Les raffinneries ne redemarreront pas !!!

Mot-clefs: Retraites2010
Lieux:

Nantes le 25 octobre

Quel surprise d'entendre sur France inter « 3 raffineries ont suspendu le mouvement et vont reprendre de l'activité ». Alors que la veille lors d'une visite aux gréviste de la raffinerie de Donges la détermination était là, et aussi pour toutes les autres.


Renseignement pris auprès d'un délégué CGT de la raffinerie de Donges, il s'avère que ca n'est pas prêt de repartir. Petite explication...

Il y en effet 3 raffinerie qui ont suspendu le mouvement.

*

La raffinerie de Reichstett (Bas-Rhin) ,de la compagnie helvétique Petroplus, qui venait d’annoncer sa volonté de fermer définitivement le site pour le transformer en simple terminal pétrolier, supprimant au passage 253 emplois sur 255. le mouvement a été suspendu suite avec la garantie de la part de la direction de ne plus fermer le site! La raffinerie est alimenté en pétrole brut par un pipeline qui viens du port pétrolier de Fos sur mer qui lui est en grève et lâche rien. La raffinerie ne peut donc pas redémarrer!

*

2 raffineries du groupe exon une à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et une a Port-Jérôme (Seine-Maritime). Elle ont toutes les 2 suspendus le mouvement après que la direction est mis le paquet sur la table et leur est proposé le paiement intégral des jours de grève!! tous en sachant quelle ne pourraient par redémarrer aussi. En effet celle de Fos est alimenté par le même terminal pétrolier de Fos sur mer. Celle de Normandie est alimenté par l'entreprise SIM qui est également en grève et ne lâche rien également!!

les 9 autres raffinerie (6 du groupe Total, 1 Petroplus, 2 Basell) sont toujours dans le mouvement contre la mise en place de la réforme des retraites!!

la pénurie de pétrole ne s'éloigne pas. L'approvisionnement par bateau ne suffira pas a couvrir les besoins quotidiens. Ce n'est pas le moment de se faire duper par une presse mal renseignée et démobilisatrice!! continuons a généraliser la grève, a durcir le ton et a soutenir les grévistes. Des caisses de solidarité circule un peut partout, pour celle de Donges on en est a 30 000€.

Commentaire(s)

> INFO A FAIRE CIRCULER

cette info est à faire circuler dans tous vos réseaux : car le pouvoir et tous les medias s'appuient sur les 3 raffineries plus en grève pour dire : c'est fini

information très important à diffuser partout même sous forme d'affichette

un gars qui a été pas loin de croire la propaganda !

> malade de rage... et disponible

Il faudrait 15 jours de travail pour que les raffineries puissent produire après redémarrage. Comme dans les ports, et à la Sncf, la grève se fait aussi par rotation, il s’agit de nuire le plus possible à l’économie, en cherchant à perdre le moins de salaire possible.

Il semble d’ailleurs que circule le mot d’ordre de prendre des arrêts maladie là où la grève n’est pas possible, là où elle est suspendue.

La sécurité sociale, tout comme l’assurance-chômage et le RSA sont alors utilisés comme caisses de grève.

C’est l’un des moyens de faire durer le marathon qui est engagé depuis déjà deux mois. Bloquer l’économie c’est libérer les énergies. Et lycée de Versailles (à la lanterne !).

Le mouvement étudiant est en train de se constituer.

Les blocages se multiplient.

Lors de leur rentrée jeudi 4 novembre, les lycéens manifesteront à nouveau, avant la journée d’action syndicale.

Pas d’erreur, l’inquiétude est du côté des oligarques et de leurs alliés.

> Enfumage

C'est exactement la même chose qu'expliquait hier soir au micro de france info (la radio collabo qu'il vous faut) le délégué syndical Christian Coste, de la raffinerie de La Mède. Les raffineries principales dont tout dépend ne redémarrent pas. Malgré les importations qui ont quadruplé ce sera insuffisant pour éviter la pénurie vers laquelle on court..

