Lettre de Bahar - Liberté pour Bahar !

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 
La femme de Bahar, prisonnier politique en Belgique pour avoir traduit des documents du DHKP-C, rend public une lettre qu'elle a reçu et appelle à la solidarité, notamment dans le cadre de la campagne de la CLEA intitulée «Liberté pour Bahar!»

"Vers minuit, nous arrivons à la prison de Gand mais je ne suis pas au bout de mes peines pour autant: sous prétexte de manque de cellule, on me met au cachot de la prison. Là, je vais 12 heures infernales. L'odeur de pisse et de merde était insoutenable.
La merde s'était accumulée dans une cuvette très profonde mais il n'y avait pas de chasse d'eau, en tout cas, à l'intérieur du cachot.
Le matelas en mousse était dans état indescriptible: troué, décomposé, puant et complètement recouvert de cheveux et de poils humains incrustés dans la mousse. La couverture puait la mort. Les moustiques en provenance de la cuve des toilettes ont tournoyé au dessus de ma tête pendant toute la nuit."

1.Le message de la femme de Bahar
2.La lettre de Bahar

1.Le message de la femme de Bahar
J'ai reçu de mon cher époux, le « grand dirigeant d'organisation terroriste », ma première lettre. Je la partage avec vous...

Bahar est considéré comme « très dangereux» par la direction de la prison de Gand. De ce fait il n'a pas le droit à l'accès à la bibliothèque et aux activités comme le sport et des films en salle avec les autres détenus. Il est empêché de sortir de sa cellule 23 heures sur 24. Nos visites se font toujours derrière une vitre…

Bahar m'a été enlevé parce qu'il a osé s'exprimer. Il est emprisonné pour ses convictions, au nom des lois "antiterroristes".

Au-delà de la souffrance d'une épouse, c'est la démocratie, la liberté d'expression qui sont menacées.

C'est pourquoi je me permets de vous appeler à nous rejoindre dans notre combat : le Clea organise une série d'activités auxquelles vous pouvez vous associer pour soutenir la campagne «Liberté pour Bahar!»

Bien à vous,
Deniz Demirkapi
tel : 0486 846 170
e-mail : deniz-demirkapi@hotmail.com
www.leclea.be


2.La lettre de Bahar
Prison de Gand, le 8 novembre 2006, vers 22h

Plus de 20 heures viennent de passer en ton absence. Et au moins 20 mois devront passer avant que je ne puisse à nouveau te toucher, te caresser les cheveux et t'embrasser. Peut-être même 40 ou 60.

Ce châtiment, c'est de la cruauté à l'état pur, de la barbarie gratuite, du terrorisme d'Etat.

Une fois de plus, nous avons été témoins et victimes d'une justice de classe, inique, bourgeoise et coloniale. Une justice du plus fort. Mais surtout une justice des vaincus. Ils sont paniqués devant la colère des peuples et la contestation sociale croissantes.

Alors, dans un élan de désespoir, entrainés par leurs instincts bestiaux, ils s'acharnent sur nous, sur moi, parce qu'il y a six ans, j'ai dit "nous" en parlant du DHKP-C.

Ce "nous" a été interprété par le procureur fasciste Delmulle et ses comparses les juges Logghe, Denys et Libert, comme la preuve de mon appartenance au DHKP-C et même de mon rôle de dirigeant au sein du mouvement.

Au moment où j'avais prononcé ce "nous" fatidique, l'armée turque était occupée à assassiner nos camarades prisonniers au nom d'une soi-disant opération de "retour à la vie".

Ce jour-là, un jour triste de décembre qui vit la mort de 28 détenus, j'aurais pu revendiquer tout acte de violence révolutionnaire contre l'Etat turc.

Ce "nous" émotionnel et empathique, les juges l'ont pris pour un "nous" réel, physique et effectif.

Ce tout petit "nous" a fait de moi un dirigeant d'une organisation politico-militaire clandestine vieille de 36 ans, alors que n'importe quel sympathisant du DHKP-C a qui on tendrait le micro aurait tenu les mêmes propos.

Il n'est d'ailleurs pas rare que des milliers de manifestants crient à l'unisson leur soutien à la lutte armée et à la guérilla du DHKP-C.

Moi qui ai toujours lutté publiquement et pacifiquement pour la démocratisation en Turquie, en coopération avec des personnalités politiques, des institutions gouvernementales et des ONG, comment aurais-je pu être un dirigeant du DHKP-C?

