Montreuil (93): Quatre arrestations lors d'une manif de solidarité suite à l'expulsion d'un squat

Mot-clefs: Logement/squat
Lieux:

Au petit matin du 6 juin 2007, des troupes d'élite du RAID et quelques flics "normaux" ont expulsé le squat du Chatô, situé au 35 avenue Pasteur, à Montreuil:
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=82406
Au petit matin du 6 juin 2007, des troupes d'élite du RAID et quelques flics "normaux" ont expulsé le squat du Chatô, situé au 35 avenue Pasteur, à Montreuil:
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=82406

Les occupant-e-s du squat ayant été embarqué-e-s jusqu'au commissariat central de Montreuil (ainsi qu'un jeune de 15 ans, arrêté dans une rue du quartier pour des dégradations sur un véhicule de police), une mini-manif a été improvisée jusqu'au comico, avec un rassemblement (lors duquel de nombreux tracts ont été distribués aux passant-e-s) qui a duré toute la matinée, jusque vers midi, heure à laquelle tou-te-s les squatteur-euse-s ainsi que le jeune de 15 ans (avec pour lui une future convocation au tribunal pour enfants) étaient libéré-e-s.

Une manif de solidarité était prévue place de la mairie, à Montreuil, pour le soir-même à 19h. Cette manif a rassemblé jusqu'à une centaine de personnes (dont pas mal de voisin-e-s venu-e-s soutenir), aux cris habituels de "non aux expulsions", avec variantes du genre "non aux expulsions, grève des loyers, insurrection" ou des slogans plus orientés sur le maire local, plus que complice dans cette histoire d'expulsion (certains slogans l'assimilaient à la fois à Staline et à Tibéri).

La manif a duré plusieurs heures, s'arrêtant ici et là pour parler aux habitant-e-s de la ville. De passage sur l'avenue Pasteur, les manifestant-e-s se sont mis-es à courir en criant vers le Chatô, provoquant une peur panique chez les 3 à 5 vigiles de garde (avec leurs chiens), les obligeant à se réfugier en vitesse dans les lieux, refermant in extremis la très neuve et belle porte anti-squat. Un peu de raffût, quelques poubelles renversées, et la manif repartait.

Plus loin, plus tard, alors que la manif continuait, avec moins de monde mais toujours sans incidents notoires, des manifestant-e-s sont passé-e-s devant la maison montreuilloise de monsieur Brard, maire de la ville: cela a donné lieu a de petites échauffourrées, avec quelques jets de pétards et de fumigènes... Des manifestant-e-s annonçant avec une certaine ironie leur intention de renvoyer la balle au maire, en l'expulsant.

La manifestation a continué quelques temps et un fourgon de flics en uniformes de combat a doublé le cortège (d'autres flics arrivaient alors derrière le cortège), menaçant les manifestant-e-s de violences s'illes ne s'arrêtaient pas, puis mettant sans tarder ces menaces à exécution: un jeune mineur a été violenté par les flics, puis sa mère, puis diverses personnes qui tentaient de réagir et de faire en sorte que le jeune soit relâché, le tout se terminant en brutalités policières totalement dans l'air du temps, "réussissant" quatre arrestations complètement au hasard des personnes se trouvant là...

Ces quatre personnes se trouvent en ce moment même au commissariat de Montreuil et des poursuites juidiciaires sont à craindre.

Solidarité bienvenue, ici et ailleurs.

Comme nous l'entendons souvent dans les rues de cette putride France: "c'est la merde". Mais ne nous laissons pas faire !

Commentaire(s)

> Trouv sur la liste du ciP IdF : appel à soutien

Quatre arrestations à Montreuil : rdv jeudi matin pour exiger la liberation des copains

Suite à l'expulsion du Chato, une mobilisation a eu lieu a 19h.

L'occasion pour les flics de ramasser quatre copains.

Rassemblement de soutien devant le commissariat de Montreuil, pas loin de la mairie (donc du métro) avenue Paul Vaillant Couturier.

A partir de 8 heures, soyons là pour exprimer notre solidarité avec les copains et les copines du chato.

Plusieurs des personnes attrapées ont été violemment matraqués. On sait que la copine attrapée a été blessée à la jambe. Certains l'ont vu être étranglée par un policier avec sa matraque. Un des trois autres a été, lui, jeté violemment au sol puis frappé à coups de pieds.

On compte un mineur, le fils d'une soutien, qui a été lui aussi attrapée.

Tous les quatres ont été accusés de violation de domicile ( à savoir le lieu où se déroulait la réunion du maire Brard pour les législative) sans bien sûr que cela ait été le cas. Juste quelques coups contre la porte pour interpeller le maire et ses complices. Ils sont aussi accusés d'avoir dégradé la boîte au lettre du maire, et enfin de violences sur agents... Ce dernier fait, le plus grave aux yeux de la loi, est une véritable saloperie : battus par les flics, ce sont eux qui sont accusés.

Bref, les flics ont décidé de s'en prendre aux squatteurs pensant sans doute qu'illes sont seul-e-s. Montrons leur qu'ils ne le sont pas !

Tou-te-s demain jeudi matin dès huit heures pour les soutenir devant le comico de Montreuil !

Tou-te-s demain jeudi matin dès huit heures pour les soutenir devant le comico de Montreuil

le mercredi 6 juin 2007 à 23h41

> Ce soir, rassemblement devant le comico de Montreuil à 19h30

Pour exiger la libération des quatre personnes placées en garde à vue, rassemblement devant le comico ce jeudi 7 juin (métro Mairie de Montreuil).

Venez nombreux !

> Les gardé-e-s à vue ont été libéré-e-s

Les deux premiers ont été libérés le 7 juin en soirée, sans poursuites judiciaires.

Les deux autres ont été libéré-e-s dans la journée du 8 juin, avec à la clé un procès pour "rébellion" lors de leur arrestation, le 19 juillet prochain.

[->http://pics.boum.org/detournements/2007_04_Sarko]