Cherchez cette interview sur le site de la radio en question : pffffuit ! disparue ! envolée ! n'a jamais existé !

Comme d'habitude ils sont en train de nous enfumer. Mais ça ne marche qu'avec les chereque

> Remarques

Bravo pour votre engagement. Je partage les valeurs que vous défendez. Sur le fond, nous sommes d'accord et je soutiens votre démarche. Cependant, je suis souvent gêné, à la lecture de certains textes comme celui-ci, d'y trouver des lourdeurs si ce n'est des erreurs de syntaxe. Pour la portée de vos publications, il me semble important que vos idées soient défendues dans un langage clair et précis et soutenu. Bon travail.

> Publication ouverte

Le style non académique est lié au fait que tout le monde peu publier sur le site, que la personne soit prof en Khâgne ou à la limite de l'illettrisme.

C'est au contraire une qualité ce style inégal, ça évite que les gens hésitent à poster en se disant qu'ils/elles n'écrivent pas assez bien.

> Les enjeux de certains ne sont pas forcément ceux de tout le monde

Y'a un truc a savoir aussi, rapport a ce blocage des raffineries et de son importance dans ce mouvement, c'est que Charles Foulard (celui qu'on voit partout pour la CGT pétro-chimie) veut briguer le poste de Thibault, et se présenter au prochaines élections à la tête de la CGT. C'est un des enjeux pour lui, qui le pousse sans aucun doute à maintenir un blocus fort des salariés de son secteur (qui sont bien tenus par leurs délégués et permanents syndicaux CGT, cf à Donges, ou la CGT maintient son poid avec des actions à la limite du symbolique (le pétrolier bloqué 2H en rade, alors que si les remorqueurs avaient été occupés toute la journée, les CRS n'auraient rien pu faire), mais qui permettent malgré tout de rester crédible auprès des salariés. Du coup l'enjeu pour lui n'est pas forcément tant celui de tous les travailleur-euse-s engagé-e-s dans la lutte.

Idem pour la CGT au niveau national, dont l'enjeu est de rester un partenaire social crédible auprès d'un gouvernement qui s'en fout un peu, et d'essayer de paraître être un syndicat de combat, malgré le fait que même à la base, les délégués semblent vouloir un conflit social sans conflit (tactique étonnante pour poser un rapport de force), et jouent beaucoup à diviser les salariés des chômeurs et maintenir une mobilisation quand même avec un découpage très sectoriel en relayant le discours de la direction sur les éléments extérieurs provocateurs etc...

Je dis pas ça pour démobiliser, ou casser quoi que ce soit de la mobilisation que je trouves assez exemplaire de la part des salariés, avec une motivation et une solidarité forte, mais pour que chacun-e soit aussi un peu consciente que les enjeux ne sont pas les mêmes pour tou-te-s, et ne pas avoir de désillusion quand les syndicats lâcheront le mouvement (comme bien souvent, et ce qui semble s'approcher à grand pas).

C'est bien le problème de ces centrales syndicales qui sont devenues bien trop centrale en se substituant à toute capacité d'auto-organisation des salariés (ce qui faisait pourtant leur force), comme on pouvait le voire dans le temps. Maintenant tout passe par ces structures, et tout le monde les attend et les suit pour organiser un mouvement social, là ou auparavant les sidérurgistes par exemple brûlaient les locaux de la CGT quand dans les années 80 leur secteur se faisait laminer, ou les cheminots s'organisaient des épiceries eux-mêmes... Fernand Pelloutier doit bien se retourner dans sa tombe...

Du coup je trouves que c'est aussi important que ce mouvement sache ne pas trop se focaliser sur le blocage des raffineries, certes important et fort, mais s'il devient trop central (ce que les médias essayent aussi de faire), c'est aussi le meilleur moyen de se retrouver rapidement lacher par les centrales. Il ets nécessaire de dépasser et ne plus attendre les centrales, et apprende à s'organiser entre travailleur-euse-s, ce sera toujours bénéfique pour les luttes futurs. Forçons les centrales à suivre la base, et non l'inverse!