le taser l'arme qui va mettre le feu aux quartiers

Mot-clefs: Archives
Lieux:

non au tazer non aux armes de torture
Bonsoir à toutes et à tous,

Ci-joint notre communiqué de presse, pour les liens actifs vers les vidéos,
se rendre sur notre site

www.raidh.org

Réactions d'un syndicat de police
et du Ministère de l'Intérieur dans la brève Reuters qui suit.

Ne pas hésiter à faire suivre...


Taser, l'arme qui va mettre le feu aux cités

mercredi 18 octobre 2006

Alors que l'attribution des armes Taser à plus de 5000 représentants des
forces de l'ordre est imminente, RAIDH s'inquiète des conséquences de l'escalade de violence que provoquera l'introduction de ces pistolets à électrochocs, à 10 jours de la commémoration de la mort par électrocution de Ziad Benna et Bouna Traore...

Dans les tous prochains jours, le Taser X26, une arme qui adresse une décharge électrique de 50 000 volts et paralyse le système nerveux de la victime pendant plusieurs secondes sera mise à disposition de 3 000 policiers et 2 000 gendarmes.

Voir les effets de ces armes sur



- un cochon


http://www.raidh.org/Video-Taser-nous-ne-sommes-pas-des



- un taureau



http://www.dailymotion.com/video/xiidx_bull512k



- une personne en état d'ébriété (un peu long mais édifiant)


http://video.google.com/videoplay?docid=-4457516265172632226&q=taser


- une manifestante (immobilisée, au sol)


http://video.google.fr/videoplay?docid=-8421976078220954842&q=taser+police+test


- une femme qui refuse de descendre de sa voiture (1er coup de taser au
bout de 30 secondes !)

http://www.dailymotion.com/video/xd3or_arrestation-au-taser


- Autres vidéos et matériel de campagne...


http://www.raidh.org/Spots-Taser-videos-de-la-campagne

Informés par le RAIDH sur l'équipement prochain des forces de l'ordre en
pistolets à électrochocs paralysants et sur leurs dangers, 11 parlementaires
ont adressé des questions écrites au Ministre de l'Intérieur depuis le 12
juin dernier.

Aucune réponse du ministère de l'Intérieur depuis lors... Et les résultats
du rapport d'expérimentation du Taser testé depuis janvier 2004 sur 130
personnes en France, demeure toujours secret...


http://www.raidh.org/3-3-Taser-en-France

Ainsi :

Nicole Borvo Cohen-Seat, sénatrice (PS) Monique Cerisier-Ben Guiga,
sénatrice (PS) Yves Détraigne, sénateur (UDF) Francis Hillmeyer, député
(UDF) Jean Gaubert, député (PS) Yvan Lachaud (UDF) Bruno Le Roux (PS)
François Liberti (CR) Martine Lignières-Cassou (PS) François Marc Sénateur
(PS) Christophe Masse (PS) Bernard Piras, sénateur (PS) Ivan Renar, sénateur
(PC)

ont fait part de leurs préoccupations face aux dangers que fait courir à
tous l'introduction des pistolets électriques à électrochocs paralysants.Ils soumettent au ministère leur désir de voir publié le rapport d'expérimentation de ces armes par les forces de l'ordre équipées pendant la période de tests. Les Sénatrices Nicole Borvo Cohen-Seat et Monique Cerisier-Ben Guiga demandent également « un moratoire immédiat sur les commandes de Taser effectuées par le ministère dans le cadre de l'appel d'offre en cours ». Parallèlement, Ivan Renar suggère au ministre de l'Intérieur l'interdiction de la vente libre de ces armes.

