répression en France contre celles et ceux qui luttent contre la machine à expulser

Mot-clefs: Répression
Lieux:

En France, plusieurs personnes sont actuellement en prison pour leur participation aux luttes contre la machine à expulser et pour des actions de solidarité avec les sans-papiers.
Ainsi, Bruno, déjà incarcéré une 1ère fois en 2008 pour avoir transporté des fumigènes à une manifestation devant le centre de rétention de Vincennes où les retenus se mutinaient, a été réincarcéré le 21 décembre 2011.
Voir http://juralibertaire.over-blog.com/article-quelques-pr....html

Dans la nuit du 12 au 13 janvier 2011, ce sont 3 personnes, Dan, Olivier et Camille, déjà arrêtées le 15 février 2010 dans le cadre d'une instruction pour des actions de solidarité avec les sans-papiers accusés d'avoir incendié le centre de rétention de Vincennes, qui ont été emprisonnées.
Voir http://paris.indymedia.org/spip.php?article5218 [Camille a été libérée le 19 janvier 2011, mais reste sous contrôle judiciaire strict]

Et le 19 janvier 2011, c'est au tour de François d'avoir été raflé au coin d'une rue, mis en examen puis incarcéré pour des actions menées dans le cadre de la lutte contre la machine à expulser et pendant le procès de l'incendie du CRA de Vincennes.
Voir : http://paris.indymedia.org/spip.php?article5353

Dans la même intention qui les font placer l'immigration clandestine au 1er rang des fléaux à combattre, multipliant les rencontres internationales pour intensifier la lutte contre ce qui serait selon eux une même menace "l'immigration clandestine et le terrorisme", les Etats européens tendent à transformer les luttes de solidarité avec les sans-papiers et contre les politiques de gestion des flux migratoires en "associations de malfaiteurs" ou "bandes organisées" ou autres catégories médiatico-policières telles que "mouvance anarcho-autonome" qui feraient planer des menaces terroristes.

Rappelons que lorsqu'on parle de politique d'immigration, il y a effectivement des milliers de morts. Mais si ces milliers de personnes sont mortes, en essayant de franchir des mers, des fleuves, des déserts, des montagnes, des postes de contrôle ou des murs, c'est parce qu'il y a des frontières, des lois et des décrets administratifs qui les empêchent de circuler librement.

Contre les rafles, les expulsions, l'enfermement, l'exploitation et les politiques de surveillance et de contrôle qui nous oppressent toutes et tous, la lutte et la solidarité doivent continuer !

Liberté pour tous-tes avec ou sans papiers.

Commentaire(s)

> Pour en savoir plus...

Consultez le dossier "Mauvaises intentions" sur http://infokiosques.net/mauvaises_intentions

> Sortie de prison

Pour info, François a été libéré le vendredi 28 janvier 2011.