Une ferme détruite sur la ZAD du 15 au 17/01! Stoppons leur politique de la terre brûlée!

Mot-clefs: Aéroport Notre-Dame-des-Landes
Lieux: ZAD

...et pendant ce temps là l'hypocrite commission de dialogue (sic) continue son boulot d’hameçonnage des élu-e-s opposés au projet d'aéroport, qui tiennent à leur bonnes relations avec le PS...

Dans cet article, on voudrait d'abord essayer de comprendre pourquoi il n'y a pas eu de réaction à la destruction de cette ferme, et ensuite tenter d'en tirer des enseignements.
Article source : http://lutteaeroportnddl.com/2013/01/23/une-ferme-detru...ulee/

Nous sommes amer d'avoir découvert l'info, via un communiqué de l'ACIPA*, publié le 21/01, qu'un beau corps de ferme a été détruit sur la ZAD du 15 au 17 Janvier ! Et ce sans résistance...

Il s'agissait de la ferme de Saint Jean du tertre, ferme situé à l’extrême-ouest de la ZAD, zone où plus aucun-e camarade occupant-e de la ZAD n'y habite, depuis la l'expulsion et la destruction de plusieurs maisons en octobre 2012.

Certain-ne-s camarades étaient cependant au courant de la destruction en cours de cette ferme, mais ils/elles n'ont lancé aucun appel à la défendre. Apparemment, parcequ'ils/elles n'y voyaient pas l'intérêt et/ou qu'ils/elles pensaient que la ZAD n'en aurait pas l'énergie.

Nous pouvons comprendre sur l'énergie, après les 3 mois intenses de défense des lieux, harcèlement des militaires, de préparation de multiples évènements, dont le festizad, de l'accueil de nombreuses personnes...mais beaucoup moins sur l’intérêt !

Cette ferme méritait d'être défendu, malgré le fait que ses habitant-e-s y soient parti-e-s le 11 Janvier ! Elle méritait d'être défendu, car sa destruction faisait partie du processus d’arasement progressif de la ZAD. Elle méritait d'être défendu car il s'agissait d'un beau corps de ferme qui a connu des moments de vie et qui auraient pu en connaitre d'autres. Elle méritait d'être défendu car elle aurait permis de montrer encore une fois notre résistance à leur politique de la terre brulée et notre volonté de faire vivre la ZAD. Elle méritait d'être défendu...et nous sommes pas mal amers de ne pas avoir été mis au courant, et bien plus de savoir que rien n'a été fait pour la défendre...

Suite à la lecture du communiqué de l'ACIPA, nous avons parlé, de la destruction de cette ferme et de notre colère face à sa destruction, à des copain-ne-s de la zone est de la ZAD, et eux/elles mêmes n'étaient pas au courant. Ce qui pose quand même problème au niveau de la communication des infos...

De même, si l'info avait été bien transmise à l'extérieur de la ZAD, à défaut d'un appel à la défendre, des individu-e-s et/ou groupes à l'extérieur auraient pu s'organiser spontanément pour aller résister à sa destruction. Au lieu de cela, les flics et les ouvriers ont effectué tranquillement leur boulot de destruction...

Nous nous en voulons aussi car on s'est bien fait avoir par les infos officieuses, transmises par plusieurs sources, qui parlaient d'une intervention pour dégager les chicanes de la D281 cette semaine là. Les mouvements de flics inhabituels autour de la châtaigneraie n’ayant fait qu'alimenté l'angoisse, ce qui a mobilisé toute l'attention et l'énergie de pas mal de camarades de la ZAD sur la défense de la D281 et des lieux occupés de la ZAD...

La préfecture aurait-elle organisé sciemment une stratégie de diversion par la désinformation et la déstabilisation ? Nous ne le saurons sans doute jamais, mais cela ne nous empêche pas d'avoir le désagréable sentiment de s'être fait blousé... et suite aux bribes d'infos sur Saint-Jean du Tertre, parus dans les flash infos de la semaine dernière, rien ne nous empêchait d'aller vérifier...

On aurait envie d'en tirer plusieurs enseignements, qui on l'espère, permettront de ne pas perdre une nouvelle ferme ou habitation ! :

-renforcer le réseau de surveillance des mouvements de flics sur la ZAD, et surtout sur les maisons et fermes innocupées, ou que l'on sait qui vont l'être.

-améliorer la communication sur la ZAD et vers l'extérieur de la ZAD, en cas de constations d'un commencement de destruction d'une ferme ou d'une maison sur la ZAD. Car si les camarades sur place ne sont pas assez nombreux/se-s, trop fatigué-e-s... de l'extérieur, on peut être nombreux-se-s à réagir.

-penser à une réunion axée sur l'organisation de la stratégie de défense de la ZAD avec tous-toutes à l'aéroport et son monde. Une idée déjà : mettre en place une vigie mobile.

-que l'ACIPA fournisse aux camarades de la ZAD la liste des fermes ou maisons qui se feront expulsés durant l'hiver, car tous les lieux sont aujourd'hui expulsables, au plus tard en Avril. Ce qui permettra de pouvoir résister rapidement à des expulsions et/ou destructions de maisons/fermes sur la ZAD.

-se méfier des infos provenant de flics ou d'autres sources, même "ami-e-s", car elles pourraient aussi se faire manipuler sans le savoir, ou nous manipuler. Chercher des sources fiables par nous-mêmes sur les permis de démolition, avis d'expulsion... de chaque maison/ferme.

-couper tous les ponts avec la commission de "dialogue", qui n'a qu'un rôle de pseudo-consultation visant à nous faire croire à un pseudo-moratoire! Or on l'a bien vu, les opérations de destructions de la ZAD continuent ! Et n'oublions pas que les membres de la commission de "dialogue" ont déclaré que leur rôle n'était absolument pas de remettre en cause le projet d'aéroport de Notre Dame Des Landes, mais bien de "l’aménager" (sic) !

Ils veulent vider la ZAD bien tranquillement, en usant de techniques d'usure ?

C'est sans compter sur nos convictions et notre détermination, et la solidarité formidable qui entoure la ZAD !

La prochaine fois, on ne les laissera pas tranquillement faire leur politique de la terre brûlée !

No pasaran !

Des membres du Collectif de Lutte Contre l'Aéroport de Notre Dame Des Landes

*Le communiqué de l'ACIPA : http://www.reporterre.net/spip.php?article3533

Link_go Lien relatif

Email Email de contact: contactclcanddl_AT_riseup.net