Arrêt d'urgence nucléaire – Action contre le train Castor de déchets nucléaires

Mot-clefs: Actions directes
Lieux:

Aujourd'hui, mercredi 23 novembre 2011 en début de soirée, des trains ont été stoppés dans la région de Rouen par des signaux d'arrêt d'urgence disposés sur les rails. Dans un climat de violentes répressions policières1, nous avons ainsi contribué à ralentir le 15e train Castor de transport de déchets nucléaires à destination de Gorleben (Allemagne).


Arrêt d'urgence nucléaire – Action contre le train Castor de déchets nucléaires

Aujourd'hui, mercredi 23 novembre 2011 en début de soirée, des trains ont été stoppés dans la région de Rouen par des signaux d'arrêt d'urgence disposés sur les rails. Dans un climat de violentes répressions policières1, nous avons ainsi contribué à ralentir le 15e train Castor de transport de déchets nucléaires à destination de Gorleben (Allemagne).
Chaque jour, par route ou par rail, des conteneurs irradiants circulent entre les diverses installations nucléaires qui mitent les territoires. Les déchets sont le symbole de l'incapacité à gérer durablement et véritablement les conséquences du grand délire nucléaire. Leurs transports sont leur manière de faire diversion. Déplacer pour créer l'illusion de savoir qu'en faire, « retraiter » pour « recycler » en partie à des fins militaires, enfouir pour camoufler, et surtout, brasser du vent face à l'impossibilité de gérer l'ingérable.
Nous ne pouvions pas rester assis et nous taire face à ce train-train qu'on nous impose à coups de matraques et de menaces répressives.

En ralentissant le train Castor, nous espérons que chaque minute perdue soit autant de temps pris pour lever le voile sur ce que l'industrie nucléaire désire à tout prix cacher: ses déchets, le danger qu'elle nous fait subir tous les jours par ses centrales, son essence profondément centralisée et totalitaire... Nous voulons faire parler de l'horreur quotidienne que constitue le système nucléaire. Nous voulons faire taire la propagande de la nucléocratie qui nie sans cesse le danger de leur méga-machine, de Tchernobyl à Fukushima, des mines d'uranium du Niger jusqu'à l'usine de production de plutonium de la Hague. Nous voulons faire de ce trafic mais aussi des suivants, un enfer pour tous ceux et toutes celles qui collaborent à ce monde mortifère. Nous seront toujours là, que ces trains exportent la mort à Gorleben ou ailleurs.

Nous ne sommes pas les seuls aujourd'hui à agir, et demain nous seront plus nombreu-ses-x encore. Ne nous y trompons pas, nous ne revendiquons pas l'arrêt des transports de déchets nuclaires, nous revendiquons l'arrêt immédiat du nucléaire et du monde qu'il engendre.

Arrêt d'urgence nucléaire

Pièces jointes

Report Communiqué