Le Grand soir : analyse des dérives droitières d’un site alter

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Le Grand soir : analyse des dérives droitières d’un site alter

Pour beaucoup de camarades de lutte, Le Grand Soir, crée en 2002 par Viktor Dedaj et Maxime Vivas, a longtemps été une référence [1]. À l’époque où il a été lancé, il se voulait un site d’informations alternatives. On pouvait ne pas forcément partager toutes ses prises de positions politiques – pro-Castristes ou pro-Chavez, par exemple –, mais on y trouvait des informations lisibles et compréhensibles, sur une ligne politique clairement anticapitaliste.


Cependant, depuis trois ou quatre ans, ce site altermondialiste de gauche a fait évoluer ces choix éditoriaux historiques en ouvrant ses colonnes à l’extrême-droite et au conspirationnisme. Des dérives (signalées à de multiples reprises, ces derniers mois, sur divers forums [2]) s’incarnant dans la publication, de plus en plus fréquente et sous couvert de défense de la liberté d’expression, d’auteurs ou de textes ouvertement fascisants et d’extrême-droite.

Un exemple vaut parfaite illustration de ce trouble virage. Le 23 février 2009, Le Grand Soir reprenait un communiqué annonçant la création du Parti antisioniste (PAS), signé de la main de son président Yahia Gouasmi (qui est aussi le président du Centre Zarha, un groupuscule religieux pro-iranien). Antisémite virulent, ce dernier a fondé le PAS aux cotés de Dieudonné et du pseudo-pamphlétaire d’extrême-droite Alain Soral. Ce parti, qui s’est présenté en 2009 aux élections européennes en Île-de-France, est un groupuscule ouvertement antisémite (bien qu’il s’en défende mollement), qui compte aussi dans ses rangs un aréopage de conspirationistes bien allumés. Par exemple, le défenseur des sectes, Christian Cotten : celui-ci est membre de l’Omnium des libertés, un lobby militant pour que les sectes bénéficient en France du statut d’associations cultuelles, au même titre que les religions.

Parmi les membres du PAS figurent aussi des négationnistes reconnus, comme Ginette Hess Skandrani (exclue des Verts pour sympathie négationnistes). Celle-ci a créé, aux cotés de Maria Poumier [3], des sites et associations négationnistes particulièrement odieux, comme La Gazette du Golfe et des banlieues, l’Aaargh (Association des amateurs de récits de guerre et d’holocauste) et l’association Entre la Plume et l’enclume (le site éponyme est le plus lu de la mouvance négationniste française).

Le 1er juin 2009, (bien) après une avalanche de mails et de commentaires furieux de lecteurs, le site a fini par accueillir la republication d’un article du site antifasciste REFLEXes, « Dieudonné tel qu’il est ». Un éclair de lucidité de courte durée : le 12 mars 2010, Le Grand Soir mettait à nouveau en ligne un article du Parti antisioniste, écrit de la main de son président Yahia Gouasmi et intitulé « Nucléaire Israélien, l’Europe à l’abri ? ». Ce charmant personnage s’y livrait à une véritable apologie du régime iranien d’Ahmadinejad [4], tout en dénonçant « USraël », suivant la typologie chère à la mouvance conspirationniste d’extrême droite.

-Servir les dictatures sous couvert d’anti-impérialisme

De « l’alter-mondialisme » autoritaire et malsain à la défense des dictatures, il n’y a qu’un pas. Le Grand Soir l’a (notamment) franchi allègrement en volant au secours du dictateur libyen Mouammar Kadhafi – celui-là même qui tire sur son propre peuple à grand renfort d’avions de chasse (d’ailleurs fournis par les pires impérialistes de la planète). Pour cela, rien de moins que la mise en ligne, le 13 mars dernier et par la grande porte, d’un texte de Ginette Skandrani : son article, titré « Libye : je me refuse à hurler avec les loups » [5], a été publié en « Une » du site. Sa mise en ligne précédait de quelques jours la tenue d’une manifestation parisienne - qu’elle a organisée avec son amie Maria Poumier - en soutien à Kadhafi [6].

Outre le fait que ce texte constitue une « analyse » à peine digne du café du commerce, il se révèle surtout une plaidoirie glauque et complaisante en faveur de Kadhafi et de son régime : « Il est sûr que ce n’est pas un démocrate, commence l’auteure, mais il est certainement moins pire que les Busch [sic...] père et fils qui sont responsables de centaine de milliers de morts irakiens, ou les Netanayou, Sharon ou autres criminels israéliens qui ont massacré des milliers de Palestiniens. » Une hiérarchie malsaine des horreurs pour introduction d’un texte rempli de contradictions, où les pires poncifs sont développés : selon Ginette Skandrani, il faudrait sauver le régime « anti-sioniste » libyen (éventuellement via un changement de personnel à la tête du régime mis en place par Kadhafi), contre les visées impérialistes occidentales et contre le « chaos » (l’insurrection ?) qui le menace, et qui servirait les intérêts d’Israël : « Actuellement, explique Ginette Skandrani, seul le machiavélisme israélien a intérêt à une franche intervention US par le biais de l’OTAN, dans l’idée que toute situation chaotique lui convient mieux qu’un régime instruit par l’expérience, et qui pourrait relancer la constitution d’un grand front régional uni contre Israël. »

Le texte ne contient – évidemment - pas un mot de compassion ni d’humanité pour les milliers de morts victimes de la répression kadhafiste. Il se termine, par contre, par l’invitation formulée par Skandrani à renouer « avec l’anti-impérialisme, pan arabe et panafricain ». Un clin d’œil aux théories ethno-différentialistes et racistes de son ami Kémi Seba, fondateur de la Tribu Ka et du Mouvement des damnés de l’impérialisme (MDI [7]). Tous deux, Kemi Seba et Ginette Skandrani, ont d’ailleurs donné ensemble des conférences et meetings « clandestins ».

Qu’un site comme Le Grand Soir publie des écrits d’une activiste d’extrême-droite notoirement connue n’a heureusement pas laissé indifférents tous les lecteurs. Et ? Pas grand chose... En réponse aux rares commentaires s’en étonnant ou s’en offusquant, le site a juste prétendu ignorer le lourd passif de Ginette Skandrani et son itinéraire, affirmant :

Nous n’en savions rien au moment de la publication (décidée un samedi soir entre la vaisselle et la sortie du linge mouillée de la machine à laver).

Et maintenant la question qui brûle toutes les lèvres de nos lecteurs pointilleux, attentifs et exigeants : "Et maintenant que vous le savez, qu’allez-vous faire ?". Réponse : rien. Nous assumons toutes nos publications et n’avons jamais retiré un article (même ceux que nous regrettons, par respect pour la chronologie, l’histoire et les lecteurs). [...]
Et maintenant la deuxième question qui brûle toutes les lèvres de nos lecteurs pointilleux, attentifs et exigeants : "si vous l’aviez su, l’auriez-vous publié quand même ?". Répondre à cette question nous obligerait à porter un jugement sur l’auteur, chose que nous faisons jamais (sauf erreur ou oubli de ma part). Appelez-ça un devoir de réserve si vous voulez.
Et maintenant la question qui brûle les lèvres du Grand Soir à l’attention de ses lecteurs : "avons-nous eu raison ou pas de publier ce texte ?".

