De Nantes à Athènes : solidarité internationale ! Retour sur la manifestation du 18 février.

Mot-clefs: Resistances
Lieux: Nantes

La manifestation nantaise de solidarité avec le peuple Grec était autonome : ni parti ni syndicats. L'appel spontané avait été lancé il y a quelques jours sur internet (voir ici : http://nantes.indymedia.org/article/25132).

Il s'agissait de répondre rapidement aux journées de révolte grecques de la fin de semaine dernière (voir ici : http://fr.contrainfo.espiv.net/2012/02/13/grece-resume-...ours/).

15-medium
Pas de titre pour 11375

14-medium
Pas de titre pour 11374

13-medium
Pas de titre pour 11373

12-medium
Pas de titre pour 11372

11-medium
Pas de titre pour 11371

10-medium
Pas de titre pour 11370

9-medium
Pas de titre pour 11369

8-medium
Pas de titre pour 11368

7-medium
Pas de titre pour 11367

6-medium
Pas de titre pour 11366

5-medium
Pas de titre pour 11365

4-medium
Pas de titre pour 11364

3-medium
Pas de titre pour 11363

2-medium
Pas de titre pour 11362

1-medium
Pas de titre pour 11361

Ainsi, moins d'une semaines après les immenses manifestations helléniques contre le dernier plan d'austérité imposé au peuple grec, plus de 200 personnes sont venus manifester à Nantes.
En solidarité avec le peuple Grec mais aussi pour dire que partout les peuples subissent la même oppression du capitalisme et de l'État. Les assauts de la finance contre la Grèce ne sont qu'un prélude à la mise sous tutelle d'autres pays. Il s'agit donc de renforcer la solidarité internationale et l'amitié entre les peuple contre la dictature économique.

La BNP et la Société Générale, qui sont parmi les banques créancières les plus importantes de la Grèce, sont dénoncées (photo 1). Une de ces banques est visée par un jet de peinture (photo 3). Après quelques prises de parole, la manifestation se dirige vers le siège du consulat de Grèce rue Kervégan (photo 4). Depuis la Place Royale, la présence policière s'intensifie. D'abord la Brigade Anti Criminalité, présente partout, notamment dans les banques de la Place, puis les CRS.

Alors que nous arrivons vers le consulat, et que l'ambiance de la manifestation est festive, une rangée de CRS, pour la plupart cagoulés (et armés de flashballs : photo 11) nous barrent la route (photo 5), alors que la BAC continuait à nous suivre.
Face à cette nouvelle provocation policière, après avoir repris le slogan grec « flics, porcs, assassins » dans les deux langues, nous tournons en dérision les flics, puis retournons vers la Place Royale (photos 6, 7, 8). Le cortège passe par quelques artères bourgeoises du centre ville de Nantes : Place Graslin et rue Crébillon. La provocation des flics s'intensifie alors encore : des rangées de CRS sont envoyées de chaque côtés de la manif.

Voici donc une ribambelle de photos des flics pour commencer ou compléter un trombinoscope : photos 9 à 14.

Nous finissons Place du Peuple/Place Royale alors que joue une fanfare.

Un camarade isolé est interpelé par les BACeux (et aurait été relâché selon Ouest France).

Cette manifestation nantaise de soutien au peuple Grec est donc une mobilisation réussie malgré de nouvelles preuves de l'élégance de la police nantaise.

La solidarité est notre arme ! Propageons la Révolte !

Commentaire(s)

> Photos.

Et pour voir les photos en meilleure qualité : cliquez dessus.

> Bravo

Particulièrement pour l'idée des photos avec les flics, je trouve qu'ils posent très bien ! :)

Excellent, félicitations !

> C'était bien !

Ce petit cortège improviséétait vraiment bien. Autonome et radical comme on aime. Comme disait un ami, ça fait du bien de voir les flics pris de court, c'était le cas. 'faut continuer la lutte

> Fini le temps des oppresseurs

passe la main aux opprimés!

http://www.youtube.com/watch?v=3nzdV38IQLA

> aux camarades nantais

https://copwatchnord-idf.eu.org/?q=node/13

petite précision, il s'agit de la CDI 44 et non des CRS.

> Et aussi

Voir aussi le très bon article de Citizen Nantes : http://www.citizen-nantes.com/article-manifestation-a-n....html