Je crois bien que les premiers à devoir s'étonner de ce scoop sont les véritables dirigeants agissant dans la stricte clandestinité quelque part dans les villes et les montagnes de Turquie ou ailleurs dans le monde. Les magistrats ont ainsi grossièrement et mesquinement menti.

Ont-il menti par pure imbécillité? Certainement pas.

C'est manifestement par nécessité de justifier l'application des nouvelles lois anti-terroristes en prévision des prochains conflits sociaux qui éclateront en Belgique.

On ne le dira jamais assez: ce procès politique intenté contre nous cadre parfaitement dans la stratégie de guerre préventive de l'impérialisme nord-américain.

Victor Hugo a écrit un jour: "Grattez le juge, vous trouverez le bourreau" Chez nos juges, il ne fallait même pas gratter: ils ont la haine à fleur de peau. Cette vielle haine anti-sociale qui caratérise les régimes les plus arbitraires, les plus obscurantistes, les plus inhumains.

Mais, comme disaient nos ancêtres, "les chiens aboient, la caravane passe." En effet, ils ont beau s'exciter et mordre comme des chiens enragés, notre combat pour la justice, la fraternité et la dignité se poursuit.

Avec ou sans moi et malgré eux, nos espoirs avancent au galop, sur la piste de la Victoire en marchant sur leur queue à Bint Jbeyl, à Oaxaca, à Gaza, à Ramadi et à Istanbul. C'est ce qui fait notre bonheur.

C'est un bonheur que nous payons très cher ma petite fleur mais ce monde injuste ne nous laisse guère le choix. Chaque jour, des femmes et des hommes meurent pour avoir défendu leurs idées. Comparé à eux, notre sacrifice est finalement bien dérisoire. Dérisoire mais si indispensable.

Et là, je parle de tous les amis et camarades qui ont contribué à la campagne pour la liberté d'expression et d'association en Belgique.

Embrasse-les toutes et tous de ma part. Embrasse également nos mères, nos grands parents et tous ceux dans la famille qui méritent le respect.

Je suis fier de toi mon ange gardien. Je t'embrasse de tes lèvres sèches et de tes yeux humides avec tendresse, passion et amertume.

PS: Après mon arrestation, j'ai été mis à nu, affublé d'un gilet par balles et menotté.

Puis on m'a fait porter un cache-yeux. Après m'avoir installé dans un véhicule de police, j'ai été attaché au siège et enchaîné par les pieds. Durant le trajet les policiers ont fait passer une musique trash assourdissante en langue allemande.

Ainsi pendant plusieurs minutes, on m'a fait subir exactement le même traitement que celui qui est décrit dans le film "The road to Guantanamo".

Vers minuit, nous arrivons à la prison de Gand mais je ne suis pas au bout de mes peines pour autant: sous prétexte de manque de cellule, on me met au cachot de la prison.

Là, je vais 12 heures infernales. L'odeur de pisse et de merde était insoutenable.

La merde s'était accumulée dans une cuvette très profonde mais il n'y avait pas de chasse d'eau, en tout cas, à l'intérieur du cachot.

Le matelas en mousse était dans état indescriptible: troué, décomposé, puant et complètement recouvert de cheveux et de poils humains incrustés dans la mousse. La couverture puait la mort. Les moustiques en provenance de la cuve des toilettes ont tournoyé au dessus de ma tête pendant toute la nuit.

Avant de me laisser à mon sort, les gardiens m'ont une nouvelle fois mis à nu et à genoux. A la place de mes vêtements, j'ai dû porter une chemise à manches courtes bleue ciel et un pantalon en toile de couleur bleue marine dont les boutons manquaient.

Donc, chaque fois que je me levais, je devais tenir mon pantalon pour pouvoir marcher.

Je ne me suis jamais senti aussi sale que lorsque je m'installai sur ce matelas sans drap ni housse qui ressemblait à un gruyère noirci et moisi. L'air étant irrespirable, je glissai ma tête dans ma chemise malgré la difficulté à respirer à travers ses mailles.

Vers 10h une équipe médicale vint me poser des questions sur ma santé. J'ai répondu que j'allais bien jusqu'au moment où on m'a enfermé ici et que ce sont des conditions inhumaines.

Vers 12h j'ai pu enfin gagner une cellule un peu plus décente mais de qualité 10 fois inférieure à la prison de Dordrecht...

Bahar

Source : http://www.lescommunistes.net/~infos/