-Le Grand Soir : une cour des miracles confusionniste

Dernier virage, et non des moindres, du Grand Soir : des appels du pied répétés au souverainiste de droite François Asselineau, énarque et ex-proche conseiller de Pasqua et de Sarkozy qui a ensuite fondé son groupuscule, l’UPR (Union populaire républicaine). Le Grand Soir promeut ainsi régulièrement ses conférences, par exemple celle qui aura lieu à Verdun ce 28 mars sur l’histoire de France ou celle prévue le lendemain à Metz sur le thème « 10 raisons urgentes pour sortir de l’Europe ».

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin dans le « ni droite, ni gauche : tous contre le système » et le « même si nous sommes divergents idéologiquement nous pourrions avoir des luttes communes » ? Autant aller de l’avant... Le Grand Soir contribue ainsi à entretenir un confusionnisme politique en plein développement en publiant toute une tripotée d’auteurs louches – voire pis [8]. Entre autres :

-Michel Collon : journaliste prétendument « communiste » qui ne cache guère son amitié pour Olivier Mukuna, qu’il publie sur son site Investig’action et dont Le Grand Soir reprend justement les écrits. Pour la petite histoire, Olivier Mukuna est un journaliste belge, grand admirateur de Dieudonné, réalisateur d’un film à sa gloire, au titre évocateur : Est il permis de débattre avec Dieudonné ?
Investig’action publie aussi certains auteurs gravitant dans la mouvance conspirationniste, comme Michel Chossudovsky, du très controversé site mondialisation.ca, et d’autres appartenant aux réseaux ultra-nationalistes serbes et pro-Milosevic. Ce qui n’empêche pas Collon d’être toujours considéré comme une « référence » dans certains milieux intellectuels « altermondialistes » français pourtant marqués à gauche...

-Eva R-sistons : de son vrai nom Chantal Dupille, la dame est une ex-militante du PS et une ancienne journaliste des Dernières nouvelles d’Alsace. Appartenant à la famille conspirationniste, elle est une collaboratrice régulière du site d’extrême-droite Alterinfo et se trouve souvent publiée sur le site (faussement « altermondialiste ») Dazibaoueb – qui sert aussi de caisse de résonance au Parti antisioniste et à Dieudonné ou Alain Soral.
Le 19 septembre 2009, Le Grand Soir a publié un de ses articles au titre évocateur : « L’Europe : de la paix à la guerre, le tremplin du Nouvel Ordre Mondial ».

-L’inévitable « écrivain » et (prétendu) « historien », Paul-Éric Blanrue, auteur du livre Sarkozy, Israël et les juifs. Au nom de la « défense de la liberté d’expression », l’homme a aussi monté une sorte de comité de soutien au négationniste français Vincent Reynouard actuellement emprisonné, via une pétition signée par tout ce que la fachosphère compte de négtionnistes notoires – mais aussi par le non moins controversé Jean Bricmont [9], lui aussi habitué du Grand Soir.

Notons que Le Grand Soir invite ses lecteurs à se procurer l’ouvrage de Blanrue sur le site conspirationniste Oser Dire, qui fait la promotion des livres du sus-cité, mais aussi de ceux de l’antisémite Israël Shamir [10].

-Silvia Cattori : journaliste suisse, admiratrice de Dieudonné et rédactrice de nombreux textes publiés par Ginette Skandrani et Maria Poumier, notamment dans La Gazette du Golfe et des banlieues.

-Michel Chossudovsky : animateur du site mondialisation.ca [11] et proche ami du conspirationniste Thierry Meyssan, qui publie lui aussi sur son site pléthore de gens marqués à la droite de la droite.

-Annie Lacroix-Riz : historienne stalinienne, fondatrice du très douteux PRCF (Pôle de renaissance communiste en France) qui mêle allègrement rhétorique nationaliste et marxiste, elle a notamment donné des conférences à l’invitation des larouchistes [12].

-Outre cette liste d’auteurs, il reste un dernier indice de l’orientation politique problématique du Grand Soir : la page des liens du site. On y trouve bien en évidence des sites clairement douteux, conspirationistes ou d’extrême-droite, comme Dazibaoueb, InfoWars (site du grand gourou américain des conspirationistes Alex Jones), Internationalnews (un autre site du même tonneau), Libertés & Internet (fourre tout confusionniste), l’inévitable Michel Collon, le site Mondialisation.ca, ReOpen911.info, le site de la Radio Vraiment Libre (pseudo radio alternative lancée par Paul-Eric Blanrue), le site Tlaxcala.es (crée par Fausto Guidice et Marcel Charbonnier, deux proches de Ginette Skandrani) et bien sûr Voltaire.net, du très pesant Thierry Meyssan.

Le fait que, par ailleurs, Le Grand Soir publie des auteurs progressistes, et met aussi en lien des sites clairement de gauche comme Acrimed, Greenpeace, les journaux Fakir et CQFD, la Criirad, l’UJFP ou la Fondation Copernic, ne change rien au problème. Mais confirme, en revanche, que ce site joue bien sur un confusionnisme malsain, donnant une caution de « gauche » ou « progressiste » aux fascistes et antisémites qu’il accepte de publier. Il est à ce titre problématique – voire navrant - de constater que Rezo.net, portail d’informations alternatives qui fait référence au sein de la « gauche de gauche », continue de référencer certaines publications du Grand Soir, donnant ainsi à ce site une visibilité qu’il ne mérite pas.

Si nous sommes tous favorables à l’arrivée du « Grand Soir », nous considérons que Le Grand Soir dans sa version Dedaj et Vivas a le goût de l’amertume, des gueules de bois de l’après-élection présidentielle de 2001.
Notes

[1] Précision d’Article11 : c’est d’ailleurs le cas d’A11, qui a longtemps conservé Le Grand Soir dans sa liste de liens. Nous n’avons pas vu évoluer ce site, parce que nous ne le lisions plus ou beaucoup trop superficiellement.

[2] Qu’ils soient libertaires ou de sensibilité de gauche radicale, anti-impérialistes, antifascistes.

[3] Soutien historique des négationnistes, Maria Poumier a par ailleurs traduit nombre de textes de Dedaj, sur le site tlaxcala.es.

[4] Entre le régime de Téheran et Le Grand Soir, c’est une longue histoire d’amour : alors que la répression battait son plein à Téhéran, le 12 juin 2009, et que Neda Agha Soltan était assassinée sous les yeux du monde entier, les admirateurs béats d’Ahmadinejad publiés sur Le Grand Soir y allaient tous de leur petites diatribes « anti-impérialistes » contre les « révolutions colorées ». Sur le site voisinaient des odes au régime iranien par le « marxiste » italien Domenico Lossurdo, des tirades enflammées fustigeant les « contre révolutionnaires de l’opposition », poussées par George Stanechy (par ailleurs, admirateur des régimes de Poutine et du dictateur biélorusse), ou encore un article particulièrement mensonger sur la lapidation en Iran, écrit par un certain Jean Tafazzoli, jeune ingénieur franco-iranien aux dents longues qui sévit régulièrement sur Agoravox. Ce créateur d’entreprises a notamment vendu du matériel électronique et des ordinateurs au régime iranien : du très « alter », en quelque sorte.

