid=74

Extrait:

" En tant que membres juifs de la société civile européenne et activistes, EJJP condamne fermement la politique actuelle de punition collective du gouvernement israélien contre le peuple palestinien de Gaza. Ces actes ne sont pas seulement en contradiction complète de la convention de Geneve mais aussi constitutes des crimes de guerre.

La population civile de Gaza a été virtuellement emprisonné et sous siège constant, un siège imposé par la puissance d'occupation, Israel. Cette population souffre de sanctions, boycott, étranglement économique, déprivation totale et pauvreté, particulièrement après les élections démocratiques qui se sont tenu dans les territoires occupés en janvier 2006 et qui ont portés le Hamas au pouvoir. Les attaques constantes et brutales par l'armée israélienne sur une population de civils, captifs et sans défense, la moitié d'entre eux étant des enfants, constitue une violation directe des droits humains fondamentaux. "

Remarque: aussi louables soit la résistance héroique des ces juifs anti-sionistes, il est essentiel qu'ils ne soient pas, en France, les seuls à être autorisés à porter la critique de l'entité coloniale sioniste, ses politiques et l'idéologie qui la soutient. Il est CRUCIAL (surtout en France ou la parole de l'opprimé est interdite par l'inconscient néocolonial et ethnocentrique) que les paroles des palestiniens (et libanais...) soient affichés publiquement et encouragés, y compris les paroles des sympathisants des mouvements de résistance les plus éloignés de ce que la suprémacie européenne, ignorante volontaire des crimes de son élite, tolère chez les indigènes.