Car celles-ci seront en plus en vente libres et fournies au " polices municipales " et aux boites de sécurité privées

Un pistolet à électrochocs paralysants laisse moins de traces qu'une
matraque, crée des souffrances aiguës et sera succeptible d'être utilisé par les forces de l'ordre pour intimider, humilier ou faire parler des suspects, détenus, prisonniers ou simples citoyens. Dans ces conditions, ce pistolet s'apparente à une arme de torture au sens de la Convention des Nations Unies


contre la torture de 1984. La France ayant ratifié cet instrument en 1986,
est dans l'obligation de prévenir tout acte de torture qui pourrait être commis sur son sol. En dotant des forces de l'ordre au contact constant de la population de pistolets à électrochocs paralysants, telles les B.A.C, nos autorités se rendent coupables de défaut de vigilance et exposent la population à des souffrances extrêmes et injustifiées.

RAIDH entend continuer à dénoncer les risques que la diffusion de pistolets à électrochocs paralysants dans notre société fait courir à toute la population. RAIDH appelle tous les citoyens à se joindre à la mobilisation pour que tous soient informés des dangers que représentent ces armes dont sont munis ceux qui ont pour première mission de nous protéger.

167 morts rien qu'aux Etats-Unis et au Canada depuis 1999
Plus de 1500 signataires à la pétition Taser de RAIDH..


http://www.raidh.org/Petition-Taser

Nous ne laisserons pas les dernières aggressions envers la police et
"l'anniversaire" des émeutes servir de prétexte facile à une utilisation
généralisée du Taser.

RAIDH - Réseau d'Alerte et d'Intervention pour les Droits de l'Homme -


www.raidh.org


http://www.liberation.fr/actualite/reuters/reuters_france/211496.FR.php?rss=true

{Mercredi 18 octobre 2006 - 17:31

PARIS - Le Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de
l'Homme (RAIDH) s'inquiète des conséquences de l'utilisation par les forces
de l'ordre de nouveaux pistolets à électrochocs dans les banlieues.

"Nous ne laisserons pas les dernières agressions envers la police et
'l'anniversaire' des émeutes servir de prétexte à une utilisation
généralisée du Taser", prévient mercredi le RAIDH dans un communiqué
intitulé "Taser, l'arme qui va mettre le feu aux cités".

Les forces de l'ordre, près de 5.000 policiers et gendarmes, doivent être
équipées prochainement de cette nouvelle arme de poing qui envoie une
décharge électrique de 50.000 volts et paralyse le système nerveux. Elle est
en expérimentation dans la police française depuis près d'un an.

Il n'y aura aucune concomitance entre l'arrivée du Taser et la commémoration
de la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois, le 27 octobre, à
l'origine des violences urbaines de novembre 2005, assure-t-on de source
policière.

Cette arme ne devrait être introduite qu'au "compte-gouttes dans les
semaines qui viennent", a-t-on précisé.

Sous l'impulsion de la jeune association de défense des droits de l'Homme,
douze parlementaires de tous bords ont adressé des questions écrites au
ministre de l'Intérieur pour faire part de leur préoccupation sur
l'introduction de cette arme, déjà utilisée aux Etats-Unis, en Belgique ou
aux Pays-Bas.

Sur demande du ministère de l'Intérieur, les armes destinées aux forces de
l'ordre françaises ont été équipées d'un caméra et d'une puce électronique
enregistrant le tir et l'intensité de l'impulsion électrique.

De plus, tout utilisateur de Taser doit suivre une formation de trois jours
et subir lui-même un tir, a souligné un porte-parole du syndicat de police
Synergie-officiers.

"On ne peut pas en même temps nous reprocher de développer des armes non
létales et de les utiliser une fois qu'on les a", a-t-il ajouté.

Pour le RAIDH, le Taser "sera susceptible d'être utilisé (...) pour
intimider, humilier ou faire parler des suspects détenus, prisonniers ou
simples citoyens", ce qui s'apparente à un acte de torture et est contraire
à la Convention des Nations unies contre la torture, que la France a
ratifiée.}

Pour le RAIDH - Réseau d'Alerte et d'Intervention pour les Droits de l'Homme

- http://www.raidh.org/




http://resistons.lautre.net