[5] Pour ce qui est de « ne pas hurler avec les loups », Ginette Skandrani devrait surtout balayer devant sa porte... Rappelons que la dame fut adhérente chez les Verts avant d’en être exclue pour ses déclarations et textes négationnistes. Rappelons aussi qu’elle s’affiche aujourd’hui comme le soutien de négationnistes reconnus. Parmi ses proches, au fil des meetings et des conférences : Roger Garaudy, Robert Faurisson, Maria Poumier, Dieudonné, Alain Soral, Yahia Gouasmi, Michel Dakar, Mohamed Latrèche, Serge Thion et Pierre Guillaume (tous deux ex-membres de la Vieille Taupe), ou Jean Briére. Un CV éloquent, clairement d’extrême-droite, pour cette habituée des salons de diverses ambassades de bien des dictatures.

Sur Skandrani et ses amis du Parti antisioniste, on pourra relire « Autopsie d’une liste electorale d’extrême-droite française aux européennes » sur Indymedia Linksunten. Et au sujet des « amitiés » de Dieudonné et de son groupuscule : « Procès Dieudonné - Faurisson : la Cour des Miracles négationnistes ! » sur le site de REFLEXes.
Cette bande s’essaie aussi, parfois, à chasser sur les terres de la gauche anti-capitaliste et anti-impérialiste : on peut relire à ce sujet un article publié ici-même, décrivant comme l’extrême-droite et les amis de Ginette Skandrani tentaient de récupérer Chomsky : « Au théâtre samedi soir : rencontre "antisioniste" et folie révisionniste ».

[6] Jeudi 24 mars, 150 fachos, dont Skandrani, Poumier et Thion, se sont réunis à République, au prétexte de protester contre la guerre en Libye. Leur appel est resté en ligne trois jours sur Bellaciao, autre site « altermondialiste » douteux ; les commentaires dénonçant la manipulation étaient par contre systématiquement refusés.
Conclusion (presque) logique de cette mobilisation pro-Kadhafi, le départ de Dieudonné, Skandrani et Maria Poumier pour la Libye : « L’humoriste Dieudonné est arrivé en Libye, selon le site antisioniste à tendance antisémite Médialibre, rapporte aujourd’hui Rue89. Le Franco-Camerounais avait annoncé qu’il entendait se rendre à Tripoli "pour rencontrer le colonel Kadhafi, afin de protester contre l’agression occidentale". [...]

Dieudonné a décollé dimanche matin accompagné d’une petite délégation parmi laquelle on comptait notamment l’universitaire Maria Poumier et la militante écologiste et pro-palestinienne Ginette Skandrani, deux représentantes du courant « rouge-brun », révisionnistes, négationnistes et pro-Chavez. »

[7] Ginette Skandrani est membre du bureau national du MDI, mouvement qui s’est – par ailleurs – récemment rapproché d’un groupuscule néo-nazi, le Parti français solidaire (ex Droite socialiste).

Signalons aussi la « reconversion » de Kemi Seba : depuis environ un mois, il s’est exilé au Sénégal où il est en train de conduire une très étrange opération immobilière (le PDF de présentation du projet est à télécharger ICI). Il y a par ailleurs été nommé porte-parole du ministre en charge du panafricanisme.

[8] Le Grand Soir livrant la liste des auteurs publiés, il est très facile à chacun de retrouver les contributions des uns et des autres en cliquant sur leur nom.

[9] Intellectuel classé à gauche et proche de Noam Chomsky, Jean Bricmont nourrit à l’occasion de troubles accointances, régulièrement dénoncées par des militants antifascistes.

[10] Voir ici.

[11] Lire à ce sujet « Mondialisation.ca : analyse antifasciste d’un site », par Luftmenschen.

[12] La vidéo de la conférence qu’elle a donnée, le 28 septembre 2006, à l’invitation de Solidarité et Progrès est visible ici.

L’historienne a aussi participé à la conférence Axis For Peace de 2005, en présence (notamment) de Jacques Cheminade, Helga Zepp-LaRouche (la femme de Lyndon LaRouche), Jean Bricmont, Michel Collon, Silvia Cattori et Dieudonné. Axis For Peace est « une émanation du réseau Voltaire », précise le site Conspiracy Watch, qui explique aussi : « Axis for Peace, qui fait figure d’Internationale du conspirationnisme anti-yankee, regroupe des gens d’horizons divers ayant tous pour point commun de s’opposer à l’"impéralisme américano-sioniste". On y retrouve "l’humoriste" Dieudonné, mais aussi l’épouse de Lyndon LaRouche ou le représentant en France de ce dernier, Jacques Cheminade. »

http://www.article11.info/spip/Le-Grand-soir-analyse-de...rives

Commentaire(s)

> Réponse du Grand Soir

Aaaaah, je reconnais cette rhétorique...

Soutien historique des négationnistes, Maria Poumier a par ailleurs traduit nombre de textes de Dedaj, sur le site Txlacala.es

1-M. Poumier traduit ce qu’elle veut.

2-combien de mes textes de V. Dedaj traduits, dites-vous ? Un "nombre" ? Un nombre... comme "zéro" ?

(étrange, on a déjà lu cet "argument" - mot pour mot - quelque part, mais où ? Indymedia ?)

Collon, Lacroix-Riz, Bricmont (qui "nourrit à l’occasion de troubles accointances, régulièrement dénoncées par des militants antifascistes", c’est drôle ça) : on assume.

Chossudovsky : on en revient.

Jean TAFAZZOLI : ce n’est pas un article, mais une présentation apparemment proposée par l’auteur lui-même. Les commentaires qui suivent recadrent bien.

Pour le reste, à part la technique de "l’ami de l’ami de l’ami qui a fait ÇA", que vous dire ? Plus de 13 000 articles publiés. Vous en avez déniché une poignée. Chapeau, beau travail de fourmi.

(Par contre, côté liens, c’est vrai qu’il faudrait faire le ménage sur notre site. On vous promet qu’on s’y colle à la première occasion. Pas sûr que quelqu’un lise la page des liens d’ailleurs)

Ah oui, juste avant de valider le commentaire :

Cattori : 2 articles... publiés avant "l’époque Dedaj-Vivas" - càd à l’époque où vous aimiez si bien le Grand Soir. C’est vraiment bête de ne pas l’avoir remarqué (à l’époque)...

Mince, du coup la poignée devient une pincée.

Bonne continuation, LGS

> ignominies

j’ai été avisé des ignominies que votre site Article 11 publie à propos du site Le Grand Soir dont je suis administrateur bénévole avec, entre autres, Viktor Dedaj.

J’y suis nommément désigné. Je dois vous faire les premières remarques suivantes.

Avec Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine, l’Article 11 tacle haineusement et sans préavis Le Grand Soir, site militant alternatif.

LGS s’interdit de jouer à ça, même envers des sites militants pourvu qu’ils soient de gauche et étrangers à toute forme de racisme.

Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine auraient pu nous contacter avant de frapper. Nous avons soutenu le journal CQFD et Acrimed qui publient (ou publiaient) Marie-Anne Boutoleau.

Cette attaque ressemble à la démolition d’un site « concurrent » en vue de se promouvoir. Mauvais procédé.

Insinuer que Viktor Dedaj ou moi aurions des faiblesses envers les fachos ou antisémites est une vilenie et une calomnie. C’est aussi de la diffamation.

