comportement de la police de nuit à saint lo (50)

Mis a jour : le jeudi 21 août 2014 à 20:19

Mot-clefs: Répression
Lieux:

COMPORTEMENT DE LA POLICE DE NUIT A SAINT LO
Dans un pays ou liberté, égalité et fraternité ne sont pas que de vains mots, certaines personnes, de par leur titre, leur rang social et leur fonction se permettent d' outrepasser leur droits et devoirs. Voici un évènement qui je pense n' est pas un cas isolé et qui mérite refflection. A savoir qu' à la suite de la parution de cet article sur facebook, l' auteur a été condamné moins d' une semaine après parution à 150€ pour outrage ( a l' amiable ...) sans savoir la nature de dit outrage.
A vous d' en juger.
COMPORTEMENT DE LA POLICE DE NUIT A SAINT LO

NUIT DU 10/10/11 AU 11/10/11

Il est 00h40 et nous prenons une commande sur la commune d' Agneaux. A 00h50, nous nous rendons sur place, route de Coutances et notre attention est attirée par un véhicule à l' arrêt en plein milieu de la voie de circulations dans le sens St-lô/Agneaux a la hauteur du bar « le penalty ». Ce véhicule était sans éclairage mais notre attention fut portée sur une sérigraphie réfléchissante composée de 6 lettres « POLICE ».

Nous voyant arriver, un agent se précipite sur la voie avec une mini lampe de poche et se plonge dans ce même véhicule en exécutant une cascade digne des plus beaux « derrick » afin d' y mettre en marche son gyrophare. Nous les dépassons pour faire demi tour au rond point qui suit afin de se garer devant le domicile de nos clients pour la livraison. A notre arrivée chez ces mêmes clients, nous stationnons notre véhicule et là:

un agent de police, avec des lunettes, tenue débraillée, lampe de poche à la main se met au milieu de la chaussée en regardant dans notre direction et nous hurle comme si nous avions des liens de familiarité avec lui, sans bonsoir « dégagez de la vous reviendrez livrer un autre jour de la semaine » puis se retourne, reste au milieu de la rue en adoptant une attitude semblable à un « shérif » ou tout autre personnage du genre. Sur le coup, cette démarche nous a parue étrange, incompréhensible et inexpliquée . Nous descendons de notre véhicule pour aller sonner au domicile de notre client et là: « Vous ne comprenez pas ?Vous viendrez livrer un autre jour de la semaine » nous redit cet agent en adoptant une attitude et une manière de s' adresser à nous comme si nous étions des animaux ou pour le moins des sous-citoyens. Nous lui demandons quel est le souci et en leur expliquant que nous nous arrêtons afin d' effectuer une livraison et surtout avoir des explications quant aux paroles lancées par ce « dépositaire de l' ordre publique ». Celui qui semblait être son supérieur, adjudant ou adjudant chef nous dit en nous toisant et d' un air méprisant « ben ça s voit pas là? Vous voyez pas le gyro? Tes clients sont en train de se faire interpeller alors tu peux continuer ta route et tu reviendra une autre fois». Nous ne savions pas qu' à l' école de police, le tutoiement du citoyen faisait parti de leur formation et surtout que la politesse était absente de leur instruction.

Nous leur faisons alors remarquer que nous n' étions pas devins, que nous ne sommes pas branchés sur leurs ondes radio et que étions loin de faire le lien entre nos clients et des individus à bord d' un véhicule de l' autre côté de la rue en train de se faire contrôler. Nous attirons aussi leur attention sur le fait que nous étions des êtres humains pourvus d' oreilles et d' un cerveau tout comme eux et pouvions comprendre ce que l' on nous dit à la condition que cela soit expliqué normalement, respectueusement et surtout avec respect comme tout autre citoyen car une phrase hors contexte, vociférée, lancée à la hâte et enrobée d' une impolitesse de ce type nous semblait un peu déplacée et détestable venant de « fonctionnaire de police ». Pour dire, nos clients se sont excusés de la situation, c' est honteux.

Ce n' est pas la première fois que ce type de comportement est affiché à notre égard de la part de cette même équipe de nuit sur Saint-Lô et cela semble être drôle pour eux. En centre ville, ils aiment ralentir, mettre des coups de freins intempestifs, allumer leurs anti-brouillards arrières lorsque nous sommes derrière eux avec nos véhicules de livraison. Ils ont même poussé le vice un soir à s' arrêter devant nous au rond point de la zac au val st jean « ce même agent à lunettes » pour nous dire « Alors! On veut jouer? » nous lui avions répondu « désolé mais nous on bosse aussi alors arrêter d' entraver notre droit de libre circulation et surtout le droit d' exercer notre profession librement » ses collègues sont vite remontés à bord de leur véhicule « FORD GALAXY » jugeant peut être que la démarche de leur collègue était abusive sinon puérile. Sans compter l' immobilisation d' un de nos véhicule en nous obligeant à nous rendre 3 jours consécutifs au commissariat de ST-Lô pour récupérer notre carte grise car celle-ci n' était pas sur place, l' agent verbalisateur , un OPJ, était parti avec la dite carte grise. Le fait aussi d' arriver derrière nos véhicules tout feux éteints, que ce soit sur la place de la mairie, aux abords de la préfecture et dans certains coins du centre ville, dans quel but ? Nous faire une surprise? Avoir une démarche écologique en éteignant les ampoules de leurs feux de véhicule? Ou tout simplement risquer de créer un accident ?

Ces comportements nous semblent, dangereux, puérils, peu déontologiques et surtout dépourvus du sens des responsabilités que sont les leurs. Le plus important est que ces comportements sont pour nous une entrave à la libre circulation, à l' exercice normal de notre profession et ces excès représentent pour nous un danger de tous les instants.

Dès aujourd' hui, nos véhicules seront munis de moyens d' enregistrement audio et vidéo afin de nous prémunir de tout comportements de ce type et surtout éviter des situations hors du commun..

Ayons une démarche citoyenne de transparence, PHOTOGRAPHIEZ, FILMEZ tout comportement qui pourrait vous paraitre peu commun ou suspect à vos yeux, NOUS EN AVONS TOUS LE DROIT CAR LES POLICIERS N' ONT AUCUN DROIT A L' IMAGE LORSQU' ILS SONT EN FONCTION PUISQU 'ILS AGISSENT TOUT A FAIT LEGALEMENT. MALGRES LA DISPARITION DE LA CNDS, REMPLACE PAR LE DEFENSEUR DES DROITS, LES LOIS RESTENT LES MEMES saisine N° 2005-29 et conformément à L' ARTICLE 7 DE LA LOI DU 6 JUIN 2000 complété par L' ARRETE DU 27 JUIN 2008.

Cette démarche découragera sans doute ceux qui aiment détourner, contourner ou faire un usage personnel et non fondé des lois de la dite république Française qui doit s' appliquer à tous et sans distinctions, aucunes.

Faites tourner cette info très largement autour de vous, parlez en, difuser la sur vos réseaux sociaux tout en n' oubliant pas de RESTER DANS LE RESPECT DES PERSONNES, DES AGENTS QUI FONT NORMALEMENT LEUR TRAVAIL, D' EVITER QUELQUE INSULTE QUE CE SOIT afin d' être juste des vigies par rapport a des agissements dont certaines personnes devraient avoir honte et mettre sur la touche ceux qui confondent « dépositaire de l' ordre publique » avec « shérif de l' état du névada »

merci a tous !!!