Si notre combat anti-impérialiste ne nous valait pas déjà un procès (en cours) d’un ami de Sarkozy, on pourrait envisager de demander réparation devant la Justice.

On pourrait se contenter de demander un droit de réponse en lieu et place de votre article. A moins de traiter ça par le mépris (« Laissons-les vomir leur haine »).

A moins que nous ne déposions finalement plainte. On y réfléchit. On temporise. On préfère pas, a priori.

On gère, à deux pelés et trois tondus (bénévolement), un site gratuit. On y consacre plusieurs heures par jour. On a publié 13 000 articles de près de 900 auteurs. Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine ont encore du travail pour finir leur tri policier.

On poubellise a priori des propositions d’articles et des commentaires d’individus pas clairs, chaque fois qu’on peut les identifier. Cela demande parfois du travail de recherche.

Nous n’avons pas à ce jour publié des articles « droitiers ».

Il est possible que parmi nos auteurs, deux ou trois, non identifiés comme « suspects », réussissent à tromper notre vigilance en nous proposant des choses avec lesquelles tout militant anti-impérialiste serait d’accord.

Tous les médias de masse donnent la parole au Front National (interviews, invitation à des émissions, comptes-rendus de ses meetings…). Pas nous. Jamais. Mais c’est nous que Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine dénoncent dans Article11.

LGS « donne à lire ». Quand (et ce n’est pas tous les jours) ses animateurs écrivent des articles, ils les assument, LGS les cautionne. Les autres sont des points de vue offerts à la libre critique des lecteurs. Les articles antisémites,racistes, négationnistes, "droitiers" ne sont jamais publiés.

Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine qui aimaient bien LGS avant sa dérive, reprochent vivement au GS d’aujourd’hui des articles publiés quand ni Viktor ni moi n’y étions. C’est drôle.

Contrairement à ce qu’écrivent Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine dans Article 11, Viktor Dedaj et moi n’avons pas créé LGS en 2002. Nous y sommes arrivés plus tard.

Si LGS doit mieux trier et assumer ce qu’il publie, Marie-Anne Boutoleau, Joe Rashkounine et Article 11 devraient veiller à faire de même. Leur article est suivi de cette menace physique, publiée sans réserve, contreViktor Dedaj et moi : « … vous assumerez les coups de manche de pioche qui vous accueilleront lorsque vous tenterez, par exemple, d’apparaître dans les manifs ! »

La pratique des manches de pioche, c’est du Betar tout craché, dirait-on. En tout cas, on enverra la police vers Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine, via Article 11, si ça se produit, puisque ce site popularise l’idée de ce type d’argument à notre encontre. Article 11 a l’adresse e-mail et l’IP de l’auteur de la menace, non ? Menace que vous ne dénoncez nullement dans vos commentaires qui le suivent et y font référence.

C’est amusant qu’Article 11 ait publié un pastiche très complaisant (janvier 2011) sur ce grand anti-facho et anti-nazi L-F. Céline, article suivi de commentaires majoritairement attendris des lecteurs (les mouchoirs remplaçant les manches de pioche). Pour mémoire, j’ai écrit un roman consacré à la dénonciation de l’antisémitisme de Céline. LGS ne fait pas l’éloge des écrivains antisémites.

Nous savons comment tous les mouvements d’extrême-droite s’emploient à pratiquer l’entrisme Internet par le biais de sujets où des positions sont apparemment voisines (l’anti-impérialisme, l’indépendance nationale, la politique guerrière d’Israël, la classe politique …). Ils le font aussi avec les syndicats et on l’a vu récemment avec la CGT, FO et Sud. Dans ces cas-là, personne n’incrimine les syndicats. Pas vrai, Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine ? Nous n’avons pas lu de vous un article haineux sur la dérive facho de la CGT, de FO et de Sud. A bien noter cependant que, contrairement à ces organisations (qui ont été piégées), LGS n’a jamais fonctionné avec des militants se réclamant du FN.

Comme le ton de l’article, sa volonté délibéré d’en découdre, de nous faire taire à coups de manches de pioche interdit tout dialogue, mes remarques s’arrêteront ici.

Je ne répondrai plus à ce que vous écrirez ou que vous laisserez écrire à mon sujet sur votre site. Je vous dis adieu. A moins que mon avocat, à qui je transmets par précaution le dossier, croit utile d’engager une procédure, ce que je ne souhaite pas à ce stade, bien que vos mensonges, la diffamation et la menace, soient suffisamment constitués pour que la Justice tranche en ma faveur.

Donc, plutôt au revoir, dans un autre lieu. C’est comme vous voulez.

Maxime Vivas

> Qui fait quoi

- Le Grand Soir estime ne pas publier d'articles antisémites ?

Pourtant comme le montre l article d'A11, le Grand Soir a relayé la campagne du PAS.

Le PAS pas antisémite selon le Grand Soir ?

- Le Grand Soir estime ne pas ouvrir son media au FN ?

Pourtant le PAS est justement composé d'éminents membre du FN (Marc George notamment)

- Le Grand Soir reproche à A11 son article complaisant envers Céline ?

C'est vrai, il n'y a pas beaucoup de site militant a n'avoir sombré a un moment ou un autre.

PS : réduire l'emploi du manche de pioche dans les manifs aux milices juives ultra sioniste, c'est faux, terriblement anachronique, et un brun douteux.

> si on résume

vous n'aimez pas

- Cuba (Castro)

- le Vénézuela (Chavez)

- Bellacio

- Bricmont

- Collon

- Annie Lacroix-Riz

- le PRCF

- Viktor Dedaj

- Maxime Vivas

etc, etc...

- le livre Sarkozy, Israël et les juifs, de blanrue

vous allez devoir ajouter le Monde Diplomatique, parce que là, les références croisées

j'aime particulièrement

- "Le 1er juin 2009, (bien) après une avalanche de mails et de commentaires furieux de lecteurs" : ah, bon, des lecteurs du Grand Soir ?

- "l’anti-impérialisme, pan arabe et panafricain" réduit à la Tribu Ka et au Mouvement des damnés de l’impérialisme : je ne savais pas que les mouvements anti-impérialisme, panarabe , ou panafricain avaient été initiés par Keba !!!!

Il va vous falloir exclure beaucoup de monde : les auteurs qui publient ou acceptent d'être publiés sur ces sites, tous ceux qui organisent leurs conférences, ceux qui les diffusent, ceux qui y assistent , ceux qui commentent

Tous d'extrême droite : vous avez oublié antisémites.

Au minimum, ils sont tous louches....

Si vous pouviez nous aider un peu ?

Pourriez vous nous indiquer qui on a le droit de lire et de fréquenter ?

> ah bon

l’inévitable Michel Collon ....

l'autre soir, je l'ai entendu à Ce soir ou jamais à propos de la guerre en Lybie :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=...m-TQ8

alors la question que je me pose est la suivante : certains seraient si peu sûr de leurs idées qu'ils soient à la chasse aux sorcières.

car enfin, c'est faire peu de cas de la réflexion et de l'éthique des lecteurs accessoirement militants.

personnellement, je ne suis pas anti-capitaliste et anti-autoritaire parce que je suivrais je ne sais quel "guide" ou j'aurai lu tel grand penseur , mais tout simplement parce que je le vis avec mes tripes !

( ce qui explique, à contrario, qu'une multitude d'ex-soixant'huirtards aient fini comme larbins du capital après avoir ciré les pompes qui à mao qui à pol pot )

alors Michel Collon je le connais pas vraiment, mais j'aimerai qu'il y ait plus de monde pour dire ce qu'il a dit ce soir là !

PS : ça va me pousser à aller voir ce qu'écrit michel collon ; mais avec mes yeux grands ouverts et mon éthique ; comme quand je lis ( avec plaisir, souvent ) Article11

> en pleine lumière

"La moindre déontologie commanderait pourtant QU'AUCUN de ces articles ne puissent être publié sans droit de réponse."

La bonne blague...

Interdiction de publier des articles qui dénoncent des fascistes sans publier le droit de réponse de ces derniers ?

Belle leçon de liberté d'expression...

> les réponses....

du site LGS et des lecteurs sont là

http://www.legrandsoir.info/Le-Grand-soir-analyse-des-d....html

Je pense que je vais me mettre à lire le Figaro, plutôt que LGS : aucun risque de s'attirer les foudres de certains

> C’est qui les « fascistes » ?

« Interdiction de publier des articles qui dénoncent des fascistes sans publier le droit de réponse de ces derniers ? »


On peut traiter les gens de fascistes, ici, sans qu’il y ait un droit de réponse ?

Pour ceux qui se demanderaient à qui répond cet individu, le commentaire est ici. Il n’est insultant pour personne et il répond à des calomnies. S’il n’y a aucune autre position possible, autant le dire tout de suite :

Le porte-parole des « antifas » monte au créneau : « Le Grand Soir estime ne pas publier d'articles antisémites ?
 » « Le Grand Soir estime ne pas ouvrir son media au FN ? »


On attendait donc avec impatience la démonstration du contraire. Mais on attend toujours. En guise de preuves on ne trouve que l’annonce de la création du PAS en 2009 ! C’est ça l’antisémitisme et l’ouverture au FN pour les tartuffes !

Mais, me direz-vous, faire un article complaisant pour Céline, c’est pas aussi de l’antisémitisme ? Ah, mais pas du tout, là c’est pas pareil !

« C'est vrai, il n'y a pas beaucoup de site militant a n'avoir sombré A UN MOMENT OU UN AUTRE. »

On voit là toute l’hypocrisie des inquisiteurs, qui n’ont aucun argument autre que la prétention d’imposer leur point de vue : les dérapages ne sont admis que d’un côté !

Patrice Bardet pose la bonne question : « Pourriez vous nous indiquer qui on a le droit de lire et de fréquenter ? »

Ce texte d’Article11 est typique des calomnies qu’une certaine mouvance « antifa » publie régulièrement sur Indymedia. Manque de pot, cette fois c’est paru dans un media où, contrairement à un certain nombre d’Indy, il y a un droit de réponse, et où les contradicteurs sont d’un autre niveau que les corbeaux qui n’ont pour seule arme que l’exclusivité de la parole.

C’est tellement facile, quand on n’a pas de contradicteurs, de déverser sa bile sur Bricmont, Collon, Blanrue, Europalestine, Bellaciao, Info Palestine… quand ils sont interdits de publication et même de citation. On peut même se permettre le glissement décomplexé d’accusation de relations douteuses à carrément accusation de négationnisme, antisémitisme ou extrême droite !

La moindre déontologie commanderait pourtant qu’aucun de ces articles ne puisse être publié sans droit de réponse.

Il y a quand même eu quelques exceptions sur Indymedia :

http://lille.indymedia.org/spip.php?page=article&id_art...13685

http://lille.indymedia.org/spip.php?page=article&id_art...13711

http://ch.indymedia.org/fr/2010/02/73728.shtml

http://nantes.indymedia.org/article/23017

> Le Grand soir répond aux calomnies

Le Grand soir répond aux calomnies des professionnels de la désinformation qui, sous des masques d’«antifas», s’attaquent à tout mode d’expression qui essaie d’échapper à la pensée unique :

"Le coup dans le dos est venu, sans préavis, de « journalistes » dont l’une est familière de sites que le Grand Soir a toujours défendus et promus : ACRIMED et le mensuel CQFD. Leur prose est hébergée par un petit site, Article11, dont le webmaster, s’il admet de jeter dans la pâture de la diffamation les noms de deux administrateurs du Grand Soir, se contente modestement de se faire appeler JBB.

Dans l’incroyable galimatias de cet article (largement basé sur le procédé de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours), le Grand Soir est accusé pêle-mêle d’être rouge-brun, d’ouvrir ses colonnes a l’extrême droite, de publier des textes fascisants, de cautionner les antisémites, etc.

Le portail d’information Rezo.net est invité à nous boycotter et Article11 publie, sans émettre la moindre objection un commentaire d’un de ses amis qui promet à deux d’entre nous le manche de pioche.

Conformément à notre ligne qui est de « donner à lire », nous publions in extenso ce brûlot bourré d’erreurs, de mensonges purs, d’inventions, de dissimulations, d’amalgames, de manipulations, de trucages, d’énumérations de noms avec lesquels nous n’avons rien à voir. S’y ajoute la condamnation d’autres sites aussi « douteux » que LGS.

Nous détricoterons ultérieurement cet article, pour y répondre bien-sûr, mais aussi pour exposer les techniques employées par les pseudos "chasseurs de rouges-bruns" aux multiples casquettes et pseudos et aux moeurs éminemment brunes...

En attendant, le lecteur constatera ici que le Grand Soir, qui a parfois pris des risques en publiant 13 000 articles venant de près de 900 auteurs, est désormais capable de publier bien pire : une vilenie d’Article 11. "

LGS.

> @ "On se demande bien"

Patrice Bardet pose la bonne question : " Pourriez vous nous indiquer qui on a le droit de lire et de fréquenter ? "

Ben non, c'est pas du tout la bonne question. Patrice Bardet joue au con parce que nulle part "Article 11" ne remet en cause la liberté d'expression. Les fachos et les antisémites ont leurs éditeurs et leurs sites où ils peuvent faire toute la propagande qu'ils veulent. La question que soulève Article 11 et à laquelle ne répond ni Patrice Bardet, ni Maxime Vivas, ni personne du Grand Soir, c'est : "n'est-ce pas faire preuve de complaisance que d'héberger SUR SON PROPRE SITE, les écrits d'antisémites ou de fachos notoires. Sachant que ça fait partie la stratégie de ces personnages que d'entretenir la confusion des genres en pondant, comme les coucous, leurs œufs dans le nid des autres. Il me semble que l'Histoire a déjà montré qu'il n'y avait rien de bon à tirer des mélanges rouges-bruns.

Ce n'est pas parce qu'on a des ennemis communs qu'on doit forcément s'associer avec les ganaches d'extrême-droite.

Aujourd'hui, le confusionnisme est tel que des anciens trotskystes, comme Pierre Cassen, de Riposte Laïque, prétendent qu'ils sont toujours à gauche (alors que leur obsession est de casser su bougnoule au nom de la lutte contre l'Islam). Même le skin facho Batskin, alias Serge Ayoub, tient des discours ouvriéristes et, à l'entendre, déborde la CGT sur la gauche.

Ginette Skandrani, rappelons-le, a été virée des Verts pour propos antisémites. Aujourd'hui elle fricote avec les pires négationnistes. C'est pas parce qu'elle est pro-palestinienne que ça en fait une amie.

> faux, et retour a ux auteurs de cette manipulation

je cite "Ginette Skandrani, rappelons-le, a été virée des Verts pour propos antisémites"

Sur wikipedia, voici le motif "Cofondatrice des Verts, elle en a été exclue en 2005 par le Conseil d'administration régional des Verts d'Île-de-France. Le motif d'antisémitisme n'a pas été retenu à charge comme non prouvé mais sa présence répétée dans des manifestations publiques au côté de négationnistes du génocide des Juifs tombait sous l'incrimination statutaire de "Comportement de nature à porter atteinte à l'image des Verts". Pour Patrick Farbiaz, membre du collège exécutif au moment de son exclusion : « Même si elle n'écrit pas elle-même, elle apparaît comme la cheville ouvrière d'un groupe de révisionnistes et d'antisémites avérés[8]. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ginette_Hess-Skandrani

Je ne défends absolument pas Skandrani, encore moins ses fréquentations.

Je le répète à nouveau : il n'y a pas de propos antisémite sur LGS.

Cette accusation n'est d'ailleurs pas étayée dans ce nauséeux article d'A11

Par ailleurs, j'aimerais aussi savoir qui sont ces "fachos notoires" qui publieraient sur LGS, et quels sont les articles incriminés

Par contre, on en apprend de belles à propos du co-auteur caché sous le pseudonyme "Joe RASHKOUNINE"

"D’une "source bien informée" on vient à l’instant de nous souffler dans l’oreillette que le notre mystérieux co-auteur serait un certain Jean R. (nom caché par nos soins), écrivain pro-israélien, très actif sur les forums et sous divers pseudos et qui tient un site en accord avec ce bref CV."

http://www.legrandsoir.info/Le-Grand-soir-analyse-des-d....html

> Patrice Bardet, de Bellaciao au Grand Soir, la même mauvaise foi

Patrice Bardet : "Je le répète à nouveau : il n'y a pas de propos antisémite sur LGS".

Encore une fois (faut le dire en Chinois ou en Javanais ?), Patrice Bardet répond à côté de la plaque. Volontairement ?

Article 11 reproche au Grand Soir du publier des auteurs qui fricotent avec des mouvements anti-sémites ou d'extrême droite, participant ainsi de la confusion des genres que recherchent ces mouvements. Pas de publier des écrits antisémites. D'ailleurs, c'est parce qu'Article 11 considère que Le Grand Soir est un site de gauche, progressiste, qu'il s'étonne de certaines proximités. Si Le Grand Soir était un site antisémite, ce serait dans l'ordre des choses qu'il publie des gens aussi douteux que Ginette Skandrani. il n'y aurait rien à redire sur le sujet.

Pour la gouverne de Patrice Bardet, voici le genre de mouvement où elle a des responsabilités ( http://www.mdi2008.com/ ).

Un mouvement tellement extrémiste qu'il a trouvé moyen de se faire virer du théâtre de Dieudonné parce qu'il refusait l'entrée des blancs.

Patrice Bardet : "Cette accusation n'est d'ailleurs pas étayée dans ce nauséeux article d'A11"

Et pour cause, cette accusation n'existe pas (voir ci-dessus).

Patrice Bardet : "Par ailleurs, j'aimerais aussi savoir qui sont ces "fachos notoires" qui publieraient sur LGS, et quels sont les articles incriminés".

C'est vraiment pas sérieux, M. Bardet, d'intervenir dans un débat sans en connaître les tenants et les aboutissants et sans avoir même lu l'article en question (sinon vous sauriez de qui il est question).

Patrice Bardet : "Par contre, on en apprend de belles à propos du co-auteur caché sous le pseudonyme "Joe RASHKOUNINE"

"D’une "source bien informée" on vient à l’instant de nous souffler dans l’oreillette que le notre mystérieux co-auteur serait un certain Jean R. (nom caché par nos soins), écrivain pro-israélien, très actif sur les forums et sous divers pseudos et qui tient un site en accord avec ce bref CV.""

Vous ne vous rendez pas compte que vous êtes en train de vous couvrir de ridicule avec vos méthodes de flics ? La Source, c'est le Grand Soir. Bien entendu, si c'était vrai, le Grand Soir ne se priverait pas de donner le nom de "l'écrivain pro-israélien très actif sur les forums".

Décidément, stal un jour, stal toujours !

> Qui donc nous débarrassera du confusionnisme ambiant ?

1) Bientôt on va nous dire que dénoncer une pub pour une conférence de François Asselineau c'est de la censure digne du Poliburo.

Non vous ne rêvez pas c'est bien d'une pub pour un conférencier de la droite extrême qu'il s'agit et c'est toujours en ligne à l'heure qu'il est : www.legrandsoir.info/+METZ-CONFERENCE-DEBAT-10-raisons-urgentes-pour-sortir-de-l-Europe-animee-par-Francois-ASSELINEAU+.html

http://www.biographie.tv/Francois-Asselineau.htm

2) Le Parti AntiSioniste, EVa-R, S.Cattori, Skandrani, Poumier, Mukuna (le documentariste officiel de Dieudonné) ça ne suffit donc pas ? Il faut quoi en plus pour comprendre que le petit milieu post-stal est complètement daubé ? Que c 'est comme ça au moins depuis 2005 Depuis le temps où Colllon et Ritz-Lacroix traînaient avec Meyssan Bricmont, Dieudonné et Cheminade ( (voir la note n°12),. Depuis ça n'a jamais vraiment cessé et on a pu voir cette "historienne" controversée accepter l'invitation des Larouchistes (www.dailymotion.com/video/x5njza_le-choix-de-la-defaite-annie-lacroi_news). Aalors même que leur mentor se targue d'avoir marché main dans la main avec Reagan au moment de la « Guerre des étoiles » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyndon_LaRouche#Biographie. C'est dire à quoi ces gens en sont réduits pour essayer de faire passer leur message.

D'ailleurs on continu d'essayer de noyer le poisson. La preuve ici-même et sans vergogne en plus.

> torrent de boue et d’immondices

Après s’être plongé dans le texte publié par Article XI, sous la signature de Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine, et dans les innombrables commentaires que Madame Boutoleau y a ajoutés dans le forum du site susmentionné, on a l’impression de devoir s’extraire d’un torrent de boue et d’immondices.

On demeure saisi par la frénésie de dénonciation de cette dame, qui paraît ne faire que ça, à en juger également par ses interventions fleuve, par exemple sur le site http://www.cqfd-journal.org/Les-infiltres. La police de la pensée est apparemment sa vocation, un véritable sacerdoce ! Ou une maladie. En d’autres temps, pour traquer des « déviants », comme fonctionnaire des services de surveillance d’un régime totalitaire, elle aurait assurément fait merveille.

En plus de l’outrecuidance avec laquelle elle s’érige en tribunal de la pensée, il y a sa suffisance stupide et son arrogance. Exemple, à un lecteur qui dit avoir trouvé intéressant l’article de Jean Bricmont, intitulé « Quelques remarques sur le nationalisme français » voilà ce qu’elle répond : « L’analyse historique développée ici par Bricmont est bien connue, c’est même un classique de l’historiographie pour qui étudie cette question du nationalisme français : rien de nouveau donc à ce sujet sous le soleil, le pauvre homme (qui, rappelons-le, est physicien et non historien, économiste ou sociologue) s’est juste contenté de réviser s’est [sic] fiches. Ca relativise quand même beaucoup l’intérêt de son papier ». Donc, à l’entendre, le brillant intellectuel belge, ne serait qu’un « pauvre » physicien, qui n’aurait pas la formation adéquate pour parler du nationalisme français ! Alors que, certes, Dame Boutoleau a, elle, la formation qui le lui permet ! On serait curieux de savoir laquelle ? À en juger par ses écrits, peut-être une formation d’auxiliaire de police ?

Armés d’une collection d’adjectifs qui leur permettent de distribuer à leur gré des étiquettes et de mettre dans des boîtes les gens dont la pensée ou les opinions leur déplaisent, pour mieux les diffamer, les déshumaniser et les réduire à l’état de cancrelats à écraser d’urgence (antisémite, négationniste, conspirationniste, confusionniste, douteux, fascistes, etc..), les signataires de ce brûlot mettent au pilori ce qu’ils qualifient avec morgue et suffisance de « tripotée d’auteurs louches- voire pis ». Parmi eux : Michel Collon, Paul-Eric Blanrue, le « non moins controversé » Jean Bricmont, Silvia Cattori, Michel Chossudovsky, Thierry Meyssan, Annie Lacroix-Riz. On notera que ces auteurs ont en commun le fait qu’ils se livrent, entre autres, à une critique sans concession des guerres de l’OTAN, de la politique de l’État d’Israël vis-à-vis des Palestiniens, et des appuis dont cette politique dispose dans le monde.

Le but de la chasse aux sorcières menée par Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine est on ne peut plus clair : réduire au silence les auteurs énumérés, en mettant sous pression des sites comme Le Grand Soir et Rezo.net, de manière à ce qu’ils cessent, non seulement de publier ces auteurs, mais également de référencer les sites qui les publient. Sites qu’ils qualifient pêle-mêle de « douteux, conspirationnistes ou d’extrême-droite », parmi lesquels Dazibaoueb, Mondialisation.ca, Voltairenet.org. Et cela va dans dire, de les couper des médias traditionnels.

Pour discréditer et noircir les auteurs ciblés, tout leur est bon : qualificatifs assassins et gratuits, amalgames, demi-vérités biaisées, et purs mensonges (ce qui les dispense d’avoir à justifier leurs condamnations sur la base de ce que ces auteurs disent ou sont réellement.

Tout cela est insensé. On ne peut rester sans réagir. Il se trouve que j’ai lu les écrits de Silvia Cattori, et que de voir à quoi Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine s’emploient à la réduire me scandalise mais aussi me permet de voir exactement comment fonctionne leur entreprise de désinformation et de calomnie.

Le truc qu’ils utilisent, certes grossier mais efficace vis-à-vis de lecteurs ne connaissant pas la trajectoire et les écrits respectifs des intellectuels ou journalistes qu’ils cherchent à abattre, est d’associer leur nom aux noms de personnes qui, pour quelque raison que ce soit (justifiée ou pas), ont déjà été elles-mêmes déshumanisées et transformées en pestiférées. Pour en faire, à leur tour, des pestiférés, et, à force de calomnies, faire le vide autour d’eux. Procédé pratiqué également par d’autres organes de désinformation clairement associés à la machinerie de propagande sioniste. Parmi eux conspiracywatch.info, ou REFLEXes, ou divers Indymedias, auxquels Madame Boutoleau adore se référer !

Quand ils disent : « Silvia Cattori : journaliste suisse, admiratrice de Dieudonné et rédactrice de nombreux textes publiés par Ginette Skandrani et Maria Poumier, notamment dans La Gazette du Golfe et des banlieues », mis à part « journaliste suisse », tout est tendancieux, trompeur, faux, mensonger par omission, mais choisi et orienté à dessein.

Ces quelques lignes mensongères (qui n’ont absolument rien à voir avec la personne réelle, ce qu’elle est, son univers, ses goûts et ce qu’elle écrit) servent ici à associer le nom de Silvia Cattori à des personnes dont le nom est semble-t-il devenu synonyme de haine raciale, nazisme, négationnisme, etc…

Dans ses investigations Silvia Cattori a rencontré quantité de gens partout dans le monde et interviewé un très vaste éventail de personnalités, comme on peut le voir sur son site. Elle a eu le mérite d’interviewer l’humoriste Dieudonné en 2004-2005, qui subissait alors un lynchage médiatique et des interdictions de salle, pour avoir fait un sketch qui critiquait Israël, ce qui lui avait valu d’être accusé d’antisémitisme et mis au ban de la société. Elle avait alors parlé de ses spectacles et dit avoir apprécié ses qualités comiques. À ma connaissance, elle n’a jamais écrit, depuis, la moindre ligne sur les entreprises ou les engagements politiques de Dieudonné, à fortiori proclamé son admiration à ce sujet. Commencer par la présenter comme une « admiratrice de Dieudonné » n’est donc qu’un expédient commode, et pervers, pour les deux auteurs qui trompent le public en associant la journaliste à une personne étiquetée antisémite, fasciste, néo-nazi, etc, qu’ils ont déjà réussi à mettre au ban de la société et en quelque sorte détruite.

La suite de leur présentation est du même tonneau. Affirmer que Silvia Cattori serait la « rédactrice de nombreux textes publiés par Ginette Skandrani et Maria Poumier, notamment dans La Gazette du Golfe et des banlieues », est également une pure manipulation. Tout d’abord, parce que les articles de tout auteur sont repris librement par de nombreux sites. D’ailleurs, en allant vérifier sur le blog de cette Gazette j’ai constaté qu’il est toujours dit en tête de la liste des auteurs publiés : « Ce numéro de la Gazette a été réalisé avec l’aide - volontaire ou involontaire – de … [suit la liste des auteurs publiés] », ce qui montre que ce blog publie des auteurs sans qu’ils aient à donner leur avis ; on y trouve par exemple des textes de Ilan Pappé, Dominique Vidal, Alain Gresh, Régis Debray, Michel Bôle-Richard, Benjamin Barthes, etc… qui, comme Silvia Cattori, ne doivent même pas savoir qu’ils y figurent (voir : http://revurevi.net/gazette/index.html). Au surplus, cette Gazette n’a pas publié « de nombreux » textes de Silvia Cattori comme Madame Boutoleau l’affirme pour les besoins de sa boiteuse démonstration ; je n’y ai trouvé que cinq textes d’elle (entre 2004 et 2006) sur les centaines qu’elle a archivés sur son propre site ! J’ai en outre découvert que cette Gazette n’était pas publiée par Ginette Skandrani et Maria Poumier, comme Madame Boutoleau l’affirme, mais par un dénommé Serge Thion. Donc, tout est systématiquement faux dans le savant et tendancieux amalgame de Madame Boutoleau ! (Si je la cite en particulier c’est que Joe Rashkounine n’apparaît pas dans le forum d’Article XI).

En fait, comme j’ai pu le découvrir en quelques clics, Madame Boutoleau, qui se vante dans ses commentaires d’être rigoureuse sur ses informations et de les « sourcer », ne fait que reprendre les calomnies que l’on trouve, répétées ad nauseam (sans plus de preuves que chez elle) sur des sites peu crédibles comme conspiracywatch.info ou indymedia.org. L’article suivant de décembre 2009 en apporte la démonstration : http://nantes.indymedia.org/article/19004. Sous le commentaire délirant titré « Entre alterstaliniens et fachos a la soral décidément beaucoup de points communs », sont énumérés pratiquement tous ceux (personnes ou sites) que dénonce Mme Boutoleau, et souvent quasiment dans les mêmes termes, au point qu’il s’agit presque de la matrice de son article ! Les lecteurs peuvent vérifier !

En résumé : les trois choses que les auteurs de ce torchon cherchent à accréditer dans l’esprit du lecteur - à savoir que Silvia Cattori serait tout particulièrement liée à Dieudonné, à Ginette Skandrani, à Maria Poumier, et à La Gazette du Golfe et des banlieues - sont fausses.

Mais cela leur permet de ne souffler mot de l’essentiel du travail de Silvia Cattori tel qu’il apparaît sur son site. À savoir qu’elle se consacre à se battre contre l’injustice, à dénoncer les guerres et les souffrances qu’elles génèrent ; et surtout, comme elle l’explique, que, depuis 2002, elle a dévolu son temps et ses forces à écrire des centaines d’articles consacrés à la défense des droits des Palestiniens, à la défense des peuples arabes et musulmans pris dans les guerres et les persécutions qui ont suivis les attentats du 11 septembre, etc. Pour ses écrits, qui mettent en évidence des aspects de la politique israélienne que même à gauche on veut souvent masquer, elle paye le prix. Je lui dis ici mon admiration et ma très grande estime. Chacun peut se faire sa propre opinion en visitant son site.

Comme on le voit, l’objectif de Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine n’est pas d’informer, d’ouvrir un vrai débat, mais d’exclure, et de dénigrer des esprits indépendants et libres qui les dérangent, en les présentant comme liés à des « négationnistes », à des fascistes, vrais ou imaginaires.

Mais revenons au véritable but visé par les signataires de l’article. Intimider les sites et obtenir d’eux qu’ils ne publient pas ou plus tel ou tel, de façon à réduire au silence les auteurs qui leur déplaisent, est leur seule et unique préoccupation. Par n’importe quel moyen. À commencer par les amalgames pour accomplir leurs assassinats en règle. Un débat mené avec un minimum d’honnêteté intellectuelle ne les intéresse pas.

Sous signature JBB, le webmaster du site Article XI avoue dans un commentaire que « cela lui file de gros boutons » de découvrir que Rezo a publié des articles de Silvia Cattori. Dame Boutoleau lui emboîte aussitôt le pas [31 mars 17 :26] et déplore à son tour que le site Rezo ait repris ces deux articles de Silvia Cattori sur l’Algérie, en ajoutant du haut de sa superbe : « Car si Cattori est capable de délirer sur Israël et la Palestine ou sur d’autres sujets liés à l’impérialisme américain, il est douteux qu’elle n’emploie pas les mêmes méthodes au sujet de l’Algérie, entre autres ». Dame Boutoleau se garde évidemment de donner au lecteur le lien de l’article qu’elle incrimine, pour qu’il puisse juger par lui-même, ou de dire en quoi Silvia Cattori « délirerait » sur Israël et la Palestine. Cela ne l’intéresse d’ailleurs pas ; ce qui l’intéresse est de jeter de la boue sur Collon, Bricmont, Cattori – que, vraisemblablement à son grand désespoir, des centaines de milliers de personnes lisent dans le monde - et de répandre ses saloperies pour obtenir ce qu’elle vise : à savoir que Rezo ou Le Grand Soir s’abstiennent désormais de publier les auteurs ciblés.

Le comble est que ces gens qui s’autorisent à dicter qui est de gauche, qui est d’extrême droite, à soupçonner des gens d’être négationniste ou antisémite, et qui polluent et pervertissent sites et forums, et n’ont rien à voir avec l’idéal que je me fais de la gauche, s’abritent sous le titre de l’Article XI, l’article de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 qui proclame que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme » !!!

Tout cela suscite le dégoût. Si ceux qui participent à déverser cette boue sont vraiment, comme ils le disent, de gauche, alors la gauche en France est en bien triste état.

Il reste seulement à espérer que les responsables des sites visés ouvrent les yeux, sachent juger par eux-mêmes, comprennent la bassesse de ces manœuvres, et ne se soumettent pas aux pressions. Et que les « gros boutons » de JBB se transforment ainsi en urticaire géant, pour le plus grand désespoir de Dame Boutoleau !

Et c’est à nous, lecteurs du web, d’avoir le dernier mot, en nous montrant capables de juger par nous-mêmes qui nous voulons lire et croire sur la base de leurs écrits, et d’avoir la perspicacité de débusquer les manœuvres de sites du genre d’Article XI, Indymédia, REFLEXes, Conspiracywatch, etc, et, en nous précipitant à lire les articles des auteurs qu’ils attaquent, de renverser les consignes qu’ils cherchent à nous imposer.

> à propos d'immondices

ce ne sont pas nécessairement les sites Indymédia qui sont en cause (sauf Indymédia Paris) dans ces campagnes puantes , mais les contributeurs

A propos de LGS, on va bien rire !

> c'est pas beau, de jouer le corbeau

je cite "Eva R-sistons : de son vrai nom Chantal Dupille" : ah, si Eva R-sistons publie sous un pseudo, c"est un choix que l'on devrait respecter, non ? notamment pour des raisons professionnelles, puisqu'elle serait journaliste, selon l'enquête des flicards d'A11

Si LGS révélait le nom de l'un des auteurs de cet immondice, ceux des commentateurs sur leur site, A11 hurlerait au scandale. A juste titre.

A11, tordant ses principes (s'il en a) fait ce travail de flicard....

Pour conclure,la réponse argumenté de LGS à ce tomberau de purin est là, sur plus de 28 pages

"Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau" sur un site alter."

http://www.legrandsoir.info/Analyse-de-la-culture-du-me....html

remarque : ce n'est pas parce que Marie-Anne Boutoleau sévit sur Indymédia Paris que cela lui donne droit d'écrire n'importe quoi. Qu'elle soit protégée par ses petits copains d'IMP n'étonnera personne, depuis qu'IMP est aux mains d'une certaine mouvance.

> Sauf que personne ne joue le corbeau

- "Je cite "Eva R-sistons : de son vrai nom Chantal Dupille" : ah, si Eva R-sistons publie sous un pseudo, c"est un choix que l'on devrait respecter, non ? notamment pour des raisons professionnelles, puisqu'elle serait journaliste, selon l'enquête des flicards d'A11"

Sauf que cette info est publique : on la trouve sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chantal_Dupille

Il n'y a donc aucune révélation d'une info secrète de la part d'Article 11 concernant cette personne.

> extrait de sa page wikipedia

Sous son pseudo, elle a collaboré à plusieurs sites de journalisme citoyen, entre autres Agora Vox, Oulala.net, Alterinfo.net, mondialisation.ca, C4N, Dazibaoueb, Yahoo, ainsi ici

c'est pas beau de mentir effectivement

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.